Retour de visite au Forum des sciences du vivant – Biovision #2

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de “citoyens-témoins” a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

 “Des sciences de la vie aux sciences pour la vie”1 : l’interdisciplinarité comme innovation?

 Retour de Véronique Baumlé

Biovision se présente comme le forum international des sciences de la vie. De part son format original, mettant l’accent sur le partenariat public-privé en proposant des sessions de présentations de nouveaux projets industriels, propices à la recherche de conseils, de financements et de développement de réseaux professionnels, Biovision est un forum particulièrement couru par les férus de biotechnologie.

Son objectif est « de réunir des décideurs, issus du secteur académique, privé, politique et de la société civile afin de faciliter un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées innovatrices en solution concrète au bénéfice des citoyens »2. Ainsi, outre les sessions privilégiées d’échanges public-privé, Biovision propose des sessions de plus grande envergure, composées d’une séance de présentations suivie d’un débat regroupant politiques, chercheurs, industriels et majoritairement des représentants d’ONGs, ou encore des questions SMS issus de l’assemblée, comme voix de la société civile, afin d’argumenter le débat sur un enjeu contemporain des sciences du vivant.

 

Afin de présenter, comprendre et débattre des enjeux de demain pour les sciences du vivant, le fil d’Ariane lancé par Biovision 2013 était : « des sciences de la vie aux sciences pour la vie », dont le programme avait pour objectif de permettre de mesurer « l’impact de facteurs externes (environnementaux) et internes (biologiques) sur la santé des citoyens »3.

 

Dans la thématique environnementale, les questions étaient tournées sur « l’impact du changement climatique sur la santé et la biodiversité »4 et « les ressources alimentaires » 4 ou encore sur « l’utilisation des ressources naturelles sans consumer la planète »4.

 

Dans la perspective des innovations technologiques et scientifiques, des propositions ont été apportées dans le transfert public-privé. Pour ne citer que quelques exemples, en agronomie, les recherches du Dr. Cayot présentaient les possibilités d’un régime alimentaire basé sur les protéines végétales en alternative aux protéines animales. En biologie végétale, les recherches sur « la résurrection des plantes » du Dr. Farrant, travaillant sur la description des mécanismes permettant aux plantes de survivre dans des régions arides, offrent une nouvelle perspective aux biotechnologies pour la production de plantes OGMs.

 

Néanmoins, un autre son de cloche s’est fait entendre. Les recherches de pointe dans de nombreux domaines existes, les constatations sur les problématiques environnementales et médicales sont faites, des propositions ont été données, malgré cela « rien ne se passe », comme dirait le Pr. Jean Jouzel, en parlant des préconisations du GIEC et de ses retombées, très faibles. Le Dr. Anne Glover, conseillère scientifique à la commission européenne, faisait le même constat. Sa proposition, alors simple, est de mettre l’accent sur la communication et l’implication des citoyens, sans quoi les connaissances et applications scientifiques sont vaines dans la construction d’une société durable.

Ainsi, j’ai pu constater (mais n’est-ce qu’un débordement de mes propres émotions ?), que ces interventions, mettant l’accent sur la nécessité d’un dialogue science-société recevaient une forte approbation du public, en terme d’applaudissement et de sourires approbateurs. L’on pourrait ainsi aussi penser que le projet gagnant de la session « catalyser » sur les neurosciences « Eyewire » a gagné le cœur des auditeurs car il est un projet de sciences participatives, permettant à chaque citoyen, en jouant en ligne au jeu Eyewire, de participer aux recherches sur la cartographie du cerveau humain.

 

A ces propos et faits, l’enjeu des sciences pour la vie prend une autre tournure, dans laquelle l’innovation technologique n’a plus la place de choix. L’exposé du professeur de philosophie Henry Dicks en a été surement le plus beau des exemples. Citant Aldo Leopold, [«Nous ne pouvons avoir de relation éthique qu’envers quelque chose que nous pouvons voir, sentir, comprendre, aimer, ou alors avoir foi en »]5, son travail en phénoménologie traite des risques (environnementaux) induits par une abstraction de l’eau. Pour illustrer ses propos il a pris comme exemple les rives du Rhône à Lyon qui, aménagées, propices aux balades et à la détente, inscrivent durablement, efficacement la problématique de l’eau dans la tête du riverain, contrairement à leur état il y a une dizaine d’année, non aménagées, servant de parking…

Cet exposé illustre de quelle manière la philosophie permet de comprendre mais aussi d’offrir des outils dans le développement du débat science et société. De même on pourrait penser que bien d’autres disciplines auraient leur place dans la question du vivant. On peut ainsi regretter l’absence de la philosophe Pr. Ammann lors du débat sur les futures thérapies et la bioéthique, qui aurait pu fournir le dialogue et ouvrir des portes sur les enjeux éthiques des sciences du vivant.

De même, dans la problématique des enjeux de santé liés aux modes de vie contemporains et aux perspectives de développement de médecine personnalisée, on peut penser que la sociologie pourrait apporter des nouvelles clés dans la compréhension de nos modes de vie et du lien entre les patients et les modes thérapeutiques et la maladie.

Aussi dans cette proposition de transition, « des sciences de la vie aux sciences pour la vie » l’inter-disciplinarité prend une place essentielle, en ouvrant de nouveaux axes de réflexions et d’orientation permettant à la recherche d’être plus en phase avec les problématiques de sociétés. Ainsi cette « innovation interdisciplinaire » ne mettrait pas de côté les innovations scientifiques et techniques, mais permet de mieux les appréhender et les appliquer.

 

  1. Thématique de Biovision 2013.
  2. Texte de présentation du forum Biovision : http://www.biovision.org/index.html
  3. Editorial du fascicule de Biovision 2013, par Didier Hoch.
  4. Titres de focus, Biovision 2013.
  5. « We can be ethical only in relation to something we can see, feel, understand, love, or otherwise have faith in », Aldo Leopold, A Sand County Almanac, Chapitre “The land ethic”, 1948.

Retour de visite au Forum des sciences du vivant _ Biovision #1

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de « citoyens-témoins » a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

La nouvelle soie lyonnaise

Observations du forum mondial des Sciences de la Vie « Biovision »

————-

Sebastian J. Moser

          Introduction

Veuillez m’excusez, je suis sociologue. Je me suis très peu occupé du monde des Sciences du vivant mais plutôt des êtres vivants qui, par leurs actions, forment ce que nous appelons la société. Pour ce faire, je me suis entraîné à l’observation, partout et tout le temps. On pourrait parler d’une déformation professionnelle qui fait que je ne suis pas expert d’un domaine sociétal spécifique, mais je peux tous les observer. En me proposant l’animation une cycle d’atelier-formation en collaboration avec un philosophe des sciences, j’ai entendu parler de ce forum mondial des Sciences de la Vie, qui se nomme Biovision, pour la première fois. J’aurais pu m’attendre à une manifestation scientifique.

Cependant, l’auto-description est très claire : ce forum est un lieu qui a pour but de faciliter « un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées novatrices en solutions concrètes au bénéfice des citoyens » (biovision.org). Il ne s’agit explicitement pas d’une création de liens faibles entre l’industrie et la science. Biovision n’est pas un lieu où les personnes de la société civile (au sens large) peuvent s’informer sur l’avancement de la recherche dans le domaine des sciences du vivant. A Lyon, nous nous trouvons dans des conditions idéales mais artificielles, c’est-à-dire  créées par la volonté de l’homme et ses institutions, pour la création des partenariats économiques-scientifiques qui ont pour but la transformation des résultats scientifiques en produit.

Mais essayons d’oublier tout cela et faisons comme si nous étions très naïfs. Il nous faut cette posture pour ne pas interpréter nos observations auparavant. Biovision se présente comme un forum mondial. Par conséquent, on aurait pu me faire croire que Lyon n’est que le lieu d’accueil et qu’un tel forum pourrait se trouver n’importe où dans le monde. Mais nous aimerions présenter un autre point de vue et démontrer que le monde social ne se crée pas par hasard. L’hospitalité de la ville de Lyon n’est pas totalement désintéressée et cet exemple nous semble pertinent pour dessiner l’image de la situation économique lyonnaise.

 

1) Premier jour : première balade ethnographique

Le jour de l’ouverture de Biovision, je me suis baladé quasiment tout seul dans les couloirs. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Mais il n’y avait surtout pas encore les agents industriels ou scientifiques derrière leurs stands réservées aux échanges, aux entretiens et à la distribution d’informations. En me dirigeant vers la Break-Fast-Area, j’ai pu découvrir le Pavillon « Lyonbiopôle » dans lequel se présentait ce centre d’excellence mondial en vaccin et diagnostic. A la fin de cet espace décoré avec des tapis aux couleurs très vives et des stands de chaque centre de recherche faisant parti de « Lyonbiopôle », se trouvait un stand qui arborait la soierie lyonnaise (cravates, écharpes etc.) ; un peu à part des autres et pas implanté sur le tapis coloré. Derrière le stand,  une dame s’occupait de la soigneuse mise en place des produits en soie destinés à la vente pour les visiteurs de Biovision. Elle était seule, comme moi.

Il ne me semblait pas inadéquat de retrouver un stand avec de la soierie lyonnaise. L’emplacement me paraissait d’autant plus adapté que le « Lyonbiopôle » avait pour vocation de montrer ce qui se « fait à Lyon ». Et comme la Fondation pour l’université de Lyon organise cette rencontre internationale en collaboration avec le Grand Lyon, le Département du Rhône et de la Région Rhône Alpes, on aurait pu croire qu’il y avait également la volonté de présenter les différents facettes de la ville et de la région : soierie, produits régionaux, Guignol de Lyon en t-shirt ou en miniature, et pourquoi pas quelques articles de l’Olympique Lyonnais. Le lecteur qui connaît ce monde de la recherche en Biotechnologie et qui est familiarisé avec l’industrie pharmaceutique à Lyon s’amuse peut-être des remarques d’un ignorant.

Cependant, il aurait fallu se dire tout de suite : « mais la soierie lyonnaise n’a rien à faire dans le Pavillon ‘Lyonbiopôle’ » ! Ce lieu est consacré à la présentation du pôle labellisé pôle de compétitivité en 2005 et qui « a pour but d’appréhender les maladies infectieuses humaines et animales de façon globale, du diagnostique [sic] et de la prévention jusqu’au traitement, en intégrant des systèmes d’administration originaux » (présentation de Lyonbiopôle sur leur site-internet). Mais ce jour là, la table m’étonnait peu.

 

2) deuxième jour : deuxième balade ethnographique

Cette table, je l’avoue, n’était pas la chose la plus extraordinaire de ma visite. Mais elle m’était restée dans la tête. Pourquoi ? Parce que la femme avait été la seule personne qui préparait son stand ? Si elle n’avait pas été au fond du couloir pour attirer mon attention, peut-être je ne serais jamais allé aussi loin. N’était-elle pas au courant des coutumes de l’événement ? Quand est-ce qu’il faut arriver et surtout, quand est-ce qu’ils vont arriver, les visiteurs, et donc les clients potentiels ? Est-elle restée dans ma tête parce qu’on ne lui avait pas attribué une place sur le tapis coloré sur lequel étaient installés tous les stands de « Lyonbiopôle » ? Cela représente tout de même un symbole d’exclusion ou de ségrégation ce qui attire le sociologue et sa nature questionneuse.

Le lendemain, je n’étais pas forcément étonné quand j’ai vu qu’on avait déplacé la table. Elle se trouvait maintenant directement à l’entrée, dans un couloir entre l’Auditorium Lumière et le Pavillon « Lyonbiopôle ». Une place plus prometteuse pour les ventes, mais aussi  une séparation totale du reste. Son exposition et son isolement coexistaient. Ainsi, on pourrait dire que l’endroit où elle avait été placée la veille avait été considéré comme déplacé.

En prenant en compte l’ensemble de l’événement « Biovision » dans sa complexité organisationnelle, dans sa mixité humaine comprenant les hommes politiques, les porteurs de prix Nobel et directeurs des grands entreprises, il me semble trop osé d’estimer que la petite dame du stand avait fait une demande officielle à la fin de sa journée pour obtenir l’autorisation de déplacer sa table. L’argument de son mécontentement concernant les ventes de la journée peut sembler pertinent, mais n’aurait peut-être pas fait beaucoup d’écho chez les organisateurs. Pourquoi donc cette nécessité de marquer la différence entre « Lyonbiopôle » et une table de vente ?

 

3) Essai d’une interprétation

La soie, ce produit qui a apporté beaucoup de richesse à la ville de Lyon entre le XVIIIe et le XIXe siècle, a marqué profondément l’histoire du pays, l’histoire de Lyon et en particulier l’histoire du quartier de la Croix Rousse. La particularité d’un seul métier caractérise toute une colline et ses pentes au niveau architectural. En se révoltant, les Canuts ont influencé des penseur comme Saint Simon, Karl Marx ou Prouhon et avec cela les idées d’un mouvement sociale à l’échelle mondiale.

Aujourd’hui, la soie n’est plus qu’un article touristique. C’est un souvenir de Lyon qu’on achète à la maison des Canuts à la fin d’une visite guidée, tout comme le Guignol ou l’andouillette dans les Halles Paul Bocuse. Ce produit d’autrefois a perdu toute sa valeur économique. Peu importe qui a initié le déplacement de la table avec la soierie lyonnaise, il a remis la soie à sa juste place et il a symboliquement marqué la non-compatibilité entre la petite vente touristique et le big business. La pharmacie, la parapharmacie et les biotechnologies sont particulièrement présentes et se développent de plus en plus dans la région lyonnaise, même si Lyon est aussi une métropole à l’économie multispécialiste et tertiarisée.

La volonté démonstrative de vouloir approcher l’industrie et la recherche dans le domaine des sciences du vivant qui se retrouve dans l’auto-description de Biovision démontre parfaitement que les pouvoirs politiques et économiques ont tout à fait compris les enjeux d’une société de connaissance. Contrairement aux questions que pourrait poser l’industrie métallurgique ou le textile, deux autres secteurs importants de l’économie lyonnaise, et donc les concurrents directs de l’industrie pharmaceutique, les questions abordées à Biovision ne touchent à rien d’autre qu’à l’avenir de l’Homme : la santé, l’environnement et la nutrition. Ces sujets promettent plus de reconnaissance sociale pour une ville en transformation vers une métropole que les mains sales de l’industrie plus ou moins classique. Ça brille, un peu comme la soie autrefois !

Mais tout n’est pas si rose quand même : au deuxième jour de Biovision nous avons pu assister à la manifestation d’environ 200 chercheurs de Sanofi, numéro 1 des entreprises pharmaceutiques françaises. Ils avaient bloqué l’entrée principale et ont été la cause d’une forte présence policière sur toute la Cité Internationale. Ces personnes  venaient de Toulouse pour exprimer leur colère contre le plan de la restructuration de la recherche et la politique d’emploi de l’entreprise. Lien historique avec la révolte des Canuts ? Selon le politologue allemand Wolfgang Kraushaar, il ne faut plus parler des émeutes ouvrières mais plutôt de celles des éduqués. Suite à l’échec de la promesse que  l’éducation pourrait garantir l’emploi et éviter le chômage, beaucoup de personnes diplômées sont dans la même situation que les chercheurs de Sanofi. Leur révolte va-t-elle durer ?

 

Un chimiste français au Canada

France-Québec : des différences culturelles en matière de recherche

Enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Lyon, Jean-Pierre Cloarec a rejoint cet été l’Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique à l’Université de Sherbrooke (Québec). Il témoigne ici du « bouillon de cultures » et de sensibilités qui s’expriment dans ce laboratoire interculturel.

La gravure « Trois Mondes » (1955) du graphiste néerlandais MC Escher représente la surface d’un plan d’eau. Nous apercevons un poisson au travers de l’eau, le reflet d’arbres, et des feuilles flottant à la surface. La gravure est cadrée sur l’eau elle-même, sans donner à voir directement ni la terre environnante, ni le ciel. Et pourtant l’artiste porte à la conscience de l’observateur ces « trois mondes » : sous l’eau, dans l’air, à l’interface entre air et eau ; il les relie par le jeu du reflet et de la transparence…

… Je travaille à l’heure actuelle au LN2, un laboratoire qui associe lui aussi plusieurs mondes, plusieurs cultures et visions de la science ; il s’agit d’un laboratoire CNRS franco-canadien, situé au Québec, dans un site de l’Université de Sherbrooke nommé « Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique » (3IT) regroupant spécialistes en technologies et sciences de l’ingénieur, sciences médicales, sciences humaines.

Le LN2 est d’abord un laboratoire de l’Institut INSIS (« Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes ») du CNRS. La culture scientifique de cette branche du CNRS associe des questions de recherche fondamentale (matériaux, mécanique et autres sciences de l’ingénieur, micro-nanotechnologie), à des problématiques appliquées (environnement, énergie, santé, technologies de l’information).

Tandis qu’une majorité de laboratoires CNRS est située dans des universités françaises, le nôtre est hébergé dans une université canadienne. L’organisation de nos interlocuteurs locaux est fortement liée au contexte nord-américain. Ce serait une erreur de percevoir les Québécois comme des Français implantés en Amérique du Nord : il me parait plus juste de les voir comme des Nord-Américains parlant français. L’organisation du temps, la gestion des budgets, les modes de financement, le lien entre universitaires et industriels, la gestion des conflits, la manière de penser et pratiquer recherche comme enseignement se font dans un cadre évidemment fort différent de notre sensibilité française.

Dans leur livre « Pas si fous ces français » (2005), les canadiens Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow illustrent et mettent à jour les différences culturelles entre France et Canada (et de manière générale, Amérique du Nord). Dans un même état d’esprit, je peux témoigner de deux exemples concrets concernant les différences culturelles en matière de science :

Le sens du mot « laboratoire » en France et au Québec

Pour mes collègues français et moi-même, le terme « laboratoire » désigne implicitement un ensemble de chercheurs effectuant, dans un lieu déterminé, un programme de recherche. Il s’agit pour nous d’une organisation collective, avec ses instances de décision, son directeur, ses responsables d’équipes, ses infrastructures technologiques, sa politique -au sens noble- de recherche. Mon laboratoire d’origine à l’Ecole Centrale de Lyon regroupe près de 200 personnes dont environ une centaine de personnels permanents, et une centaine d’étudiants et de chercheurs non permanents. Pour nos collègues canadiens du 3IT, le terme « laboratoire » désigne d’abord un local disposé pour faire des recherches scientifiques. Chaque professeur d’université dispose de son laboratoire, de son budget propre, et ne rend pas de compte à ses proches collègues à propos de ses choix en matière de recherche et d’organisation. Un professeur canadien est son propre « directeur de laboratoire », et ce laboratoire compte en moyenne une quinzaine de personnes (stagiaires, étudiants, chercheurs post-doctorants, personnels techniques). Cela n’empêche pas ces professeurs de disposer d’une infrastructure de recherche commune : ici comme en France certains équipements sont trop chers pour être financés par une seule personne, dans notre domaine d’activité. Un laboratoire canadien est à la fois plus instable et plus réactif qu’un laboratoire français : plus instable car en général seul le professeur est rémunéré avec un salaire fixe alors que tous les autres membres sont de passage ; plus réactif parce que le professeur peut recruter une personne ou acheter un équipement comme il le souhaite… tant qu’il a les fonds pour le faire.

Je décris ici des tendances générales, sachant que des universitaires canadiens se groupent parfois pour former des laboratoires communs, et des universitaires français peuvent faire de la recherche de manière isolée – mais dans les laboratoires que je connais il s’agit plutôt d’exceptions.

L’organisation des échanges scientifiques en France et au Québec

Dans mon équipe française d’origine -pas forcément représentative, puisque chaque équipe possède sa propre culture- les discussions informelles constituaient une part significative des échanges scientifiques, tant pour la recherche que pour l’enseignement. Nous avions ainsi placé un tableau blanc à proximité du coin café de l’étage, pour pouvoir illustrer et faire des schémas à tout moment de nos discussions : discuter d’une question posée par des élèves au retour d’une séance de travaux dirigés, tenter d’interpréter un résultat expérimental surprenant, réfléchir à un nouveau projet. Ces échanges pouvaient impliquer plusieurs permanents chevronnés de l’équipe, ainsi que les doctorants. Il s’agissait d’un dialogue collectif, pratiqué de manière continue. Au 3IT, les échanges scientifiques me paraissent essentiellement organisés au cours de réunion formelles périodiques, impliquant le professeur dirigeant le laboratoire, et ses étudiants. L’espace café est plus petit, et sert essentiellement … à se faire un café, pour aller le boire à son bureau ou éventuellement en réunion. La présence de chercheurs français modifie ce schéma – mais il n’y a pas encore de tableau blanc à côté de la cafetière.

Dans le LN2, cette diversité des sensibilités est plus passionnante que difficile à vivre au quotidien, et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord les chercheurs qui forment notre groupe se connaissent et collaborent depuis plusieurs années. Nous avons déjà eu un bon aperçu de nos limites et postures respectives. D’autre part, nous avons tous déjà travaillé à l’étranger, à un moment ou un autre de nos parcours. Enfin, malgré notre diversité, nous n’avons pas à surmonter la barrière de la langue puisque tout le monde ici parle français.

Pour que nos travaux de recherche soient fructueux, nous ne pouvons pas nous contenter de juxtaposer, ou pire d’opposer nos cultures. La première chose que notre communauté de chercheurs invente quotidiennement, c’est une interface entre nos deux mondes d’origine, nos deux manières de vivre la recherche scientifique, en France et au Québec. Nous créons un troisième monde, mixte, avec son identité propre. Il nous faut pour cela comprendre la cohérence des différentes logiques à l’œuvre dans notre « bouillon de culture ». Voilà qui pourra nous amener à faire évoluer nos visions respectives de la recherche et de l’enseignement, et pourquoi pas inventer de nouvelles manières de les pratiquer.

Jean-Pierre Cloarec

Droits :

All M.C. Escher works © 2012 The M.C. Escher Company – the Netherlands. All rights reserved. Used by permission. www.mcescher.com

 

Pour aller plus loin :

Lire l’interview de Jean-Pierre Cloarec sur notre blog Et si on en parlait (2011)

Formation option « Conférence » !

Florian Douam, doctorant à l’ENS de Lyon et président du bureau exécutif de l’association ConférENS, revient sur l’histoire de cette association étudiante qui met en place chaque année une dizaine de conférences sur des sujets scientifiques, sociétaux ou littéraires. Il dévoile les coulisses de cette belle organisation, revient sur les motivations des participants et précise l’intérêt de la démarche. Une initiative à forte valeur ajoutée pour les étudiants !

 

Un manque à combler…

Encore en Master à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon il y a maintenant 4 ans, nous nous étions interrogés avec un certain nombre d’étudiants sur un aspect particulier de la vie de notre école. Pourquoi n’y avait t-il pas de conférences organisées par et pour les étudiants ?  Il avait bien existé par le passé un tel groupe, « le groupe séminaire » mais, faute de relève, il avait disparu.

Ayant entendu parler d’un sociologue intéressant de passage sur Lyon, nous avons sauté sur l’occasion et l’avons invité à venir à l’ENS pour y donner une conférence. Après quelques affiches et mails envoyés, le jour J arriva et à notre grande surprise, l’amphithéâtre fut plein à craquer ! Nous nous rendions compte de l’importance que pouvait avoir ce genre d’évènement dans l’activité culturelle d’une institution universitaire. La conférence fut une réussite et très motivés, nous avons lancé un appel à bénévole pour nous aider à en organiser d’autres.

Conférence – © Florian Douam

Et la sauce a pris ! Plusieurs autres étudiants ont rejoint le noyau dur. Nous avons tous appris « sur le tas » les différentes étapes de l’organisation : choisir une thématique, contacter un conférencier, réserver une salle, diffuser des affiches sur les murs, trouver un caméraman ou un vidéoprojecteur de remplacement le jour J, organiser un buffet, animer le débat, trouver des piles quand le micro ne marche plus… Mais bien au-delà, l’une des raisons essentielles de notre engagement était aussi la rencontre et le partage  avec les conférenciers. Peut être justement parce que nous pouvions les avoir juste pour nous avant et après une conférence, telle une sorte de récompense.

A la suite de la fusion des 2 ENS lyonnaises début 2010, notre groupe fusionna avec l’ancien pôle conférence étudiant de l’ENS Lettres et Sciences Humaines pour donner naissance à la commission conférences de l’ENS de Lyon. Cela nous a permis d’augmenter le nombre de conférences et de diversifier la programmation, en alternant des conférences de type scientifique avec des conférences sur des sujets littéraires ou de société. Certains débats ont même été tenus dans de plus grands amphithéâtres en collaboration avec d’autres associations lyonnaises  afin de diversifier notre public.

 

L’aventure Alter Idées

Alors que la commission conférences faisait ses premiers pas, une autre aventure débuta. Celle d’Alter Idées. Tous sensibilisés à l’organisation de conférences étudiantes, nous avons créé en janvier 2010 avec des étudiants de l’Ecole Centrale de Lyon, de l’EM Lyon et de Sciences Po Lyon une association inter-école inédite visant à organiser une fois par an une grande journée de conférences pluridisciplinaires. Cette journée a été conçue à la fois comme un moment de débat et de culture pour tous (étudiants comme non étudiants), mais aussi comme l’occasion de rencontres entre étudiants lyonnais de différentes disciplines.

Alter Idées – Pause petit-déjeuner – © Florian Douam

Organisées sur le campus de Centrale Lyon en Avril 2010 et 2012 et à l’ENS de Lyon en Mars 2011, ces journées ont été vraiment incroyables pour nous tous. L’expérience fut extrêmement formatrice, notamment parce que l’équipe était plus importante, la préparation logistique rigoureuse et les conférenciers invités plutôt prestigieux. Ce fut une expérience associative extrêmement enrichissante pour de futurs chercheurs ou ingénieurs, tant au niveau professionnel (gestion d’équipe, logistique, organisation…) qu’au niveau humain. Nous avions d’ailleurs conclu notre journée par une grande soirée étudiante.

 

Consolider nos fondations

Restait le problème de la stabilité de notre groupe, car pour être visible à long terme, la commission avait besoin d’autonomie (acquisition de fonds propres) et d’une structure plus formelle. Nous avons alors décidé en Juillet 2011 de transformer la commission conférence en association, baptisé « ConférENS ». Pour notre première année, notre souhait était double : gagner en visibilité et professionnaliser notre fonctionnement, avec l’organisation de conférences régulières tout au long de l’année et un soutien logistique et financier apporté à tous les membres de l’école souhaitant organiser leur propre conférence. En toute objectivité, je pense que nous avons réussi notre mission : nous avons organisé au cours de l’année universitaire 2011-2012 une dizaine de conférences, un débat grand public, la projection inédite d’un film comique sur la recherche où tout le grand Lyon universitaire était convié, la participation à la couverture média du forum Libération et enfin la troisième édition des rencontres Alter Idées sur le campus de Centrale Lyon.

 

Une histoire formatrice à plusieurs niveaux

Exemple d’affiche conférENS

ConférENS est maintenant grande. Riche d’une cinquantaine de membres la structure que nous avons conçue peut désormais naviguer seule.  De quoi jeter un coup d’œil en arrière pour me rappeler que cette aventure de plus de 4 ans a marqué tout ceux qui y ont participé, tant au niveau des souvenirs que de l’expérience acquise pour le futur.

Organiser une conférence, gérer une équipe, communiquer, contacter des conférenciers, les accueillir, animer et modérer un séminaire : autant de choses qu’un chercheur est amené à faire à un moment ou à un autre de sa carrière, choses que ces expériences nous ont aidé à apprendre. L’expérience Alter Idées nous aura aussi appris à organiser des évènements de grande ampleur et à travailler avec une équipe nombreuse autour d’un projet commun.

Néanmoins, rien ne vaut pour nous la rencontre avec les multiples personnalités variées et passionnantes qu’il nous a été donné de rencontrer. Nous avons d’ailleurs gardé des contacts avec certains chercheurs qui nous donnent régulièrement quelques nouvelles ou même des conseils pour nos avenirs professionnels.

En prenant du recul, je suis convaincu avec mes camarades que toutes ces expériences s’intègrent et sont pleinement complémentaires à une formation scientifique, au niveau organisationnel bien sûr mais également  et surtout au niveau de l’éveil scientifique et intellectuel.  Chaque conférence et rencontre a éveillé notre curiosité et notre goût du savoir, tout en nous sensibilisant pleinement à la pluridisciplinarité, clé des sciences de demain.

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la liste de diffusion de l’association pour être au courant de nos conférences, vous pouvez faire cette demande en écrivant à « commissions.conferences@ens-lyon.fr ». Nous serons ravis de vous accueillir parmi nous.

Florian DOUAM

Sciences et communication : comment voit-on l’avenir ?

Il est difficile de savoir quels impacts auront les recherches actuelles sur le monde de demain. Comment journalistes et scientifiques repèrent-ils les recherches d’avenir ? Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA, étudiants en Master Biosciences de l’ENS de Lyon, ont réalisé un dossier sur cette question, dans le cadre du cours « Sciences et société: éthique et communication scientifiques ». Ils nous livrent ici leurs analyses.

 

L’avenir de la science ne se prévoit pas, il se construit. De ce fait, la prospective est une démarche nécessaire pour encadrer l’avancée de la science : il ne s’agit pas de divination mais de redéfinir continuellement les priorités en fonction des besoins actuels et des moyens disponibles. Que sera donc la science de demain d’après de telles analyses prospectives ?

10 innovations qui vont changer la vieNous sommes deux étudiants en biologie et nous abordons ici cette question sous l’angle du journalisme scientifique : quels sont les laboratoires du futur qui nous sont suggérés par les médias ? Nous avons pour cela étudié un dossier spécial intitulé « 10 innovations qui vont changer la vie », paru dans la revue Sciences et Vie en avril 2004 (n° 1039), ainsi qu’une série d’articles « Les labos du futur », publiée dans Le Monde au cours de l’été 2011. Les journalistes y proposent de découvrir les innovations et les lieux phares où se construit la science de demain.

 

Comment les médias identifient-ils les recherches d’avenir ?

Le paysage scientifique n’a pas tellement changé entre 2004 et 2011. Les thématiques abordées dans les deux dossiers de vulgarisation scientifique sont globalement les mêmes. Ainsi, répondre à la demande énergétique, en développant des sources alternatives et durables d’énergie, est souvent présenté comme un but majeur pour la science. Les recherches sur le cerveau, qui pourraient servir à soigner des maladies telles que Alzheimer ou Parkinson et/ou à créer des intelligences artificielles, figurent également en bonne place.  Enfin, une autre thématique retenue par les journalistes est d’utiliser l’infiniment petit pour créer des matériaux avec de nouvelles propriétés. Cependant, aucune recherche liée à la génétique n’est citée alors que celle-ci révolutionne actuellement la biologie. Comment les journalistes ont-ils donc identifié ces recherches d’avenir ?

Prenons l’exemple du projet de « feuille artificielle » du chimiste Nathan Lewis, évoqué dans la série « Les labos du futur ». Ce projet vise à développer des moyens pour convertir l’eau et l’énergie solaire en carburant pour nos voitures, et donc rendre nos sociétés moins dépendantes du pétrole. Cette recherche renvoie à une demande sociétale majeure : réduire l’empreinte de l’homme sur la planète. Elle conjugue ainsi de forts enjeux économiques et sociétaux, comme la plupart des « recherches d’avenir » identifiées par les journalistes. La recherche sur l’autisme, trouble au coût sociétal énorme, ou encore le développement de technologies qui utilisent de moins en moins de matière et d’énergie en sont d’autres exemples.

Enfin, les sciences purement théoriques sont exclues de l’analyse des journalistes car, très probablement, leurs applications ne sont pas directement introduites et visibles dans la société. Cependant, les sciences de demain, appliquées ou théoriques, bénéficieront certainement de leurs avancées.

 

Et les scientifiques, comment abordent-ils l’avenir ?

Comme tout citoyen, les scientifiques sont sensibles à l’intérêt sociétal de leurs recherches. Néanmoins, le type d’approche nous semble, en tant qu’étudiants en science, bien plus important. En effet, une analyse prospective consiste à redéfinir les priorités, en fonction des besoins actuels, certes, mais aussi en fonctions des moyens disponibles. Le scientifique attachera ainsi beaucoup d’importance à la façon de procéder : à la suite d’une découverte, de nouvelles idées émergent et le but du chercheur sera alors de mettre en place les moyens et connaissances nécessaires à leur réalisation.

Anopheles gambiae – Un moustique hôte du parasite responsable du paludisme
CDC/James Gathany (WikiCommons)

Le cas des recherches contre le paludisme est éclairant : avec 216 millions de personnes touchées en 2011 selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le paludisme constitue un problème majeur de santé publique. Il est causé par un parasite transmis par la piqûre de certains moustiques. Jusqu’à présent, les approches qui se sont révélées les plus efficaces dans la lutte contre le paludisme visaient les moustiques. Ainsi, moustiquaires et insecticides ont été utilisés pour se protéger des piqûres mais cela n’est malheureusement toujours pas suffisant pour limiter la transmission de la maladie. L’émission d’insecticides s’est même révélée inefficace à long terme car des résistances se sont développées au sein des populations de moustique. Avec la possibilité récente de manipuler la génétique de ces moustiques, plusieurs nouvelles approches ont émergé, qui ciblent  de façon spécifique et plus efficacement l’insecte vecteur de la maladie : par exemple, en rendant les moustiques résistant au parasite ou en introduisant des stérilités dans les populations de moustiques concernées par l’infection.

Les scientifiques examinent donc les différentes possibilités et concentrent ainsi leurs efforts sur les méthodes les plus abordables, efficaces ou avantageuses. Ceci illustre l’idée que l’on se fait d’une analyse prospective entreprise par des scientifiques : ceux-ci font état des connaissances disponibles afin d’identifier les problèmes qu’ils sont en mesure d’aborder. Leur analyse repose ensuite sur une confrontation des idées qui en émanent afin d’identifier celles qui ont le plus d’avenir. Ce n’est donc pas la finalité d’une recherche qui est essentielle, mais ce sont les moyens et les connaissances qu’elle offre qui en font une recherche d’avenir.

 

Les priorités de recherche font donc l’objet d’analyses différenciées selon qu’elles sont conduites par des journalistes ou des scientifiques. Pour réduire cet écart, les efforts d’ouverture et de dialogue entre science et société méritent d’être soutenus. Une base commune suggère et encourage d’ailleurs une collaboration entre les deux professions : « la conviction que les conclusions nécessitent des preuves ; que ces preuves devraient être accessibles à tous ; et que tout est sujet au questionnement », comme le soulignait la revue Nature dans l’un de ses éditos (lire l’édito en anglais dans son intégralité). La science de l’avenir sera vraisemblablement une science qui communique.

La Nuit des Chercheurs qui sera organisée le 28 septembre 2012 à Villeurbanne et un peu partout en Europe participe de cet effort d’ouverture de la science à la société. Vous êtes tous conviés à y participer !

 

Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA

 

En savoir plus sur la Nuit des Chercheurs

Télécharger le dossier complet « Science et Communication – Comment voit-on l’avenir » réalisé par Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA dans le cadre du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » (unité d’Enseignement du Master Biosciences – 1ère année de l’ENS de Lyon).

« Du prétendu roi de la forêt »

Poème écrit par Abel BETRAOUI

Deux jeunes chevreaux blancs jusqu’alors maternés,
s’inquiétèrent un jour de connaître le monde.
Quittant la terre qui les avait vu engendrés
N’acceptant répit que leur destinée exonde.

L’un, tourmenté par une ambition dévorante,
Aspirait à s’illustrer parmi les illustres.
Et rejoignant la vieille forêt dormante,
Il s’enivrait de se savoir quittant les rustres.

L’autre, l’âme plus modeste, resta aux prés,
comblé de ces joies que lui apportait la vie.
Et de son aîné, il n’entendit plus parler
lui qui à son frère la gloire avait choisi.

Le premier, se targuant de sa fière destinée
s’en allait imiter le majestueux cerf.
Copiant ses moindres gestes et son port altier,
Devint ainsi, le petit roi de cette terre.

Les animaux, devant pareille majesté,
Courbèrent l’échine sans plus de protestations.
Et si tous devant lui, ainsi se prosternaient,
C’était là la marque de sa noble exaction.

Ainsi adulé, il paradait sur ses terres,
Qu’elles soient rivières, prairies, étangs ou forêts
Et en quelque endroit où lui et les siens allèrent
Revendiqua partout leur suzeraineté.

Mais de Lachésis nul ne peut se dérober.
Ainsi eut le roi une vision familière.
Mû par le destin jusqu’au bourbier qu’il fuyait,
Le ciel l’avait ramené ici à son frère.

Il vint à maudire pareille retrouvailles,
Fut-il dépité de tant de simplicité.
Partager son sang avec pareille canaille,
Révélait à ses yeux son ascension viciée

N’avez vous mon bon frère point d’autre ambition
Que de traîner sur ces terres, jusqu’au trépas vos lèvres.
Alors son frère sans vergogne lui répond
Sans vos subtilités, vous n’êtes qu’une chèvre.

Furieux, il quitta la compagnie de son frère,
Pestant de voir son autorité bafouée.
Gardant en mémoire ce souvenir amer,
Il se promit qu’un jour il saurait se venger.

Asservi par une inextinguible ambition
Il rassembla ses fidèles et entreprit alors
La confection d’une ramure défiant l’imagination
Plus majestueuse que celle du cerf encore.

Dès lors, tout animal vivant en ces terres
Qu’il fût le plus insoumis des hérésiarques
Le plus indomptable des révolutionnaires
Reconnut en ce roi son légitime monarque.

Mais un jour le duc et sa cour vinrent à la chasse
Les animaux apeurés, fuyant leur courroux.
Et pris dans ses ramures notre roi trépasse
Réalisant que de la mort nul ne se joue.

Le prétendu roi de la forêt s’effondra,
Le duc s’enorgueillant de ce royal gibier.
Mais s’approchant de sa dépouille, aux siens il s’écria :
« Mes frères, ce n’est qu’une chèvre : nous sommes dupés. »

Ce miroir fantastique que nous apposons sur nos frères,
Hantant leur existence d’une prétendue infériorité,
Nous porte chaque jour à nous complaire
Dans une condescendance abjecte qui ?nous permet de légitimer.

Mais de ce miroir sachons nous méfier,
Car qui sait si un jour, il ne saurait nous trahir.
Pris au piège dans une tourbe dont on ne peut s’échapper,
Que verrions nous s’il fallait ce miroir franchir.

Romantic Shadows par ©2012 *andreasrocha

« La peur de la mort » – Episode 5

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

L’homme conduit ensuite la scientifique, Ise, et les autres dans un corridor de métro. Le chemin dans l’ancien réseau à moitié détruit est long L’immense porte de leur abri, qu’ils atteignent après une heure de marche, est très surveillée par des guetteurs, qui se mirent à crier, quand ils aperçurent les fugitifs :

– « Chef ? Votre fils est revenu avec les autres !”

-”Impossible ! Ouvrez la porte, répliqua-t-il d’une voix forte.

La porte s’ouvre et laisse paraître une gigantesque cavité souterraine. A l’intérieur de celle-ci, une véritable petite ville y est installée. Les maisons sont construites à partir de matériaux trouvés dans les ruines.

            Immédiatement après l’arrivée du groupe des fugitifs, les citoyens de la ville se rassemblent autour d’eux. Certains d’entre eux pleurent de joie en retrouvant leurs proches, qu’ils croyaient morts. Ise vit le fils de chef qui embrassait un vieil homme. Ils discutent ensuite longuement. La scientifique s’approche d’Ise et lui chuchote :

-Je n’ai pas eu le temps de vous remercier de m’avoir sauvé, moi et tous les autres aussi. Merci.”

-Le mérite en revient à mon ami. Il a tout planifié et accompli. Il s’est sacrifié pour vous, pour nous tous” dit Ise tristement, les yeux pointés vers le sol.

-Je suis désolé pour votre ami,” répond la scientifique. Elle arrête de parler, puis elle continue :

-Vous ne m’avez pas encore dit votre nom.”

-Je suis Ise. Et le votre est ?

-Moi je m’appelle Keira. Vous pensez que nous pourrions nous tutoyer ?

-Si tu veux,” répond Ise en souriant à Keira, qui répond aussi par le sourire. Le vieil homme et son fils se sont approchés d’eux. Le vieil homme se tourne vers Ise et commence la discussion :

-Bonjour. Je m’appelle Cani, je conduis les gens à travers les ruines de cette ville. Mon fils m’a dit tout de vous et de votre passé. Je voudrais parler avec vous, mais discrètement, si possible.

Ise voudrait dire quelque chose, mais Keira est le plus rapide :

-Pas de problème. Nous nous verrons plus tard, et elle salue Ise. Le fils du chef se retire aussi. Cani montre la ville à Ise en menant la discussion :

 -Je suppose que mon fils t’a déjà dit ça, mais je pense qu’il est important que chacun trouve son vrai chemin dans la vie. Et je pense que tu l’as finalement trouvé.

-Mais mon chemin est couvert du sang de mes victimes…

-Si ce sont ces victimes qui t’ont guidé, elles n’étaient pas inutiles.

-J’ai tué des gens, même vos amis ! dit Ise en élevant sa voix, révolté par le ton du discours de Cani. « J’ai trouvé mon chemin – c’est vrai – mais à quel prix? J’ai mis une fin à la vie de nombreuses personnes pour le compte des couards gérant Haven ! »

Cani gratte sa barbe grise en prononçant :

– Je veux te parler de la vie et de la mort. Suis-moi.”

Le chef amène Ise dans une grotte plus petite. Après une longue descente, ils se retrouvent devant un tombeau. Le vieil homme commence à expliquer :

-Les hommes avaient toujours peur de la mort. C’est naturel, en fait, d’avoir peur de l’inconnu. Parfois cette peur est tellement forte qu’elle conduit des gens à faire des actions…on pourrait dire, Cani se met à chercher la meilleure expression,…radicale. Par exemple, tu vois le tombeau ici ? Les gens racontent que c’est le tombeau d’une personne importante du passé. Cependant, les légendes indiquent, que c’est un ancien milliardaire, qui, pour achever l’immortalité, a décidé de se laisser congeler pour vivre éternellement, et donc il est toujours en vie. Bon, en vie, comme une pierre, nous sommes d’accord. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça. Moi, je préfèrerais vivre une seule vie bien remplie, à être ici pour l’éternité comme un légume.”

 Le vieil homme prend une pause dans son monologue, puis il continue :

 » De l’autre côté, nous avons les chefs de Haven. D’après ce que mon fils a appris de cette scientifique, ceux-ci utilisent les citoyens pour acquérir une santé parfaite, même si la nature elle-même ne le permet pas. Ils ont exploité jusqu’à toi-même. Par cela, je ne veux pas dire, que tu n’étais pas responsable de tes propres actions, tu n’es pas un légume comme ce milliardaire, tu sais réfléchir par toi-même, ce que tu as finalement prouvé, quand tu t’es décidé à aider ton ami à sauver ces gens. Mais tu étais manipulé et tu as agi sous le couvert de raisonnements détournés, inventés par les chefs de Haven. Et cela parfois prend du temps à distinguer. Ce qui est important est que tu as finalement trouvé, ce que tu dois faire. Pour les vies que tu as dépensées- tu ne peux pas changer le passé ; la seule chose que tu puisses faire est de ne pas oublier les leçons que la vie t’a enseignées. »

Cani a fini son monologue. Ise se rend compte qu’il dit la vérité, cependant, il ne peut pas se débarrasser du sentiment de honte d’avoir tué tellement de gens pour assurer la survie de certains qui ne le méritent peut-être pas. C’est bizarre – après des années de meurtres, alors qu’il ne s’était jamais posé de questions, il s’est finalement réveillé face à la dure réalité et trouve qu’il n’a pas le droit de décider de la vie des autres. Il lui reste une seule chose, vivre avec ce fardeau, pour Lex, qui s’est sacrifié pour lui, pour lui permettre de s’enfuir du Centre.

La porte de la grotte du tombeau s’ouvre et Keira entre.

– Bonsoir, je peux entrer ? demande-t-elle à Cani.

– Bien sûr, nous avons fini de parler, répond Cani avec un soupir, sauf que c’était plutôt moi qui parlais.

-Merci. Ise, les gens nous ont promis de nous montrer la ville. Viens.

Ise rejoint Keira et ensemble, ils sortent dans les lumières de la ville souterraine, et peut-être, dans la lumière d’un meilleur avenir.

FIN

Juraj MICHALIK

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (22 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/893

« La peur de la mort » – Episode 4

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Le jour suivant, un peu avant midi, Ise est déjà de retour à l’hôpital, son vaisseau parqué à l’aéroport, juste devant le Centre d’Exploitation. De son côté, Lex vient de finir les derniers préparatifs avec pour seuls bagages un appareil électronique étrange et tarabiscoté ainsi qu’un vieux tablier apporté par Ise le jour précédent. Sous prétexte de sa sortie quotidienne, Lex, soutenu par Ise, quitte l’hôpital en direction du Centre.

             Midi. Le soleil est à son zénith. Les deux hommes se tiennent à l’entrée du Centre. Ise sert son fusil fébrilement.

-Je t’ai dit hier que tu n’en auras pas besoin tout de suite dit Lex.

-Oui, mais il vaut mieux être prêt et rester sur nos gardes.

-De par la réputation du bâtiment, tu sais très bien que personne n’oserait jamais l’assaillir, ils ne se méfieront pas.

C’est assez simple de pénétrer dans le Centre finalement. La loge est vide. Personne aux alentours. Le sous-sol était à leur portée, c’est là où se trouvent les cages. Pas de signal de leurs appareils. Parvenus au pied du poste de sécurité, Ise sort les pinces de ses poches et les approche de l’armoire électrique qui vomit une gerbe de câbles, multicolores et éparses. Un coup de pince, le système d’ouverture des portes et l’alarme sont désactivés.

-La porte est assez massive et devrait résister aux coups, mais il vaut mieux se dépêcher”, constate Lex. Le terminal est à gauche, plus loin dans le corridor. »

Les deux amis plongent dans l’obscurité du couloir. Quelques dizaines de mètres plus loin, le terminal. Lex tire de son sac le mystérieux appareil et le connecte sur le PC, puis donne le tablier à Ise.

-Ça va me prendre un peu de temps. Quand j’entrerai dans le réseau, j’ouvrirai d’abord les cages, puis j’activerai le métro et à la fin, j’essaierai d’ouvrir la porte principale de la ville pour que tu puisses t’enfuir. Fraye-toi un chemin vers les cages en utilisant la carte. Quand tu seras arrivé, nous pourrons communiquer par l’intercom.

Ise se rue en direction des cages. Il descend par l’escalier vers la porte fermée. Il parvient à l’ouvrir en composant le code dans le terminal de la serrure. Enfin, il atteint la salle qu’il recherchait : celle avec les détenus, enfermés dans des cages. Les prisonniers, tous vêtus de draps blancs, vivaient dans des conditions terribles. Quelques-uns étaient horriblement maigres et certains semblaient même incapables de bouger.

-Démons ! Vous n’en avez pas fini de capturer des victimes ?,” s’exclame soudain une femme dans une des cages. Elle semble être plus vive que les autres. En s’attardant sur ses traits, tirés par la fatigue, Ise reconnait son visage. Il s’agit d’une scientifique, qui s’était révoltée contre l’esclavage et le massacre qui avait eu lieu au Flux Vital. Elle avait refusé de suivre les ordres du projet « Survie » et avait alors mystérieusement disparu quatre semaines plus tôt.

-Calmez-vous, je ne suis pas l’un d’entre eux. Je ne suis pas chasseur ! Mon ami essaie d’ouvrir les portes des cages pour que vous puissiez tous vous enfuir. Vous êtes enfermée ici depuis votre disparition?

-C’est la seule façon pour Régulation de se débarrasser des gens, qui n’ont pas la même opinion qu’eux. Leur seul intérêt est leur propre survie, même au prix de la vie des autres.

-Oui, je sais. Malheureusement, j’ai dû tuer et mettre en esclavage nombre d’innocents avant d’accepter la vérité, dit Ise contrit, le regard au sol.

”Ise ? Tu y es ? J’ai réussi de m’infiltrer dans le réseau, retentit la voix de Lex à travers l’intercom.

-Oui, c’est bon. Tu peux ouvrir les cages, confirme Ise dans le microphone de l’intercom.

Je cherche encore les commandes correspondantes. Pour l’instant j’ai seulement trouvé le contrôle de l’alimentation du métro. Attends un peu.”

Ise se dirige vers l’immense grille, supposée couvrir la bouche de ventilation conduisant à la station de métro. Il la soulève avec aisance et la met de côté. Après avoir vérifié son intérieur, il revint vers la scientifique.

– Est-ce que vous pensez que vous seriez capable d’organiser l’évasion de tous ces gens?, demande Ise.

-Oui, mais il serait impossible pour nous de traverser la ville.

-Il vous suffira de suivre le chemin indiqué sur la carte, dit Ise en donnant le tableur à la scientifique. « C’est le puits de ventilation là-bas. Quand vous arrivez dans le métro, suivez les instructions dans le tableur pour le démarrer. Normalement, vous devriez être capable d’atteindre les ruines avec le métro.

-Merci… Pourquoi nous aidez-vous ?

-Je ne veux plus faire partie des jeux de la Régulation, dit Ise, la colère transparaissait dans sa voix.

Un clac assourdissant éclate dans la salle et les cages s’ouvrent immédiatement.

Normalement, les portes des cages devraient être ouvertes, dit Lex par intercom. Je vais maintenant activer l’alimentation de métro. Cela devrait être fait avant l’arrivée du reste.

-Tout semble marcher comme prévu. Je reviens vers toi dès que les prisonniers seront évacués”, dit Ise dans l’intercom.

Il se tourne vers la scientifique :

– Nous devons rapidement rassembler tout le monde devant le puits.”

Ils commencent à évacuer les gens des cages. Malgré l’état affreux de quelques personnes, ils réussissent à tous les regrouper devant le puits pour que tout le monde puisse partir.

– Maintenant, faites ce que je vous ai dit et vous ne devriez pas avoir de problème à regagner votre liberté. dit Ise à la scientifique.

-Et qu’est-ce que vous allez faire ?

– Mon plan est de quitter la ville. Ensuite je verrai.

-Vous pourriez rejoindre les gens dans les ruines ? dit un homme derrière la scientifique, évidemment intéressé par leur conversation. Ise le reconnait, c’est lui qu’il avait capturé près de l’hypermarché.

-Je ne pense pas que ça soit possible. J’ai tué et réduit en esclavage beaucoup d’entre vous sous prétexte de sauver l’humanité. J’aurai honte si j’acceptais votre offre.

-Mon père est le chef d’un des groupes de gens dans les ruines. Il a toujours dit que pour certains, il faut du temps avant qu’ils retrouvent leur chemin. Il vous acceptera.

-Je ne sais pas.

-En tout cas, si vous vous décidez, allez dans la station de métro juste au-dessous de l’hypermarché. Mais ne soyez pas en retard ; si vous n’y êtes pas lorsque nous arrivons, nous partirons sans vous.

La scientifique commence à guider les gens dans le puits. Lorsqu’Ise et elle se retrouvent seuls, elle jette à Ise un regard de remerciement avant de disparaître dans le puits.

Ise revient rapidement vers Lex.

– C’est fait, tout le monde est parti. Maintenant c’est à nous de sortir.dit-il.

Lex le regarde sombrement.

-Tu sais que je ne peux pas partir d’ici. Dès que j’aurai surchargé le système énergétique du bâtiment, les portes ne seront plus ouvrables. Et tu sais que je dois le faire.

-”Oui… je sais…,” dit Ise d’un ton sec.

-Écoute, je t’ai dit que tu ne devais pas être triste pour moi. Tu as fait ce que tu as pu, mais mon destin est différent.

Le terminal émet un « bip ». Lex regarde l’écran, puis se lève et va vers Ise :

-Le métro s’est mis en mouvement. Il est temps que tu partes aussi. Je peux t’ouvrir la porte principale de la ville grâce au terminal, et la bloquer. Tu devrais avoir assez de temps pour t’enfuir.”

Ils s’embrassèrent.

– Adieu, se dirent-ils à l’unisson.

Ise, avec larmes dans les yeux, se tourne et part. Il se rend compte qu’il ne peut rien faire de plus. Soit Lex meurt ici, soit il mourra dans l’hôpital.

Il s’achemine vers la sortie du Centre. La centrale est toujours fermée, la porte intacte.  Cependant, la loge du rez-de-chaussée n’est pas vide cette fois – le portier aperçoit Ise.

– Qu’est-ce que tu fais ici ? Les chasseurs n’ont pas la permission d’entrer dans le Centre d’exploitation, crie le concierge.

Ise regarde le portier, et voyant qu’il n’est pas armé, il continue son chemin.

– Arrête ! Arrête ! hurle le concierge dans tout le bâtiment.

Il déclenche l’alarme de sécurité et court vers la sortie du bâtiment, puis jusqu’à son vaisseau. Il entre dans sa cabine et démarre le moteur. Le vaisseau s’élève, et le son de l’alarme s’atténue peu à peu, il s’éloigne du Centre. Lex réussit finalement à surcharger l’alimentation électrique du bâtiment. Ise conduit le vaisseau vers la porte de la ville qu’il trouve, comme Lex lui avait promis, ouverte. En quelques instants, il sort de Haven.

             Alors que son vaisseau s’éloigne de la ville, Ise se rend compte qu’une nouvelle vie l’attend. Mais que doit-il faire désormais ?  Les gens à Flux Vital sont sauvés, le Centre d’Exploitation n’est plus opérationnel. De plus, Lex y est emprisonné … Mais où irait-t-il dès lors ? Le fils du chef du groupe dans les ruines lui a proposé de se joindre   aux siens, mais Ise ne sait pas s’il doit accepter, s’il saura vivre dans ce groupe, dont il a froidement tué beaucoup de membres. De plus, il n’a jamais vu de groupe organisé dans les rues des ruines, mais plutôt des personnes solitaires, livrées à elles-mêmes. Il comprend vite qu’ils n’avaient pas le choix ; une personne seule ne peut survivre pas dans ces terres détruites par des radiations UV.

            Le vaisseau atterrit au centre de la place principale. Ainsi, il pourra empêcher que la Régulation ne le trouve, et donc il démonte son communicateur – la seule possibilité de tracer sa position – et avec la chose le souvenant de son boulot passé – la caisse avec des seringues – le jette sur la terre. Il revient dans la cabine et part pour l’hypermarché.

           L’hypermarché lui-même est, contrairement aux autres bâtiments, sous les ruines de la ville, dans un état suffisamment conservé et permet à Ise de cacher son vaisseau des autres chasseurs. Il le cache donc dans un coin sombre, et se met à chercher la station de métro la plus proche. Quelques indications encore lisibles dans le bâtiment lui permettent d’atteindre son but, et une dizaine de minutes plus tard, il se retrouve à la station. Le métro arrive. Une vingtaine de minutes à peine s’écoulent que le métro commence à freiner avec un grincement strident. L’homme – fils du chef des gens des ruines et le scientifique sortent les premiers.

-Je vois que vous avez fini par changer d’avis.

-Je n’avais pas tellement de choix.

-Ne vous inquiétez pas, je suis sûr que mon père vous acceptera malgré votre passé difficile à notre égard.

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (22 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/893

« La peur de la mort » – Episode 3

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Le vaisseau d’Ise s’approche lentement des ruines de la ville, sur lesquelles la nuit venait de tomber et décide finalement de se poser près de l’ancien hypermarché. Il s’empare de son fusil, saute de la cabine du vaisseau et monte sur le toit du bâtiment pour se préparer à l’arrivée imminente de sa proie. Celle-ci apparait finalement à l’aube sur les restes de la rue à côté de l’hypermarché. Ise ajuste son arme et presse la gâchette alors que l’individu s’effondre sur le sol. S’approchant de la victime il vérifie qu’elle est encore bien en vie. Il se saisit d’elle, l’emprisonne dans son vaisseau et se met en route vers Haven.

            A son arrivée en ville, il sort du vaisseau avec sa victime, alors que les récupérateurs des « sujets d’expérimentation » l’attendent déjà près de la porte pour la récupérer. Sans un regard, Ise les quitte et rejoint la chambre 106.

-Salut, Lex… alors, c’est fait. Ils t’ont appliqué le Flux que j’ai récupéré?

« Non, et je ne crois pas qu’ils aient l’intention de m’injecter quoi que ce soit. »

« Comment ?! Mais… j’ai explicitement dit au Collecteur que ce Flux était pour toi. Es-tu sûr qu’ils ne vont pas te le donner? »

« J’ai demandé à l’infirmière et elle m’a dit qu’il n’y avait pas de Flux Vital pour moi. »

« Je vais me renseigner auprès du Collecteur, c’est sûrement une erreur. Je reviens tout de suite. »

Ise se précipite dans le bureau du Collecteur.

« Bonjour » dit-il à la jeune femme assise derrière le bureau, « hier soir, j’ai apporté du Flux Vital et j’ai bien spécifié qu’il était destiné à Lex de la chambre 106. Or il me dit ne rien avoir reçu aujourd’hui. »

« Oui. C’est exact… Ce n’est pas une erreur. »

« Je vous demande pardon ? »

« Comme vous ne vouliez pas d’argent en échange du Flux, j’ai décidé de le vendre moi-même. »

« Quoi ?! » s’exclame Ise incrédule. « Ai-je bien entendu? A qui l’avez-vous vendu ? »

« A moi. » dit une voix derrière Ise.

C’était le Superviseur, le chef de la Régulation de Haven. Ise n’aimait pas beaucoup les gens de la Régulation, mais jamais il n’aurait imaginé que l’un d’eux serait capable d’un tel acte.

« Depuis combien de temps achetez-vous le flux que je destine aux citoyens? » demande Ise en colère.

« Depuis que vous les apportez. » répond froidement la jeune femme toujours assise derrière son bureau. Elle sourit. « Qu’est-ce-que vous croyez ? Comment avez-vous pu imaginer une seule seconde que j’allais laisser passer une telle occasion de gagner de l’argent ?! Ma famille ou moi-même, nous pourrions en avoir besoin! »

« Vous deux… vous avez trahi les citoyens de Haven! » s’emporte Ise.

« Et que vas-tu faire? » demande le Superviseur. « Je pourrais t’emprisonner au Centre d’Exploitation. » dit-il d’un ton qui se voulant menaçant. « Mais pour cette fois tu as de la chance. La Régulation a besoin des chasseurs. Retourne donc au boulot ! »

Ise ne répond rien. Il sait qu’il était inutile de discuter, du moins pour le moment.

« Bien » dit le Superviseur, satisfait du silence d’Ise « Tout est réglé. » ajoute-t-il avant de sortir du bureau.

«  Il vous a bien calmé ! », s’amuse la jeune femme avec un large sourire. Ise, sentant la rage et l’impuissance monter en lui, préfère sortir du bureau pour retourner voir Lex qui voit immédiatement que quelque chose de grave s’est produit.

Sans un mot, les deux amis sortent sur la terrasse de l’hôpital où Ise raconte sa dispute avec le Superviseur.

« Je ne pensais pas les membres de la Régulation aussi insensibles. Mais je ne suis pas surpris non plus. Sauver des gens n’a jamais semblé être leur préoccupation. »

« Mais comment ai-je fait pour ne rien remarquer ? » demande Ise dépité. « Que font-ils avec tout ce flux? Je n’ai jamais vraiment pensé à ceux que j’ai tués, je me suis toujours concentré sur ceux que j’ai sauvés. Mais au final, je n’ai sauvé personne mis à part quelques privilégiés ! Je ne suis qu’un meurtrier. Je suis même incapable de sauver mon ami. »

-Tu ne dois pas être désolé pour moi, répond Lex. « Je me suis préparé à mourir. Et quant à toi, tu peux toujours quitter la ville. Mais tu ne dois pas partir seul. »

Ise sent tout de suite où Lex veut en venir et en toute connaissance de cause, il se prononce finalement, l’air grave :

-Mais si nous voulons libérer les esclaves, il faudra d’abord réduire le Centre à néant pour ne pas que nos efforts aient été vains et

-Je pense savoir comment y parvenir”, l’interrompt Lex.

Les deux hommes mettent au point le plan. Ise n’est pas sûr que Lex tienne jusqu’au bout de l’aventure et réalise sa part du contrat. Avec toute la rage que l’espoir peut lui apporter, Ise abandonne l’hôpital pour commencer les préparatifs.

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (21 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/892

« La peur de la mort » – Episode 2

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Les deux hommes sortent sur la terrasse de l’hôpital. Lex, tout en toussant, commence à parler:

-Ise, tu sais pourquoi je ne travaille plus au Centre d’Exploitation de Haven?”

-Tu m’avais dit, que tu n’étais plus capable de le faire…

-Certes, je n’étais plus capable… Je n’étais plus capable de voir ces gens souffrir. Je ne pouvais plus les voir enfermés dans des cages, comme si c’étaient des animaux. Je ne pouvais plus penser à ces « sujets d’expérimentation », élevés uniquement pour être tués pour leur Flux Vital.

-Ça ne me plaît pas non plus … mais c’est la seule façon d’assurer la survie de notre ville.

-Mais pourquoi est-ce que notre ville devrait-elle survivre? Pourquoi est-ce que l’humanité devrait survivre? Le gens de la Régulation disent que ceux à l’extérieur ne sont pas des hommes… Ils disent que ce sont que des abominations de la nature! Et pourquoi? Parce qu’ils sont capables de résister aux radiations solaires.  Le gens de la Régulation ont peur. Ils ont peur de souffrir et de mourir, malades, lorsque le Flux Vital ne sera plus disponible. Ils ont peur, et c’est pour ça qu’ils disent ce qu’ils disent.

-Peu m’importe la Régulation! Moi je veux sauver les gens comme toi, comme ma sœur. C’est pour ça que je refuse d’être payé pour le Flux Vital que j’apporte … J’apporte ce Flux Vital parce que je l’ai promis à ma sœur!

-Ta sœur serait plus fière de toi, si tu arrêtais de tuer et de réduire à l’esclavage des gens possédant le Flux Vital. Le traitement avec le Flux Vital est souvent éphémère. La guérison ne dure pas…Il faut tuer environ cinq personnes pour sauver une seule! Ça n’a aucun sens! On est voué à disparaitre …

Notre population a diminué de 50% en un siècle malgré l’armée de chasseurs de prime.

 Le silence s’installe entre les deux amis … Un silence qui semble éternel, un silence qui veut tout dire…

La sonnerie du communicateur d’Ise interrompt le silence.

-Salut X-11, ici le centre de coordination, le Centre d’Exploitation a annoncé un accident. Deux de sujets d’expérimentation sont morts. On en a besoin  de deux autres. Pouvez-vous vous en charger?

Malgré le regard désapprobateur de Lex, Ise accepte.

-Oui, je vous en apporterai un.”

-Merci… Au revoir.

Lex ne peut pas cacher son mécontentement. Ise le sait, il lui dit alors:

– Je dois partir, le travail m’appelle. Je dois chercher mon armure, je l’ai laissée dans la chambre.”

-Ise, tu me promets que tu réfléchiras à ce que je viens de te dire?

Ise ne répond pas. Il retourne sans un mot dans la chambre 106, prend son armure et repart vers son vaisseau.

            Haven a un problème majeur : de nombreuses maladies génétiques ont envahi la population. La ville avait autrefois été surexposée aux radiations solaires, causant des mutations qui se sont transmises aux générations suivantes. Toutefois, une partie des habitants, grâce aux mutations, a pu développer ce qu’ils ont choisi d’appeler “le Flux Vital”. Cette substance confère à son porteur une incroyable résistance aux radiations solaires et aussi aux maladies génétiques. Les scientifiques ne parvenant ni à synthétiser cette substance, ni à expliquer ses surprenantes propriétés, elle en devenait quasiment magique.

             Chez l’autre partie des habitants de Haven, majoritaire, les mutations ont entraîné le développement de maladies génétiques diverses : à Haven en 2319, il y avait 99% de chance qu’une personne sans « Flux Vital » meure avant trente ans d’une maladie génétique, tous les traitements médicaux étant jusqu’alors inefficaces. Les scientifiques finirent par reconnaître leur échec et se tournèrent vers le « Flux Vital » pour soigner les malades. Toutefois, cette technique comportait de lourds inconvénients : l’extraction du flux causait la mort de l’individu porteur et ne garantissait chez la personne soignée que quelques mois de répit. Cependant, cela ne suffit pas à rebuter la Régulation de la ville au départ du projet « Survie » qui ordonna la création de l’armée des chasseurs de primes. Cette dernière était constituée de combattants qui allaient chercher des gens à l’extérieur de la ville pour leur extraire le « Flux Vital » ou les amener au Centre d’Exploitation afin de les contraindre à se reproduire.

            Au début, de nombreux scientifiques s’opposèrent au projet « Survie », mais rapidement, la peur de souffrir d’une maladie et les disparitions des mystérieux rebelles eurent raison de cette opposition et seuls quelques dissidents choisirent de poursuivre la lutte contre le projet.

             Alors qu’il vole au-dessus des ruines de la ville, Ise réfléchit à la discussion qu’il a eue avec Lex. Il sait que Lex a raison. Mais il ne peut pas s’arrêter. Il est le seul à ne pas systématiquement exiger de paiement pour l’extraction du flux et donc le seul espoir de ceux qui n’ont pas assez d’argent pour payer le traitement. De plus, s’il déserte, il serait lui-même incarcéré au Centre d’Exploitation, étant lui-même porteur du flux.

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (20 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/891

« La peur de la mort » – Episode 1

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Nous sommes le 5 juillet 2319. Le plateau est désert, seulement recouvert de pierres et de sable reflétant les rayons du soleil. A première vue, absence totale d’organisme vivant. Mais, tout d’un coup, un troupeau d’animaux apparait, appeurés par le sifflement d’un vaisseau aérien. Le vaisseau poursuit d’abord les animaux, puis change de direction et se dirige vers la ville à l’horizon, ou plutôt, vers ce qu’il en reste. Le monde n’est plus vivable : c’est le monde d’après la troisième Guerre Mondiale.

En 2130, l’insuffisance des ressources en pétrole, charbon et fer avait augmenté les tensions entre les Etats du monde, et finalement abouti à la troisième Guerre Mondiale. Les États possédant la bombe atomique avaient pourtant conscience des conséquences de son utilisation. Aucun d’entre eux n’avait donc envie de s’en servir. Sauf un, qui avait construit une roquette capable de détruire localement la couche d’ozone. Son gouvernement s’était décidé à l’utiliser en direction de la capitale de son ennemi : ils avaient pensé qu’après la destruction de sa capitale, l’État ennemi devrait abdiquer.

            Tel était le plan. La réalité fut différente. Les constructeurs de cette arme atmosphérique avaient sous-estimé sa puissance. Ils pensaient que le mécanisme, transformant les molécules d’ozone en entités sans capacité à filtrer le rayonnement UV, n’allait agir que localement, et donc s’affaiblir avec la distance. En réalité, lors du lancement de l’arme le 14 novembre, il se produit le contraire. Cette réaction en chaîne fut suffisamment forte pour détruire la couche d’ozone de la Terre entière, en deux mois. Les rayonnements solaires mortels bombardèrent la surface, la rendant invivable. Tous ceux qui ne s’étaient pas réfugiés dans des abris moururent, ou furent mutilés par les rayonnements UV.

            Cependant, un groupe de scientifiques avait construit, avec l’aide du gouvernement, une ville protégée par une coupole de verre filtrant les rayonnements dangereux du soleil. Cette ville était localisée dans les montagnes et une partie était cachée sous terre. Elle contenait tous les constructions nécessaires pour la survie de ses habitants : des jardins produisant des fruits et des légumes, un système de filtration de l’eau et de l’air, de l’énergie géothermique pour produire de l’électricité, et des serveurs contenants toutes les informations connues par l’humanité.

            Presque deux cents ans plus tard, cette ville, maintenant connue sous nom de « Haven », reste un des refuges pour les survivants. Elle dispose d’une armée de vaisseaux aériens. Ces vaisseaux possèdent deux grandes ailes, une cabine de pilotage, ainsi que de l’espace pour un chargement.

            Ce jour-là, un vaisseau s’arrête près des ruines d’un ancien gratte-ciel, sa cabine s’ouvre et dévoile son pilote en armure et casque modernes. Celui-ci appuie sur le bouton du communicateur du vaisseau, d’où il entend :

– Bonjour, ici chambre de coordination de la ville « Haven », de quoi avez-vous besoin ?

– Bonjour, ici chasseur X-11, répond la personne dans le vaisseau. « Haven a-t-elle besoin de plus de sujets pour l’expérimentation ? »

– Négatif, nos capacités sont à 100%. On a seulement besoin de la substance, avez-vous la possibilité d’en récupérer ?

– Ok, j’y vais. Communication terminée.

          Il place une caisse sur son armure dans son dos, prend son fusil moderne en main, ferme la cabine du vaisseau et se met à explorer les ruines du gratte-ciel. Pendant une bonne demi-heure, il inspecte les niveaux inférieurs avant de monter au 15ème étage où, de la fenêtre, il observe le voisinage. Dans les restes du bâtiment voisin, il aperçoit quelqu’un au 5ème étage. Cette personne semble être saine bien qu’elle vive dans un milieu non protégé, sous le rayonnement solaire mortel. Le chasseur tourne un bouton de son fusil et l’indicateur affiche maintenant « Puissance MAX ». D’un geste sûr, il le pointe sur la personne et tire. L’individu est atteint par le projectile plasmique et tombe immédiatement sur le sol. Le chasseur se rend auprès de sa victime, sort une seringue de sa caisse et la lui plante dans les veines. Cinq minutes plus tard, il retire la seringue, maintenant remplie d’une substance blanche luminescente. Il la met dans sa caisse et, sans plus attendre, s’en va vers son vaisseau.

            Haven était localisée dans les montagnes sur l’extrémité opposée du plateau, aussi connue sous le nom de Terra Morta. Si ce plateau semble être désert, il sert cependant de foyer à un nombre non négligeable d’animaux mutés et potentiellement dangereux. C’est pourquoi il est conseillé de ne le traverser qu’en vaisseau.

            Le chasseur est monté dans son vaisseau et s’est dirigé vers Haven. Sa coupole de verre est visible de loin et il est impossible de se tromper de chemin.

            Parvenu à destination, la grande porte de verre et de métal froid s’est ouverte et le vaisseau a pénétré dans la ville. Ayant atterri à l’aéroport du centre ville, le chasseur s’est rendu à l’hôpital local. A l’intérieur, il suit les flèches indiquant « Collecteur du Flux vital » et entre dans un bureau.

« Salut Ise. Tu apportes le Flux Vital ? lui demande une jeune femme derrière un bureau.

– Oui, bien sûr.

– Veux-tu encaisser ton paiement cette fois ?

– Non, cette dose est pour mon ami Lex, chambre 106.

– Tu sais, Ise, que tu es le seul chasseur qui distribue le Flux comme ça ?

– J’ai assez d’argent pour avoir tout ce dont j’ai besoin, répond Ise irrité par la réflexion de la jeune femme. Et je veux donner une chance de vivre à d’autres qu’à ceux de la Régulation de Haven. Et cette dose-là est pour mon ami, finit-il par ajouter.

La Régulation était la communauté des patrons de la ville.

« Oui, je comprends. Je voulais juste te rappeler que tu as droit à un paiement pour chaque dose que tu amènes, lui précise la jeune femme.

– Je sais, mais je ne veux pas de paiement pour chaque dose. Je veux que ceux qui ne peuvent pas se payer de dose puissent quand même y avoir accès.

             Sur ces mots, Ise quitte le bureau et se dirige vers le deuxième étage de l’hôpital. Il frappe à la porte de la chambre 106.

            « Oui ? demande une voix éraillée.

            – C’est moi, Ise.

            – Ise ! Salut mon garçon ! dit l’homme en ouvrant la porte.

 -Salut, Lex. Comment vas-tu?

-De pire en pire.  La chlorination de mes poumons a fini par anéantir les bons vieux temps …

-J’ai des bonnes nouvelles pour toi Lex. Je t’ai apporté du Flux Vital. »

Lex reste médusé, pétrifié, aucun signe de joie … Ces traits ne reflètent que l’incertitude et le doute…

Ise regarde Lex dans les yeux, surpris par cette étrange réaction.

Lex finit par dire:

-Il est temps, je pense, qu’on discute de ton travail, mais d’abord, sortons de cette chambre … Je peux encore sortir une dernière fois aujourd’hui…”

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (19 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/889

La vie et la mort – « Une autre vie » – Episode 3

Nouvelle écrite par Jean-Christophe ATTARD

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

© Ian Muttoo / Licence Creative Commons. Source : http://voyages.orange.fr/reportages/photos/les-10-villes-a-visiter-en-2012/

Lorsqu’il revoit enfin, il n’est plus à Las Vegas mais à Londres, toujours pensif, à se poser des questions sur sa vie avant cette aventure à Tokyo. Son téléphone se remet à bipper, avec un message en attente et toujours une adresse affichée. Il comprend pourquoi il a reçu ce message, « une autre personne à aider ». Il décide d’essayer de répondre afin de connaitre la vérité. Son envoi est refusé, et là il se rend compte qu’il ne capte pas.  Au même moment, il reçoit de nouveau le message. Il va donc à l’adresse indiquée.

« Un hôpital ? Mais comment trouver la bonne personne à aider dans un hôpital ? »

Il traverse les étages du bâtiment en guettant les chambres afin d’essayer de trouver la personne recherchée, quand tout à coup, il aperçoit une jeune fille seule assise sur un lit en train de lire une lettre. Elle semble inquiète et préoccupée. Là il comprend. Cela doit encore être une personne sur le point de se suicider qu’il doit sauver. Réfléchissant quelques instants, Julien se dit qu’il devrait aller voir le toit ! Quel meilleur lieu pour mettre fin à ses jours. Il se hâte donc à cet endroit.

*****

Arrivé là-haut il aperçoit un jeune homme debout sur le rebord du toit, prêt à sauter. Comme frappé d’une illumination, Julien ressent une sensation bizarre, comme s’il connaissait cette personne. Il s’appelle Gabriel Miller, et récemment il y a eu un bouleversement dans sa vie qui l’a amené à se poser des questions sur sa présence dans ce monde, sur son passé, sur ses origines. Julien se sent plus proche de ce garçon que de toutes les personnes qu’il a aidées jusqu’à présent, et il comprend qu’il n’est pas le seul à se poser des questions, et qu’il doit avant tout aider Gabriel.

« Gabriel, n’aie pas peur, je suis là pour t’aider. Je m’appelle Julien, ne me demande pas pourquoi mais je sais ce qu’il t’arrive, je connais ta vie passée et crois moi, à mon avis, ton avenir ne doit pas se terminer ici et maintenant. Des personnes ont besoin de toi, comme tu as besoin de certaines personnes. Mais tu as déjà un ange gardien qui est là pour t’aider et te protéger, sois généreux avec cette personne, car elle est sensible et un jour elle aura besoin de toi. »

Julien comprend pourquoi il reçoit ces messages, quel est son destin et il sait qu’il vient d’aider une personne de plus. Avant même de pouvoir dire un mot, il se retrouve baigné dans une lumière blanche infinie qui lui paraît pure et paisible.

Lorsqu’il commence à se détendre et à fermer les yeux afin de profiter d’un moment de calme, une voix le ramène à la réalité.

« Julien, Julien, ouvre les yeux, tout va bien. »

A l’ouverture de ses yeux, Julien aperçoit une magnifique jeune femme, rassurante et avec une voix de déesse.

« Félicitation Julien, tu as réussi toutes tes épreuves, je vais maintenant t’expliquer tout ce qu’il t’est arrivé jusqu’à aujourd’hui. Es-tu prêt ? Car ce n’est pas facile à entendre.

-Je ne sais pas, je pense que c’est ce que je devrais faire, de toute façon il faut bien que je sache mon passé.

D’accord, alors la réalité est que tu es décédé en sauvant la vie d’une petite fille qui allait tomber d’une falaise. En faisant cela, tu as toi-même perdu l’équilibre et tu es tombé de cette falaise et ta chute fut mortelle. Tu viens de passer un examen afin de savoir si tu étais prêt à devenir un ange gardien ! Les trois personnes que tu as sauvées sont tes protégées, tu ne t’en es pas rendu compte, mais tu as voyagé dans le temps et l’espace afin de pouvoir les rencontrer et ainsi prouver que tu étais fait pour les aider. Maintenant tu vas devoir les surveiller tout au long de leur vie et leur venir en aide quand tu jugeras qu’elles en ont besoin.

-Donc les messages provenaient de vous ? Mais pourquoi m’avoir choisi moi ?  Qu’ai-je de plus que les autres ?

La réponse à cette question semble évidente. Tu as été choisi car tu es la personne la plus performante pour les aider !  Tu es un être bon et généreux.»

Julien, troublé, repense à tout ce qu’il s’est passé. Et effectivement, il se rend compte qu’il vient d’avoir la réponse à toutes ses questions : que faisait-il ? Et pourquoi ?

Et surtout, il se rend compte que jamais il n’avait pris de moyen de transport pour se déplacer, qu’il lui avait suffi de fermer les yeux pour se rendre dans un nouveau lieu.

Ainsi il accepte son destin et retrouve le monde réel avec la ferme intention d’accomplir sa tâche.

 

Jean-Christophe ATTARD

Pour citer cette nouvelle :

ATTARD, Jean-Christophe (17 août 2012) “La vie et la mort – « Une autre vie » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/878

La vie et la mort – « Une autre vie » – Episode 2

Nouvelle écrite par Jean-Christophe ATTARD

Épisodes précédents

Épisode 1

Photo by pbo31 – used under Creative Commons. Source : http://finalfashion.ca/market-week-in-las-vegas/

A son réveil, tout lui semble différent. Et pour cause, il est à l’aéroport de Las Vegas.

« J’ai dû me tromper d’avion, ce n’est pas ici que je voulais aller. Mais d’ailleurs, comment cela se fait-il que je sois ici ? »

A ce moment là, son téléphone se remet à sonner.

« Tiens ? Encore un message. Mais ! Encore une adresse ? Serait-ce quelqu’un qui pourrait m’aider, ou inversement ? Mais dans ce cas, pourquoi est-ce moi qui reçoit les messages ? »

N’écoutant que son courage, Julien va directement au lieu de rendez-vous.

Une fois arrivé, il aperçoit une jeune femme seule en larmes, debout sur une chaise avec une corde autour du cou.

« Mademoiselle, que faites-vous ? Descendez de cette chaise, je vous en supplie, nous pouvons discuter ! »

– Qu’est-ce que… ? Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? Laissez-moi seule. Vous n’avez absolument rien à faire ici ! Je… je…

-Vous ? Pourquoi faire cela, je vous en prie, expliquez-moi. Je veux vous aider. »

« Et pourquoi à chaque message que je reçois, je me retrouve face à une personne en danger de mort ? Qui peut bien m’envoyer moi plutôt que de contacter les pompiers ou la police ? »

Sur ces mots, Julien comprit qu’il avait été envoyé ici pour aider cette personne, mais il se demandait qui pouvait bien envoyer ces messages, et pourquoi à lui ?

« Vous semblez gentil, mais je ne pense pas que vous pourrez m’aider, le mal est déjà fait. Rien ne pourra changer ce qui m’est arrivé.

-Dites-moi quand même, et on verra bien ce qui pourra être fait.

-Et bien, je suis danseuse dans ce casino, et l’autre soir, un homme m’a fait demander dans sa chambre, comme cela se passe souvent après des spectacles, les personnes demandent à voir les artistes pour discuter avec eux. Mais lui c’était différent. Il m’a proposé de l’argent pour que je lui fasse plaisir.

-Et que s’est-il passé alors pour que vous soyez dans cet état ?

-Et bien j’ai refusé, alors à ce moment là, il a complètement changé de visage, il m’a sauté dessus, m’a jetée sur le lit et là il a commis l’irréparable !! »

Le souffle coupé par ses larmes, la jeune fille ne peut plus dire un mot.

« Et de cet homme, en avez-vous parlé avec les autorités ? Même si cela ne changera pas ce qui vous a été fait, l’homme en question sera puni pour le mal qu’il a commis. Et vous, vous pourrez quand même vivre après cela, des personnes seront là pour vous aider. »

La prenant dans ses bras, Julien la couvre de sa veste et la serre fort contre lui afin de la rassurer.

« Ne vous en faites pas, vous êtes une jolie fille, et vous le resterez même après ce qu’il s’est passé. Vous êtes capable de grandes choses, cela va aller. Venez avec moi, je vais vous conduire à l’hôpital, là-bas ils pourront vous aider, ils sauront quoi faire. »

 

 Arrivé à l’hôpital, Julien confie la jeune fille à un groupe de médecins en leur expliquant ce qui lui est arrivé.

Mais avant de partir, la jeune fille interpelle une dernière fois Julien :

« Au fait monsieur, quel est votre nom ?

– Julien. Il est vrai que l’on ne s’est pas présenté. Et vous ?

-Vanessa. Je te remercie Julien, tu m’as sauvé la vie et tu m’as redonné l’envie de vivre, je te remercie du fond du cœur, tu es un saint, Julien. »

Sur ces mots, Vanessa est emmenée par les médecins pour effectuer des tests et pour qu’elle se repose. Julien part donc à son tour, fier d’avoir pu aider cette personne, mais avec une question de plus en plus intense dans sa tête : savoir qui est cette personne qui lui envoie ces messages.

Il décide de s’asseoir quelques instants à un arrêt de bus pour réfléchir sur tout ce qui lui est arrivé jusque là. Il a sauvé la vie à deux personnes et a traversé le monde en moins d’une semaine, qu’allait-il lui arriver maintenant ? Allait-il enfin avoir des réponses ?

A ce moment là, il est aveuglé par les phares d’un bus en approche.

*****

Pour citer cette nouvelle :

ATTARD, Jean-Christophe (16 août 2012) “La vie et la mort – « Une autre vie » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/878

La vie et la mort – « Une autre vie » – Episode 1

Nouvelle écrite par Jean-Christophe ATTARD

Par Aris Papathéodorou. Licence Creative Commons By-Sa. Source : http://aris.papatheodorou.net/

« Où…où suis-je ? ». Dès qu’il ouvrit les yeux, il se crut dans un mauvais rêve.

« YO-SHI-NO-YA !! Je vais essayer de savoir où je suis. J’ai un vague souvenir de ce nom, l’entreprise est une start-up commençant à s’étendre dans le monde. Ses locaux sont au Japon dans un vieux quartier de Tokyo. Je dois donc être à Tokyo ! Mais qu’est-ce que je fais ici ? Je ne me souviens pas comment j’ai pu y arriver ! »

BipBip…BipBip….

« Un message ! Un rendez-vous ? Ici, à Tokyo ? Qui est-ce ? C’est bizarre de donner un rendez-vous sans se présenter, ni laisser son nom. Peut-être que cette personne pourra me dire ce que je fais ici. Mais dois-je aller là-bas ?  Je ne sais même pas où c’est et je ne sais même pas qui est cette personne. Et si c’est un faux message, une erreur de destinataire ?  Tant pis je dois prendre le risque. Comment vais-je pouvoir trouver ce lieu ? Je ne connais pas cette ville, je vais essayer de trouver de l’aide… »

Apercevant un passant, il décide de se lancer.

Please! Hello, could you help me to localize this address? 

-Bien sûr ! Elle se situe deux rues à droite.

Mer-Mer, merci ! « Tiens cette personne a deviné que je suis français, sûrement à cause de mon accent », pensa-t-il.

Tout en allant dans la direction indiquée, troublé, il se pose des questions sur sa présence ici.

« Comment suis-je arrivé ici ? Et pourquoi, qu’est-ce que je fais là ? »

*****

Arrivé à la destination, il est surpris de ne trouver personne.

Après une attente qui lui semble une éternité et qui pourtant ne dure que 10 minutes, il décide d’aller sur le toit de l’immeuble comme si quelque chose l’attirait là-haut.

Là, il aperçoit un homme d’une quarantaine d’années, assis dans un coin avec des bouteilles d’alcool et des boites de médicaments autour de lui.

Monsieur ? Bonjour ! Pourquoi m’avoir envoyé ce message ?

-Hein ? Qui est là ? Partez, laissez-moi seul ! J’ai besoin de rester seul.

Surpris par cette réaction et voyant les bouteilles autour de cette personne, il eut un élan de lucidité :

Monsieur, que faites-vous ici ? Comment vous appelez-vous ?

-Je m’appelle Robert, Robert Mortier ! Satisfait ?  Maintenant laissez-moi tranquille !

-Bonjour Robert, moi c’est … Julien…

Apparemment, il n’avait pas seulement oublié comment il était venu, mais même son identité lui semblait floue. Par contre, Robert Mortier lui semblait familier, comme s’il avait déjà entendu ce nom.

Pourquoi êtes-vous là à mélanger alcool et médicaments ? Expliquez-moi, je ne partirai pas avant de savoir !

Bon, si vous insistez. Mais je vous préviens, cela ne va pas être agréable à entendre ! Je n’en peux plus, mes supérieurs me stressent pour obtenir des résultats, ma femme me presse comme un citron pour avoir de l’argent et mes enfants, eux, ne m’écoutent plus et n’en font qu’à leur tête, sous prétexte que leur père n’est jamais là. Je pense qu’ils vivraient beaucoup mieux sans moi, je préfère en rester là, en finir…

Mais… Non, ne faites pas ça ! Je peux m’asseoir avec vous ? Vous savez la vie est une aventure avec des hauts et des bas. Ce n’est pas toujours tout blanc ou tout noir. C’est pourquoi, il existe les nuances.

-Qu… quoi ??

La vie est un éternel examen, ce n’est pas parce qu’on a quelques difficultés qu’il faut en finir, au contraire, cela permet d’évoluer et de se remettre en question.

 

-Vous n’avez pas tort. Mais comment pourrais-je faire pour m’en sortir ?

-Robert, écoutez moi. Vous allez rentrer chez vous, prendre un bon bain, vous coucher, passer une bonne nuit de sommeil. Demain matin, vous prendrez un jour de congé et vous irez passer une journée avec votre famille, et je vous prédis que vous vous sentirez mieux après ça et que votre vie sera meilleure.

Merci, Ju… Mais vous ne m’avez pas dit votre nom au fait ? Prenez soin de vous, que Dieu vous garde. Vous m’avez sauvé la vie, je vous serai éternellement reconnaissant.

Sur ces mots, Robert partit laissant Julien avec une question en tête, « Quel est votre nom ? ». Lui-même n’arrivait pas à trouver la solution.

« Mais que m’est-il arrivé ? Je ne me rappelle même pas de ma propre vie, ce que je fais là, et en plus je me retrouve à aider une personne que je ne connais même pas. »

Assis sur un siège à l’aéroport de Tokyo où il a pris un billet d’avion, il attend sagement l’heure de son vol. Pris de fatigue et n’ayant son avion que dans quelques heures, Julien s’assoupit sur son siège.

*****

Pour citer cette nouvelle :

ATTARD, Jean-Christophe (15 août 2012) “La vie et la mort – « Une autre vie » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/877

La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Episode 3

Nouvelle écrite par Ninon MOUNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Lorsque Jonas quitte la pièce, Gabriel se sent incroyablement seul. Il a l’impression d’être un étranger dans sa propre vie. « Qui suis-je ? » Une question à laquelle il était persuadé d’avoir la réponse quelques heures auparavant, et qui à présent le laisse totalement démuni. Il n’est plus le jeune homme heureux qu’il pensait être, et il est incapable de se reconnaître dans l’enfant que Jonas lui a décrit. Cet enfant qui aurait dû mourir il y a dix-neuf ans de cela, et qui a cessé d’exister au moment même où ils ont quitté la communauté. Le jour où Jonas l’a pris dans ses bras pour fuir, il est devenu un autre. Cet autre, construit sur des mensonges, qui le dégoûte presque.

Il sort une feuille et un stylo de son sac et commence à écrire. Léa, qui l’observe depuis le couloir, ne comprend pas très bien. La froideur qui se dégage de son comportement ne ressemble pas à son ami… Et il a l’air si triste en écrivant, et tellement concentré, déterminé… Comme dans un de ses matchs de basket lorsqu’il sait exactement ce qu’il doit faire et qu’il ne laisse personne l’en empêcher. Elle connaît ce comportement, et sur le terrain cela la fascine, mais dans ce contexte elle ne sait pas quoi penser. Elle est un peu inquiète pour Gabriel. Alors qu’elle l’observe avec insistance, une infirmière vient le chercher pour un scanner.

Tandis qu’ils s’éloignent dans le couloir, Léa en profite pour se faufiler dans la chambre et s’asseoir sur le fauteuil près du lit. Une feuille de papier pliée en quatre est soigneusement posée sur la table de chevet. Elle se relève et la prend dans la main. Doit-elle la lire ou non ? Elle sait qu’elle ne devrait pas, par respect pour Gabriel. Mais tout en elle lui crie de le faire. La même force qui l’a poussée à rester dans cet hôpital la pousse à présent à lire ce qu’il a écrit. Elle s’approche de la fenêtre et se dit : «  Si la prochaine voiture qui passe dans la rue est rouge, je l’ouvre. Sinon je m’en vais, je le verrai demain. »

Dehors, rien. Aucune circulation. C’est curieux à une heure pareille. Elle se retourne doucement, déçue, et repose la lettre là où elle l’a trouvée, à côté d’un journal dont la une annonce « Un dinosaure en liberté dans une forêt française, le savant fou refuse toujours de parler ». Tout à coup, un coup de klaxon la fait sursauter, elle se jette à la fenêtre, et voit un de ces grands bus rouges typiques de Londres s’éloigner. L’excitation la saisit, elle n’aurait pu espérer un meilleur signe. Elle récupère la lettre sur la table de chevet, s’installe confortablement sur le lit, et commence sa lecture :

« Je ne sais pas à qui j’adresse cette lettre. Je suis un peu ridicule, je ne sais même pas écrire une lettre. Je pensais que c’était pour les filles, ce truc d’écrire dans un journal ce qu’on ressent. J’ai enfoui mes sentiments dans le sport, toujours. Et aujourd’hui, je ne sais plus quoi faire. Je ne sais plus qui je suis. Tout ce que j’ai appris m’a laissé dans un état étrange, je ne suis pas sûr de vouloir être cette personne. Je ne sais pas qui je voudrais être… Peut-être que cela aurait été plus simple si j’avais été élargi… Je ne sais pas. Et je crois que je n’ai pas envie de savoir, ça serait sûrement plus simple d’en finir là. De ne pas chercher de réponses à toutes ces questions. Je n’ai pas la force de chercher, de me questionner, encore et encore. C’est sûr, c’est plus simple d’arrêter là, de ne pas »

 La lettre n’est pas terminée, Gabriel a certainement été interrompu par l’arrivée de l’infirmière. Léa est totalement bouleversée, elle s’en veut un peu d’avoir eu raison : Gabriel va mal, c’est indéniable. Elle va l’attendre, et lui parler. Elle ne sait pas encore ce qu’elle va pouvoir lui dire, et elle ne comprend pas le sens de tout ce qu’il a écrit, mais le désespoir qui se dégage de ses mots est poignant. Elle n’a peut-être pas les réponses qu’il cherche, mais elle l’aidera. Elle tient à lui bien plus que ce qu’elle a laissé paraître jusqu’à maintenant, et il est temps qu’elle l’assume.

Elle n’arrive pas à lâcher l’horloge des yeux. Les aiguilles tournent, inlassablement, et aucune nouvelle de Gabriel. Elle sent l’inquiétude la saisir. Et si… ? Elle a l’impression que le pire est en train de se produire, et elle est là, impuissante.

« Bon, se dit-elle, il va mal. Très mal. Et d’après ce qu’il a écrit, il ne comprend pas le sens de sa vie, et il voudrait en finir… Mais il n’a pas pu quitter l’hôpital. Il est protégé ici, en sécurité non ? Non… Où est-il allé alors ? Il aurait déjà dû revenir depuis longtemps… »

Tout d’un coup, cela lui parait évident ! Le toit ! Le meilleur endroit pour réfléchir au calme. Elle refuse de penser à ce qu’il pourrait y faire d’autre, et se précipite hors de la chambre. Elle se perd un peu dans les couloirs, jusqu’à trouver une sortie menant aux escaliers de secours. Elle monte les marches deux par deux, et lorsqu’elle arrive en haut, ce qu’elle voit lui coupe le souffle. Gabriel, face au vide, prêt à sauter. Il semble être en train de parler. Que dit-il ? De là où elle est, Léa n’entend rien. Elle n’ose pas bouger. Elle compte les secondes dans sa tête : « Une, Deux … Trente … Cinquante … »

Et tout à coup, Gabriel se tourne vers elle, et lui sourit. Il semble incroyablement détendu, et commence à s’approcher d’elle. Elle retrouve enfin le contrôle de ses muscles, et court se jeter dans ses bras…

« Gabriel, j’ai eu si peur !

–         Ne t’en fais pas, ça va, c’est terminé…

–         Mais… Que s’est-il passé ?

–         Oh, rien de grave. Ça va beaucoup mieux maintenant. Cet homme m’a redonné confiance en moi. Il m’a écouté, et il m’a parlé. Il m’a vraiment aidé.

–         Quel homme ?! »

Gabriel se retourne et se rend compte que l’inconnu a disparu… Qui était-il ? Il ne le saura sans doute jamais, mais il lui a sauvé la vie…

«  Tiens, il est reparti, je n’ai même pas pu lui dire merci !

–         Gabriel, tu es sûr que ça va ? Je suis inquiète pour toi… Je ne comprends pas de quel homme tu me parles, il n’y avait personne avec toi face au vide ! J’ai eu si peur, je ne vais plus te laisser seul une seconde !

–         Bizarrement, il m’avait dit que je n’avais pas besoin de lui, et que j’avais déjà un ange gardien pour me protéger ! J’aurais dû me douter qu’il parlait de toi… »

Par Alexis Lefebvre, Licence Creative Commons, CC-by-NC-SA Source : http://photos.alexislefebvre.com

FIN

Ninon MOUNIER

Pour citer cette nouvelle :

MOUNIER, Ninon (11 août 2012) “La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/873