« La peur de la mort » – Episode 5

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

L’homme conduit ensuite la scientifique, Ise, et les autres dans un corridor de métro. Le chemin dans l’ancien réseau à moitié détruit est long L’immense porte de leur abri, qu’ils atteignent après une heure de marche, est très surveillée par des guetteurs, qui se mirent à crier, quand ils aperçurent les fugitifs :

– « Chef ? Votre fils est revenu avec les autres !”

-”Impossible ! Ouvrez la porte, répliqua-t-il d’une voix forte.

La porte s’ouvre et laisse paraître une gigantesque cavité souterraine. A l’intérieur de celle-ci, une véritable petite ville y est installée. Les maisons sont construites à partir de matériaux trouvés dans les ruines.

            Immédiatement après l’arrivée du groupe des fugitifs, les citoyens de la ville se rassemblent autour d’eux. Certains d’entre eux pleurent de joie en retrouvant leurs proches, qu’ils croyaient morts. Ise vit le fils de chef qui embrassait un vieil homme. Ils discutent ensuite longuement. La scientifique s’approche d’Ise et lui chuchote :

-Je n’ai pas eu le temps de vous remercier de m’avoir sauvé, moi et tous les autres aussi. Merci.”

-Le mérite en revient à mon ami. Il a tout planifié et accompli. Il s’est sacrifié pour vous, pour nous tous” dit Ise tristement, les yeux pointés vers le sol.

-Je suis désolé pour votre ami,” répond la scientifique. Elle arrête de parler, puis elle continue :

-Vous ne m’avez pas encore dit votre nom.”

-Je suis Ise. Et le votre est ?

-Moi je m’appelle Keira. Vous pensez que nous pourrions nous tutoyer ?

-Si tu veux,” répond Ise en souriant à Keira, qui répond aussi par le sourire. Le vieil homme et son fils se sont approchés d’eux. Le vieil homme se tourne vers Ise et commence la discussion :

-Bonjour. Je m’appelle Cani, je conduis les gens à travers les ruines de cette ville. Mon fils m’a dit tout de vous et de votre passé. Je voudrais parler avec vous, mais discrètement, si possible.

Ise voudrait dire quelque chose, mais Keira est le plus rapide :

-Pas de problème. Nous nous verrons plus tard, et elle salue Ise. Le fils du chef se retire aussi. Cani montre la ville à Ise en menant la discussion :

 -Je suppose que mon fils t’a déjà dit ça, mais je pense qu’il est important que chacun trouve son vrai chemin dans la vie. Et je pense que tu l’as finalement trouvé.

-Mais mon chemin est couvert du sang de mes victimes…

-Si ce sont ces victimes qui t’ont guidé, elles n’étaient pas inutiles.

-J’ai tué des gens, même vos amis ! dit Ise en élevant sa voix, révolté par le ton du discours de Cani. « J’ai trouvé mon chemin – c’est vrai – mais à quel prix? J’ai mis une fin à la vie de nombreuses personnes pour le compte des couards gérant Haven ! »

Cani gratte sa barbe grise en prononçant :

– Je veux te parler de la vie et de la mort. Suis-moi.”

Le chef amène Ise dans une grotte plus petite. Après une longue descente, ils se retrouvent devant un tombeau. Le vieil homme commence à expliquer :

-Les hommes avaient toujours peur de la mort. C’est naturel, en fait, d’avoir peur de l’inconnu. Parfois cette peur est tellement forte qu’elle conduit des gens à faire des actions…on pourrait dire, Cani se met à chercher la meilleure expression,…radicale. Par exemple, tu vois le tombeau ici ? Les gens racontent que c’est le tombeau d’une personne importante du passé. Cependant, les légendes indiquent, que c’est un ancien milliardaire, qui, pour achever l’immortalité, a décidé de se laisser congeler pour vivre éternellement, et donc il est toujours en vie. Bon, en vie, comme une pierre, nous sommes d’accord. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça. Moi, je préfèrerais vivre une seule vie bien remplie, à être ici pour l’éternité comme un légume.”

 Le vieil homme prend une pause dans son monologue, puis il continue :

 » De l’autre côté, nous avons les chefs de Haven. D’après ce que mon fils a appris de cette scientifique, ceux-ci utilisent les citoyens pour acquérir une santé parfaite, même si la nature elle-même ne le permet pas. Ils ont exploité jusqu’à toi-même. Par cela, je ne veux pas dire, que tu n’étais pas responsable de tes propres actions, tu n’es pas un légume comme ce milliardaire, tu sais réfléchir par toi-même, ce que tu as finalement prouvé, quand tu t’es décidé à aider ton ami à sauver ces gens. Mais tu étais manipulé et tu as agi sous le couvert de raisonnements détournés, inventés par les chefs de Haven. Et cela parfois prend du temps à distinguer. Ce qui est important est que tu as finalement trouvé, ce que tu dois faire. Pour les vies que tu as dépensées- tu ne peux pas changer le passé ; la seule chose que tu puisses faire est de ne pas oublier les leçons que la vie t’a enseignées. »

Cani a fini son monologue. Ise se rend compte qu’il dit la vérité, cependant, il ne peut pas se débarrasser du sentiment de honte d’avoir tué tellement de gens pour assurer la survie de certains qui ne le méritent peut-être pas. C’est bizarre – après des années de meurtres, alors qu’il ne s’était jamais posé de questions, il s’est finalement réveillé face à la dure réalité et trouve qu’il n’a pas le droit de décider de la vie des autres. Il lui reste une seule chose, vivre avec ce fardeau, pour Lex, qui s’est sacrifié pour lui, pour lui permettre de s’enfuir du Centre.

La porte de la grotte du tombeau s’ouvre et Keira entre.

– Bonsoir, je peux entrer ? demande-t-elle à Cani.

– Bien sûr, nous avons fini de parler, répond Cani avec un soupir, sauf que c’était plutôt moi qui parlais.

-Merci. Ise, les gens nous ont promis de nous montrer la ville. Viens.

Ise rejoint Keira et ensemble, ils sortent dans les lumières de la ville souterraine, et peut-être, dans la lumière d’un meilleur avenir.

FIN

Juraj MICHALIK

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (22 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/893