Sciences et communication : comment voit-on l'avenir ?

12 septembre 2012
Par

Il est difficile de savoir quels impacts auront les recherches actuelles sur le monde de demain. Comment journalistes et scientifiques repèrent-ils les recherches d’avenir ? Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA, étudiants en Master Biosciences de l’ENS de Lyon, ont réalisé un dossier sur cette question, dans le cadre du cours "Sciences et société: éthique et communication scientifiques". Ils nous livrent ici leurs analyses.

 

L’avenir de la science ne se prévoit pas, il se construit. De ce fait, la prospective est une démarche nécessaire pour encadrer l’avancée de la science : il ne s’agit pas de divination mais de redéfinir continuellement les priorités en fonction des besoins actuels et des moyens disponibles. Que sera donc la science de demain d’après de telles analyses prospectives ?

10 innovations qui vont changer la vieNous sommes deux étudiants en biologie et nous abordons ici cette question sous l’angle du journalisme scientifique : quels sont les laboratoires du futur qui nous sont suggérés par les médias ? Nous avons pour cela étudié un dossier spécial intitulé « 10 innovations qui vont changer la vie », paru dans la revue Sciences et Vie en avril 2004 (n° 1039), ainsi qu’une série d’articles « Les labos du futur », publiée dans Le Monde au cours de l’été 2011. Les journalistes y proposent de découvrir les innovations et les lieux phares où se construit la science de demain.

 

Comment les médias identifient-ils les recherches d’avenir ?

Le paysage scientifique n’a pas tellement changé entre 2004 et 2011. Les thématiques abordées dans les deux dossiers de vulgarisation scientifique sont globalement les mêmes. Ainsi, répondre à la demande énergétique, en développant des sources alternatives et durables d’énergie, est souvent présenté comme un but majeur pour la science. Les recherches sur le cerveau, qui pourraient servir à soigner des maladies telles que Alzheimer ou Parkinson et/ou à créer des intelligences artificielles, figurent également en bonne place.  Enfin, une autre thématique retenue par les journalistes est d’utiliser l’infiniment petit pour créer des matériaux avec de nouvelles propriétés. Cependant, aucune recherche liée à la génétique n’est citée alors que celle-ci révolutionne actuellement la biologie. Comment les journalistes ont-ils donc identifié ces recherches d’avenir ?

Prenons l’exemple du projet de « feuille artificielle » du chimiste Nathan Lewis, évoqué dans la série « Les labos du futur ». Ce projet vise à développer des moyens pour convertir l’eau et l’énergie solaire en carburant pour nos voitures, et donc rendre nos sociétés moins dépendantes du pétrole. Cette recherche renvoie à une demande sociétale majeure : réduire l’empreinte de l’homme sur la planète. Elle conjugue ainsi de forts enjeux économiques et sociétaux, comme la plupart des « recherches d’avenir » identifiées par les journalistes. La recherche sur l’autisme, trouble au coût sociétal énorme, ou encore le développement de technologies qui utilisent de moins en moins de matière et d’énergie en sont d’autres exemples.

Enfin, les sciences purement théoriques sont exclues de l’analyse des journalistes car, très probablement, leurs applications ne sont pas directement introduites et visibles dans la société. Cependant, les sciences de demain, appliquées ou théoriques, bénéficieront certainement de leurs avancées.

 

Et les scientifiques, comment abordent-ils l’avenir ?

Comme tout citoyen, les scientifiques sont sensibles à l’intérêt sociétal de leurs recherches. Néanmoins, le type d’approche nous semble, en tant qu’étudiants en science, bien plus important. En effet, une analyse prospective consiste à redéfinir les priorités, en fonction des besoins actuels, certes, mais aussi en fonctions des moyens disponibles. Le scientifique attachera ainsi beaucoup d’importance à la façon de procéder : à la suite d’une découverte, de nouvelles idées émergent et le but du chercheur sera alors de mettre en place les moyens et connaissances nécessaires à leur réalisation.

Anopheles gambiae - Un moustique hôte du parasite responsable du paludisme
CDC/James Gathany (WikiCommons)

Le cas des recherches contre le paludisme est éclairant : avec 216 millions de personnes touchées en 2011 selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le paludisme constitue un problème majeur de santé publique. Il est causé par un parasite transmis par la piqûre de certains moustiques. Jusqu’à présent, les approches qui se sont révélées les plus efficaces dans la lutte contre le paludisme visaient les moustiques. Ainsi, moustiquaires et insecticides ont été utilisés pour se protéger des piqûres mais cela n’est malheureusement toujours pas suffisant pour limiter la transmission de la maladie. L’émission d’insecticides s’est même révélée inefficace à long terme car des résistances se sont développées au sein des populations de moustique. Avec la possibilité récente de manipuler la génétique de ces moustiques, plusieurs nouvelles approches ont émergé, qui ciblent  de façon spécifique et plus efficacement l’insecte vecteur de la maladie : par exemple, en rendant les moustiques résistant au parasite ou en introduisant des stérilités dans les populations de moustiques concernées par l’infection.

Les scientifiques examinent donc les différentes possibilités et concentrent ainsi leurs efforts sur les méthodes les plus abordables, efficaces ou avantageuses. Ceci illustre l’idée que l’on se fait d’une analyse prospective entreprise par des scientifiques : ceux-ci font état des connaissances disponibles afin d’identifier les problèmes qu’ils sont en mesure d’aborder. Leur analyse repose ensuite sur une confrontation des idées qui en émanent afin d’identifier celles qui ont le plus d’avenir. Ce n’est donc pas la finalité d’une recherche qui est essentielle, mais ce sont les moyens et les connaissances qu’elle offre qui en font une recherche d’avenir.

 

Les priorités de recherche font donc l’objet d’analyses différenciées selon qu’elles sont conduites par des journalistes ou des scientifiques. Pour réduire cet écart, les efforts d’ouverture et de dialogue entre science et société méritent d’être soutenus. Une base commune suggère et encourage d’ailleurs une collaboration entre les deux professions : « la conviction que les conclusions nécessitent des preuves ; que ces preuves devraient être accessibles à tous ; et que tout est sujet au questionnement », comme le soulignait la revue Nature dans l’un de ses éditos (lire l’édito en anglais dans son intégralité). La science de l’avenir sera vraisemblablement une science qui communique.

La Nuit des Chercheurs qui sera organisée le 28 septembre 2012 à Villeurbanne et un peu partout en Europe participe de cet effort d’ouverture de la science à la société. Vous êtes tous conviés à y participer !

 

Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA

 

En savoir plus sur la Nuit des Chercheurs

Télécharger le dossier complet "Science et Communication - Comment voit-on l'avenir" réalisé par Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA dans le cadre du cours "Sciences et société : éthique et communication scientifiques" (unité d'Enseignement du Master Biosciences - 1ère année de l'ENS de Lyon).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Dossiers thématiques, Imaginez le futur

Les commentaires sont fermés.

Service Science & Société de l'Université de Lyon

Logo UDL service science et Société quadri marge

Informations utiles


Carnets de recherche