Retour de visite au Forum des sciences du vivant _ Biovision #1

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de « citoyens-témoins » a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

La nouvelle soie lyonnaise

Observations du forum mondial des Sciences de la Vie « Biovision »

————-

Sebastian J. Moser

          Introduction

Veuillez m’excusez, je suis sociologue. Je me suis très peu occupé du monde des Sciences du vivant mais plutôt des êtres vivants qui, par leurs actions, forment ce que nous appelons la société. Pour ce faire, je me suis entraîné à l’observation, partout et tout le temps. On pourrait parler d’une déformation professionnelle qui fait que je ne suis pas expert d’un domaine sociétal spécifique, mais je peux tous les observer. En me proposant l’animation une cycle d’atelier-formation en collaboration avec un philosophe des sciences, j’ai entendu parler de ce forum mondial des Sciences de la Vie, qui se nomme Biovision, pour la première fois. J’aurais pu m’attendre à une manifestation scientifique.

Cependant, l’auto-description est très claire : ce forum est un lieu qui a pour but de faciliter « un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées novatrices en solutions concrètes au bénéfice des citoyens » (biovision.org). Il ne s’agit explicitement pas d’une création de liens faibles entre l’industrie et la science. Biovision n’est pas un lieu où les personnes de la société civile (au sens large) peuvent s’informer sur l’avancement de la recherche dans le domaine des sciences du vivant. A Lyon, nous nous trouvons dans des conditions idéales mais artificielles, c’est-à-dire  créées par la volonté de l’homme et ses institutions, pour la création des partenariats économiques-scientifiques qui ont pour but la transformation des résultats scientifiques en produit.

Mais essayons d’oublier tout cela et faisons comme si nous étions très naïfs. Il nous faut cette posture pour ne pas interpréter nos observations auparavant. Biovision se présente comme un forum mondial. Par conséquent, on aurait pu me faire croire que Lyon n’est que le lieu d’accueil et qu’un tel forum pourrait se trouver n’importe où dans le monde. Mais nous aimerions présenter un autre point de vue et démontrer que le monde social ne se crée pas par hasard. L’hospitalité de la ville de Lyon n’est pas totalement désintéressée et cet exemple nous semble pertinent pour dessiner l’image de la situation économique lyonnaise.

 

1) Premier jour : première balade ethnographique

Le jour de l’ouverture de Biovision, je me suis baladé quasiment tout seul dans les couloirs. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Mais il n’y avait surtout pas encore les agents industriels ou scientifiques derrière leurs stands réservées aux échanges, aux entretiens et à la distribution d’informations. En me dirigeant vers la Break-Fast-Area, j’ai pu découvrir le Pavillon « Lyonbiopôle » dans lequel se présentait ce centre d’excellence mondial en vaccin et diagnostic. A la fin de cet espace décoré avec des tapis aux couleurs très vives et des stands de chaque centre de recherche faisant parti de « Lyonbiopôle », se trouvait un stand qui arborait la soierie lyonnaise (cravates, écharpes etc.) ; un peu à part des autres et pas implanté sur le tapis coloré. Derrière le stand,  une dame s’occupait de la soigneuse mise en place des produits en soie destinés à la vente pour les visiteurs de Biovision. Elle était seule, comme moi.

Il ne me semblait pas inadéquat de retrouver un stand avec de la soierie lyonnaise. L’emplacement me paraissait d’autant plus adapté que le « Lyonbiopôle » avait pour vocation de montrer ce qui se « fait à Lyon ». Et comme la Fondation pour l’université de Lyon organise cette rencontre internationale en collaboration avec le Grand Lyon, le Département du Rhône et de la Région Rhône Alpes, on aurait pu croire qu’il y avait également la volonté de présenter les différents facettes de la ville et de la région : soierie, produits régionaux, Guignol de Lyon en t-shirt ou en miniature, et pourquoi pas quelques articles de l’Olympique Lyonnais. Le lecteur qui connaît ce monde de la recherche en Biotechnologie et qui est familiarisé avec l’industrie pharmaceutique à Lyon s’amuse peut-être des remarques d’un ignorant.

Cependant, il aurait fallu se dire tout de suite : « mais la soierie lyonnaise n’a rien à faire dans le Pavillon ‘Lyonbiopôle’ » ! Ce lieu est consacré à la présentation du pôle labellisé pôle de compétitivité en 2005 et qui « a pour but d’appréhender les maladies infectieuses humaines et animales de façon globale, du diagnostique [sic] et de la prévention jusqu’au traitement, en intégrant des systèmes d’administration originaux » (présentation de Lyonbiopôle sur leur site-internet). Mais ce jour là, la table m’étonnait peu.

 

2) deuxième jour : deuxième balade ethnographique

Cette table, je l’avoue, n’était pas la chose la plus extraordinaire de ma visite. Mais elle m’était restée dans la tête. Pourquoi ? Parce que la femme avait été la seule personne qui préparait son stand ? Si elle n’avait pas été au fond du couloir pour attirer mon attention, peut-être je ne serais jamais allé aussi loin. N’était-elle pas au courant des coutumes de l’événement ? Quand est-ce qu’il faut arriver et surtout, quand est-ce qu’ils vont arriver, les visiteurs, et donc les clients potentiels ? Est-elle restée dans ma tête parce qu’on ne lui avait pas attribué une place sur le tapis coloré sur lequel étaient installés tous les stands de « Lyonbiopôle » ? Cela représente tout de même un symbole d’exclusion ou de ségrégation ce qui attire le sociologue et sa nature questionneuse.

Le lendemain, je n’étais pas forcément étonné quand j’ai vu qu’on avait déplacé la table. Elle se trouvait maintenant directement à l’entrée, dans un couloir entre l’Auditorium Lumière et le Pavillon « Lyonbiopôle ». Une place plus prometteuse pour les ventes, mais aussi  une séparation totale du reste. Son exposition et son isolement coexistaient. Ainsi, on pourrait dire que l’endroit où elle avait été placée la veille avait été considéré comme déplacé.

En prenant en compte l’ensemble de l’événement « Biovision » dans sa complexité organisationnelle, dans sa mixité humaine comprenant les hommes politiques, les porteurs de prix Nobel et directeurs des grands entreprises, il me semble trop osé d’estimer que la petite dame du stand avait fait une demande officielle à la fin de sa journée pour obtenir l’autorisation de déplacer sa table. L’argument de son mécontentement concernant les ventes de la journée peut sembler pertinent, mais n’aurait peut-être pas fait beaucoup d’écho chez les organisateurs. Pourquoi donc cette nécessité de marquer la différence entre « Lyonbiopôle » et une table de vente ?

 

3) Essai d’une interprétation

La soie, ce produit qui a apporté beaucoup de richesse à la ville de Lyon entre le XVIIIe et le XIXe siècle, a marqué profondément l’histoire du pays, l’histoire de Lyon et en particulier l’histoire du quartier de la Croix Rousse. La particularité d’un seul métier caractérise toute une colline et ses pentes au niveau architectural. En se révoltant, les Canuts ont influencé des penseur comme Saint Simon, Karl Marx ou Prouhon et avec cela les idées d’un mouvement sociale à l’échelle mondiale.

Aujourd’hui, la soie n’est plus qu’un article touristique. C’est un souvenir de Lyon qu’on achète à la maison des Canuts à la fin d’une visite guidée, tout comme le Guignol ou l’andouillette dans les Halles Paul Bocuse. Ce produit d’autrefois a perdu toute sa valeur économique. Peu importe qui a initié le déplacement de la table avec la soierie lyonnaise, il a remis la soie à sa juste place et il a symboliquement marqué la non-compatibilité entre la petite vente touristique et le big business. La pharmacie, la parapharmacie et les biotechnologies sont particulièrement présentes et se développent de plus en plus dans la région lyonnaise, même si Lyon est aussi une métropole à l’économie multispécialiste et tertiarisée.

La volonté démonstrative de vouloir approcher l’industrie et la recherche dans le domaine des sciences du vivant qui se retrouve dans l’auto-description de Biovision démontre parfaitement que les pouvoirs politiques et économiques ont tout à fait compris les enjeux d’une société de connaissance. Contrairement aux questions que pourrait poser l’industrie métallurgique ou le textile, deux autres secteurs importants de l’économie lyonnaise, et donc les concurrents directs de l’industrie pharmaceutique, les questions abordées à Biovision ne touchent à rien d’autre qu’à l’avenir de l’Homme : la santé, l’environnement et la nutrition. Ces sujets promettent plus de reconnaissance sociale pour une ville en transformation vers une métropole que les mains sales de l’industrie plus ou moins classique. Ça brille, un peu comme la soie autrefois !

Mais tout n’est pas si rose quand même : au deuxième jour de Biovision nous avons pu assister à la manifestation d’environ 200 chercheurs de Sanofi, numéro 1 des entreprises pharmaceutiques françaises. Ils avaient bloqué l’entrée principale et ont été la cause d’une forte présence policière sur toute la Cité Internationale. Ces personnes  venaient de Toulouse pour exprimer leur colère contre le plan de la restructuration de la recherche et la politique d’emploi de l’entreprise. Lien historique avec la révolte des Canuts ? Selon le politologue allemand Wolfgang Kraushaar, il ne faut plus parler des émeutes ouvrières mais plutôt de celles des éduqués. Suite à l’échec de la promesse que  l’éducation pourrait garantir l’emploi et éviter le chômage, beaucoup de personnes diplômées sont dans la même situation que les chercheurs de Sanofi. Leur révolte va-t-elle durer ?