Retour de visite au Forum des sciences du vivant – Biovision #2

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de “citoyens-témoins” a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

 “Des sciences de la vie aux sciences pour la vie”1 : l’interdisciplinarité comme innovation?

 Retour de Véronique Baumlé

Biovision se présente comme le forum international des sciences de la vie. De part son format original, mettant l’accent sur le partenariat public-privé en proposant des sessions de présentations de nouveaux projets industriels, propices à la recherche de conseils, de financements et de développement de réseaux professionnels, Biovision est un forum particulièrement couru par les férus de biotechnologie.

Son objectif est « de réunir des décideurs, issus du secteur académique, privé, politique et de la société civile afin de faciliter un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées innovatrices en solution concrète au bénéfice des citoyens »2. Ainsi, outre les sessions privilégiées d’échanges public-privé, Biovision propose des sessions de plus grande envergure, composées d’une séance de présentations suivie d’un débat regroupant politiques, chercheurs, industriels et majoritairement des représentants d’ONGs, ou encore des questions SMS issus de l’assemblée, comme voix de la société civile, afin d’argumenter le débat sur un enjeu contemporain des sciences du vivant.

 

Afin de présenter, comprendre et débattre des enjeux de demain pour les sciences du vivant, le fil d’Ariane lancé par Biovision 2013 était : « des sciences de la vie aux sciences pour la vie », dont le programme avait pour objectif de permettre de mesurer « l’impact de facteurs externes (environnementaux) et internes (biologiques) sur la santé des citoyens »3.

 

Dans la thématique environnementale, les questions étaient tournées sur « l’impact du changement climatique sur la santé et la biodiversité »4 et « les ressources alimentaires » 4 ou encore sur « l’utilisation des ressources naturelles sans consumer la planète »4.

 

Dans la perspective des innovations technologiques et scientifiques, des propositions ont été apportées dans le transfert public-privé. Pour ne citer que quelques exemples, en agronomie, les recherches du Dr. Cayot présentaient les possibilités d’un régime alimentaire basé sur les protéines végétales en alternative aux protéines animales. En biologie végétale, les recherches sur « la résurrection des plantes » du Dr. Farrant, travaillant sur la description des mécanismes permettant aux plantes de survivre dans des régions arides, offrent une nouvelle perspective aux biotechnologies pour la production de plantes OGMs.

 

Néanmoins, un autre son de cloche s’est fait entendre. Les recherches de pointe dans de nombreux domaines existes, les constatations sur les problématiques environnementales et médicales sont faites, des propositions ont été données, malgré cela « rien ne se passe », comme dirait le Pr. Jean Jouzel, en parlant des préconisations du GIEC et de ses retombées, très faibles. Le Dr. Anne Glover, conseillère scientifique à la commission européenne, faisait le même constat. Sa proposition, alors simple, est de mettre l’accent sur la communication et l’implication des citoyens, sans quoi les connaissances et applications scientifiques sont vaines dans la construction d’une société durable.

Ainsi, j’ai pu constater (mais n’est-ce qu’un débordement de mes propres émotions ?), que ces interventions, mettant l’accent sur la nécessité d’un dialogue science-société recevaient une forte approbation du public, en terme d’applaudissement et de sourires approbateurs. L’on pourrait ainsi aussi penser que le projet gagnant de la session « catalyser » sur les neurosciences « Eyewire » a gagné le cœur des auditeurs car il est un projet de sciences participatives, permettant à chaque citoyen, en jouant en ligne au jeu Eyewire, de participer aux recherches sur la cartographie du cerveau humain.

 

A ces propos et faits, l’enjeu des sciences pour la vie prend une autre tournure, dans laquelle l’innovation technologique n’a plus la place de choix. L’exposé du professeur de philosophie Henry Dicks en a été surement le plus beau des exemples. Citant Aldo Leopold, [«Nous ne pouvons avoir de relation éthique qu’envers quelque chose que nous pouvons voir, sentir, comprendre, aimer, ou alors avoir foi en »]5, son travail en phénoménologie traite des risques (environnementaux) induits par une abstraction de l’eau. Pour illustrer ses propos il a pris comme exemple les rives du Rhône à Lyon qui, aménagées, propices aux balades et à la détente, inscrivent durablement, efficacement la problématique de l’eau dans la tête du riverain, contrairement à leur état il y a une dizaine d’année, non aménagées, servant de parking…

Cet exposé illustre de quelle manière la philosophie permet de comprendre mais aussi d’offrir des outils dans le développement du débat science et société. De même on pourrait penser que bien d’autres disciplines auraient leur place dans la question du vivant. On peut ainsi regretter l’absence de la philosophe Pr. Ammann lors du débat sur les futures thérapies et la bioéthique, qui aurait pu fournir le dialogue et ouvrir des portes sur les enjeux éthiques des sciences du vivant.

De même, dans la problématique des enjeux de santé liés aux modes de vie contemporains et aux perspectives de développement de médecine personnalisée, on peut penser que la sociologie pourrait apporter des nouvelles clés dans la compréhension de nos modes de vie et du lien entre les patients et les modes thérapeutiques et la maladie.

Aussi dans cette proposition de transition, « des sciences de la vie aux sciences pour la vie » l’inter-disciplinarité prend une place essentielle, en ouvrant de nouveaux axes de réflexions et d’orientation permettant à la recherche d’être plus en phase avec les problématiques de sociétés. Ainsi cette « innovation interdisciplinaire » ne mettrait pas de côté les innovations scientifiques et techniques, mais permet de mieux les appréhender et les appliquer.

 

  1. Thématique de Biovision 2013.
  2. Texte de présentation du forum Biovision : http://www.biovision.org/index.html
  3. Editorial du fascicule de Biovision 2013, par Didier Hoch.
  4. Titres de focus, Biovision 2013.
  5. « We can be ethical only in relation to something we can see, feel, understand, love, or otherwise have faith in », Aldo Leopold, A Sand County Almanac, Chapitre “The land ethic”, 1948.