Pierre Mercklé, sociologue à l’ENS de Lyon

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

« La démocratisation des sciences est en marche, mais il reste encore beaucoup de progrès à faire ! »

Chercheur en sociologie, Pierre Mercklé apporte un éclairage historique et critique sur les recherches participatives. Loin d’être un phénomène nouveau, la participation des citoyens aux sciences prend aujourd’hui des formes nouvelles, grâce notamment au web qui fournit des solutions de collecte et d’échanges de données sans précédent. Mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire, en particulier sur le terrain des sciences sociales, si l’on souhaite faire advenir d’authentiques « sciences citoyennes ».

Vous avez publié récemment une tribune « Vers des sciences sociales citoyennes ? », dans le cahier « Sciences et Technos » du Monde du 4 février 2012 (lire la version longue de cet article sur le blog de Pierre Mercklé). Comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux recherches participatives ?

J’ai travaillé tout l’automne dernier à la construction d’une candidature à un appel à projet européen avec des collègues physiciens, informaticiens ou mathématiciens, spécialistes de l’analyse des réseaux. Ils se demandaient si ces modèles complexes ne pourraient pas être utilisés pour penser le social. Nos discussions ont rapidement tourné autour des usages citoyens des sciences et de la façon dont la connaissance pouvait émerger d’une participation citoyenne.
Paradoxalement, ce sont des domaines où les sciences exactes sont en avance sur les sciences sociales : dans les sciences de la nature, les sciences expérimentales, l’astronomie, la biologie, les mathématiques, etc., il y a beaucoup d’expériences de participation citoyenne ou de co-production des savoirs. Ces initiatives sont plus rares en sociologie, ethnologie, anthropologie… et sans doute y a-t-il une réticence des chercheurs en sciences sociales à l’égard des démarches participatives.

Quel regard historique et critique peut-on porter sur ces démarches ?

Il existe depuis très longtemps des recherches associant des citoyens. Par exemple, le recensement des oiseaux organisé par la Société Audubon aux Etats-Unis implique des dizaines de milliers d’observateurs chaque année, depuis plus d’un siècle. En réalité, le temps de la professionnalisation de la science est relativement court et récent : jusqu’au milieu du 19ème siècle, une bonne partie de la science se faisait entre amateurs, c’est-à-dire entre personnes pratiquant la science pour le plaisir, tout en tirant leurs revenus d’autres activités.

Ce qui change aujourd’hui, c’est qu’avec la montée des démocraties politiques, la notion de citoyenneté s’est élargie : il y a de plus en plus de personnes mises en situation de participer à la vie de la cité, dont la science fait partie. Ensuite, il y a la conjonction, depuis plusieurs décennies, de l’augmentation de la scolarisation et de l’augmentation du temps libre : davantage de personnes peuvent aujourd’hui consacrer du temps à des activités de connaissance.

Ces transformations conduisent à une forme de démocratisation souterraine de la science, avec des coopérations informelles qui se développent un peu partout entre scientifiques et amateurs, comme par exemple entre historiens et généalogistes. Les frontières entre scientifiques et amateurs tendent ainsi à s’estomper et ces évolutions, aujourd’hui quasi imperceptibles, conduiront certainement à des résultats spectaculaires.


Quel rôle joue internet dans ces évolutions ?

Internet constitue la dernière couche de ce processus de démocratisation des sciences. Il facilite les contacts et rend possibles des échanges plus informels. Il permet également de collecter des données disparates, à des échelles qui auparavant étaient inconcevables. De nombreux projets de recherche exploitent ces potentialités en rassemblant de petites puissances de calcul ou de petites compétences individuelles. Le projet SETI@home (Search of Extraterrestrial Intelligence at home), qui exploite les ordinateurs individuels de nombreux participants, en est un bon exemple. Les gains – avant tout quantitatifs – sont ici considérables.

Au cours de votre enquête, vous avez suivi 6 000 jeunes pendant toute leur adolescence. Est-ce que la participation aux sciences est devenue un nouveau hobby chez les jeunes ?

Chez les jeunes adolescents des années 2000-2010, ce qui prime, c’est d’abord le goût des copains, la musique et l’usage de l’ordinateur. Celui-ci devient omniprésent et absorbe de nombreuses pratiques culturelles et de loisirs. Les activités d’ordre scientifiques concernent une petite minorité des usages de l’ordinateur, les jeunes glissant alors de manière insensible des usages multimédias vers de véritables productions (création de sites internet, programmation, piratage de serveurs…). On retrouve ici les mêmes profils d’adolescents que ceux qui jouaient à Chimie 2000 dans les années 80-90, à savoir des jeunes essentiellement de sexe masculin et issus de milieux favorisés.

Il faut donc être vigilant avec le terme « sciences citoyennes », qui peut laisser penser que toute une génération d’adultes pourrait bientôt produire de la connaissance. En réalité, la participation aux sciences est inégalement distribuée dans la population. Elle reproduit les inégalités sociales et contribuera certainement à les rendre visibles, en créant des citoyennetés de différents ordres, selon qu’une personne participe à la production de la connaissance ou, au contraire, se résigne à la subir.

Existe-t-il des démarches participatives permettant d’associer des populations défavorisées à la production des connaissances ?

Certains courants de la sociologie ont toujours été sensibles à la participation des acteurs sociaux, par exemple l’éthnométhodologie d’inspiration américaine ou la méthode de l’intervention sociologique, portée par Alain Touraine et ses élèves. Il existe aussi des sociologues d’inspiration théorique différente, qui ont eu des expériences très intéressantes de co-production du savoir avec leurs interlocuteurs enquêtés. Par exemple, Stéphane Beaud a publié sa riche correspondance électronique avec Younes Amrani, un jeune issu de l’immigration maghrébine en banlieue lyonnaise (voir leur ouvrage Pays de malheur !). De façon similaire, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue retrace les échanges entre le sociologue Michel Pialoux et son enquêté Christian Corouge. Ces expériences restent assez disparates et exceptionnelles, mais elles donnent de bonnes indications sur les pistes à suivre. Dans ces domaines-là, il reste incontestablement beaucoup de progrès à faire !

Propos recueillis par Nathalie Fabre