Pourquoi la science a plus que jamais besoin du web – Par Florian Douam, doctorant en biologie

4 juin 2012
Par

Florian Douam propose un retour d’expérience, suite à la soirée “Médiation culturelle des sciences sur le web”, organisée par le service Science & Société de l’Université de Lyon à l’Atelier des Médias, dans le cadre des off du www2012, en partenariat avec le collectif Le Grand Mix, et faisant suite à la journée de rencontre et de réflexion organisée en mars 2011 (vidéos en ligne).

Vous pouvez retrouver en ligne un compte-rendu multimédia (Storify) de cette soirée, effectué par l’équipe de Knowtex.

Les présentations Pêcha-Kucha des intervenants sont disponibles en ligne : Olympe de Gouges 2.0 ; Shazino : une plateforme d’Open Science afin que tout chercheur, scientifique, patient, citoyen… puisse accéder aux données en temps réel pour comprendre et agir sur les découvertes de demain ; Echo de métropole ; Des jeux de plateau aux sérious game ; Géovisualisation 3D du risque ; Simulex’Archéo ; Echosciences Grenoble

A l’extérieur du laboratoire…

Je suis doctorant en virologie moléculaire. La plupart de mes journées sont consacrées à mes travaux de thèse avec en théorie, peu d’occasion pour laisser mon esprit divaguer à tout autre chose que la structure moléculaire de certaines protéines virales.

Pourtant, je m’intéresse aussi de très près à la culture scientifique et à la relation qu’elle entretient avec la société, avec le grand public. Ayant un intérêt particulier pour les sciences de l’évolution et la manière dont ils sont appréciés par le grand public, j’ai réalisé avec un camarade un ouvrage de vulgarisation scientifique sur ce sujet il y a deux ans. Une contribution modeste à cette démarche de rapprochement entre la science et la société et que nous souhaitons bien prolonger avec de nouveaux ouvrages dans le futur.

Toutefois, certains journalistes que j’ai eu la chance et le bonheur de rencontrer au cours de ces précédentes expériences de vulgarisation m’ont souvent mis en avant l’importance que pouvait avoir internet dans la médiation et la culture scientifique, potentiel que j’avais à priori occulté. En effet, internet permet de donner à une action de médiation un champ d’action plus large, plus global. Même si les actions de médiation sur le terrain sont essentielles car elles conduisent directement au contact avec le grand public, l’action sur internet est totalement complémentaire à cette dernière, le contact n’est plus là mais la quantité de personnes touchées peut être très fortement élargit.

Ayant des amis doctorants sur Paris intéressés et parfois impliqués également dans ce genre de problématique « sciences et web », j’ai souvent été frustré de rater certains « apéro sciences et web » organisé à Paris par le collectif Le Grand Mix. Ce genre d’évènement regroupe de nombreux curieux et passionné de sciences et web, le tout dans une ambiance sympathique et informelle. Pour un futur scientifique, ils sont pour moi très importants. Pourquoi ? Parce qu’il vous rappelle constamment que la science n’est pas faite que de chercheurs mais aussi de passionnés, de journalistes, de bloggeurs qui vous rappelle que la science n’est pas uniquement ce que vous en faites, mais c’est aussi comment la société la ressent, ce qu’elle en retire.

Photographie : Nicolas Loubet

Ce genre d’évènement étant un peu plus rare sur Lyon que sur Paris, je me suis donc précipité sur les dernières places disponibles quand j’ai appris la tenue de la 2ème rencontre organisée avec Le Grand Mix à Lyon sur le thème de la médiation culturelle des sciences sur le web. J’ai appris donc au même moment qu’il y a avait eu un évènement « numéro 1 » que je n’avais malheureusement pas vu passer à ma grande tristesse. Pour cette seconde rencontre, une quarantaine de personnes s’était réunis, alors qu’avait justement lieu en même à Lyon l’International World Wide Web Conference. Cette soirée était donc une sorte de « off » de la conférence. Sachant que ce n’était pas un évènement de type « apéro » et que je n’avais jamais participé à une telle soirée,  j’étais curieux de savoir comment celle-ci allait se dérouler.

Apprendre à s’ouvrir et à collaborer

La soirée était divisée en deux temps. La première partie correspondait à une synthèse de la journée de l’an dernier, tout en présentant des pistes à étudier pour l’organisation de la troisième journée sur le même thème, l’an prochain. Cette synthèse a mit l’accent sur l’importance que pouvait prendre la médiation scientifique, et que ce rôle pouvait être amplifié par l’utilisation d’outils sociaux sur internet, véritable plateforme global de connaissance et de communication. S’en est ensuite suivit un débat informel et très naturel sur la plus-value des pratiques numériques dans la médiation culturelle, ce qui a amené à se demander si certaines pratiques comme le « tweet » avait vraiment la même plus-value que certaines autres pratiques, de type plus pédagogique.

Photographie : Gayané Adourian

La seconde partie était consacrée à ce que l’on appelle des « pêcha-kucha ». Le principe réside dans la présentation d’une idée ou d’un projet en 20 slides, avec un temps de parole de 20 secondes pour chacune. 6 projets avaient été choisis ce soir là pour nous être présentés. De la visualisation 3D pour prévenir les risques d’inondation à une plateforme d’open science, d’un musée virtuel à un blog scientifique grenoblois, la présentation de ces différents projets a été passionnante et les discussions qui ont suivit ont été riches en idées. C’est dans ces moments que la soirée à pris tous son sens : sortir de son laboratoire, se rassembler avec des scientifiques et des non scientifiques, découvrir des projets et discuter tous ensemble de la meilleure manière de rapprocher le savoir scientifique du grand public. Ainsi, tout en nous sensibilisant à un autre monde que celui de son laboratoire, c’est cet esprit collaboratif, pluridisciplinaire où tout le monde souhaite apporter sa pierre à l’édifice d’une meilleure médiation scientifique que j’ai énormément apprécié. Etre conscient d’un besoin d’ouverture, de collaboration et de multi-compétence dans tout projet que l’on souhaite entreprendre est essentiel à mon sens pour tout doctorant et futur scientifique. Tout autant qu’il doit être conscient que pour stimuler ces ouvertures et collaborations, le web est et sera un outil fondamental.

Creative Commons - Certains droits réservés par Daniel*1977 (sur Flickr)

Vers une nouvelle manière de faire de la science

Cette soirée aura également eu le mérite de m’amener à élargir cette réflexion au fonctionnement de la science elle-même, dans tout son ensemble. Avant que la soirée ne débute à proprement parlé, Nicolas Loubet, journaliste chez Knowtex décida de faire un petit « screening » du public présent dans la salle. Passées les questions sur le nombre d’amis Facebook et le niveau « geek » des participants, Nicolas demanda combien d’étudiant était présent dans la salle. J’étais le seul ! Les rapports  « science et web » sont t-il si peu intéressant à questionner, le web est t-il devenu « has been » pour les futurs générations de scientifiques ? Quel intérêt à la science aujourd’hui à s’intéresser à ce genre de problématique ?

Alors que les enjeux de demain deviennent globaux, la science de demain aura plus que jamais besoin d’adopter une démarche collaborative et pluridisciplinaire, où la mutualisation des compétences et des savoirs sera un aspect essentiel de la recherche,  elle-même en lien étroit avec la société et toutes ces composantes médiatiques, intellectuelles, culturelles. Internet représentera indéniablement une de ses composantes les plus importantes.

Ces notions manquent cruellement aujourd’hui dans le monde de l’enseignement supérieur, où chaque discipline ne fonctionne essentiellement que par et pour elle-même. Pourtant, ces approches seront essentielles pour la formation des scientifiques de demain, qui devront adopter des démarches collaboratives pour répondre à des problématiques globales.

La volonté commune d’adopter une telle démarche permettra de stimuler l’échange entre tous les champs de connaissances afin de travailler plus efficacement et de trouver des réponses à certaines problématiques tous ensemble plus rapidement. Elle permettra aussi à la science de se décloisonner d’elle-même et d’aller plus naturellement à la rencontre du grand public, afin de mieux le sensibiliser de manière globale aux problématiques scientifiques, ou même de prendre part directement à certains projets (cf des projets de sciences collaboratives où le public participe activement).

Aujourd’hui, le web est un de ces outils fantastiques qui peut être d’une importance considérable dans cette volonté de changer la science. En permettant à celle-ci de globaliser sa démarche, ses échanges, sa communication et son ouverture, il sera demain un outil scientifique majeur. Vivement la science 2.0.

Creative Commons - Certains droits réservés par Daniel*1977 (sur Flickr)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Retour d'expérience

Les commentaires sont fermés.

Service Science & Société de l’Université de Lyon

Logo UDL service science et Société quadri marge

Informations utiles


Carnets de recherche