L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

H. Charles, MC INSA de Lyon – Directeur des étude

Développer un logiciel d’analyse sémantique et grammaticale pour permettre à des robots d’exécuter des ordres dictés en langage courant et de dialoguer avec des personnes en situation de solitude ; développer une méthode de caractérisation de génotype humain pour une médecine individualisée dans le traitement des tumeurs ; concevoir un système de contrôle d’un robot chirurgical spécialisé dans les opérations de l’oreille interne… Cette liste de projets relevant de la robotique, de l’intelligence artificielle, du génie génétique ou de la biomécatronique n’est pas une prédiction des lauréats du concours Lépine en 2050, mais simplement quelques-uns des sujets de stage des étudiants de la filière Bioinformatique et Modélisation dans le département Biosciences à l’INSA de Lyon entre 2011 et 2012.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Les progrès de l’informatique et la miniaturisation des capteurs électroniques ont complètement révolutionné les Biotechnologies au cours de cette dernière décennie. S’il a fallu près de 12 ans, quelques trois milliards de dollars et plusieurs hectares de salles de séquençage et de calculateurs pour séquencer et assembler la séquence du génome humain, il est maintenant possible d’obtenir la même quantité d’information en une semaine et quelques milliers d’euros. Très vite, il apparaîtra plus coûteux de stocker l’information d’un génome sur un espace mémoire que de le séquencer à nouveau. De plus, les technologies de l’informatique dématérialisée (le cloud computing) permettent par exemple de relier entre elles des « fermes de calculateurs » reparties sur la planète entière pour les faire travailler ensemble sur des données complexes rassemblées dans des bases de données mondiales. Former des ingénieurs en bioinformatique est un véritable challenge, car cela demande d’intégrer des compétences multidisciplinaires (la biologie, l’informatique et les mathématiques), mais surtout de construire une véritable interdisciplinarité en associant également la philosophie, l’éthique voire même la littérature pour permettre aux étudiants d’analyser ces problématiques ainsi que les enjeux liés à ces objets nouveaux que génèrent les biotechnologies.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

La filière Bioinformatique et Modélisation du département Biosciences de l’INSA de Lyon repose sur un partenariat entre l’INSA de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1. Elle est destinée à former des ingénieurs capables d’analyser et de traiter des données biologiques, d’en extraire les informations pertinentes et de modéliser par des approches mathématiques ou informatiques les systèmes biologiques afin de comprendre les processus du vivant. Elle a été créée en 2000 pour de répondre à la demande croissante émanant des secteurs publics et privés, liée à l’accroissement considérable de la masse de données biologiques issues des techniques dites à haut débit. L’équipe pédagogique est constituée d’un réseau de formateurs spécialistes dans les domaines de la génomique, de la protéomique, de la biométrie et de l’écologie. La formation compte environ 2200 heures réparties sur cinq semestres, le sixième étant dédié à un stage de fin d’études en milieu professionnel. Les enseignements scientifiques (environ 1800 heures) intègrent les trois disciplines scientifiques fondamentales : Sciences du Vivant, Mathématiques et Informatique. Une grande partie des enseignements se situent à l’interface des trois disciplines et une place importante est réservée à la pratique et aux projets. L’ouverture internationale est également fortement encouragée. Ces enseignements sont complétés par des cours d’Humanités (langues étrangères, communication, connaissance de l’entreprise, économie, gestion de projet, management, qualité, épistémologie, éthique) répartis sur les trois années.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Ainsi, le Département de Biosciences et tout particulièrement la filière Bioinformatique et Modélisation forme des ingénieurs qui auront à travailler sur des biotechnologies de pointe, qui, on le sait, soulèvent de nombreuses interrogations sociales et éthiques. Le département se doit donc de préparer les élèves à faire face aux débats sociaux et éthiques qui se poseront à eux comme citoyens et comme cadres en entreprise ou en laboratoire de recherche. En effet, l’éthique est devenue incontournable dans l’environnement de l’entreprise d’aujourd’hui. Certaines professions ont érigé des codes de déontologie (médecins, avocats, journalistes), mais l’éthique reste l’affaire de tous. Il s’agit de permettre aux étudiants de se forger une attitude et une position personnelles vis-à-vis de la compréhension et de l’intégration dans la société de ces problèmes et de ces objets nouveaux à l’interface entre les disciplines. Pour cela, nous n’avons pas souhaité seulement juxtaposer des disciplines de sciences dures et de sciences humaines, mais plutôt les confronter en faisant travailler les étudiants tout au long de l’année sur des exemples concrets avec des objectifs de réalisation. Le scientifique, à partir de l’état de sa discipline, peut formuler dans une première approche certaines des conséquences sociales des nouvelles technologies. Le philosophe adapte, pour les comprendre, les nouvelles éthiques élaborées en régime technologique. Le littéraire cherche enfin à définir des formes où ces points de vue peuvent être articulés. Nous aimerions que cet enseignement permette de contracter chez nos étudiants une habitude de conduite interdisciplinaire qui finisse par s’imposer comme naturelle et nécessaire. Cette collaboration se traduit chaque année par l’organisation d’une journée éthique au cours de laquelle des personnalités importantes sont invitées (responsables de comité d’éthique ou philosophes des sciences). Les étudiants exposent à cette occasion leur travail en éthique sous forme d’une table ronde. Ils présentent également leur travail d’écriture et jouent une pièce de théâtre.

Les nouvelles présentées sur ce site correspondent à la production des élèves de la promotion 2012 encadrée par Marianne Chouteau, enseignante au centre des humanités de l’INSA de Lyon.

Sommaire des nouvelles

Pour citer cet article :

Charles, Hubert (1 juillet 2012) “L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/442


Une réflexion au sujet de « L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *