« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 1

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Étudiants à l’INSA de Lyon (éléments de contexte ici et ici)

Police de l’amour, connue aussi sous le nom de « Les amis du peuple » ou encore « Ceux qui sont là pour nous aider ». Association non gouvernementale, bénévole, organisée pour veiller au bien être de la population.
Novpédia

Monsieur Oneirat était excédé. Il y a quarante ans de cela, en échange de cinquante trois points de suture sous son chapeau il avait donné les trente premières années de sa vie. Plus qu’un trou, un gouffre de mémoire. Il s’en était accommodé mais, depuis peu, des flashs éblouissants lui collaient une migraine qui le laissait d’une amabilité peu appréciée par son entourage. C’était la troisième fois dans la semaine qu’il consultait et ce n’est pas tant la perte de tant de temps qui le faisait tempêter, mais, bien entendu, l’attente tendue de la sentence sur l’étendue du désastre synaptique. Les brillants médecins avaient tous réussi à conclure en une fraction de seconde que cela venait sûrement de l’énorme cicatrice qu’il avait sur le haut du crâne. Il avait attendu une demi-journée pour recevoir cette illumination. Un flash de plus ou de moins, vous me direz.

***

Je cours à travers les ruelles désertes. Et pendant que je cours, une pieuvre infernale dévore mes entrailles et étend ses tentacules à travers mes extrémités. Ses ventouses s’approprient mes nerfs, et mes nerfs troublent ma pensée.

Dans ma tête, des images se succèdent sans logique. Mon cœur bat au même rythme que les pas accélérés de mes persécuteurs sur la chaussée déserte.

Mes mains et ma mâchoire tremblent sans cesse. Je ne suis plus le maître de mon corps. Je ne suis que l’esclave de cette maudite pieuvre. Je suis la victime de la sauvage animalité de mes nerfs.

Ils me suivent de près et ils s’approchent… C’est l’apogée de cette chasse frénétique.

Malgré l’écho des bottes sur la rue, personne ne sort. On est seuls au monde, moi et « Ceux qui sont là pour nous aider ».

Le soir personne ne s’aventure à marcher à travers ces ruelles isolées. On dit au peuple que dans la solitude et l’obscurité se cache la folie. Et eux, les habitants, ils ont peur de la folie, ils ont peur de la solitude et ils ont peur de penser.

On leur fait croire qu’ils sont libres, mais ils ne sont que des esclaves du régime, de leur peur, de leur travail et de leur ignorance. Un peuple sans histoire est un peuple inconscient. Un peuple ignorant est un peuple qui est mort.

Le soir personne ne marche à travers ces ruelles. Et si je ne trouve pas quelqu’un, tout sera perdu.

Je dois la remettre à quelqu’un. Si je ne trouve pas quelqu’un, même si je l’ai camouflée, ils finiront par la trouver, ils la détruiront et ce sera la fin. Je cours…

Je suis à bout de forces. Les restes d’espoir qui brûlent en moi s’éteindront bientôt… Alors, au fond de la ruelle je devine une silhouette humaine! Eurêka ! Cette vision me donne les forces dont j’ai besoin pour continuer la lutte.

La pieuvre replonge dans le gouffre infini des sensations humaines. Mes mains ne tremblent plus. Je suis serein.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Monsieur Oneirat marchait donc d’un pas tout sauf tranquille sur le chemin du retour, lorsqu’un homme se jeta sur lui. Il lâcha un petit cri de surprise, et avant de chercher à savoir qui était son partenaire de l’instant, il vérifia que personne ne l’avait entendu. C’était quand même un petit cri qui traduisait une vie paisible et aucun réflexe de violence, bien qu’il soit de mauvaise humeur. Un petit cri d’innocence, de proie surprise, et si j’insiste sur ce petit cri, c’est pour montrer que ce qui va suivre a son importance. Ce jappement n’étant qu’une introduction à la perturbation que va créer cette rencontre. Une rencontre très brève par ailleurs, car l’homme, la bave aux lèvres, eut juste le temps de lui glisser un petit objet sombre dans la poche et de s’enfuir.
Monsieur Oneirat lâcha un second petit cri, moins aigu cette fois, il avait une capacité d’adaptation extraordinaire, lorsque les membres de la CQSLA (Ceux Qui Sont Là pour nous Aider), aussi appelée police de l’amour, l’abordèrent, très poliment, comme à leur habitude.

« Bonjour, monsieur, comment allez-vous?
– Très bien, je vous remercie. Et vous-même?
– Oui, très bien. (ça devient exaspérant)
– Puis-je vous être utile?
– C’est très aimable de votre part, nous sommes à la recherche d’un dissident. Nous l’avons vu vous aborder. Il ne vous a fait aucun mal j’espère?
– Pas le moindre. Il s’est enfui par là, dit-il en pointant les buissons que venait de traverser le Baveux.
– Je vous remercie profondément, bonne journée, monsieur.
– De même.»

***

Ce qui devait être fait est fait… Je ne cours que pour perpétuer ce jeu macabre de la proie et du prédateur. Je cours toujours à travers les ténèbres de ces ruelles… les ténèbres, l’obscurité, le silence, présages de mon lugubre destin. Torture ? Exécution sommaire ? Qui sait ?
Je cours toujours, peut-être à la recherche d’un endroit moins sinistre pour vivre mes dernières minutes. Je ne peux plus continuer… Les forces me quittent… Je tombe sur le froid pavé. Je sens l’odeur de la terre mouillée. L’humidité de la terre pénètre mes os et m’immobilise. Ils sont là… Les ténèbres se referment sur moi.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (6 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/503


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *