« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 2

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisode précédent –  Épisode 1

Ethan était grand autrefois, mais toutes ces années l’avaient rapetissé. A force de parcourir les immenses couloirs du palais, ses genoux s’étaient usés. Il en aurait bien voulu d’autres mais plus personne ne savait comment les remettre en état. Alors il avait rapetissé.

Tout cela ne serait d’ailleurs pas arrivé si sa pet-pet-mobile n’avait pas perdu ses baskets ! C’était son invention préférée, retrouvée au fond des caves parmi tous ces anciens prototypes qui dataient d’avant son arrivée. Un tas de machines étranges et déréglées, et que l’on n’avait pas encore eu le temps de recycler. Mais il y en avait une qui marchait encore, ou justement n’y arrivait pas car ses patinettes n’étaient pas adaptées aux sols lisses du palais. Ethan lui avait fait faire des chaussures sur mesure, à semelles compensées et à scratch, et par reconnaissance, la machine avait laissé échapper deux vrombissements de satisfaction. Rebaptisée pet-pet-mobile, et surmontée d’un coussin, elle était devenue le moyen de locomotion royal. Jusqu’à cette fameuse nuit où quelqu’un retira les baskets de la pet-pet-mobile pour les revendre au marché noir, et la machine alla s’écraser le lendemain matin contre un mur dans une glissade gigantesque, manquant d’emporter avec ses pièces détachées des morceaux d’Ethan.

Plus de moyen de locomotion donc, des genoux usés, et dix fois plus de temps pour aller de sa chambre à la salle d’échanges où on l’attendait.

L’homme, avec son casque coloré et son uniforme rembourré assorti, faisait tournoyer dans ses mains sa matraque fleurie. Il la jeta adroitement par la fenêtre ouverte derrière lui en entendant Monsieur arriver et arbora un grand sourire.

« Ah, c’est vous Jobby, haleta Ethan en s’arrêtant à l’entrée de la salle d’échanges pour reprendre son souffle. Félicitations pour votre sourire, vous vous êtes encore amélioré depuis la dernière fois.

– Merci Monsieur, répondit le policier aimable, je le travaille tous les matins devant mon miroir. Je commence même à y penser la nuit, alors ça doit vouloir dire que ça rentre.

– C’est très bien. Pourquoi m’avez-vous appelé ?

– C’est que… hésita Jobby et son sourire perdit en ardeur, on vient d’arrêter un indomptable.

– Encore ? , sursauta Ethan. Mais vous en aviez déjà pris un l’année passée.

– C’est vrai Monsieur, je m’en souviens bien. Mais il n’était qu’un piètre désagrément en comparaison de ce nouveau.

– N’ayez pas peur des mots Jobby, et dites moi franchement ce qu’a fait celui-là ! s’impatienta Ethan.

Le policier contempla un instant le bout de ses chaussures, l’une violette pétunia et l’autre orange doré, puis redressa la tête, rangea son sourire, et déclara d’une voix de rapport neutre :

« Il pense qu’il n’a pas sa place ici, Monsieur. Qu’il n’est pas respecté comme il pense avoir le droit de l’être. Que vous-êtes, pardonnez-moi Monsieur, je le cite : « un être abject et insensible qui n’a aucune considération pour l’être humain qu’il est », et qu’en aucun cas vous ne pouvez être reconnu comme le dirigeant légitime de ce monde quand on voit – enfin pas moi, lui ! – ce que vous en faites.

Ethan fronça les sourcils :

« Bon sang, je ne pensais pas que nous en étions arrivés à ce point là. Qu’avez-vous fait de lui ?

– Selon les directives d’urgence, Monsieur, nous l’avons déclaré comme défaillant de ses propres facultés intellectuelles de jugement et d’interprétation et l’avons fait entrer comme pensionnaire à l’institut psychiatrique de la ville.

– Bien ! Très bien. Vous avez bien fait mon garçon. Et assurez-vous qu’ils le réparent correctement ! Personne ne devrait avoir à subir de telles défaillances…

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Monsieur Oneirat ne savait pas pourquoi il ne leur avait pas parlé de l’objet. Peut-être parce qu’en tout homme sommeille un hors-la-loi. Et il cache ses faiblesses derrière un semblant de solidarité. Toujours est-il que grâce à lui, le fuyard fut rattrapé. Solidaire, mais pas trop, Monsieur Oneirat se demandait pourquoi il fallait toujours qu’il y ait des emmerdeurs. Peut-être des gens qui ont besoin d’attirer l’attention. Si c’est le cas, la police de l’amour devrait parfaitement répondre à ses attentes. Monsieur Oneirat se déculpabilisait très bien.

« Le plaisir de la liberté, se trouve dans la liberté du bonheur… »

Freddy l’Ami sur RadioSmile

Arrivé chez lui, Monsieur Oneirat salua la concierge. Par habitude. Parce qu’il pensait qu’on l’avait éduqué comme ça. Parce qu’on ne sait jamais, un jour, ça pourrait servir. Et il s’affala sur son lit. Il vivait seul. C’était pour conserver l’éventualité de vivre avec n’importe qui. Après son accident, une infirmière s’était occupée de lui. Elle lui avait expliqué ce qu’il s’était passé et l’avait installé dans cette maison avec la concierge. Il travaillait dans une banque lors d’un hold-up. Il avait eu droit à des présentations avec l’arme du bonhomme. Enchanté. Il avait fallu extraire la balle de sa tête, sa vie était partie avec. Un gouffre. Puis, du jour au lendemain, l’infirmière avait disparu. Là aussi, un gouffre. Il n’avait plus que la concierge pour famille. Réjouissances au programme.

Il se rappela soudain que le Baveux lui avait laissé quelque chose dans la poche. Il le sortit, et l’examina. Un réveil. Il ne faisait pas de bruit, d’ailleurs, il ne marchait pas. Il le secoua. Réflexe primaire, mais finalement utile puisqu’il lui permit de trouver une petite clé USB à la place des piles. Banalement curieux, il s’empressa de la parcourir sur son ordinateur. Elle contenait de nombreux plans, extrêmement complexes, de mécanique, d’électronique et autres domaines scientifiques, sans hic. Monsieur Oneirat pensa comme il se doit, aux plans d’une nouvelle arme, ou en tout cas à quelque chose de suffisamment dangereux pour se retrouver dans un réveil. Logique.

Il allait dire aux autorités qu’il ne savait pas comment ce réveil était arrivé là, ni comment la clé s’était branchée sur son ordinateur, mais quelque chose le retint. C’était son nom, écrit au bas de chacune des pages, à la mention auteur. Il se sentit concerné.

Il s’empressa de recopier les plans, de remettre la clé à sa place et d’attendre que la police de l’amour, réalisant que le Baveux avait transmis l’objet, vienne le récupérer. Monsieur Oneirat sentait que, fatalement, il allait devoir découvrir son passé. Quel cliché. Mais à son âge, de toute façon, il ne lui restait plus que ça à faire.

Comme prévu, ils arrivèrent avec un bouquet de fleur pour la concierge et avec des questions plus insistantes, c’est à dire encore plus polies, sur sa rencontre avec le Baveux. Il n’était pas difficile de mentir, il ne l’avait jamais vu avant et il ne lui avait rien dit. Monsieur Oneirat accepta de bonne grâce la fouille de sa chambre. Il avait décidé qu’il ne s’était pas rendu compte de la présence du réveil dans son manteau, et lorsqu’ils le trouvèrent, il parut le plus surpris de tous. Accusant son âge avec une voix chevrotante, il leur demanda innocemment l’importance de l’objet. Ils ne savaient pas. Les ordres venaient toujours d’en haut, et sans explications. Très bien. Ils refusèrent poliment l’invitation à dîner de la concierge et prirent congé.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (7 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/510


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *