« Du prétendu roi de la forêt »

Poème écrit par Abel BETRAOUI

Deux jeunes chevreaux blancs jusqu’alors maternés,
s’inquiétèrent un jour de connaître le monde.
Quittant la terre qui les avait vu engendrés
N’acceptant répit que leur destinée exonde.

L’un, tourmenté par une ambition dévorante,
Aspirait à s’illustrer parmi les illustres.
Et rejoignant la vieille forêt dormante,
Il s’enivrait de se savoir quittant les rustres.

L’autre, l’âme plus modeste, resta aux prés,
comblé de ces joies que lui apportait la vie.
Et de son aîné, il n’entendit plus parler
lui qui à son frère la gloire avait choisi.

Le premier, se targuant de sa fière destinée
s’en allait imiter le majestueux cerf.
Copiant ses moindres gestes et son port altier,
Devint ainsi, le petit roi de cette terre.

Les animaux, devant pareille majesté,
Courbèrent l’échine sans plus de protestations.
Et si tous devant lui, ainsi se prosternaient,
C’était là la marque de sa noble exaction.

Ainsi adulé, il paradait sur ses terres,
Qu’elles soient rivières, prairies, étangs ou forêts
Et en quelque endroit où lui et les siens allèrent
Revendiqua partout leur suzeraineté.

Mais de Lachésis nul ne peut se dérober.
Ainsi eut le roi une vision familière.
Mû par le destin jusqu’au bourbier qu’il fuyait,
Le ciel l’avait ramené ici à son frère.

Il vint à maudire pareille retrouvailles,
Fut-il dépité de tant de simplicité.
Partager son sang avec pareille canaille,
Révélait à ses yeux son ascension viciée

N’avez vous mon bon frère point d’autre ambition
Que de traîner sur ces terres, jusqu’au trépas vos lèvres.
Alors son frère sans vergogne lui répond
Sans vos subtilités, vous n’êtes qu’une chèvre.

Furieux, il quitta la compagnie de son frère,
Pestant de voir son autorité bafouée.
Gardant en mémoire ce souvenir amer,
Il se promit qu’un jour il saurait se venger.

Asservi par une inextinguible ambition
Il rassembla ses fidèles et entreprit alors
La confection d’une ramure défiant l’imagination
Plus majestueuse que celle du cerf encore.

Dès lors, tout animal vivant en ces terres
Qu’il fût le plus insoumis des hérésiarques
Le plus indomptable des révolutionnaires
Reconnut en ce roi son légitime monarque.

Mais un jour le duc et sa cour vinrent à la chasse
Les animaux apeurés, fuyant leur courroux.
Et pris dans ses ramures notre roi trépasse
Réalisant que de la mort nul ne se joue.

Le prétendu roi de la forêt s’effondra,
Le duc s’enorgueillant de ce royal gibier.
Mais s’approchant de sa dépouille, aux siens il s’écria :
« Mes frères, ce n’est qu’une chèvre : nous sommes dupés. »

Ce miroir fantastique que nous apposons sur nos frères,
Hantant leur existence d’une prétendue infériorité,
Nous porte chaque jour à nous complaire
Dans une condescendance abjecte qui ?nous permet de légitimer.

Mais de ce miroir sachons nous méfier,
Car qui sait si un jour, il ne saurait nous trahir.
Pris au piège dans une tourbe dont on ne peut s’échapper,
Que verrions nous s’il fallait ce miroir franchir.

Romantic Shadows par ©2012 *andreasrocha