« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 3

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Jobby se retira.

« Comme ce monde est cruel ! pensa Ethan. En voilà une nouvelle illustration. Il n’a pas besoin de créer des dangers pour les êtres, car les êtres sont déjà des dangers pour eux-même. Quelle pire prison peut-il y avoir que son propre esprit ? Ne plus être capable de distinguer les bienfaits d’une société de ses propres faiblesses. Prendre la main tendue pour venir en aide comme une arme prête à frapper. Non vraiment, tout ceci est affreux. Il ne faudrait pas que cette situation devienne fréquente. Heureusement que ce ne sont que des cas rares, je parviens tout de même à maintenir une partie de ces êtres dans le bien être.»

Mais tout ceci le perturbait profondément. Il sentait au fond de lui qu’il y avait quelque chose qui clochait, quelque chose qui n’était pas à sa place, mais cet élément lui échappait. Pourtant il y réfléchissait. Il avait fait installer dans la pièce voisine une cible géante, découpée en une myriade de petits triangles colorés qui portaient chacun une inscription.

Pour la quarante-deuxième fois, il ouvrit une boîte de fléchettes toute neuve et s’installa sur une chaise. Il pensa à une grosse pastèque pour se concentrer et, mécaniquement, lança le contenu de la boîte sur l’immense cible. La dernière fléchette plantée, il alla inspecter son score.

Après un examen rapide des résultats, il soupira. C’était statistique. Sur la moitié des étiquettes épinglées, on lisait le mot « Travail » ; une dizaine portait l’inscription « Sécurité » ; quelques-unes affichaient « Repos », et sur les dernières, « Loisir », « Transport », « Temps libre » se disputaient les flèches. Le bon équilibre naturel résidait dans ces proportions, ou il ne connaissait rien aux statistiques !

Ethan y avait longuement réfléchi. Le travail comme accomplissement de soi, comme moyen et lieu pour s’améliorer et s’occuper ; la sécurité pour se sentir à sa place dans la société et ne pas ressentir la peur ; le repos, car il était indispensable pour la forme du corps et de l’esprit ; et enfin, des temps passés dans les transports ou d’autres activités réduits afin de ne pas s’ennuyer ou se disperser dans des occupations qui pourraient amener de mauvaises tendances.

Non, vraiment, Ethan ne savait plus que faire. Il soupira longuement, regarda tout cet air se disperser et se perdit dans ses pensées.

***

Le froid qui s’est emparé de moi, s’est emparé aussi de la blanchâtre pâleur de ces murs qui nous entourent, des visages monotones, des « amis du peuple », de leurs matraques … Un soleil synthétique nous crache ses rayons intermittents, eux aussi froids comme l’acier. La salle est atrocement humide et elle sent la sueur, l’ammoniac, le souffre et la moisissure ; mais elle sent surtout la peur, le désespoir et la haine. J’ai l’impression que ça fait très longtemps que je suis en enfer. Peut-être des mois, des années, ou ne serait-ce que quelques heures à vrai dire … qui sait ? Pas de montres, pas de pendules, pas de fenêtres, maintenant je mesure le temps grâce à notre intermittent soleil en néon. Chaque moment de lumière est un jour de vécu, chaque moment de pénombre, une nuit. Il est vrai que la moindre action nous demande des semaines entières. Il est vrai que souvent on ne fait rien pendant des années. Nos vies ne sont pas si différentes des vies de ceux qui sont dehors. On voit tous passer nos vies, jours après jour, nuit après nuit, sans rien faire. On est tous prisonniers. Prisonniers derrière des murs en béton, ou prisonniers derrière les murs de la peur et de l’ignorance.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Une fleur apparut dans l’encadrement de la porte.

« Personne n’a vu mon arrosoir ? demanda la fleur.

Ethan sortit brusquement de sa rêverie et se retourna vers la plante, enfin la porte.

« Oh ! pardon Monsieur, s’exclama Jobby en se redressant. Je n’avais pas vu que c’était vous, sinon je n’aurais jamais demandé… enfin je n’aurais pas cherché… je suis en service, n’est-ce pas, bredouilla-t-il, ne sachant plus comment se démêler. Vous savez, il reste beaucoup de mauvaises graines, et je me disais qu’avec un meilleur arrosage…

Il baisse les bras et arrêta de tirer sur le nœud. Ethan, qui avait besoin d’épancher sa solitude sur quelqu’un, monta sur un tabouret, à défaut de grands chevaux.

« De quelles mauvaises herbes parlez-vous Jobby ? Un mauvais jardin vient d’un mauvais jardinier. Si vous avez quelque chose à me dire, allez-y ! Je vous écoute. Je suis curieux de savoir quel meilleur patron vous feriez que moi.

Jobby resta coi un instant, et estimant l’affaire sérieuse, il se mit dans une position sérieuse. Il se remémora rapidement le dernier article confidentiel de la charte de la milice fleurie : « Un bon chef est un chef qui fait son boulot de chef sans fléchir. S’il montre des signes de faiblesse, il faut le rectifier ou bien le remplacer. A mettre en relation avec le dossier archi-ultra-top-secret. ». Jobby aimait bien Monsieur, alors il décida d’essayer de l’aider à se rectifier. Il pesa longuement ses mots, en ravala certains, et lorsque le mélange lui sembla convaincant, il ouvrit la bouche.

« Je pense qu’il n’y a pas de hasard dans tout cela, seulement une ligne à suivre. Certains s’en écartent et c’est pour ça que nous sommes là, dit-il en faisant tournoyer sa nouvelle matraque fleurie. Certains ne sont pas capables d’identifier la conduite qui leur est propre et c’est pour ça que vous êtes là. Pour fixer les règles et les limites. Vous êtes le maestro qui connaît la partition et dirige l’orchestre, et nous on gère les débordements. Il y a toujours des mauvaises têtes , mais au final tout le monde rentre dans les rangs pour jouer une belle symphonie. Chacun porte en lui son identité propre à sa naissance et finit toujours par l’exprimer. On ne fait pas grandir un hortensia comme une orchidée !

– Certes, acquiesça Ethan qui ne semblait pas convaincu. Je n’aurais jamais pensé m’y connaître si mal en jardinerie, grommela-t-il pour lui-même, si j’avais su, j’aurais demandé une mise à jour en botanique. Mais ce désordre, demanda-t-il en s’adressant de nouveau à Jobby, c’est un signe de mauvaise organisation, n’est-ce pas ? Ne me racontez pas d’histoire, deux dissidents en deux ans, c’est un bilan catastrophique.

La fleur rembourrée ne savait plus sur quel pied danser, car une position sérieuse était par définition une position inconfortable. Et cette baisse de moral de Monsieur l’embêtait. Si ça continuait, quelqu’un allait lui chiper son arrosoir pour de bon. Il décida d’abréger.

« Pas de doute à avoir. Stop. Vous êtes l’élu tout désigné. Stop. Pas de possibilité de faille. Stop, commença-t-il, mais voyant le regard perdu de Monsieur qui en était redescendu de son tabouret, il soupira et consentit à perdre son temps en des phrases construites.

« Il ny a pas de doute à avoir Monsieur. Vous êtes l’élu tout désigné et vous ne pouvez faillir. Si vous estimez qu’une réparation est nécessaire, pour vous comme pour la population, vous saurez prendre la mesure adéquate. Et quelle que soit votre volonté nous nous y plierons et l’appliquerons dans le zèle et la bonne humeur.

Il agrémenta le tout d’une pirouette très étudiée et d’un petit jeu de claquettes, mais estima le clin d’œil superflu. Assuré qu’il n’y avait rien à rajouter à ce tableau, il porta à sa tête sa main qui tenait sa matraque pour saluer, s’assomma au passage et jugea l’endroit très approprié pour sa sieste de treize heures quarante-sept.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (8 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/545


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *