« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 4

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Avant toute chose, et comme tout aventurier qui se respecte, Monsieur Oneirat devait se trouver un compagnon de voyage. Quelqu’un qui l’aiderait à surmonter ses instants de doute, avec qui il aurait plaisir à partager la sueur des situations difficiles et avec qui il finirait sa vie. Il pensa à la concierge. Réflexion faite, il existe aussi plein de héros solitaires. Il se mit méthodiquement en quête de l’infirmière qui s’était occupée de lui. Il se souvenait très bien de son nom, c’était la première chose qu’il avait entendue en se réveillant, Madame Talpa. Son premier souvenir en somme.

Il la retrouva facilement. Elle n’exerçait plus. Il se rendit chez elle et sonna. Elle lui ouvrit, et lui dit, en le regardant à peine: « Entrez, je vous attendais ». Pour le coup, Monsieur Oneirat était bluffé. Il faut dire qu’il ne l’avait pas prévenue de son arrivée et qu’elle l’avait soigné il y a quarante ans. Tout de même.

Il entra, toujours banalement curieux, et s’assit sur le fauteuil qu’elle lui indiquait d’un doigt. «Excusez-moi, mais comment se fait-il que vous sachiez que j’allais venir?». Phrase équilibrée, polie  mais franche. Des années d’expérience.

Elle s’assit en face de lui, lentement. Elle prit les lunettes posées sur la table basse devant elle et les posa sur son nez. Elle le regarda et il eut l’impression qu’elle le transperçait. Elle lâcha :

« En fait, ce n’est pas vous que j’attendais. Myopie à son dernier stade. Tant pis. Maintenant que vous êtes là. C’est pour quoi?

– J’ai été un de vos patients il y a bien longtemps. Du plomb dans la cervelle. Un gouffre d’une vie.

– Ah, effectivement, la balafre, dit-elle en pointant sa cicatrice du doigt. Impressionnante. Mais, je n’y ai jamais cru. Une arme à feu ne laisse pas ce genre de trace. D’ailleurs, vous n’étiez pas assez bien habillé pour un banquier. »

Monsieur Oneirat se vexa. Il était un peu coquet quand même. Il s’en alla. C’était la police de l’amour qui lui avait rapporté l’histoire, elle n’avait pas cherché plus loin que son salaire. Ce n’était pas les doutes émis par une bigleuse qui allaient changer sa vie.

Il se rendit tout de même à la banque et s’informa sur les registres des employés. Simple encore une fois. Il s’attendait à plus de secret. Il était déçu. Son passé semblait aussi banal que ce qu’on lui en avait dit. Monsieur Oneirat était un peu honteux de ses soupçons et de son envie puérile de mystère, jusqu’à ce qu’on lui apprenne que son nom ne figurait dans aucune liste, ni même la plus petite feuille de paye. Regain d’intérêt. Il semblait ne pas avoir existé avant sa rééducation avec l’infirmière. En tout cas, pas dans le domaine des finances. Il rentra chez lui, son pas n’était pas tranquille, mais plus alerte, il était content. Il savait où il allait. Oui, vers la concierge, mais surtout, loin de ses habitudes. D’ailleurs, il aurait bien aimé que le Baveux lui saute de nouveau dessus. Il aurait essayé d’engager la conversation.

Il arriva chez lui. Concierge. Bonsoir. Il se jeta sur son ordinateur et examina les plans. En même temps, il découvrit qu’il y avait bien eu un hold-up il y a quarante ans et un employé tué. Mais ce n’était pas lui. Monsieur Oneirat n’était pas de nature paranoïaque, disons même qu’il était plutôt naïf, mais il commençait à accorder du crédit à ses élucubrations.

Les plans, après de longues heures passées sur Novpédia, ne lui semblaient pas si obscurs. Il n’empêche, il ne comprenait toujours pas ce que c’était. Mais, plus il cherchait, moins il y trouvait une arme de destruction massive. Le titre du projet, « Et pourquoi pas? » ne l’avançait pas beaucoup. Il se coucha, il pensa que s’il avait gardé le réveil, il indiquerait toujours minuit, ou midi, comme pour bien lui faire comprendre, qu’il n’avançait pas du tout dans ses recherches.

 ***

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

On a interdit à la pensée de s’approcher de la folie et on a décidé d’enfermer la folie derrière les barreaux de la raison. On a redéfini la raison pour l’exploiter et l’utiliser comme une arme. On a interdit à l’homme de se questionner et de penser. L’homme qui se pose des questions est fou, et le fou n’a pas le droit de faire partie de la société. Le discours est le champ de bataille du pouvoir, mais personne n’écoute les paroles d’un fou ! Et si quelqu’un s’aventure à les écouter, il les écoute et les réinterprète depuis la raison, et finalement il se dit «Le pauvre, il est fou ! ».  La pensée est condamnée à mort ! L’homme est condamné à être enfermé dans l’abîme de sa bestialité. L’homme qui ne se contente pas de vendre, d’acheter, de sourire et de vivre doit être surveillé, analysé, exclus, torturé et soigné de ce mal qui est la raison, même si ceci signifie sa mort !

La pensée doit mourir ! Plus personne ne doit penser ! Plus de questions ! Ils veulent homogénéiser la société pour la rendre obéissante. Une société composée d’hommes ignorants qui ont peur de se questionner est facile à manipuler et à contrôler. Voici le jeu qui oppose nos convictions, notre volonté, notre liberté et notre espoir contre la torture, la peur, la souffrance et la mort. Ce jeu n’a qu’un seul gagnant, la mort ! Si notre liberté est plus forte que la souffrance qu’ils nous imposent, on meurt. Si la souffrance finit par abattre notre liberté, on gagne une vie creuse, la vie d’un mort !

Il y a quelques heures, deux camarades se sont battus pour une meilleure place pour dormir. Alors je me suis rendu compte qu’ils avaient réussi à gagner! La haine, la violence, l’égoïsme ont remplacé la fraternité, la pitié et la solidarité dans les cœurs des camarades. Les cris ont pris la place des paroles. Les coups remplacent dorénavant les dialogues. Avant des sourires francs naissaient librement, maintenant des sourires hypocrites cachent les couteaux qui serviront plus tard à traverser les entrailles des autres. J’ai compris et j’ai pleuré. J’ai pleuré longuement, je me souvenais des temps anciens. Je me souvenais de ma mère, de mes amis, parfois ce n’est que grâce aux souvenirs qu’on reste en vie.

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (9 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/577