« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 5

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

 «  Quand Monsieur sourit,

Il éclaire notre vie. »

Slogan. Police de l’amour.

Le lendemain, il entreprit de rencontrer le Baveux. Ce n’était pas chose facile, personne ne savait ce qui arrivait aux dissidents. Point de mystère, tout le monde s’en foutait. Il alla se renseigner auprès d’un représentant de l’amour, qui s’occupait de la circulation. Celui-ci envoyait des baisers aux automobilistes qui s’engageaient alors en se rengorgeant et se gargarisant d’un gage qui les rendait gagas. L’agent Gag répondit à Monsieur Oneirat que les dissidents étaient, à sa connaissance, emmenés au Centre des Attentions, à la périphérie de la ville. Pour se représenter la scène, il faut imaginer que chacune de ses phrases était ponctuée de petits bruits mouillés et sortait d’une bouche en coeur, plissée de bonnes intentions. Un travail de toute une vie. L’agent Gag, tout petit, s’était rendu compte, alors qu’il avait une aphte, que cette position des lèvres mettait dans de très bonnes dispositions ses interlocuteurs, et Monsieur Oneirat partit avant la fin de l’histoire parce qu’il avait son renseignement et que l’agent Gag lui donnait des frissons.

Arrivé au Centre des Attentions, Monsieur Oneirat déclina son identité. Il n’en avait pas besoin de toute façon. Le Centre se résumait à un grand parc et quelques bungalows. Il s’approcha du plus grand et s’informa à l’accueil des derniers patients reçus. Il y avait une grand-mère, un ancien politique et un coquelicot. Encore une fois, l’accès aux informations était d’une facilité déconcertante. Comme s’il n’y avait rien à cacher. Pourtant, rien sur le Baveux.

La grand-mère était ici car elle avait volé une moto. Elle n’en avait jamais conduit de sa vie, et c’est pour ça qu’on l’avait attrapée, en train d’essayer de la démarrer, là où elle était garée. Elle avait expliqué qu’ayant changé de marque de biscotte récemment, elle n’avait pu résister à l’appel de la grosse cylindrée que son caniche arrosait tous les jours. Le politique, lui, sous l’emprise de quelque boisson euphorisante s’était mis à tricoter une écharpe en marquant d’un fil de laine rouge « Ethan-ol ». Les membres de la police de l’Amour l’avaient pris personnellement. Enfin, le coquelicot poussait à l’entrée du Centre et le gardien trouvait qu’il avait mauvaise mine. Devinez de qui on s’occupait le mieux. Le politique bien entendu, la grand-mère n’avait pas les moyens et je vous rappelle que le coquelicot n’est qu’une fleur. Ainsi, aucune trace du Baveux. Monsieur Oneirat repartit donc bredouille. Il n’avait pas envie de fouiner, ses soupçons étaient confirmés. Les plans étaient importants, assez pour que le Baveux soit considéré comme n’ayant jamais existé. Et surtout, il était bientôt midi et la concierge faisait de la tarte aux pommes. Grand jour.

***

Tout à coup plusieurs « amis du peuple » entrent dans la pièce en tenant un homme dont le visage est couvert d’une espèce de masque. Plus personne ne parle… Je ne comprends pas ce qui se passe… gémissements, regards terrorisés. L’homme masqué s’arrête devant l’un d’entre nous. Les deux hommes échangent des regards. Notre camarade se recroqueville et recule en gémissant…  « Ceux qui sont là pour nous aider » le soulèvent, ils vont l’emporter ! Malgré ma faiblesse je me lève, je vais défendre notre camarade. Je m’élance, un tigre qui bondit, une matraque qui caresse un crâne, une balle qui goutte le sang, un homme étalé par terre, un tigre mort dans la jungle, puis, une piqure sur le bras… J’ai gagné un ticket pour le paradis de l’inconscient… Personne ne réagit, le camarade est emporté, un ruisseau de sang traverse mon visage.

Le vent caresse mon visage, plus rien ne bouge. Je respire calmement cet air qui m’est si cher, l’air des montagnes, l’air de chez moi, l’air de la terre où sont morts mes aïeux, de cette terre où se trouvent mes racines. Délicates racines qui déterminent et définissent qui je suis. Devant moi s’étend une immense peau de serpent, ses écailles au reflet bleuâtre, en or et en argent, bougent avec le vent. Le bleu du ciel remplit l’espace, le sable s’envole doucement vers ces univers inconnus qui nous entourent. Au-delà de la plage, les bateaux noirs, écoutent les doux rires des enfants.   Quelque part, un chien aboi. J’entends le silence de la vie.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Il y avait dans le palais une grande quantité de fenêtres, car la lumière du soleil était une entité pleine de bienfait et régénératrice à laquelle le médecin royal avait fortement conseillé Ethan de s’exposer. Du reste, il n’en avait pas vraiment le choix car toutes les pièces du palais étaient constamment baignées de clarté. Toutefois, les bâtiments avaient été conçus de telle sorte que chaque ouverture donnait sur une autre partie de la demeure, et jamais directement vers l’extérieur. Ainsi, Ethan ne voyait jamais son peuple, et le peuple ne voyait jamais Ethan. Ils ne se connaissaient donc que par rapports de police interposés et, ma foi, Ethan trouvait ces rencontres toujours charmantes.

Mais il lui arrivait parfois d’avoir envie de se rebeller contre son propre système. Après tout, s’il ne pouvait le faire alors qu’il était patron, quel avantage pouvait-il bien avoir dans toute cette histoire ? Alors il courrait jusqu’aux escaliers, se laissait rebondir sur les marches et s’usait le derrière, comme pour faire un pied de nez à ces maudits ingénieurs qui ne savaient plus réparer des genoux, et encore moins des fesses. Les caves avaient toujours été son lieu de prédilection et il ricanait de bonheur dans cet endroit sans lumière en pensant au médecin royal et à ses recommandations pleines de clarté.

« Voyez donc mon cher ! Pas une seule fenêtre ! Pas un rayon de soleil ! S’extasiait-il devant un prototype en ruine. Et pourtant c’est ici que je me sens le mieux.

Ethan se pavanait dans cet univers d’êtres désactivés. Il conversait avec les robots sans vie, essayait d’en réparer certains et à défaut de résultats, s’en faisait des marionnettes. Pas de Jobby, pas de matraque fleurie dans les sous-sols du palais. Seulement un peuple de pantins qui était d’aussi bonne compagnie, si ce n’est meilleure, que son peuple véritable.

« Là-haut, je ne vois personne, se confiait-il à un automate à roulettes qui semblait lui tendre les bras, installé sur ses jambes de métal. Je fais des décrets, des réprimandes, des incarcérations et je lis le résultat sur des rapports roses et parfumés.

Tout en parlant seul dans le noir, il jouait machinalement avec un petit cylindre de métal plein de gravures et de trous carrés. Il le caressait affectueusement, ne s’en séparait jamais et se perdait parfois dans sa contemplation, et ce n’était jamais un état vide de pensées.  Il regardait la chose plein d’interrogations, d’étonnement et d’inquiétude, mais finissait toujours par la remettre dans sa poche et l’oublier.

Ces excursions souterraines ne duraient jamais très longtemps car à son grand regret, Ethan perdait rapidement des forces et de l’énergie et se mettait à rêver de soleil et de lumière. Alors il abandonnait ses pantins, remontait les escaliers et retrouvait Jobby et ses sourires travaillés.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (10 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 5”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/590


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *