« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 7

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Une voix paisible me réveille, une main étire mes jambes tièdes et tendues. Un vieil homme caresse ma tête comme si j’étais son fils… « Il fait froid mon fils, n’est-ce pas ? », il ôta alors son pull et me couvrit avec. «Qui aurait pu penser qu’un jour le courage et la solidarité seraient rétribués avec une telle violence ». Je voulais lui dire tant de choses mais seulement des gémissements sortaient de ma bouche. « Repose toi mon fils, on a tout notre temps pour parler, repose toi »

Le ruisseau est sec à présent, et le sang cristallisé devient néant lorsque ma main frotte mon visage. Le voyage vers l’inconscient s’est terminé, il a duré trop longtemps. Le vieux, toujours à côté de moi, tremble légèrement, je crois qu’il a froid, mais il ne dit rien, il sourit tendrement. Je lui rends son pull et le remercie. Après un long moment de silence, les paroles et les pensées traversent enfin les sentiers de la douleur. Le dialogue et les idées fleurissent à travers le désert de la mort   qui règne sur ces parages.

On parle longuement, j’apprends à connaître cet homme, à travers son passé, ses actions, ses gestes et à travers la douceur paisible de sa voix. Lui aussi, il apprend à me connaître. On parle du passé, et du présent … du malheureux état du pays. L’obscure transparence de deux voix en enfer :

– Ce maudit régime a très bien compris comment contrôler entièrement la société. Le système a détourné l’économie, les médias, les normes sociales, la morale, la raison et même le langage pour pouvoir consolider le contrôle.

– Chacune de ces entités est devenue un outil pour implémenter le modèle d’être humain que le système a créé. Chacun de ces outils exerce un poids sur l’individu, et à son tour chaque nouvel individu qui adhère au modèle, renforce l’instrumentalisation de ces entités et le développement du modèle dans son entourage. Ce système a appris à utiliser le poids de la société sur l’individu. Le modèle impulsé par le système est celui d’un être humain qui ne pourra jamais se révolter contre le régime. Le système a crée une société qui ne se questionne pas, une société qui refuse le savoir, le passé et le doute.

– Le nouvel homme est un homme d’action, un homme qui ne doute point, un homme qui ne regarde jamais derrière lui, un homme qui ne regarde pas le futur, un homme qui ne regarde que le présent. Un homme pour lequel le passé est une chose inutile.

– Un homme pour lequel le futur est quelque chose qui n’existe pas. Un être pour lequel, les vieux livres et les vieilles idées ne sont là que pour brûler dans la cheminée. Le nouvel homme est un être qui sait toujours ce qu’il veut, et ce qu’il veut c’est suivre la mode et s’intégrer à la société.

– Cette dictature a bien compris que l’homme devait penser avant tout qu’il est libre, pour ne pas penser qu’il vit opprimé par une dictature. » Le système fait croire à l’homme qu’il est libre…

– Cependant, il n’est libre que dans l’espace permis par le modèle. Il est libre de choisir sa marque de chaussures préférée, il est libre de boire et de manger de vendre et d’acheter… Il est libre uniquement s’il est prisonnier de la société, du système et du modèle.

– Le système a développé une individualisation et une appropriation du contrôle. C’est le propre individu, aveuglé par le modèle et par la société, qui devient victime et bourreau, prison et prisonnier. Ce nouvel homme, sans passé et aux vaines pensées est un homme qui ne questionnera jamais le système, seule vérité absolue et inébranlable.

– Le système a créé aussi l’antithèse de cet héros moderne, l’image à craindre, à rejeter, à poursuivre… Le fou… l’homme qui est la proie de ses doutes, de ses pensées et de son passé. Un homme qui ne suit pas la mode, parce qu’il la trouve vaine. Un homme qui a du mal à s’intégrer à la société, il la trouve souvent trop hypocrite, trop mensongère. Un homme qui pourrait éventuellement, un jour, questionner le régime.

– Tout homme cherche alors à tuer l’anti-modèle qui pourrait exister en lui.

– Voilà le secret du système !

– Et ce sinistre système se renforce au cours des générations ! Au fur et à mesure que les bases de ce modèle s’implantent comme lois morales, au fur et à mesure que l’histoire et les vieux livres s’évanouissent dans le brouillard de la mémoire.

 – Le seul mécanisme de contrôle physique, les « amis du peuple », n’existe que pour traquer et poursuivre les individus mal intégrés au système, les dissidents ou ceux qui ont compris la vérité, pour les faire disparaître dans le fond des hôpitaux psychiatriques.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Freddy, Il travaille bien,

il ne lui manque rien.

Il possède tout,

 mais il s’en fout.

Il fait ce qu’il lui plait,

 il va travailler. »

Générique de l’émission Freddy l’Ami, RadioSmile.

La concierge, Monsieur Oneirat ne pouvait se résoudre à l’appeler autrement, s’installa dans un gros fauteuil et commença à raconter. En réalité, elle ne savait pas grand chose, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle était toujours là. Il y a fort longtemps, elle avait été appelée pour l’aider sur un projet énorme. Tellement important qu’on l’y avait conduite les yeux bandés et avec du coton dans les oreilles. Dans le nez aussi, parce que c’est marrant. Elle avait accepté parce qu’elle était curieuse. En arrivant dans l’atelier, elle l’avait trouvé, très concentré, au-dessus de ces mêmes plans qu’il avait sur son ordinateur. Elle n’avait rien compris, et il ne pouvait rien lui expliquer. Pause verre de whisky. Vous m’accompagnez? Non, merci, continuez. Elle l’avait donc aidé à stabiliser des fluides, à tester des matériaux et à se nourrir. Cela avait duré quelques mois, les plus beaux de sa vie. Elle, elle l’admirait, lui, il admirait son projet. Il n’avait jamais pu lui dire sur quoi ils travaillaient, et d’ailleurs, quand elle lui demandait ce qu’il ferait après avoir fini, il haussait les épaules, il ne l’envisageait pas. Pause pipi. Vous m’accompagnez? Non, merci, continuez. Un jour, après une longue séance ils réussirent finalement à stabiliser ce pour quoi elle était venue. Il l’avait remercié longuement, et elle avait compris que c’était la dernière fois qu’ils se voyaient. Elle ne s’était pas trompée, un an plus tard, elle le revoyait, chez elle, mais lui ne la reconnaissait plus. Des hommes en noirs, la police de l’Amour n’existait pas encore, le lui avaient confié, sans trop d’explications. Ils disaient que c’étaient ses dernières volontés.  Elle était flattée et elle savait que l’histoire du banquier était pure fabulation. Voilà, encore un peu de tarte aux pommes? Monsieur Oneirat accepta, il était quand même sous le choc. Il avait travaillé pour une organisation secrète, en sachant qu’il perdrait tous ses souvenirs. Ce projet devait vraiment compter pour lui.

Monsieur Oneirat demanda à la concierge si elle voulait l’aider à retrouver l’atelier, même si c’était il y a très longtemps, il restait sûrement des traces, maintenant qu’ils avaient fini la tarte. Ils prirent une carte. La ville n’avait pas beaucoup changé depuis ce temps là. Pendant des mois elle avait fait le trajet, il fallait une vingtaine de minutes, trente les jours fériés. Ils examinèrent toutes les possibilités, et après quelques recoupements et coups de fils à Serpillère et Secrétaire, ils délimitèrent une zone, actuellement désaffectée. Ils s’y rendirent, après la sieste.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (12 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 7”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/592


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *