« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 8

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Épisode 7

On avait dit tout ce qu’il fallait dire sur le système. Le reste n’était que de la décoration et du bourrage de crâne, l’image du dictateur, la politique du sourire, la fête de la liberté et la fête du bonheur, les émissions à la radio, les encyclopédies d’état, le triste mensonge dans lequel vivent  des habitants.

Et pourtant on avait du mal à parler du futur. Les mots qui évoquent l’avenir on du mal à s’envoler à travers les domaines de la mort et de l’incertain. Le silence règne à présent. On a du mal à songer à notre propre futur, et encore plus à penser au futur de la société et au futur du pays… Notre soleil en néon a de plus en plus du mal à éclairer, il tremble frénétiquement, se bat une dernière fois contre les pénombres de la salle, puis finalement finit par s’éteindre. Tout le monde dort, plus rien ne bouge. Moi, j’ai du mal à songer à la seule idée de dormir, serait-ce à cause du tourbillon d’idées qui me ravage intérieurement ? Je suis angoissé, je respire mal. Une faible lueur, se glisse à travers les minuscules fentes de la porte. Je garde en moi cette lumière en guise de liberté. Je ne pense plus à rien, méditation contemplative.

Alors je sens une main sur mon épaule. Je sursaute légèrement, même si je sais très bien qu’il s’agit du vieux. J’entends sa voix :

« Es-tu prêt à mourir pour ta liberté ?

– Oui !

– Moi aussi, ça fait très longtemps que je suis prêt… Écoute-moi bien mon fils, on les surprendra une fois qu’ils entreront pour changer la lampe, ils ne seront pas nombreux. Alors, il faudra courir sans arrêt jusqu’à atteindre la fenêtre qui se trouve au fond du couloir. On pourra alors sauter, ne t’inquiète pas, on est au premier étage de l’asile. Puis il faudra continuer tout droit vers la liberté.

– Une fenêtre au fond du couloir ? Le premier étage de l’asile ? Changer la lumière ? Qu’est ce que tu racontes ? D’où est ce que tu me sors tout ça ?

– Il n’y a rien à comprendre, on n’a plus le temps pour ça… Prends ça ! Soit fort mon fils !»

Il me donne une brique en béton qu’il avait arraché du mur. Derrière la porte, des pas s’approchent de nous. Mon cœur bat fortement. Il n’est plus temps de poser des questions. Notre liberté se trouve là, à quelques mètres de nous, elle se cache dans une fenêtre imaginaire, de l’autre bout d’un couloir inconnu, inexistant. Quelle histoire de fous ! Le cœur bat, et la vieille pieuvre renaît dans le fond de mes entrailles. La porte s’ouvre, la lumière rentre, éblouissante, deux silhouettes se tiennent derrière la porte. Deux enragés, des briques en béton à la main, traversent la salle en criant, cris de guerre ! Deux briques pour deux crânes ! D’un côté du couloir, une fenêtre, de l’autre, six hommes armés qui courent vers nous. Le vieux me dit : « Sauve-toi mon fils, aujourd’hui, on sera libres tous les deux ! », alors il jette sa brique sur les gardes avec une force surhumaine, puis il saisit la matraque du garde qu’il a tué. Je le vois courir vers « ceux qui sont là pour nous aider », il rit, il est libre à nouveau, libre de choisir sa mort, libre de donner sa vie pour les autres, pour moi. L’élan vital règne en lui ! J’ai alors compris ce qu’il avait dit : «aujourd’hui on sera libres tout les deux ! ». J’ai aussi compris ce que je devais faire !

« Mon vieux ! Je serais libre avec toi ! »

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (13 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 8”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/593


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *