« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 9

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Épisode 7

Épisode 8

Il était un mois quelconque de l’année, parce qu’enfin, c’était bien la dernière chose qui pouvait intéresser Ethan, cloisonné à temps plein dans son luxueux palais avec vue sur lui-même. Ethan revenait d’une excursion souterraine particulièrement animée, au cours de laquelle il avait finalisé la construction des marionnettes de son théâtre de fond de cave, étape qui lui avait pris tant de temps qu’il en avait présumé de ses forces et avait dû remonter les dernières marches des escaliers en rampant. C’était là un exploit dont il se félicitait, de même que la grimace particulièrement réussie qu’il avait occasionné au médecin royal, et tout cela le mettait dans un état proche de l’extase.

Ethan se dandinait donc dans un couloir, en direction de la salle des interjections car il se sentait d’humeur invincible et c’était l’occasion idéale pour aller réprimander les nouvelles recrues de la milice, histoire de montrer qui était le patron. A une intersection et alors qu’il tortillait allègrement son postérieur, il aperçut Jobby dont les bras étaient chargés de dossiers épais et qui tentait de se faire discret, du moins c’est ce que supposa Ethan en le voyant avancer sur la pointe des pieds collé contre le mur.

« Qu’est-ce donc que tout cela ? demanda Ethan d’une voix joyeuse.

– Mais… rien Monsieur. Du papier qui traîne et que je déplace, répondit le policier en accélérant le pas, si cela est possible pour une telle démarche.

– Allons Jobby, je vois bien que c’est du papier, mais le papier qui traîne n’est pas aussi bien rangé, il est froissé, désordonné, il virevolte et c’est presque de la poésie, s’emballa Ethan qui se sentait d’humeur à faire de grandes phrases à l’image de sa grandeur intellectuelle à défaut de physique. Montrez-moi.

Et Ethan sautilla jusqu’au milicien rose et tenta d’attraper un dossier.

« Vous ai-je signalé les statistiques de ce mois-ci ? déclara rapidement Jobby tout en écartant vivement les papiers de son patron. C’est effarant, il n’y a eu aucun redressement et 83% des personnes sondées nous ont répondu en souriant.

– Ça ne veut rien dire, nota Ethan en fronçant ses sourcils avant de repartir à l’assaut et de parvenir à attraper des feuilles qui dépassaient.

– Et le taux de convaincus a encore augmenté de trois points, continua Jobby en réajustant sa prise sur la paperasse, et la production de quatre, et les heures de travail ont été augmentées…

Mais Ethan ne l’écoutait guère et un pied sur celui de son interlocuteur afin de s’assurer un avantage, il tirait à petits coups les documents convoités.

« Le vieux a tenté une nouvelle évasion ! cria soudain Jobby, visiblement à court d’idées.

L’effet fut immédiat : Ethan lâcha sa prise mais pas son pied, et Jobby récupéra les documents mais pas son pied. Il en résulta une belle cabriole simultanée qui eut raison des mains du policier et le tout fut agrémenté d’une pluie de feuilles sur la moquette rouge poivron.

« Mais… Mais il était emprisonné, balbutia Ethan, sur les fesses à proprement parler.

– Oui, évidemment, sinon il n’y aurait pas eu d’évasion, répliqua Jobby dans la même position, excédé.

– Mais… Et alors ? questionna Ethan qui n’en revenait visiblement pas.

– Et alors quoi ? soupira le policier qui époussetait la poussière invisible de sa combinaison fleurie.

– Et alors il a réussi ? continua Ethan qui ne s’offusquait guère du ton pris par son employé.

Jobby suspendit son geste un instant, hésita en jetant un coup d’œil à Monsieur, puis reprit un air désintéressé en commençant à rassembler ses papiers.

« C’était la quatrième fois, vous savez. Les gardes étaient un peu excédés, ils se sont sentis visés personnellement et en plus il en avait entraîné un autre avec lui. Dans ces cas là, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire sinon constater les dégâts.

Ethan le regarda sans réagir, les yeux arrondis et la bouche entrouverte, sans qu’on sache s’il comprenait tout ou s’il ne comprenait rien. Jobby se sentit mal à l’aise quelque part à l’intérieur sans trop savoir où et décida que dans cette histoire, il valait mieux aller prendre l’air. Il détala dans le couloir, abandonnant ses papiers et sa contenance.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

Ethan, toujours hébété, jouait machinalement avec les feuilles volantes. Une particulièrement attira son attention car c’était la seule recouverte d’une écriture manuscrite fine et serrée. Les rapports étaient toujours tapés à la machine. Piqué dans sa curiosité, il tendit la main et parcourut le papier.

La machine finale est prête. C’est l’aboutissement de longues années de recherche et d’élaboration et enfin notre futur dirigeant a vu le jour. Tous les autres prototypes ont échoué et sont maintenant désactivés. Celui-ci est optimal, et il fonctionne ! Il est d’une incroyable complexité et pourtant d’un principe de fonctionnement enfantin. Entièrement recouvert de petites plaques solaires, il est autonome si laissé à la portée d’une quelconque source lumineuse et tout le mécanisme repose sur l’ordinateur intégré, un processeur ultra puissant sous forme de petit cylindre gravé et dans lequel réside tous les principes humains et les règles d’or qui lui permettront de prendre les décisions parfaites et adéquates à n’importe quelle situation à laquelle il se trouvera confronté. Notre peuple va enfin pouvoir vivre dans la paix et l’harmonie les plus totales, débarrassé du souci politique et de l’ambition du pouvoir ! Afin d’atteindre ces objectifs et de finaliser le projet AUTS, personne ne doit savoir qui nous dirige et c’est pour cela que je vais de ce pas me rendre au bloc. Madame Sotbougie qui m’a aidé dans les dernières mises au point n’a eu que très peu de renseignements sur le projet AUTS et supervisera elle-même mon opération.                  

                             O.

***

Monsieur Oneirat avait enfin un second pour son enquête. Il espérait quand même qu’il ne finirait pas sa vie avec. Ils partirent pour la zone, déguisés en vieux couple de promeneurs. Ellipse du trajet, au cours duquel la concierge fit des avances à Monsieur Oneirat. Une usine désaffectée. Défense d’entrer. La concierge brisa le cadenas rouillé, à mains nues. On néglige trop souvent la puissance de l’amour. Ils firent le tour du propriétaire, qui devait être décédé vu l’état des lieux.

Ils trouvèrent finalement une petite porte qui menait à un sous-sol. La concierge se souvenait qu’il fallait descendre, elle s’était plusieurs fois ramassée dans les escaliers.

Après une longue suite de couloirs humides, froids et trop sombres pour Monsieur Oneirat, ils débouchèrent dans une grande salle. Une énorme porte blindée les empêchait de continuer. La concierge prit son élan et se jeta dessus de tout son poids, sans crier gare. La puissance de l’amour ayant tout de même ses limites, elle resta assommée cinq bonnes minutes pendant que Monsieur Oneirat cherchait une solution.

Finalement, il pensa que le meilleur moyen était d’actionner la poignée. La porte tourna sur ses gonds, il avait trouvé l’atelier. Il entra pendant que la concierge reprenait ses esprits. Il y avait là des outils qu’il ne connaissait pas et qui semblaient extrêmement complexes, ce devait être le bon endroit. Au centre, trônait la photo de Monsieur. Et alors, il comprit. Il se tourna pour voir la réaction de la concierge. Elle le regardait, lui, avec un mauvais sourire. Il sut qu’elle savait qu’il savait. La concierge était là pour le surveiller depuis le début. Sans qu’il eut le temps d’esquisser le moindre geste, elle plongea sa main dans sa poche. Il crut qu’elle allait sortir une arme, mais ce n’était que le réveil. Elle ne bougeait plus, elle semblait attendre quelque chose. Soudain, il se mit à sonner. Monsieur Coche se réveilla en sursaut, dans son lit. Il en avait marre, tous les matins la même chose. Et à chaque fois, il oubliait de demander à la concierge ce qui était arrivé à ses huit maris.

 

Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

 

FIN

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (14 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 9”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/594


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *