Le Laboratoire – « Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 1

Nouvelle écrite par Claire BURNY

Nuit. La Lune. Dans la rue, pas de bruit, par ce soir de brume. La ville dort. Il fait sombre et la lumière des lampadaires tremblote faiblement. Calme, ce soir. Une voiture passe, je suis éblouie par ses feux, rouges. Détourne le regard. Marche. Les battements de mon cœur s’accélèrent. Mal au ventre. Je serre mon sac dans mes bras, un peu plus fort. Mes pas résonnent. Regard derrière l’épaule. Personne, j’ai cru. Ensuite, du temps qui coule, quelques rues et des carrefours sombres. Puis, ta porte. J’attends, hésite. Maintenant…? Je sors de ma poche le mot que tu as glissé au creux de ma main pourtant recroquevillée, mes doigts, que tu as désemmêlés un par un, pour me le donner, ce petit bout de papier. « 7, rue Mallais, dès 23h, Adnan. » Les minutes, fluides, s’écoulent doucement. Avancer et tendre la main. 1,2,3… Non, le prochain. C’est décidé, j’appuie sur la sonnette et attends encore. Je n’aurai pas du venir, te prévenir aurait été mieux que te surprendre. De toi, je ne sais rien. J’entends des pas sourds, feutrés. Ce n’est pas toi…? Je scrute ma montre ; le temps prend son temps et tu n’es pas là. 3 minutes 4 secondes, à 2 secondes près. Tu viens, enfin. Regard surpris. Qui êtes-vous…? Silence, puis robe rouge et… Rentrez. La porte que tu as ouverte. La serrure que j’ai refermée.

Jeu de mots, de mains ? Demain, vilain ! On se retient alors et tu tiens ma main, mais elle s’enfuit, se promène… Regard, mouvant : vue latérale puis de haut en bat. Je te touche, tu me touches. Ma robe bruisse et glisse, l’escalier n’en finit pas, dans tes bras, dans tes draps.

Rouge, ta bouche. Je te mange, tu es un fruit, je te croque, du rouge coule. Tu es salé, je suis sucrée. Tu es comme du beurre demi-sel. Tes joues sont roses et tu pétilles, tes yeux… Brillants, verts luisants. Je te déguste, tu me goûtes. Mon odorat est éveillé ; thé, café… Café. Amer. J’aime les glaces et le café. Frappé. On frappe à la porte, tant pis.

Tes cheveux sont noirs, plus noirs que les miens. Ma main dans tes cheveux s’engouffre. Exploration. Un 7 entrelacé de roses tatoué dans ta nuque. L’encre fait partie intégrante de ta peau, et les roses, rouges, aux feuilles vert d’eau.

On s’enroule, on s’enlace. Tes doigts dans mes boucles s’embobinent ; tu m’a embobinée avec du fil, le fil de tes pensées que je n’arrive pas à suivre.

Une fois, deux fois, trois fois. Une semaine. Le début…Toujours plus vite. 35. Je les ai comptées, ces nuits passées avec toi. Amis, amants ? Ce sera am’i’ants. Comme des aimants, tu me repousses lorsque je t’attire. Alors je ne sais pas, plus.

Tu m’aimes, tu me l’as dit 14 fois, et je les ai crus ces mots, jetés crus. J’ai peur que si tu te lasses, tu me laisses. Tu me murmures, je ne comprends pas, tu es flou…Insaisissable. Non ! Pourquoi ?! Tout ce qui a été acquis est perdu. Je reste au bord du gouffre, de la route, des larmes, essorée, pressée.

Une fois le jus tiré, la pulpe mangée, il faut jeter. Je reste, comme une orange.

 ***

<p>Par Cecilia Aros. Licence CC-BY. Source : Flickr</p>

Pour citer cette nouvelle :

BURNY, Claire (17 juillet 2012) “« Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/659


 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *