Le Laboratoire – « Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 2

Nouvelle écrite par Claire BURNY

Épisodes précédents

Épisode 1

C’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à compter, mais c’est bien après que j’y ai pris goût. La première fois, cela a été comme un réflexe, presque un instinct de survie si on peut dire. Je  revois très clairement la scène.

Pressée, je marchais sur le trottoir de la rue Chapade, j’avais un rendez-vous important et j’étais en retard. « Lui et Moi », c’était fini depuis quelques jours, la conjonction de coordination ayant définitivement pris ses clics et ses clacs, en laissant « Moi », seule et en cloque.

J’avançais les yeux baissés, fixés sur le sol pour éviter la pluie et parce que c’est de cette façon que l’on marche quand on broie du noir et qu’on n’a pas envie de parler. J’ai soudain éprouvé une sensation désagréable, comme si j’étais observée à mon insu. J’ai alors levé les yeux et je l’ai vu… Lui, mais pas seul. C’était plutôt « Lui avec…». Préposition. Cette fichue grammaire…

Mes jambes, alors raidies comme des baguettes – bien que je n’avais aucune envie d’aller manger japonais chez Tao Chan – se sont mises en mode automatique, façon Casse-Noisette. L’estomac noué, j’ai commencé à compter, à marteler dans ma tête la suite des multiples de 7 : 7, 14, 21, 28, 35, 72… les points serrés dans les poches de mon manteau, la mâchoire crispée, le regard absorbé dans la contemplation du panneau des toilettes publiques qui se rapprochaient au fur et à mesure que j’avançais (logique). J’ai retenu ma respiration, nous nous sommes croisés. 7 roses rouges dans sa main aux ongles rouges peints. J’ai continué à compter jusqu’au WC, puis j’ai arrêté.

1806.

J’ai vomi et je suis allée chez le médecin pour en finir.

Le temps passe et l’on se remet plus ou moins des blessures d’orgueil en se raccrochant à ce qu’on peut. Cela fait 168 jours d’ailleurs et ça n’a plus d’importance pour moi.

7×24.

 Je me suis ainsi prise d’amitié avec les nombres qu’il m’a fallu progressivement apprivoiser. Ce ne sont pas des outils quantitatifs vides qui nous permettent uniquement de dénombrer, classifier pour ensuite mieux poser des étiquettes (pauvre, riche, peuplé) et entretenir des stéréotypes. Ce qui est étrange c’est que je n’aimais pas particulièrement les cours qui, faute de nous enseigner l’histoire des chiffres et leurs significations, ne nous en donnaient qu’une approche utilitariste et mercantile. Tout comme la géographie d’ailleurs, qui parfois, au lieu de nous faire découvrir les cultures des différents pays ne nous en présentait que les divisions politiques.

En revanche, depuis toujours, j’entretiens avec les chiffres une relation assez privilégiée, presque intime.

Le 4 est l’un de mes préférés. Anguleux, tout en lignes brisées, en équilibre sur un pied,  fier et élégant. Si le 1 est un point ou un cercle, le 2 une droite, le 3 un  triangle, alors le 4 est un carré, associé à la Terre en opposition au Ciel représenté par le cercle. Emblème de la matérialité, il représente la solidité et par prolongement l’accomplissement. C’est tout un univers qu’il incarne; les 4 saisons, les 4 âges de la vie, les 4 points cardinaux…

J’aime bien le 8 aussi; un 0 à la diète, qui se serre la ceinture, en équilibre sur sa base arrondie, et qui peut à tout moment basculer vers l’infini, mais c’est alors une toute autre histoire.

Je n’aime pas le chiffre 7. Trop criard. Un Z à moitié. Une arête et une diagonale, aucune harmonie. Arrogant. Ce chiffre, il me répugne et je ne sais pas d’où me vient cet acharnement.

Quelques uns se font remarquer. Le nombre 13, par exemple, qui empêche tous les triskaidékaphobes de sortir certains vendredis. Pauvre 13 qui n’a pas vraiment sa place on dirait ; les 12 mois de l’année, les 12 signes du Zodiaque, les 12 tribus d’Israël et les 12 travaux d’Hercule… Nombre premier, déséquilibré, associé à Judas et à la Faucheuse du tarot de Marseille. Et finalement, le 13, comme disait ma grand mère, est surtout le numéro du département des Bouches du Rhône.

D’autres sont plus discrets mais ils ont tous quelque chose à raconter, un sens caché. Sans compter les plus farfelus, comme Π ou le nombre d’or…

Par Luis Argerich - Licence CC-BY

Les nombres, ils font un peu partie de ma vie vous voyez. Depuis tout petite, je m’entraînais à compter le nombre de mots prononcés par le présentateur du JT de 20h ou alors le nombre de pâtes dans mon assiette. Remarquez, c’est bien en accord avec mon job du moment. Je suis caissière dans un supermarché, enfin c’est provisoire, j’ai envie de reprendre l’université. J’aime bien ce métier, mais ça dépend des jours. Parfois, je m’ennuie lorsqu’il y a peu d’affluence, alors je discute avec les clients.

Une fois, une jeune fille, apparemment pressée, m’a supplié de me dépêcher alors qu’elle avait un caddie plein à ras bord. Moi, pleine de bonne volonté, je lui ai demandé pour quelle raison.

« Le bus de Monterret part dans moins de 10 minutes !! »

Je l’ai tout de suite rassurée.

« En moyenne, je mets 1 minute 42 pour faire passer un client mais vous êtes ici sur une caisse « moins de 10 articles », or votre caddie est plein. Ce qui fera, je pense pour vous plutôt  3 minutes 10 – sachant que j’ai mal au poignet – auxquelles il faut rajouter 22 secondes, si je me base sur le temps moyen des gens paniqués qui ne trouvent jamais leur carte fidélité. Donc si on reprend, cela fait en tout 3 minutes 32, sans compter que vous devez ranger vos courses. Soit 4 minutes 27. Le temps d’aller à l’arrêt, en environ 3 minutes 13, ce sera largement bon, et puis les bus n’arrivent que 3 fois sur 68 en avance, d’après mon expérience. » La bouche glossy de la demoiselle est restée grande ouverte; elle m’a remerciée poliment.

J’ai demandé à changer de caisse, j’avais pris l’habitude de m’entraîner à calculer l’addition des clients et 10 articles c’était vraiment facile. On m’a placé à la caisse n°7. J’ai accepté, ils n’auraient pas compris un refus.

On rencontre des clients agréables et depuis peu, j’ai trouvé plaisir à faire des petits paris avec eux et j’aime bien attirer l’attention aussi. Je calcule leur note de tête puis lorsque tous les achats sont passés sur le tapis, nous comparons avec le résultat affiché sur l’écran. Je ne me trompe jamais et ils en sont tous stupéfaits. Je leur dis que ce ne sont que des additions et que tout le monde en serait capable avec un peu d’entraînement. J’ai de plus en plus de monde à la caisse – « je veux aller voir la dame qui calcule ! » – cela ne me dérange pas. Mes collègues en sont presque jaloux. Un jour, un client, un habitué de la caisse n°7, a décidé de corser un peu la chose.  Un air de défi sur le visage : « Je vais vous poser une colle Mademoiselle; si je vous dit 869 par 427 ? ». Dans ma tête, il se passait ça :

800*400=320000

800*27=21600

60*400=24000

60*27=1620

9*400=3600

9*27=243.

« Cela vous fera 142.63 euros et 371063 pour ce que vous m’avez demandé. Avez-vous votre carte client ? »

6 secondes.

Regard stupéfait du Monsieur dans ses petits souliers et un silence admiratif de la file d’attente. Il n’y avait pas de quoi, je m’étais entraînée aux multiplications. Ce qui me fait plaisir, c’est que je progresse de jour en jour, d’où une certaine satisfaction personnelle, c’est vrai, mais je reste les pieds sur terre. A quoi calculer pourrait-il me servir ? A rien, mais ça m’amuse énormément !

*

Vendredi, tant attendu… Un peu de repos après une semaine de fêtes chargée en clientèle. J’avais plié mes affaires, prête pour rentrer, lorsque j’apprends, par une collègue, que le chef me demande à son bureau. Petite boule au creux du ventre. Fait très inhabituel dans la mesure où le chef nous prévient toujours lorsqu’il souhaite nous convoquer. Aucun incident n’était survenu, je n’avais pas écrit de lettre de réclamation et mes comptes étaient toujours justes. Il fallait relativiser; un entretien n’était pas forcément synonyme de … Ne pas y penser.

Dans son fief, le chef a l’air grave. Il me regarde, je le regarde, je sens qu’il veut faire durer le suspense. Monsieur Cranteau est une personne un peu espiègle. Malgré son jeune âge, il possède déjà 1547 cheveux blancs. Remarque que je ne me suis pas permise de lui soumettre car peu constructive. Il pousse un soupir las. « Carine, tu es un très bon élément et je te félicite. Le nombre de clients a progressé de 2.47% à ta caisse mais c’est avec regret que je vais te dire au revoir. » Tomber des nues est l’expression qui convenait le mieux pour décrire mon état d’esprit. Chef Cranteau se mordait la lèvre. Et à y regarder de plus près, il se retenait de ne pas sourire ! Il se moque de moi ! Éclats de rire, j’avais vu juste…! « Excusez-moi. Vous êtes une bonne employée. J’ai une nouvelle importante pour vous que je vous fait part presque à regret. Un client, chercheur sur la mémoire, m’a contacté. Il est passé par votre caisse à plusieurs reprises et souhaite que vous fassiez partie d’une étude sur le cerveau ou un quelque chose dans le genre et je pense que …». A partir de ce moment là, j’ai coupé le son et mon esprit s’est mis à bouillonner. Petit aperçu.

« Soulagement. Je vais le tuer. A regret, pourquoi ? Parce qu’il pense que je vais être d’accord et qu’il perdra une bonne recrue ? Mais accepter quoi ? Un sujet d’expérimentation, moi ? Non ! Je ne serai quand même pas une bête de foire. On va me faire des piqûres, je vais avoir mal ! On va m’opérer et m’ouvrir le crâne en farfouillant dans mes synapses et en faisant des coupes de mes cellules gliales. Je serai un cobaye humain ! Est-ce que je vais gagner de l’argent ?» « Je serai payée ? »

Réponse positive. J’ai démissionné et mon chef m’a serré la main.

Pour citer cette nouvelle :

BURNY, Claire (18 juillet 2012) “« Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/660


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *