Le Laboratoire – « Melissa » – Episode 1

Nouvelle écrite par Marie FERNANDEZ

Lundi 7 mars : journée inhabituelle…

Pour commencer, je me suis levé à l’heure, c’est-à-dire à temps pour éviter mon heure quotidienne d’embouteillages… et ne pas arriver en retard au labo. Encore plus étonnant : une bonne nouvelle au milieu des horreurs des informations à la radio, en l’occurrence « la réinsertion réussie de plusieurs couples de gorilles dans une forêt du Gabon, les associations de protection se félicitent de ce succès. Tout de suite une interview de notre envoyé spécial … ». Premièrement, je n’ai aucune idée d’où se trouve le Gabon, deuxièmement je n’ose pas imaginer la somme dépensée pour quatre gorilles. Il faudrait aussi m’expliquer en quoi la réinsertion d’animaux dans un environnement « naturel » que l’on détruira deux ans plus tard est satisfaisante.

Par contre, comme d’habitude, Edgar a examiné mon badge en détail et m’a regardé attentivement, comme si quelqu’un pouvait être potentiellement dangereux pour le labo. Car finalement, la seule chose intéressante est la machine à café qui, de toute façon, est en panne.

Et Yohan qui s’est encore perdu dans ses post-it multicolores. Il a fini par en extraire un rose qu’il m’a tendu fièrement, et où figurait un numéro de téléphone. J’ai attendu patiemment d’autres précisions, mais devant son absence de réaction, j’ai jugé bon de lui demander « Dites-moi, Yohan, pardonnez mon incorrigible curiosité, mais… à qui appartient ce numéro ? »

C’était le numéro de ce type du Laboratoire qui m’avait déjà appelé deux jours plus tôt. Finalement, c’était pour me proposer de suivre une série d’expériences sur … des chimpanzés.

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous avec ces singes ?

Lundi 14 mars :

Bon, il semble normal à tout le monde qu’un médecin perde son temps à observer des singes… Normal, et surtout fortement conseillé pour « rester dans cette belle dynamique qui caractérise notre laboratoire de recherche ».

Résultat, je commence dans 2 semaines. Génial.

Lundi 28 mars :

Mais qu’est-ce que je fais là ? Bon, d’accord, Frédéric et Sarah, mes nouveaux collègues sont plutôt sympas, bien que je ne puisse pas encore m’expliquer leur choix pour ce sujet d’étude. Lorsque je les ai suivis pour être présenté à « Mélissa et Charly, mes autres collègues », je pensais naïvement rencontrer deux autres passionnés des chimpanzés. J’aurais dû me douter de quelque chose, car en y réfléchissant bien, j’ai d’abord senti mes « collègues » avant de les voir. Quelle idée de donner des noms humains à des chimpanzés !

Quand j’en ai fait la remarque, Sarah m’a patiemment répondu qu’il y a plus à apprendre en s’intéressant à Mélissa, qu’à un animal indifférencié. Fred a ajouté en plaisantant qu’il est plus difficile de couper la tête à Arthur ou Oscar que de couper la tête à un rat, et que donc cela permet de se poser instinctivement les bonnes questions.

Pourquoi pas. Je leur ai quand même demandé si le fait d’entrer dans une relation avec les sujets d’étude ne risquait pas de fausser l’interprétation des résultats… Ce n’était sûrement pas la première fois qu’on leur posait la question, car ils m’ont aussitôt répondu. Naturellement, il faut prendre des précautions, mais cette relation est indispensable… et puis, est-ce que je m’interdis de voir mes patients par peur de fausser le diagnostic ?

Évidemment, avec des analogies pareilles…

Fred m’a demandé ce que je pensais de leurs deux pensionnaires. Qu’est-ce que je pouvais répondre ? C’était … des chimpanzés. Pour être poli, je lui ai dit qu’ils avaient l’air en pleine forme. Ça l’a fait rire.

Licence CC - Source : lewebpedagogique.com

Pour citer cette nouvelle :

FERNANDEZMarie (22 juillet 2012) “« Melissa » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/738