Le Laboratoire – « Melissa » – Episode 3

Nouvelle écrite par Marie FERNANDEZ

Épisodes précédents

Épisode 1

Episode 2

 Lundi 18 avril :

            Première expérience : celle du miroir. Pour prouver que les chimpanzés ont la conscience d’eux-mêmes, nous les plaçons devant un miroir. Fred m’a dit que chez l’Homme, il faut attendre l’âge de 18 mois pour que l’enfant se reconnaisse. Nos chimpanzés ont passé ce test : ils se sont d’abord appliqués à observer toutes les parties de leur corps, en particulier celles qui sont inaccessibles à leur vue en temps normal.

            Puis, nous avons tracé un cercle blanc sur leur front lorsqu’ils dormaient. Lorsque nous les avons placés de nouveau devant le miroir, ils ont porté leur main à leur front pour effacer la tâche. D’après Sarah, d’autres animaux comme les oiseaux, les chiens, les chats, touchent le miroir et essaient de passer derrière, car ils n’ont pas conscience qu’il s’agit de leur reflet.

Photographie : Andy Buscemi, certains droits réservés (Creative Commons)

Mardi 19 avril :

            Première tentative pour apprendre un mot à nos singes. Pour les stimuler, nous avons mis cela sous forme de jeu, comme pour des enfants. Pour recevoir un morceau de pomme, ils devaient faire le geste correspondant.  Mais l’idée même qu’un geste corresponde à une action a déjà été difficile à faire passer. La seule chose qui attirait leur attention était la nourriture. Il a donc fallu centrer leur attention sur ce que l’on voulait leur faire comprendre. Et puis, nous ne pouvions pas faire durer les exercices plus de 15 minutes, car leur concentration faiblissait rapidement (et ma patience aussi, soit dit en passant).

            A la fin de la journée, nos cancres réussissaient l’exercice deux fois sur trois. La question est donc : ont-ils vraiment compris le principe, ou essaient-ils des gestes aléatoires jusqu’à obtenir la récompense ?

            De toute façon, je suis sûr que demain ils auront déjà tout oublié.

Samedi 23 avril :

            Comme il faisait beau, Fred nous a proposé d’aller boire « un café au café » cet après-midi. On n’avait pas encore sorti les parasols, et le soleil me chauffait agréablement le dos. La radio du bar diffusait un tube des années 80 que tout le monde connait mais dont j’oublie toujours le titre.

J’ai donc redécouvert le monde civilisé, avec des gens qui marchent normalement, sans crier et sans faire de grimaces. Encore que, en observant bien, la démarche chaloupée du jeune serveur, gênée par ce fameux pantalon à la mode, j’ai remarqué qu’elle se rapprochait de celle de son cousin primate.

            Et de quoi avons-nous parlé ? Des singes.

« – Vous vous rendez compte, Mélissa a encore appris un mot, je trouve qu’elle apprend plus vite que Charly, a commencé Sarah. Hier, elle nous a quand même dit « Mélissa raisin », donc elle a su intégrer le mot raisin. C’est quand même impressionnant, elle a déjà 6 ans ! ».

            Cela ne m’a pas spécialement dérangé, j’ai juste esquissé un sourire lorsque notre voisin de table s’est retourné avec un air interdit. Il ne savait pas que l’on parlait de singes, alors quand il a sorti son portable, j’ai cru qu’il allait appeler la DASS.

***

Dimanche 24 Juillet :

            Trois mois que je cherche ce journal, et il était presque sous mon nez. J’ai dû bouger mon bureau pour ramasser mon stylo – en me coinçant évidemment les doigts au passage – et c’est seulement là que je l’ai retrouvé. Bref.

            J’essaierai de retranscrire plus tard tout ce que j’ai fait pendant ces trois derniers mois, mais en attendant je reprends là où j’en suis actuellement.

Lundi 25 Juillet :

  • Que veux-tu ?
  • Manger encore pomme.
  • Qui veut manger encore pomme ?
  • Moi Mélissa manger encore pomme
  • Quelle couleur la pomme ?
  • Pomme rouge
  • Veux-tu encore manger ?
  • Banane, raisin.

            Voici la conversation que j’ai eue aujourd’hui avec Mélissa. Un peu plus tard, c’est elle qui a commencé la conversation :

  • Oiseau là.
  • Qui là ?
  • Oiseau. Et Fleur, bourdon là.
  • Oui, tu vois beaucoup de choses.
  • (en se roulant sur le sol) Tu me chatouilles
  • Où ?
  • Ici (montre sa jambe) *

            En relisant mon journal, je me rends compte d’où nous sommes partis, et c’est vrai que nous avons fait beaucoup de progrès avec Mélissa et Charly. Au labo, tout le monde est très enthousiaste, même un peu trop, car Sarah n’arrête pas de parler de « dynamique conversationnelle, même en l’absence de vocalisation, et de remarques spontanées et non sous la contrainte de l’expérimentateur. ». Traduction : plus besoin de pomme ou de banane pour communiquer avec Mélissa et Charly. Mais c’est vrai que cela fait plus classe exprimé avec des termes scientifiques.

Mercredi 27 juillet :

            Je finis mon stage vendredi. Lundi, je suis de nouveau dans mon labo. Contrairement à ces trois derniers mois passés, je sais exactement comment va se dérouler ma journée. Retour au train-train habituel. Comme cela fait 3 mois qu’Edgar ne m’a pas vu, j’ai de grandes chances de passer par une fouille corporelle suivie d’une inspection de ma voiture. On ne rigole pas avec la sécurité d’un laboratoire de cette importance. J’imagine aussi que mon bureau sera couvert de post-it aussi multicolores qu’inutiles.

En attendant, nous devons faire une conférence sur l’avancement de nos recherches mardi prochain. Quelques journalistes nous ont contactés, dont un qui avait l’air particulièrement intéressé. C’est-à-dire qu’il nous posait les questions auxquelles nous allions répondre pendant la conférence.

Lundi 1er août :

            Après avoir échappé à la fouille corporelle, j’ai retrouvé mon bureau, couvert de piles de papier. En lisant celle du courrier, je suis allé prendre un café à la machine, provisoirement en état de marche. Ou plutôt deux : la règle des cinq secondes n’étant malheureusement pas applicable à toutes les machines à café, je me suis d’abord retrouvé avec un gobelet d’eau chaude.

Mercredi 3 août :

            La conférence s’est bien passée. Premièrement, parce qu’on ne m’a demandé de parler. Ensuite, parce que Fred et Sarah ont insisté sur les points positifs. Il est vrai que dans l’action, nous accordons plus d’importance aux mauvais résultats, ce qui nous empêche d’être satisfaits de ce que nous avons déjà réussi à faire. Cette dernière semaine, nous avons quand même eu des discussions quotidiennes et spontanées avec des chimpanzés. Tellement spontanées qu’à la fin de la journée, Mélissa m’a gentiment fait comprendre que je l’ennuyais. Son geste d’une obscénité imitant parfaitement celle de Fred les jours où il a dormi moins de cinq heures m’a particulièrement amusé.

 

     * Cette conversation a été tirée d’une vraie expérience, menée par le chercheur Herbert S. Terrace avec le chimpanzé nommé Nim.

FIN

Marie FERNANDEZ

Pour citer cette nouvelle :

FERNANDEZMarie (24 juillet 2012) “« Melissa » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/755