Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 1

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

David était confiant au moment où il se rendit sur le lieu de l’entretien et il sentait son pouls rythmer sa marche lorsqu’il atteignit le bureau de contrôle, où une assistante préleva une goutte de sang afin de vérifier son identité. Dans cette société où chaque individu se voyait attribuer une identité incontournable dès la naissance par l’analyse de son génome, impossible de se détourner de l’emprise de son destin génétiquement programmé. La possession d’un « bon génome » ou d’un « génome apte », comme s’entêtaient à marteler les généticiens, ouvrait la voie du succès. Le simple fait de présenter une goutte de ce sang « douée des plus hautes espérances » suffisait à ouvrir les portes de la grandeur et des postes importants. Pour le reste, les « déficitaires » ou plus communément appelés « sous génomes », place à la chance plus qu’à l’aptitude. Condamnés à exercer des tâches plus misérables les unes que les autres, bien sûr délaissés et eux-mêmes reclus des activités réservées aux « aptes », difficile de gravir les échelons de cette société élitiste.

La roue de la fortune avait joué en son avantage car à la naissance, David avait été doté d’un ADN « sain ». Il ne redoutait dès lors en aucun cas le cloisonnement social. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la recherche d’un nouvel emploi s’était avérée fructueuse. Il avait récemment démissionné de son poste précédent dans une industrie de production de produits radioactifs à destination médicale pour raisons salariales. Cependant, leur manque de moyens depuis la disparition de son père et la saisie d’une partie de leurs biens les avaient laissés, lui et sa famille, dans la détresse et l’appréhension du lendemain. Cela, sans que leur précieux génome ne puisse leur venir en aide.

Une fois identifié par le système de sécurité, David fut conduit dans une salle où le médecin du travail effectua toute une série de tests sur sa vision, son ouïe, son rythme cardiaque, procéda à des analyses d’urine et termina par une série de prise d’images de ses poumons et de son système nerveux.

Les résultats furent quasi instantanés. « Tout semble parfaitement dans l’ordre », affirma le médecin. Mais après une légère pause, il leva les yeux de sa tablette présentant les résultats des analyses. David put y lire une lueur de compassion. En s’excusant brièvement, il sortit avec empressement de la salle et revint quelques instants plus tard avec un appareil destiné à analyser la concentration sanguine de lymphocytes. David connaissait bien cet équipement : il avait utilisé à de nombreuses reprises lors de sa formation en tant que personnel médical. Il plaça alors son doigt sur l’appareil et le médecin ne put retenir une exclamation. « Monsieur, je suis navré de vous annoncer cela… Quel âge avez-vous déjà ? ».  « Vingt six ans. »

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

« Si jeune, et pourtant … » marmonna le médecin. « Monsieur… j’ai bien peur que vous souffriez d’une maladie incurable… Une leucémie fulgurante pour être précis. Votre système immunitaire se dégrade à une vitesse folle. » Le médecin semblait gêné mais son professionnalisme l’empêchait de s’apitoyer sur le sort de son patient. David retint son souffle, les murs blancs aseptisés semblaient se refermer sur lui. Il en avait la nausée. Chancelant, il s’effondra sur une chaise à proximité. Le médecin lui dit froidement « Attendez ici, je vais vous chercher un verre d’eau et un peu de sucre. » Les pensées se bousculaient dans la tête de David, incrédule : « Impossible, ce n’est pas à moi que ça arrive ! Mourir maintenant ? Invraisemblable! Ce n’est qu’un cauchemar, juste un cauchemar, je vais me réveiller! David réveille-toi, réveille-toi, réveille… » « Monsieur ? Monsieur ? » aboyait le médecin, penché sur son visage. Mais David ne put esquisser un geste, ses membres étaient de coton. Pâle et transpirant de peur, il tenta de se renseigner sur sa maladie. A quoi était-elle due ? Pourquoi lui ? Comment se faisait-il que, bien portant jusque là, rien n’ait jamais été détecté ? Prudemment, le médecin expliqua : « Vous avez sûrement été récemment exposé à des taux de radiation extrêmement brefs mais intenses. Sans doute bien supérieurs au seuil de tolérance de votre organisme, pour je ne sais quelle raison. C’est pour cela que rien n’a été détecté jusqu’alors. Votre moelle épinière a du être touchée et la structure de vos cellules productrices de celles du sang a dû être altérée.» Des larmes de rage et d’incompréhension ruisselaient maintenant sur les joues de David : «Quel stade ? La leucémie ? Quel stade ? »  Le médecin, les yeux baissés lui répondit : « A ce rythme et sans intervention, c’est-à-dire sans greffe de moelle épinière, je crains que vous n’ayez plus que quelques mois à vivre. » « Quelques mois… » Ces deux mots, cette sentence de mort imminente résonnaient dans l’esprit de David. Une condamnation à mort… voilà ce qu’il venait d’entendre. Un étau lui resserrait la gorge et l’empêchait de respirer. Tout son organisme semblait en suspens, comme si ses fonctions vitales venaient de s’arrêter brutalement. Il cligna des yeux comme pour sortir de sa torpeur. Dans un dernier élan, il demanda au médecin s’il était absolument certain de ce qu’il avançait. Les tests pouvaient-ils avoir été faussés ? Mille questions sans réponse tourbillonnaient dans sa tête. Le médecin, toujours aussi froidement professionnel assura que malheureusement la fiabilité de ces tests était proche de cent pour cent. Il précisa également qu’en effectuant le test de nouveau, ce qu’il fit, il obtiendrait des résultats identiques.

David se leva machinalement, prit congé du médecin, sortit du bâtiment et se mit à courir à perdre haleine en direction de son domicile. Il était dans l’incompréhension et la détresse les plus totales. Chancelant, il parvint avec peine à gravir les quelques marches qui le séparaient de la porte d’entrée et s’effondra sur le seuil. Ses sœurs, alertées par le fracas de son arrivée, se précipitèrent pour le relever. « David, David !! Que s’est-il passé ? ». Quand David eut peu à peu retrouvé ses esprits, il raconta sa détresse à ses sœurs. Elles fondirent toutes deux en larmes en le suppliant d’agir, de recevoir l’opération au plus vite à n’importe quel coût.

Le coût. C’est justement la partie que redoutait le plus David, sans compter l’affaiblissement physique causé par la dégénérescence de son système immunitaire. Il savait pertinemment qu’une telle opération nécessiterait le retrait de ses cellules souches de cordon depuis la banque du Laboratoire. Chaque individu possédait, sans distinction génomique, sa propre réserve de cellules souches embryonnaires prélevées à l’accouchement dans le placenta et le sang du cordon ombilical. En effet, ces cellules détenaient la capacité d’engendrer n’importe quel type de tissu ou encore un nombre variable d’entre eux, et avaient donc le pouvoir de se transformer en cellules spécialisées. Elles étaient évidemment très utiles. On s’en servait, entre autres pour la régénération. Avoir accès à ses propres cellules était un véritable trésor et une promesse. Promesse de guérison en cas de maladie, promesse de vie en bonne santé, promesse de bien-être. Si pour une raison quelconque un individu nécessitait le transfert de ses propres cellules souches et que celles-ci lui étaient accessibles, il pouvait être sûr du succès de l’opération, La seule condition rendant possible le transfert de ce remède miracle était bien sûr la mise en jeu d’une somme incommensurable au profit du Laboratoire, sans oublier le coût exorbitant de l’opération.

Cette somme, David ne parviendrait jamais à l’obtenir. Et encore moins dans un laps de temps aussi court.

Pourquoi cela lui arrivait-il à lui ? Et pourquoi maintenant ? Cette question martelait l’esprit de David, qui jusqu’alors avait été un jeune homme tout à fait épanoui dans la société, n’y trouvant rien de révoltant. L’inégalité face à l’accès aux soins médicaux ne lui était jamais apparue aussi claire qu’alors. Il lui fallait agir. Et vite. Le temps allait jouer contre lui dans cette course pour la vie. Une vague de résolution et de détermination le fit se lever du sofa, où il s’était pelotonné. Il ne s’était jamais senti aussi sûr de lui. La prise de conscience brutale de sa responsabilité face à l’avenir de ses sœurs avait fait basculer le raisonnement de David dans une toute autre logique. L’heure du changement avait sonné. « Je ne mourrai pas. Du moins pas maintenant. Je vous le promets. » assura-t-il à ses sœurs alors qu’il saisissait l’édition du NewsLab posée négligemment sur la table du salon.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (26 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/767