La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Episode 1

Nouvelle écrite par Ninon MOUNIER

La dernière chose que Gabriel entend en tombant, c’est le cri horrifié de Léa dans les gradins. Ensuite, le noir et un silence assourdissant. Peu à peu, il sent le froid l’envahir, et lorsqu’il parvient enfin à rouvrir les yeux, il se retrouve spectateur d’une scène qui le laisse stupéfait. Un garçon d’une douzaine d’années, tenant un enfant d’à peine un an dans ses bras, marche au milieu d’une immense étendue enneigée. Il entend le garçon chuchoter : « Ne t’en fais pas Gabriel, on va y arriver tous les deux, je te le promets. »

Par Nicolas Brodu, Licence Creative Commons, CC-by-NC. Source : http://nicolas.brodu.numerimoire.net

 Gabriel ne comprend pas ce qui se passe… Qui est cet enfant… ? Et ce bébé, qui porte le même nom que lui, c’est une drôle de coïncidence ! L’enfant ressemble étrangement à Jonas… Cela semble impossible ! Mais à peine a-t-il le temps de formuler ces réflexions qu’il retrouve à nouveau ce noir et ce silence assourdissant. Cette fois-ci, il se réveille dans la tiédeur d’un lit d’hôpital. Un médecin entre presque aussitôt dans la chambre.

      « Gabriel Miller, c’est bien ça ?

–         Hmrf, oui… Que s’est-il passé ?! Pourquoi suis-je ici ?!

–      Vous avez trébuché lors d’un match de basket, et vous vous êtes cogné la tête en tombant. Vous avez perdu connaissance et avez été hospitalisé. Vous ne vous souvenez de rien ?

–         Non…  »

Rien de ce qui s’est passé durant l’après-midi en tout cas… Il arrive à se concentrer uniquement sur le froid et le sentiment de peur qui se dégageaient de son souvenir. Car c’est un souvenir, il en est certain, cela semblait bien trop réel pour n’être qu’une hallucination.

            La voix du médecin le ramène brutalement à la réalité.

« Monsieur Miller ? Vous m’écoutez ?  Je vous disais qu’il y a un problème : nous n’arrivons pas à retrouver votre dossier médical… Ce n’est pas très grave, mais ce qui est plus étrange, c’est que l’hôpital ne possède pas de copie de votre acte de naissance dans ses archives… Il semblait pourtant que nous étions à jour, il faudrait donc que vous nous en fassiez parvenir une copie rapidement. Vous pourrez voir cela avec vos parents, ils ont été prévenus et ne devraient pas tarder. Reposez-vous pour l’instant, on viendra vous chercher dans un moment pour un scanner. »

      Le médecin sort de la chambre, sans laisser le temps à Gabriel de répondre quoi que ce soit. Il se retrouve alors seul dans cette pièce, libre de réfléchir à tout ce qui le perturbe. Pas d’acte de naissance ? pense Gabriel que cette nouvelle laisse perplexe. Etrange, je suis pourtant né le 18 mars 1992 à Londres, dans cet hôpital. Je suis le fils de Lisa et Matthias Miller. J’ai été élevé par mes parents à Maidstone, qui se situe à une cinquantaine de kilomètres de Londres. Je…

      Mais il n’arrive pas à se concentrer. Il repense à ce voyage, dans son souvenir, et il se dit que seul Jonas peut lui donner les réponses aux questions qui se bousculent dans sa tête. Il sort son portable et appelle rapidement ses parents. Ils n’ont manifestement pas l’air très inquiet. Il leur dit qu’il va bien, et qu’il n’a pas besoin qu’ils viennent. Il hésite ensuite un moment devant le numéro de Jonas dans son répertoire. Jonas, cet ami de ses parents qui a été si présent dans sa vie, toujours là pour s’occuper de lui lorsqu’il était enfant et que ses parents étaient si souvent absents, toujours là pour l’aider, pour le conseiller par la suite… Aujourd’hui, il a vraiment besoin de lui, de ses réponses. Il décide donc de lui envoyer un texto.

‘ Salut !

Suis à l’hôpital, petit accident. Tout va bien ne t’en fais pas.

Aimerais bien que tu passes si tu es dans le coin…

Gabriel ‘

La réponse ne se fait pas attendre.

‘ Hey !

Aucun problème. Suis là dans 10 minutes !

Jonas ‘

            Gabriel prend le verre d’eau posé sur la table de chevet, en boit une grande gorgée, ferme les yeux et essaie de reprendre ses esprits. Il n’entend pas l’infirmière entrer.

«  Monsieur Miller ? Excusez-moi de vous déranger, il y a quelques-uns de vos camarades dans le couloir qui aimeraient prendre de vos nouvelles… Puis-je leur dire d’entrer ?

–         Non, s’il vous plaît… Je préfère être seul pour me reposer un moment.

–         Très bien, je vais aller les prévenir.  Ils m’avaient également demandé de vous dire, dans le cas où vous refuseriez de les laisser entrer, que les Taureaux de Fer ont gagné, et que c’est en partie grâce à vous. »

En temps normal, Gabriel aurait ressenti une boule de chaleur au creux de son ventre à l’annonce de cette victoire… C’était celle qu’il leur manquait pour atteindre la première place du championnat. Celle pour laquelle lui et son équipe  s’entraînaient depuis des semaines… Mais là, rien. Cela lui parait sans importance.

            Pendant ce temps, l’infirmière avait gentiment demandé à cette bande de jeunes un peu bruyante de bien vouloir rentrer chez eux, Gabriel ne pouvait pas les recevoir pour l’instant. Pourtant, il y avait cette jeune fille, un peu réservée, qui semblait différente des autres, et qui malgré la demande de l’infirmière, était restée assise calmement dans le couloir, en face de la chambre de son ami. Léa, tellement différente de ces enfants gâtés avec qui elle et Gabriel allaient en cours. Parfois, elle semblait percevoir des choses qui échappaient aux autres, et à ce moment précis, elle sentait que sa place était ici, pour Gabriel, à qui elle tenait énormément. Il avait besoin d’aide, elle ne savait pas exactement pourquoi, mais elle voulait être là, près de lui.

Pour citer cette nouvelle :

MOUNIER, Ninon (11 août 2012) “La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/871