La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Episode 3

Nouvelle écrite par Ninon MOUNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Lorsque Jonas quitte la pièce, Gabriel se sent incroyablement seul. Il a l’impression d’être un étranger dans sa propre vie. « Qui suis-je ? » Une question à laquelle il était persuadé d’avoir la réponse quelques heures auparavant, et qui à présent le laisse totalement démuni. Il n’est plus le jeune homme heureux qu’il pensait être, et il est incapable de se reconnaître dans l’enfant que Jonas lui a décrit. Cet enfant qui aurait dû mourir il y a dix-neuf ans de cela, et qui a cessé d’exister au moment même où ils ont quitté la communauté. Le jour où Jonas l’a pris dans ses bras pour fuir, il est devenu un autre. Cet autre, construit sur des mensonges, qui le dégoûte presque.

Il sort une feuille et un stylo de son sac et commence à écrire. Léa, qui l’observe depuis le couloir, ne comprend pas très bien. La froideur qui se dégage de son comportement ne ressemble pas à son ami… Et il a l’air si triste en écrivant, et tellement concentré, déterminé… Comme dans un de ses matchs de basket lorsqu’il sait exactement ce qu’il doit faire et qu’il ne laisse personne l’en empêcher. Elle connaît ce comportement, et sur le terrain cela la fascine, mais dans ce contexte elle ne sait pas quoi penser. Elle est un peu inquiète pour Gabriel. Alors qu’elle l’observe avec insistance, une infirmière vient le chercher pour un scanner.

Tandis qu’ils s’éloignent dans le couloir, Léa en profite pour se faufiler dans la chambre et s’asseoir sur le fauteuil près du lit. Une feuille de papier pliée en quatre est soigneusement posée sur la table de chevet. Elle se relève et la prend dans la main. Doit-elle la lire ou non ? Elle sait qu’elle ne devrait pas, par respect pour Gabriel. Mais tout en elle lui crie de le faire. La même force qui l’a poussée à rester dans cet hôpital la pousse à présent à lire ce qu’il a écrit. Elle s’approche de la fenêtre et se dit : «  Si la prochaine voiture qui passe dans la rue est rouge, je l’ouvre. Sinon je m’en vais, je le verrai demain. »

Dehors, rien. Aucune circulation. C’est curieux à une heure pareille. Elle se retourne doucement, déçue, et repose la lettre là où elle l’a trouvée, à côté d’un journal dont la une annonce « Un dinosaure en liberté dans une forêt française, le savant fou refuse toujours de parler ». Tout à coup, un coup de klaxon la fait sursauter, elle se jette à la fenêtre, et voit un de ces grands bus rouges typiques de Londres s’éloigner. L’excitation la saisit, elle n’aurait pu espérer un meilleur signe. Elle récupère la lettre sur la table de chevet, s’installe confortablement sur le lit, et commence sa lecture :

« Je ne sais pas à qui j’adresse cette lettre. Je suis un peu ridicule, je ne sais même pas écrire une lettre. Je pensais que c’était pour les filles, ce truc d’écrire dans un journal ce qu’on ressent. J’ai enfoui mes sentiments dans le sport, toujours. Et aujourd’hui, je ne sais plus quoi faire. Je ne sais plus qui je suis. Tout ce que j’ai appris m’a laissé dans un état étrange, je ne suis pas sûr de vouloir être cette personne. Je ne sais pas qui je voudrais être… Peut-être que cela aurait été plus simple si j’avais été élargi… Je ne sais pas. Et je crois que je n’ai pas envie de savoir, ça serait sûrement plus simple d’en finir là. De ne pas chercher de réponses à toutes ces questions. Je n’ai pas la force de chercher, de me questionner, encore et encore. C’est sûr, c’est plus simple d’arrêter là, de ne pas »

 La lettre n’est pas terminée, Gabriel a certainement été interrompu par l’arrivée de l’infirmière. Léa est totalement bouleversée, elle s’en veut un peu d’avoir eu raison : Gabriel va mal, c’est indéniable. Elle va l’attendre, et lui parler. Elle ne sait pas encore ce qu’elle va pouvoir lui dire, et elle ne comprend pas le sens de tout ce qu’il a écrit, mais le désespoir qui se dégage de ses mots est poignant. Elle n’a peut-être pas les réponses qu’il cherche, mais elle l’aidera. Elle tient à lui bien plus que ce qu’elle a laissé paraître jusqu’à maintenant, et il est temps qu’elle l’assume.

Elle n’arrive pas à lâcher l’horloge des yeux. Les aiguilles tournent, inlassablement, et aucune nouvelle de Gabriel. Elle sent l’inquiétude la saisir. Et si… ? Elle a l’impression que le pire est en train de se produire, et elle est là, impuissante.

« Bon, se dit-elle, il va mal. Très mal. Et d’après ce qu’il a écrit, il ne comprend pas le sens de sa vie, et il voudrait en finir… Mais il n’a pas pu quitter l’hôpital. Il est protégé ici, en sécurité non ? Non… Où est-il allé alors ? Il aurait déjà dû revenir depuis longtemps… »

Tout d’un coup, cela lui parait évident ! Le toit ! Le meilleur endroit pour réfléchir au calme. Elle refuse de penser à ce qu’il pourrait y faire d’autre, et se précipite hors de la chambre. Elle se perd un peu dans les couloirs, jusqu’à trouver une sortie menant aux escaliers de secours. Elle monte les marches deux par deux, et lorsqu’elle arrive en haut, ce qu’elle voit lui coupe le souffle. Gabriel, face au vide, prêt à sauter. Il semble être en train de parler. Que dit-il ? De là où elle est, Léa n’entend rien. Elle n’ose pas bouger. Elle compte les secondes dans sa tête : « Une, Deux … Trente … Cinquante … »

Et tout à coup, Gabriel se tourne vers elle, et lui sourit. Il semble incroyablement détendu, et commence à s’approcher d’elle. Elle retrouve enfin le contrôle de ses muscles, et court se jeter dans ses bras…

« Gabriel, j’ai eu si peur !

–         Ne t’en fais pas, ça va, c’est terminé…

–         Mais… Que s’est-il passé ?

–         Oh, rien de grave. Ça va beaucoup mieux maintenant. Cet homme m’a redonné confiance en moi. Il m’a écouté, et il m’a parlé. Il m’a vraiment aidé.

–         Quel homme ?! »

Gabriel se retourne et se rend compte que l’inconnu a disparu… Qui était-il ? Il ne le saura sans doute jamais, mais il lui a sauvé la vie…

«  Tiens, il est reparti, je n’ai même pas pu lui dire merci !

–         Gabriel, tu es sûr que ça va ? Je suis inquiète pour toi… Je ne comprends pas de quel homme tu me parles, il n’y avait personne avec toi face au vide ! J’ai eu si peur, je ne vais plus te laisser seul une seconde !

–         Bizarrement, il m’avait dit que je n’avais pas besoin de lui, et que j’avais déjà un ange gardien pour me protéger ! J’aurais dû me douter qu’il parlait de toi… »

Par Alexis Lefebvre, Licence Creative Commons, CC-by-NC-SA Source : http://photos.alexislefebvre.com

FIN

Ninon MOUNIER

Pour citer cette nouvelle :

MOUNIER, Ninon (11 août 2012) “La vie et la mort – « Ultime Passeur » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/873