« La peur de la mort » – Episode 1

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Nous sommes le 5 juillet 2319. Le plateau est désert, seulement recouvert de pierres et de sable reflétant les rayons du soleil. A première vue, absence totale d’organisme vivant. Mais, tout d’un coup, un troupeau d’animaux apparait, appeurés par le sifflement d’un vaisseau aérien. Le vaisseau poursuit d’abord les animaux, puis change de direction et se dirige vers la ville à l’horizon, ou plutôt, vers ce qu’il en reste. Le monde n’est plus vivable : c’est le monde d’après la troisième Guerre Mondiale.

En 2130, l’insuffisance des ressources en pétrole, charbon et fer avait augmenté les tensions entre les Etats du monde, et finalement abouti à la troisième Guerre Mondiale. Les États possédant la bombe atomique avaient pourtant conscience des conséquences de son utilisation. Aucun d’entre eux n’avait donc envie de s’en servir. Sauf un, qui avait construit une roquette capable de détruire localement la couche d’ozone. Son gouvernement s’était décidé à l’utiliser en direction de la capitale de son ennemi : ils avaient pensé qu’après la destruction de sa capitale, l’État ennemi devrait abdiquer.

            Tel était le plan. La réalité fut différente. Les constructeurs de cette arme atmosphérique avaient sous-estimé sa puissance. Ils pensaient que le mécanisme, transformant les molécules d’ozone en entités sans capacité à filtrer le rayonnement UV, n’allait agir que localement, et donc s’affaiblir avec la distance. En réalité, lors du lancement de l’arme le 14 novembre, il se produit le contraire. Cette réaction en chaîne fut suffisamment forte pour détruire la couche d’ozone de la Terre entière, en deux mois. Les rayonnements solaires mortels bombardèrent la surface, la rendant invivable. Tous ceux qui ne s’étaient pas réfugiés dans des abris moururent, ou furent mutilés par les rayonnements UV.

            Cependant, un groupe de scientifiques avait construit, avec l’aide du gouvernement, une ville protégée par une coupole de verre filtrant les rayonnements dangereux du soleil. Cette ville était localisée dans les montagnes et une partie était cachée sous terre. Elle contenait tous les constructions nécessaires pour la survie de ses habitants : des jardins produisant des fruits et des légumes, un système de filtration de l’eau et de l’air, de l’énergie géothermique pour produire de l’électricité, et des serveurs contenants toutes les informations connues par l’humanité.

            Presque deux cents ans plus tard, cette ville, maintenant connue sous nom de « Haven », reste un des refuges pour les survivants. Elle dispose d’une armée de vaisseaux aériens. Ces vaisseaux possèdent deux grandes ailes, une cabine de pilotage, ainsi que de l’espace pour un chargement.

            Ce jour-là, un vaisseau s’arrête près des ruines d’un ancien gratte-ciel, sa cabine s’ouvre et dévoile son pilote en armure et casque modernes. Celui-ci appuie sur le bouton du communicateur du vaisseau, d’où il entend :

– Bonjour, ici chambre de coordination de la ville « Haven », de quoi avez-vous besoin ?

– Bonjour, ici chasseur X-11, répond la personne dans le vaisseau. « Haven a-t-elle besoin de plus de sujets pour l’expérimentation ? »

– Négatif, nos capacités sont à 100%. On a seulement besoin de la substance, avez-vous la possibilité d’en récupérer ?

– Ok, j’y vais. Communication terminée.

          Il place une caisse sur son armure dans son dos, prend son fusil moderne en main, ferme la cabine du vaisseau et se met à explorer les ruines du gratte-ciel. Pendant une bonne demi-heure, il inspecte les niveaux inférieurs avant de monter au 15ème étage où, de la fenêtre, il observe le voisinage. Dans les restes du bâtiment voisin, il aperçoit quelqu’un au 5ème étage. Cette personne semble être saine bien qu’elle vive dans un milieu non protégé, sous le rayonnement solaire mortel. Le chasseur tourne un bouton de son fusil et l’indicateur affiche maintenant « Puissance MAX ». D’un geste sûr, il le pointe sur la personne et tire. L’individu est atteint par le projectile plasmique et tombe immédiatement sur le sol. Le chasseur se rend auprès de sa victime, sort une seringue de sa caisse et la lui plante dans les veines. Cinq minutes plus tard, il retire la seringue, maintenant remplie d’une substance blanche luminescente. Il la met dans sa caisse et, sans plus attendre, s’en va vers son vaisseau.

            Haven était localisée dans les montagnes sur l’extrémité opposée du plateau, aussi connue sous le nom de Terra Morta. Si ce plateau semble être désert, il sert cependant de foyer à un nombre non négligeable d’animaux mutés et potentiellement dangereux. C’est pourquoi il est conseillé de ne le traverser qu’en vaisseau.

            Le chasseur est monté dans son vaisseau et s’est dirigé vers Haven. Sa coupole de verre est visible de loin et il est impossible de se tromper de chemin.

            Parvenu à destination, la grande porte de verre et de métal froid s’est ouverte et le vaisseau a pénétré dans la ville. Ayant atterri à l’aéroport du centre ville, le chasseur s’est rendu à l’hôpital local. A l’intérieur, il suit les flèches indiquant « Collecteur du Flux vital » et entre dans un bureau.

« Salut Ise. Tu apportes le Flux Vital ? lui demande une jeune femme derrière un bureau.

– Oui, bien sûr.

– Veux-tu encaisser ton paiement cette fois ?

– Non, cette dose est pour mon ami Lex, chambre 106.

– Tu sais, Ise, que tu es le seul chasseur qui distribue le Flux comme ça ?

– J’ai assez d’argent pour avoir tout ce dont j’ai besoin, répond Ise irrité par la réflexion de la jeune femme. Et je veux donner une chance de vivre à d’autres qu’à ceux de la Régulation de Haven. Et cette dose-là est pour mon ami, finit-il par ajouter.

La Régulation était la communauté des patrons de la ville.

« Oui, je comprends. Je voulais juste te rappeler que tu as droit à un paiement pour chaque dose que tu amènes, lui précise la jeune femme.

– Je sais, mais je ne veux pas de paiement pour chaque dose. Je veux que ceux qui ne peuvent pas se payer de dose puissent quand même y avoir accès.

             Sur ces mots, Ise quitte le bureau et se dirige vers le deuxième étage de l’hôpital. Il frappe à la porte de la chambre 106.

            « Oui ? demande une voix éraillée.

            – C’est moi, Ise.

            – Ise ! Salut mon garçon ! dit l’homme en ouvrant la porte.

 -Salut, Lex. Comment vas-tu?

-De pire en pire.  La chlorination de mes poumons a fini par anéantir les bons vieux temps …

-J’ai des bonnes nouvelles pour toi Lex. Je t’ai apporté du Flux Vital. »

Lex reste médusé, pétrifié, aucun signe de joie … Ces traits ne reflètent que l’incertitude et le doute…

Ise regarde Lex dans les yeux, surpris par cette étrange réaction.

Lex finit par dire:

-Il est temps, je pense, qu’on discute de ton travail, mais d’abord, sortons de cette chambre … Je peux encore sortir une dernière fois aujourd’hui…”

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (19 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/889