« La peur de la mort » – Episode 4

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Le jour suivant, un peu avant midi, Ise est déjà de retour à l’hôpital, son vaisseau parqué à l’aéroport, juste devant le Centre d’Exploitation. De son côté, Lex vient de finir les derniers préparatifs avec pour seuls bagages un appareil électronique étrange et tarabiscoté ainsi qu’un vieux tablier apporté par Ise le jour précédent. Sous prétexte de sa sortie quotidienne, Lex, soutenu par Ise, quitte l’hôpital en direction du Centre.

             Midi. Le soleil est à son zénith. Les deux hommes se tiennent à l’entrée du Centre. Ise sert son fusil fébrilement.

-Je t’ai dit hier que tu n’en auras pas besoin tout de suite dit Lex.

-Oui, mais il vaut mieux être prêt et rester sur nos gardes.

-De par la réputation du bâtiment, tu sais très bien que personne n’oserait jamais l’assaillir, ils ne se méfieront pas.

C’est assez simple de pénétrer dans le Centre finalement. La loge est vide. Personne aux alentours. Le sous-sol était à leur portée, c’est là où se trouvent les cages. Pas de signal de leurs appareils. Parvenus au pied du poste de sécurité, Ise sort les pinces de ses poches et les approche de l’armoire électrique qui vomit une gerbe de câbles, multicolores et éparses. Un coup de pince, le système d’ouverture des portes et l’alarme sont désactivés.

-La porte est assez massive et devrait résister aux coups, mais il vaut mieux se dépêcher”, constate Lex. Le terminal est à gauche, plus loin dans le corridor. »

Les deux amis plongent dans l’obscurité du couloir. Quelques dizaines de mètres plus loin, le terminal. Lex tire de son sac le mystérieux appareil et le connecte sur le PC, puis donne le tablier à Ise.

-Ça va me prendre un peu de temps. Quand j’entrerai dans le réseau, j’ouvrirai d’abord les cages, puis j’activerai le métro et à la fin, j’essaierai d’ouvrir la porte principale de la ville pour que tu puisses t’enfuir. Fraye-toi un chemin vers les cages en utilisant la carte. Quand tu seras arrivé, nous pourrons communiquer par l’intercom.

Ise se rue en direction des cages. Il descend par l’escalier vers la porte fermée. Il parvient à l’ouvrir en composant le code dans le terminal de la serrure. Enfin, il atteint la salle qu’il recherchait : celle avec les détenus, enfermés dans des cages. Les prisonniers, tous vêtus de draps blancs, vivaient dans des conditions terribles. Quelques-uns étaient horriblement maigres et certains semblaient même incapables de bouger.

-Démons ! Vous n’en avez pas fini de capturer des victimes ?,” s’exclame soudain une femme dans une des cages. Elle semble être plus vive que les autres. En s’attardant sur ses traits, tirés par la fatigue, Ise reconnait son visage. Il s’agit d’une scientifique, qui s’était révoltée contre l’esclavage et le massacre qui avait eu lieu au Flux Vital. Elle avait refusé de suivre les ordres du projet « Survie » et avait alors mystérieusement disparu quatre semaines plus tôt.

-Calmez-vous, je ne suis pas l’un d’entre eux. Je ne suis pas chasseur ! Mon ami essaie d’ouvrir les portes des cages pour que vous puissiez tous vous enfuir. Vous êtes enfermée ici depuis votre disparition?

-C’est la seule façon pour Régulation de se débarrasser des gens, qui n’ont pas la même opinion qu’eux. Leur seul intérêt est leur propre survie, même au prix de la vie des autres.

-Oui, je sais. Malheureusement, j’ai dû tuer et mettre en esclavage nombre d’innocents avant d’accepter la vérité, dit Ise contrit, le regard au sol.

”Ise ? Tu y es ? J’ai réussi de m’infiltrer dans le réseau, retentit la voix de Lex à travers l’intercom.

-Oui, c’est bon. Tu peux ouvrir les cages, confirme Ise dans le microphone de l’intercom.

Je cherche encore les commandes correspondantes. Pour l’instant j’ai seulement trouvé le contrôle de l’alimentation du métro. Attends un peu.”

Ise se dirige vers l’immense grille, supposée couvrir la bouche de ventilation conduisant à la station de métro. Il la soulève avec aisance et la met de côté. Après avoir vérifié son intérieur, il revint vers la scientifique.

– Est-ce que vous pensez que vous seriez capable d’organiser l’évasion de tous ces gens?, demande Ise.

-Oui, mais il serait impossible pour nous de traverser la ville.

-Il vous suffira de suivre le chemin indiqué sur la carte, dit Ise en donnant le tableur à la scientifique. « C’est le puits de ventilation là-bas. Quand vous arrivez dans le métro, suivez les instructions dans le tableur pour le démarrer. Normalement, vous devriez être capable d’atteindre les ruines avec le métro.

-Merci… Pourquoi nous aidez-vous ?

-Je ne veux plus faire partie des jeux de la Régulation, dit Ise, la colère transparaissait dans sa voix.

Un clac assourdissant éclate dans la salle et les cages s’ouvrent immédiatement.

Normalement, les portes des cages devraient être ouvertes, dit Lex par intercom. Je vais maintenant activer l’alimentation de métro. Cela devrait être fait avant l’arrivée du reste.

-Tout semble marcher comme prévu. Je reviens vers toi dès que les prisonniers seront évacués”, dit Ise dans l’intercom.

Il se tourne vers la scientifique :

– Nous devons rapidement rassembler tout le monde devant le puits.”

Ils commencent à évacuer les gens des cages. Malgré l’état affreux de quelques personnes, ils réussissent à tous les regrouper devant le puits pour que tout le monde puisse partir.

– Maintenant, faites ce que je vous ai dit et vous ne devriez pas avoir de problème à regagner votre liberté. dit Ise à la scientifique.

-Et qu’est-ce que vous allez faire ?

– Mon plan est de quitter la ville. Ensuite je verrai.

-Vous pourriez rejoindre les gens dans les ruines ? dit un homme derrière la scientifique, évidemment intéressé par leur conversation. Ise le reconnait, c’est lui qu’il avait capturé près de l’hypermarché.

-Je ne pense pas que ça soit possible. J’ai tué et réduit en esclavage beaucoup d’entre vous sous prétexte de sauver l’humanité. J’aurai honte si j’acceptais votre offre.

-Mon père est le chef d’un des groupes de gens dans les ruines. Il a toujours dit que pour certains, il faut du temps avant qu’ils retrouvent leur chemin. Il vous acceptera.

-Je ne sais pas.

-En tout cas, si vous vous décidez, allez dans la station de métro juste au-dessous de l’hypermarché. Mais ne soyez pas en retard ; si vous n’y êtes pas lorsque nous arrivons, nous partirons sans vous.

La scientifique commence à guider les gens dans le puits. Lorsqu’Ise et elle se retrouvent seuls, elle jette à Ise un regard de remerciement avant de disparaître dans le puits.

Ise revient rapidement vers Lex.

– C’est fait, tout le monde est parti. Maintenant c’est à nous de sortir.dit-il.

Lex le regarde sombrement.

-Tu sais que je ne peux pas partir d’ici. Dès que j’aurai surchargé le système énergétique du bâtiment, les portes ne seront plus ouvrables. Et tu sais que je dois le faire.

-”Oui… je sais…,” dit Ise d’un ton sec.

-Écoute, je t’ai dit que tu ne devais pas être triste pour moi. Tu as fait ce que tu as pu, mais mon destin est différent.

Le terminal émet un « bip ». Lex regarde l’écran, puis se lève et va vers Ise :

-Le métro s’est mis en mouvement. Il est temps que tu partes aussi. Je peux t’ouvrir la porte principale de la ville grâce au terminal, et la bloquer. Tu devrais avoir assez de temps pour t’enfuir.”

Ils s’embrassèrent.

– Adieu, se dirent-ils à l’unisson.

Ise, avec larmes dans les yeux, se tourne et part. Il se rend compte qu’il ne peut rien faire de plus. Soit Lex meurt ici, soit il mourra dans l’hôpital.

Il s’achemine vers la sortie du Centre. La centrale est toujours fermée, la porte intacte.  Cependant, la loge du rez-de-chaussée n’est pas vide cette fois – le portier aperçoit Ise.

– Qu’est-ce que tu fais ici ? Les chasseurs n’ont pas la permission d’entrer dans le Centre d’exploitation, crie le concierge.

Ise regarde le portier, et voyant qu’il n’est pas armé, il continue son chemin.

– Arrête ! Arrête ! hurle le concierge dans tout le bâtiment.

Il déclenche l’alarme de sécurité et court vers la sortie du bâtiment, puis jusqu’à son vaisseau. Il entre dans sa cabine et démarre le moteur. Le vaisseau s’élève, et le son de l’alarme s’atténue peu à peu, il s’éloigne du Centre. Lex réussit finalement à surcharger l’alimentation électrique du bâtiment. Ise conduit le vaisseau vers la porte de la ville qu’il trouve, comme Lex lui avait promis, ouverte. En quelques instants, il sort de Haven.

             Alors que son vaisseau s’éloigne de la ville, Ise se rend compte qu’une nouvelle vie l’attend. Mais que doit-il faire désormais ?  Les gens à Flux Vital sont sauvés, le Centre d’Exploitation n’est plus opérationnel. De plus, Lex y est emprisonné … Mais où irait-t-il dès lors ? Le fils du chef du groupe dans les ruines lui a proposé de se joindre   aux siens, mais Ise ne sait pas s’il doit accepter, s’il saura vivre dans ce groupe, dont il a froidement tué beaucoup de membres. De plus, il n’a jamais vu de groupe organisé dans les rues des ruines, mais plutôt des personnes solitaires, livrées à elles-mêmes. Il comprend vite qu’ils n’avaient pas le choix ; une personne seule ne peut survivre pas dans ces terres détruites par des radiations UV.

            Le vaisseau atterrit au centre de la place principale. Ainsi, il pourra empêcher que la Régulation ne le trouve, et donc il démonte son communicateur – la seule possibilité de tracer sa position – et avec la chose le souvenant de son boulot passé – la caisse avec des seringues – le jette sur la terre. Il revient dans la cabine et part pour l’hypermarché.

           L’hypermarché lui-même est, contrairement aux autres bâtiments, sous les ruines de la ville, dans un état suffisamment conservé et permet à Ise de cacher son vaisseau des autres chasseurs. Il le cache donc dans un coin sombre, et se met à chercher la station de métro la plus proche. Quelques indications encore lisibles dans le bâtiment lui permettent d’atteindre son but, et une dizaine de minutes plus tard, il se retrouve à la station. Le métro arrive. Une vingtaine de minutes à peine s’écoulent que le métro commence à freiner avec un grincement strident. L’homme – fils du chef des gens des ruines et le scientifique sortent les premiers.

-Je vois que vous avez fini par changer d’avis.

-Je n’avais pas tellement de choix.

-Ne vous inquiétez pas, je suis sûr que mon père vous acceptera malgré votre passé difficile à notre égard.

Pour citer cette nouvelle :

MICHALIKJuraj (22 août 2012) “« La peur de la mort » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/893