La sélection mensuelle d’Electron LIVRES – Avril 2012

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012


Pour compléter notre dossier consacré aux recherches participatives, la librairie Electron LIVRES vous propose une série d’ouvrages sur la contribution des citoyens aux avancées scientifiques.

Amateurs ?

Astronomes en herbe, collectionneurs de papillons, généalogistes, associations de malades, développeurs de logiciels libres… Chaînons manquants dans la vision moderne, largement professionnalisée et technicisée des sciences, les amateurs de sciences existent bel et bien ! La revue Alliage leur consacre son numéro 69, en interrogeant leur rôle dans l’histoire des sciences et des techniques. C’est l’occasion pour les contributeurs à cet ouvrage collectif de poser quelques questions cruciales sur la place des sciences dans notre culture et leurs relations avec la société.
Dirigé par J.M. Lévy-Leblond et R. Chaumont – Alliage n°69 – 18 €

Science, 700 inventeurs fous


Des centaines d’exemples de découvertes et d’inventions plus ou moins utiles mais toujours stupéfiantes par des chercheurs et des prix Nobel… mais aussi par d’anonymes concitoyens curieux et motivés !
Un ouvrage drôle qui montre que chacun peut participer à sa façon au développement des sciences et des techniques. Si certains amateurs font l’objet de moqueries et autres rigolades, les scientifiques, les « vrais », ne sont pas en reste.
Conner et Kitchen – Editions LME – 21,30 €

Savoirs et démocratie

La collection « Savoirs à l’œuvre » restitue des conférences prononcées dans des lieux publics. Dans ce premier volume, c’est l’exercice-même de la démocratie qui est discuté : pour que celle-ci prenne tout sons sens, chacun doit avoir accès aux savoirs pour se forger sa propre pensée en toute indépendance et liberté. Issus de différents champs disciplinaires, les contributeurs abordent les enjeux et problèmes liés à la transmission des savoirs et aux interactions entre ces savoirs et la société. Un ouvrage à valeur de manifeste, pour une collection visuellement très réussie !
Collectif – Editions Parenthèses – 18,00 €

Plaidoyer pour réconcilier les sciences et la culture

La culture scientifique perd peu à peu du terrain, rendant parfois difficiles la réception et la discussion des nouvelles recherches et découvertes par les citoyens. Co-écrit par de nombreux spécialistes, cet ouvrage souligne l’importance de la culture scientifique pour une meilleure compréhension de notre environnement. Les auteurs s’interrogent également sur les moyens à mettre en place pour susciter l’intérêt du grand public et réinstaller les sciences au cœur de la culture. Un livre facile à lire, aux thématiques variées et souvent étonnantes.
Claudie Haigneré – Editions le Pommier – 13,00 €
POUR LES PLUS JEUNES

La foire aux sciences

Destiné aux jeunes adolescents, ce livre montre que le génie n’attend pas le nombre des années : de nombreuses découvertes sont à mettre au crédit de nos jeunes têtes pensantes. Tous les ans, aux Etats-Unis, des foires aux sciences sont organisées, pendant lesquelles de jeunes chercheurs viennent exposer leurs travaux. Des récompenses, comme des bourses d’études ou des budgets de recherche, sont octroyées aux jeunes les plus talentueux. Des plus fantasques aux plus prometteurs, les travaux et les personnalités de ces jeunes chercheurs auront à coup sûr de quoi vous étonner !
Judy Dutton – Editions l’école des loisirs – 15,10 €

Pierre Mercklé, sociologue à l’ENS de Lyon

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

« La démocratisation des sciences est en marche, mais il reste encore beaucoup de progrès à faire ! »

Chercheur en sociologie, Pierre Mercklé apporte un éclairage historique et critique sur les recherches participatives. Loin d’être un phénomène nouveau, la participation des citoyens aux sciences prend aujourd’hui des formes nouvelles, grâce notamment au web qui fournit des solutions de collecte et d’échanges de données sans précédent. Mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire, en particulier sur le terrain des sciences sociales, si l’on souhaite faire advenir d’authentiques « sciences citoyennes ».

Vous avez publié récemment une tribune « Vers des sciences sociales citoyennes ? », dans le cahier « Sciences et Technos » du Monde du 4 février 2012 (lire la version longue de cet article sur le blog de Pierre Mercklé). Comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux recherches participatives ?

J’ai travaillé tout l’automne dernier à la construction d’une candidature à un appel à projet européen avec des collègues physiciens, informaticiens ou mathématiciens, spécialistes de l’analyse des réseaux. Ils se demandaient si ces modèles complexes ne pourraient pas être utilisés pour penser le social. Nos discussions ont rapidement tourné autour des usages citoyens des sciences et de la façon dont la connaissance pouvait émerger d’une participation citoyenne.
Paradoxalement, ce sont des domaines où les sciences exactes sont en avance sur les sciences sociales : dans les sciences de la nature, les sciences expérimentales, l’astronomie, la biologie, les mathématiques, etc., il y a beaucoup d’expériences de participation citoyenne ou de co-production des savoirs. Ces initiatives sont plus rares en sociologie, ethnologie, anthropologie… et sans doute y a-t-il une réticence des chercheurs en sciences sociales à l’égard des démarches participatives.

Quel regard historique et critique peut-on porter sur ces démarches ?

Il existe depuis très longtemps des recherches associant des citoyens. Par exemple, le recensement des oiseaux organisé par la Société Audubon aux Etats-Unis implique des dizaines de milliers d’observateurs chaque année, depuis plus d’un siècle. En réalité, le temps de la professionnalisation de la science est relativement court et récent : jusqu’au milieu du 19ème siècle, une bonne partie de la science se faisait entre amateurs, c’est-à-dire entre personnes pratiquant la science pour le plaisir, tout en tirant leurs revenus d’autres activités.

Ce qui change aujourd’hui, c’est qu’avec la montée des démocraties politiques, la notion de citoyenneté s’est élargie : il y a de plus en plus de personnes mises en situation de participer à la vie de la cité, dont la science fait partie. Ensuite, il y a la conjonction, depuis plusieurs décennies, de l’augmentation de la scolarisation et de l’augmentation du temps libre : davantage de personnes peuvent aujourd’hui consacrer du temps à des activités de connaissance.

Ces transformations conduisent à une forme de démocratisation souterraine de la science, avec des coopérations informelles qui se développent un peu partout entre scientifiques et amateurs, comme par exemple entre historiens et généalogistes. Les frontières entre scientifiques et amateurs tendent ainsi à s’estomper et ces évolutions, aujourd’hui quasi imperceptibles, conduiront certainement à des résultats spectaculaires.


Quel rôle joue internet dans ces évolutions ?

Internet constitue la dernière couche de ce processus de démocratisation des sciences. Il facilite les contacts et rend possibles des échanges plus informels. Il permet également de collecter des données disparates, à des échelles qui auparavant étaient inconcevables. De nombreux projets de recherche exploitent ces potentialités en rassemblant de petites puissances de calcul ou de petites compétences individuelles. Le projet SETI@home (Search of Extraterrestrial Intelligence at home), qui exploite les ordinateurs individuels de nombreux participants, en est un bon exemple. Les gains – avant tout quantitatifs – sont ici considérables.

Au cours de votre enquête, vous avez suivi 6 000 jeunes pendant toute leur adolescence. Est-ce que la participation aux sciences est devenue un nouveau hobby chez les jeunes ?

Chez les jeunes adolescents des années 2000-2010, ce qui prime, c’est d’abord le goût des copains, la musique et l’usage de l’ordinateur. Celui-ci devient omniprésent et absorbe de nombreuses pratiques culturelles et de loisirs. Les activités d’ordre scientifiques concernent une petite minorité des usages de l’ordinateur, les jeunes glissant alors de manière insensible des usages multimédias vers de véritables productions (création de sites internet, programmation, piratage de serveurs…). On retrouve ici les mêmes profils d’adolescents que ceux qui jouaient à Chimie 2000 dans les années 80-90, à savoir des jeunes essentiellement de sexe masculin et issus de milieux favorisés.

Il faut donc être vigilant avec le terme « sciences citoyennes », qui peut laisser penser que toute une génération d’adultes pourrait bientôt produire de la connaissance. En réalité, la participation aux sciences est inégalement distribuée dans la population. Elle reproduit les inégalités sociales et contribuera certainement à les rendre visibles, en créant des citoyennetés de différents ordres, selon qu’une personne participe à la production de la connaissance ou, au contraire, se résigne à la subir.

Existe-t-il des démarches participatives permettant d’associer des populations défavorisées à la production des connaissances ?

Certains courants de la sociologie ont toujours été sensibles à la participation des acteurs sociaux, par exemple l’éthnométhodologie d’inspiration américaine ou la méthode de l’intervention sociologique, portée par Alain Touraine et ses élèves. Il existe aussi des sociologues d’inspiration théorique différente, qui ont eu des expériences très intéressantes de co-production du savoir avec leurs interlocuteurs enquêtés. Par exemple, Stéphane Beaud a publié sa riche correspondance électronique avec Younes Amrani, un jeune issu de l’immigration maghrébine en banlieue lyonnaise (voir leur ouvrage Pays de malheur !). De façon similaire, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue retrace les échanges entre le sociologue Michel Pialoux et son enquêté Christian Corouge. Ces expériences restent assez disparates et exceptionnelles, mais elles donnent de bonnes indications sur les pistes à suivre. Dans ces domaines-là, il reste incontestablement beaucoup de progrès à faire !

Propos recueillis par Nathalie Fabre

Ouvrir les étudiants aux enjeux actuels des sciences

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

L’Université de Lyon crée deux modules de formation science-société

Si l’on souhaite développer de nouvelles coopérations entre chercheurs et citoyens, sans doute faut-il compléter la formation des étudiants pour les ouvrir aux questions de sciences en société. L’Université de Lyon s’engage dans cette voie en créant en 2012 deux modules de formation science-société pour les doctorants.

©Université de Lyon - Davy Lorans

La mise en place de formations science-société pour les doctorants et, à moyen terme, pour les étudiants en Licence-Master, est au cœur des travaux de la Commission Science et Société de l’Université de Lyon (voir l’encart ci-contre). Deux modules ont ainsi vu le jour au 2ème semestre de l’année universitaire 2011-2012 :

Le 1er module D12 – Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets invite les doctorants à réfléchir sur le rôle des scientifiques dans la société et à découvrir des outils de mise en dialogue des savoirs, en s’impliquant dans une des actions Science et Société de l’Université de Lyon : la dynamique Et si on en parlait et/ou le projet Boutique des sciences. Il leur permet également d’apprendre à communiquer sur leur propre activité de recherche.

© Université de Lyon - Davy Lorans

Le 2ème module D13 – Outils et projets de médiation culturelle des sciences leur propose une introduction à la médiation et à la diversité de ses dispositifs (films et radios scientifiques, secteur art & science, médiations numériques, carnets de recherche…). Les doctorants sont ensuite invités à construire un projet personnel de médiation culturelle des sciences.

Au total, vingt étudiants très motivés et issus d’une grande diversité d’établissements (ENSAL, Université Claude BBernard Lyon 1, INSA de Lyon, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2) ont participé cette année à l’un ou l’autre de ces modules. En dotant les doctorants d’outils de réflexion et de dialogue avec les citoyens, ces formations s’inscrivent dans une dynamique globale d’ouverture des chercheurs à la société.

Nathalie FABRE

Les recherches participatives, kezako ?

©iStockphoto / cstar55

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

Les recherches participatives ont pour particularité d’associer les citoyens à la production de connaissances scientifiques. Les formes en sont multiples, elles concernent des domaines très variés : astronomie, informatique, environnement, santé… et octroient aux amateurs de sciences des rôles diversifiés.

Astronomes en herbe, généalogistes amateurs, sentinelles de la biodiversité, férus d’informatique ou de jeux vidéos, militants associatifs ou simples propriétaires d’ordinateurs… De nombreux citoyens s’impliquent aujourd’hui dans des projets de recherche. Longtemps taxés d’amateurisme, ces bénévoles peuvent contribuer efficacement aux avancées scientifiques. Mais comment participer au juste ?

Prêter du temps de calcul de son ordinateur

Aucune compétence particulière n’est requise ici : il s’agit seulement de posséder un ordinateur et de mettre à disposition du temps de calcul pour le traitement de masses de données. Lancé en 1999, le programme SETI@home (Seach of Extraterrestral Intelligence at home) déporte ainsi le calcul scientifique sur des milliers d’ordinateurs individuels, pour rechercher des traces de communication extraterrestre dans des signaux radio.

Contribuer à des inventaires et des collectes d’information

D’autres projets exploitent les potentialités du web et font appel aux citoyens pour qu’ils contribuent à la collecte de données ou à la réalisation de mesures simples. Des inventaires communaux aux grands projets nationaux, les initiatives fleurissent dans le domaine de l’environnement. Le CNRS et Arte vous proposent en ce moment de relever la Mission Printemps : compter les vers de terre, cartographier les papillons, guetter l’apparition des premières fleurs… et aider ainsi les chercheurs à étudier les effets des changements climatiques.

Participer à l’analyse et à l’interprétation de données

Certaines expériences plus abouties s’appuient sur des compétences humaines spécifiques qui, sans nécessiter de longues années d’études, peuvent offrir des solutions inédites à des problèmes de recherche. Le portail Zooniverse répertorie ainsi plusieurs projets nécessitant des capacités d’analyse, de visualisation et de mémoire de la part des participants. La dimension ludique est ici essentielle pour susciter la motivation.

En la matière, l’exemple le plus fameux est sans doute Foldit (littéralement « Plie-le »), un jeu vidéo d’assemblage 3D de molécules, développé par des équipes de recherche en biochimie et informatique (Université de Washington). En quelques semaines, les joueurs ont réussi à décoder la structure d’une enzyme proche de celle du virus du sida, un problème sur lequel butaient les meilleurs laboratoires depuis plusieurs décennies !

Contribuer à définir de nouveaux programmes de recherche

La plupart de ces initiatives viennent des chercheurs eux-mêmes et la co-construction des projets de recherche reste pour l’instant rare. Il existe cependant quelques exceptions, dans le domaine médical notamment où les associations de malades peuvent jouer un rôle-clé. Les initiatives de type « boutiques des sciences » constituent aussi une solution originale pour associer les citoyens à la définition des projets de recherche et développer des coopérations moins asymétriques entre chercheurs et amateurs : avec de tels dispositifs, les chercheurs planchent sur des problèmes concrets exprimés par la société.

Comme le résume sur son blog Mélodie Faury, co-responsable du laboratoire junior interdisciplinaire “Enquête sur l’homme vivant” de l’ENS de Lyon et membre de notre service Science et Société, « c’est la nature de la prise en compte des savoirs non académiques ainsi que des acteurs qui en sont porteurs, le moment de leur mobilisation et le rôle qui leur est attribué qui varie d’un projet à l’autre. ». Quelle que soit leur forme, ces démarches font l’hypothèse qu’il y a des savoirs distribués au sein de la population et que leur mobilisation permettra d’avancer scientifiquement. Alors quand est-ce qu’on s’y met tous ?

Nathalie FABRE

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article d’Anaïs Richardin sur « La petite révolution de l’intelligence collective« .

Plus ludique que l’intelligence artificielle, l’intelligence collective, soit la mise en relation via le net d’une grande quantité de cerveaux humains, vient de réaliser quelques prouesses. À l’origine de ces nouveaux modes de recherche : le nombre d’heures hebdomadaires que nous passons, sur Terre, à jouer en ligne. Trois milliards d’heures par semaine. Lire la suite.

La librairie Electron LIVRES vous propose également une sélection d’ouvrages sur la participation des citoyens aux avancées scientifiques, tout au long de l’histoire des sciences et des techniques. Lire la chronique.