Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 1

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

David était confiant au moment où il se rendit sur le lieu de l’entretien et il sentait son pouls rythmer sa marche lorsqu’il atteignit le bureau de contrôle, où une assistante préleva une goutte de sang afin de vérifier son identité. Dans cette société où chaque individu se voyait attribuer une identité incontournable dès la naissance par l’analyse de son génome, impossible de se détourner de l’emprise de son destin génétiquement programmé. La possession d’un « bon génome » ou d’un « génome apte », comme s’entêtaient à marteler les généticiens, ouvrait la voie du succès. Le simple fait de présenter une goutte de ce sang « douée des plus hautes espérances » suffisait à ouvrir les portes de la grandeur et des postes importants. Pour le reste, les « déficitaires » ou plus communément appelés « sous génomes », place à la chance plus qu’à l’aptitude. Condamnés à exercer des tâches plus misérables les unes que les autres, bien sûr délaissés et eux-mêmes reclus des activités réservées aux « aptes », difficile de gravir les échelons de cette société élitiste.

La roue de la fortune avait joué en son avantage car à la naissance, David avait été doté d’un ADN « sain ». Il ne redoutait dès lors en aucun cas le cloisonnement social. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la recherche d’un nouvel emploi s’était avérée fructueuse. Il avait récemment démissionné de son poste précédent dans une industrie de production de produits radioactifs à destination médicale pour raisons salariales. Cependant, leur manque de moyens depuis la disparition de son père et la saisie d’une partie de leurs biens les avaient laissés, lui et sa famille, dans la détresse et l’appréhension du lendemain. Cela, sans que leur précieux génome ne puisse leur venir en aide.

Une fois identifié par le système de sécurité, David fut conduit dans une salle où le médecin du travail effectua toute une série de tests sur sa vision, son ouïe, son rythme cardiaque, procéda à des analyses d’urine et termina par une série de prise d’images de ses poumons et de son système nerveux.

Les résultats furent quasi instantanés. « Tout semble parfaitement dans l’ordre », affirma le médecin. Mais après une légère pause, il leva les yeux de sa tablette présentant les résultats des analyses. David put y lire une lueur de compassion. En s’excusant brièvement, il sortit avec empressement de la salle et revint quelques instants plus tard avec un appareil destiné à analyser la concentration sanguine de lymphocytes. David connaissait bien cet équipement : il avait utilisé à de nombreuses reprises lors de sa formation en tant que personnel médical. Il plaça alors son doigt sur l’appareil et le médecin ne put retenir une exclamation. « Monsieur, je suis navré de vous annoncer cela… Quel âge avez-vous déjà ? ».  « Vingt six ans. »

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

« Si jeune, et pourtant … » marmonna le médecin. « Monsieur… j’ai bien peur que vous souffriez d’une maladie incurable… Une leucémie fulgurante pour être précis. Votre système immunitaire se dégrade à une vitesse folle. » Le médecin semblait gêné mais son professionnalisme l’empêchait de s’apitoyer sur le sort de son patient. David retint son souffle, les murs blancs aseptisés semblaient se refermer sur lui. Il en avait la nausée. Chancelant, il s’effondra sur une chaise à proximité. Le médecin lui dit froidement « Attendez ici, je vais vous chercher un verre d’eau et un peu de sucre. » Les pensées se bousculaient dans la tête de David, incrédule : « Impossible, ce n’est pas à moi que ça arrive ! Mourir maintenant ? Invraisemblable! Ce n’est qu’un cauchemar, juste un cauchemar, je vais me réveiller! David réveille-toi, réveille-toi, réveille… » « Monsieur ? Monsieur ? » aboyait le médecin, penché sur son visage. Mais David ne put esquisser un geste, ses membres étaient de coton. Pâle et transpirant de peur, il tenta de se renseigner sur sa maladie. A quoi était-elle due ? Pourquoi lui ? Comment se faisait-il que, bien portant jusque là, rien n’ait jamais été détecté ? Prudemment, le médecin expliqua : « Vous avez sûrement été récemment exposé à des taux de radiation extrêmement brefs mais intenses. Sans doute bien supérieurs au seuil de tolérance de votre organisme, pour je ne sais quelle raison. C’est pour cela que rien n’a été détecté jusqu’alors. Votre moelle épinière a du être touchée et la structure de vos cellules productrices de celles du sang a dû être altérée.» Des larmes de rage et d’incompréhension ruisselaient maintenant sur les joues de David : «Quel stade ? La leucémie ? Quel stade ? »  Le médecin, les yeux baissés lui répondit : « A ce rythme et sans intervention, c’est-à-dire sans greffe de moelle épinière, je crains que vous n’ayez plus que quelques mois à vivre. » « Quelques mois… » Ces deux mots, cette sentence de mort imminente résonnaient dans l’esprit de David. Une condamnation à mort… voilà ce qu’il venait d’entendre. Un étau lui resserrait la gorge et l’empêchait de respirer. Tout son organisme semblait en suspens, comme si ses fonctions vitales venaient de s’arrêter brutalement. Il cligna des yeux comme pour sortir de sa torpeur. Dans un dernier élan, il demanda au médecin s’il était absolument certain de ce qu’il avançait. Les tests pouvaient-ils avoir été faussés ? Mille questions sans réponse tourbillonnaient dans sa tête. Le médecin, toujours aussi froidement professionnel assura que malheureusement la fiabilité de ces tests était proche de cent pour cent. Il précisa également qu’en effectuant le test de nouveau, ce qu’il fit, il obtiendrait des résultats identiques.

David se leva machinalement, prit congé du médecin, sortit du bâtiment et se mit à courir à perdre haleine en direction de son domicile. Il était dans l’incompréhension et la détresse les plus totales. Chancelant, il parvint avec peine à gravir les quelques marches qui le séparaient de la porte d’entrée et s’effondra sur le seuil. Ses sœurs, alertées par le fracas de son arrivée, se précipitèrent pour le relever. « David, David !! Que s’est-il passé ? ». Quand David eut peu à peu retrouvé ses esprits, il raconta sa détresse à ses sœurs. Elles fondirent toutes deux en larmes en le suppliant d’agir, de recevoir l’opération au plus vite à n’importe quel coût.

Le coût. C’est justement la partie que redoutait le plus David, sans compter l’affaiblissement physique causé par la dégénérescence de son système immunitaire. Il savait pertinemment qu’une telle opération nécessiterait le retrait de ses cellules souches de cordon depuis la banque du Laboratoire. Chaque individu possédait, sans distinction génomique, sa propre réserve de cellules souches embryonnaires prélevées à l’accouchement dans le placenta et le sang du cordon ombilical. En effet, ces cellules détenaient la capacité d’engendrer n’importe quel type de tissu ou encore un nombre variable d’entre eux, et avaient donc le pouvoir de se transformer en cellules spécialisées. Elles étaient évidemment très utiles. On s’en servait, entre autres pour la régénération. Avoir accès à ses propres cellules était un véritable trésor et une promesse. Promesse de guérison en cas de maladie, promesse de vie en bonne santé, promesse de bien-être. Si pour une raison quelconque un individu nécessitait le transfert de ses propres cellules souches et que celles-ci lui étaient accessibles, il pouvait être sûr du succès de l’opération, La seule condition rendant possible le transfert de ce remède miracle était bien sûr la mise en jeu d’une somme incommensurable au profit du Laboratoire, sans oublier le coût exorbitant de l’opération.

Cette somme, David ne parviendrait jamais à l’obtenir. Et encore moins dans un laps de temps aussi court.

Pourquoi cela lui arrivait-il à lui ? Et pourquoi maintenant ? Cette question martelait l’esprit de David, qui jusqu’alors avait été un jeune homme tout à fait épanoui dans la société, n’y trouvant rien de révoltant. L’inégalité face à l’accès aux soins médicaux ne lui était jamais apparue aussi claire qu’alors. Il lui fallait agir. Et vite. Le temps allait jouer contre lui dans cette course pour la vie. Une vague de résolution et de détermination le fit se lever du sofa, où il s’était pelotonné. Il ne s’était jamais senti aussi sûr de lui. La prise de conscience brutale de sa responsabilité face à l’avenir de ses sœurs avait fait basculer le raisonnement de David dans une toute autre logique. L’heure du changement avait sonné. « Je ne mourrai pas. Du moins pas maintenant. Je vous le promets. » assura-t-il à ses sœurs alors qu’il saisissait l’édition du NewsLab posée négligemment sur la table du salon.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (26 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/767

L’Abîme – Recueil de nouvelles, écrites par les étudiants de l’INSA de Lyon

Par les élèves de 3ème année en Bio-Informatique, INSA de Lyon.

Ce recueil de nouvelles est le fruit d’un travail basé sur des notions éthiques.
Dans chaque nouvelle, vous découvrirez une question éthique que les auteurs ont tenté de mettre en lumière au travers de leur écrit.

Ces nouvelles ont d’abord été publiées sous la forme d’un recueil papier. Elles sont publiées en ligne avec l’autorisation des auteurs et grâce à l’aide de Hubert Charles, Marianne Chouteau et Jean-Christophe Attard.

Elles accompagneront l’été sur Passerelles.

Un, deux, trois... Soleil. Par (e)Spry. CC-BY. Source : Flickr

Sommaire

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

Publié le 1er juillet 2012

Expérimenter en écrivant – Introduction par Marianne Chouteau

– Publié le 3 juillet 2012

Encore un peu de tarte aux pommes ?

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Par @pskd32. Source : Instagram

Épisode 1 – Publié le 6 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 7 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 8 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 9 juillet 2012

Épisode 5 – Publié le 10 juillet 2012

Épisode 6 – Publié le 11 juillet 2012

Épisode 7 – Publié le 12 juillet 2012

Épisode 8 – Publié le 13 juillet 2012

Épisode 9 – Publié le 14 juillet 2012

Le Laboratoire

Nouvelles écrites par Claire BURNY, Marie FERNANDEZ, Klervi GOLHEN et Emilie WESTEEL

Comme une orange, voler, enfin.

Épisode 1 – Publié le 17 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 18 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 19 juillet 2012

Melissa

Épisode 1 – Publié le 22 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 23 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 24 juillet 2012

Anonyme

Épisode 1 – Publié le 26 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 27 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 28 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 29 juillet 2012

Cellule de crise au Laboratoire

Épisode 1 – Publié le 01 août 2012

Épisode 2 – Publié le 02 août 2012

Épisode 3 – Publié le 03 août 2012

Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer

Nouvelle écrite par Imen BOUKRISS

Épisode 1 – Publié le 07 août 2012

Épisode 2 – Publié le 08 août 2012

La vie et la mort

Nouvelles écrites par Ninon MOUNIER et Jean-Christophe ATTARD

Ultime Passeur

Épisode 1 – Publié le 11 août 2012

Épisode 2 – Publié le 12 août 2012

Épisode 3 – Publié le 13 août 2012

Une autre vie

Épisode 1 – Publié le 15 août 2012

Épisode 2 – Publié le 16 août 2012

Épisode 3 – Publié le 17 août 2012

La peur de la mort

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisode 1 – Publié le 19 août 2012

Épisode 2 – Publié le 20 août 2012

Épisode 3 – Publié le 21 août 2012

Épisode 4 – Publié le 22 août 2012

Épisode 5 – Publié le 23 août 2012

Du prétendu roi de la forêt

Poème écrit par Abel BETRAOUI 

Publié le 25 août 2012

 

Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Traditionnellement, chaque année lorsque je commence l’encadrement des cours « d’éthique et sciences humaines » aux 3BIM, je fais un tour de table au cours duquel, je demande ce qu’ils aiment lire, regarder à la télévision, au cinéma, etc. Invariablement et peut-être même inlassablement, les étudiants me répondent qu’ils ont peu de temps pour lire, regarder, contempler, admirer. Rien d’étonnant et ce, même dans une école d’ingénieurs telle que l’INSA. Ce cours est là pour ça… Il leur offre la possibilité de reprendre le chemin de la lecture et pour certains d’entre eux celui de l’écriture. Loin d’être juste une cerise sur le gâteau, cet enseignement propose un véritable terrain d’expérimentation. Il les invite à tester des hypothèses, à les mettre en mots pour imaginer et construire ce que pourrait être le monde de demain.

Même si le canevas pédagogique reste chaque année identique, chaque promotion propose de nouvelles envies et invente de nouvelles voies d’explorations. La première partie de l’année nous a guidés à travers un ensemble de questions éthiques abordées avec des controverses mises en scène. L’utopie, le prix du vivant, le bonheur, les robots, l’humanité, le rapport à l’autre, etc. sont autant de thématiques sur lesquelles nous nous sommes interrogés à travers ce premier tour de piste. Ces réflexions ont émergé après la lecture de quelques œuvres littéraires circonstanciées. Et au mois de janvier, tandis que certains se sont dirigés vers l’atelier théâtre, d’autres ont poursuivi l’aventure à travers les affres de l’écriture.

Je ne cesse de le répéter : proposer des ateliers d’écriture en écoles d’ingénieurs me procure chaque année de nombreuses et importantes satisfactions professionnelles. Voir les élèves-ingénieurs prendre peu à peu conscience des problématiques éthiques qui pourraient toucher leur futur métier et les mettre en récit donne du sens et de la valeur à cet enseignement. Alors que dire de cette nouvelle promotion ? Quels sont les éléments qui m’ont particulièrement ravi cette année ?

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Un foisonnement de formes tout d’abord. Certains ont privilégié la forme classique de la nouvelle pour nous conter des histoires :  celle  d’un jeune homme atteint dune leucémie foudroyante,  celle relatant l’excentricité d’un scientifique jouant à l’apprenti sorcier en recréant  un dinosaure,  celle d’une jeune fille hantée par les chiffres, celle d’un monde post troisième guerre mondiale. D’autres ont choisi de tester des styles d’écriture différents. Une fable animalière où la vanité est passée au crible, un article journalistique qui  relate entre autres les aventures malheureuses d’un jeune homme en mal de justice, un journal intime où un chercheur expose l’évolution de sa pensée sur l’expérimentation animale, un récit à trois voix où un citoyen lambda, un dictateur et un dissident racontent leur version respective des faits et enfin la reprise de récits existants tels que celui du millénaire Guilgamesh ou celui plus récent du Passeur.

Une forte volonté de créer des textes ensemble. Si tous n’ont pas travaillé collectivement, certains ont exploré de véritables modes d’écriture collaboratifs. Un laboratoire secret sert de lieu commun à quatre récits. Il est le siège d’aventures rocambolesques où il est question d’expériences sur les humains, sur les animaux, de droit à la santé, d’injustice face aux soins. Trois de nos jeunes auteurs ont choisi de croiser leur plume pour proposer les visions complémentaires et parfois contradictoires de trois citoyens d’une dictature imaginaire.

Une diversité dans la façon de procéder face à l’écriture. Certains ont cent fois remis leur ouvrage sur le métier, d’autres en revanche ont laissé parler leur spontanéité. Quelle que soit la méthode utilisée, aucun d’entre eux n’a pour autant démérité.

Une véritable écoute, bienveillance et une solidarité entre les participants de l’atelier. Les séances d’écriture étaient pour la plupart individuelles mais celles de lecture, collectives, ont permis de catalyser des liens qui existaient entre eux.

Avec persévérance, attention, implication, réflexion, ils ont construit pas à pas ce recueil. Ils y ont mis d’eux mêmes. J’espère que vous trouverez autant de satisfaction à lire ces textes, résultats d’une année de travail et de réflexion, que j’en ai eu à les encadrer. J’espère aussi que ce recueil accompagnera  et alimentera les réflexions abordées lors de notre annuelle et traditionnelle journée éthique.

Bonne lecture à tous !

Marianne Chouteau

Chouteau, Marianne (2 juillet 2012) “Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/438

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

H. Charles, MC INSA de Lyon – Directeur des étude

Développer un logiciel d’analyse sémantique et grammaticale pour permettre à des robots d’exécuter des ordres dictés en langage courant et de dialoguer avec des personnes en situation de solitude ; développer une méthode de caractérisation de génotype humain pour une médecine individualisée dans le traitement des tumeurs ; concevoir un système de contrôle d’un robot chirurgical spécialisé dans les opérations de l’oreille interne… Cette liste de projets relevant de la robotique, de l’intelligence artificielle, du génie génétique ou de la biomécatronique n’est pas une prédiction des lauréats du concours Lépine en 2050, mais simplement quelques-uns des sujets de stage des étudiants de la filière Bioinformatique et Modélisation dans le département Biosciences à l’INSA de Lyon entre 2011 et 2012.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Les progrès de l’informatique et la miniaturisation des capteurs électroniques ont complètement révolutionné les Biotechnologies au cours de cette dernière décennie. S’il a fallu près de 12 ans, quelques trois milliards de dollars et plusieurs hectares de salles de séquençage et de calculateurs pour séquencer et assembler la séquence du génome humain, il est maintenant possible d’obtenir la même quantité d’information en une semaine et quelques milliers d’euros. Très vite, il apparaîtra plus coûteux de stocker l’information d’un génome sur un espace mémoire que de le séquencer à nouveau. De plus, les technologies de l’informatique dématérialisée (le cloud computing) permettent par exemple de relier entre elles des « fermes de calculateurs » reparties sur la planète entière pour les faire travailler ensemble sur des données complexes rassemblées dans des bases de données mondiales. Former des ingénieurs en bioinformatique est un véritable challenge, car cela demande d’intégrer des compétences multidisciplinaires (la biologie, l’informatique et les mathématiques), mais surtout de construire une véritable interdisciplinarité en associant également la philosophie, l’éthique voire même la littérature pour permettre aux étudiants d’analyser ces problématiques ainsi que les enjeux liés à ces objets nouveaux que génèrent les biotechnologies.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

La filière Bioinformatique et Modélisation du département Biosciences de l’INSA de Lyon repose sur un partenariat entre l’INSA de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1. Elle est destinée à former des ingénieurs capables d’analyser et de traiter des données biologiques, d’en extraire les informations pertinentes et de modéliser par des approches mathématiques ou informatiques les systèmes biologiques afin de comprendre les processus du vivant. Elle a été créée en 2000 pour de répondre à la demande croissante émanant des secteurs publics et privés, liée à l’accroissement considérable de la masse de données biologiques issues des techniques dites à haut débit. L’équipe pédagogique est constituée d’un réseau de formateurs spécialistes dans les domaines de la génomique, de la protéomique, de la biométrie et de l’écologie. La formation compte environ 2200 heures réparties sur cinq semestres, le sixième étant dédié à un stage de fin d’études en milieu professionnel. Les enseignements scientifiques (environ 1800 heures) intègrent les trois disciplines scientifiques fondamentales : Sciences du Vivant, Mathématiques et Informatique. Une grande partie des enseignements se situent à l’interface des trois disciplines et une place importante est réservée à la pratique et aux projets. L’ouverture internationale est également fortement encouragée. Ces enseignements sont complétés par des cours d’Humanités (langues étrangères, communication, connaissance de l’entreprise, économie, gestion de projet, management, qualité, épistémologie, éthique) répartis sur les trois années.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Ainsi, le Département de Biosciences et tout particulièrement la filière Bioinformatique et Modélisation forme des ingénieurs qui auront à travailler sur des biotechnologies de pointe, qui, on le sait, soulèvent de nombreuses interrogations sociales et éthiques. Le département se doit donc de préparer les élèves à faire face aux débats sociaux et éthiques qui se poseront à eux comme citoyens et comme cadres en entreprise ou en laboratoire de recherche. En effet, l’éthique est devenue incontournable dans l’environnement de l’entreprise d’aujourd’hui. Certaines professions ont érigé des codes de déontologie (médecins, avocats, journalistes), mais l’éthique reste l’affaire de tous. Il s’agit de permettre aux étudiants de se forger une attitude et une position personnelles vis-à-vis de la compréhension et de l’intégration dans la société de ces problèmes et de ces objets nouveaux à l’interface entre les disciplines. Pour cela, nous n’avons pas souhaité seulement juxtaposer des disciplines de sciences dures et de sciences humaines, mais plutôt les confronter en faisant travailler les étudiants tout au long de l’année sur des exemples concrets avec des objectifs de réalisation. Le scientifique, à partir de l’état de sa discipline, peut formuler dans une première approche certaines des conséquences sociales des nouvelles technologies. Le philosophe adapte, pour les comprendre, les nouvelles éthiques élaborées en régime technologique. Le littéraire cherche enfin à définir des formes où ces points de vue peuvent être articulés. Nous aimerions que cet enseignement permette de contracter chez nos étudiants une habitude de conduite interdisciplinaire qui finisse par s’imposer comme naturelle et nécessaire. Cette collaboration se traduit chaque année par l’organisation d’une journée éthique au cours de laquelle des personnalités importantes sont invitées (responsables de comité d’éthique ou philosophes des sciences). Les étudiants exposent à cette occasion leur travail en éthique sous forme d’une table ronde. Ils présentent également leur travail d’écriture et jouent une pièce de théâtre.

Les nouvelles présentées sur ce site correspondent à la production des élèves de la promotion 2012 encadrée par Marianne Chouteau, enseignante au centre des humanités de l’INSA de Lyon.

Sommaire des nouvelles

Pour citer cet article :

Charles, Hubert (1 juillet 2012) “L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/442