Un chimiste français au Canada

France-Québec : des différences culturelles en matière de recherche

Enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Lyon, Jean-Pierre Cloarec a rejoint cet été l’Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique à l’Université de Sherbrooke (Québec). Il témoigne ici du « bouillon de cultures » et de sensibilités qui s’expriment dans ce laboratoire interculturel.

La gravure « Trois Mondes » (1955) du graphiste néerlandais MC Escher représente la surface d’un plan d’eau. Nous apercevons un poisson au travers de l’eau, le reflet d’arbres, et des feuilles flottant à la surface. La gravure est cadrée sur l’eau elle-même, sans donner à voir directement ni la terre environnante, ni le ciel. Et pourtant l’artiste porte à la conscience de l’observateur ces « trois mondes » : sous l’eau, dans l’air, à l’interface entre air et eau ; il les relie par le jeu du reflet et de la transparence…

… Je travaille à l’heure actuelle au LN2, un laboratoire qui associe lui aussi plusieurs mondes, plusieurs cultures et visions de la science ; il s’agit d’un laboratoire CNRS franco-canadien, situé au Québec, dans un site de l’Université de Sherbrooke nommé « Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique » (3IT) regroupant spécialistes en technologies et sciences de l’ingénieur, sciences médicales, sciences humaines.

Le LN2 est d’abord un laboratoire de l’Institut INSIS (« Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes ») du CNRS. La culture scientifique de cette branche du CNRS associe des questions de recherche fondamentale (matériaux, mécanique et autres sciences de l’ingénieur, micro-nanotechnologie), à des problématiques appliquées (environnement, énergie, santé, technologies de l’information).

Tandis qu’une majorité de laboratoires CNRS est située dans des universités françaises, le nôtre est hébergé dans une université canadienne. L’organisation de nos interlocuteurs locaux est fortement liée au contexte nord-américain. Ce serait une erreur de percevoir les Québécois comme des Français implantés en Amérique du Nord : il me parait plus juste de les voir comme des Nord-Américains parlant français. L’organisation du temps, la gestion des budgets, les modes de financement, le lien entre universitaires et industriels, la gestion des conflits, la manière de penser et pratiquer recherche comme enseignement se font dans un cadre évidemment fort différent de notre sensibilité française.

Dans leur livre « Pas si fous ces français » (2005), les canadiens Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow illustrent et mettent à jour les différences culturelles entre France et Canada (et de manière générale, Amérique du Nord). Dans un même état d’esprit, je peux témoigner de deux exemples concrets concernant les différences culturelles en matière de science :

Le sens du mot « laboratoire » en France et au Québec

Pour mes collègues français et moi-même, le terme « laboratoire » désigne implicitement un ensemble de chercheurs effectuant, dans un lieu déterminé, un programme de recherche. Il s’agit pour nous d’une organisation collective, avec ses instances de décision, son directeur, ses responsables d’équipes, ses infrastructures technologiques, sa politique -au sens noble- de recherche. Mon laboratoire d’origine à l’Ecole Centrale de Lyon regroupe près de 200 personnes dont environ une centaine de personnels permanents, et une centaine d’étudiants et de chercheurs non permanents. Pour nos collègues canadiens du 3IT, le terme « laboratoire » désigne d’abord un local disposé pour faire des recherches scientifiques. Chaque professeur d’université dispose de son laboratoire, de son budget propre, et ne rend pas de compte à ses proches collègues à propos de ses choix en matière de recherche et d’organisation. Un professeur canadien est son propre « directeur de laboratoire », et ce laboratoire compte en moyenne une quinzaine de personnes (stagiaires, étudiants, chercheurs post-doctorants, personnels techniques). Cela n’empêche pas ces professeurs de disposer d’une infrastructure de recherche commune : ici comme en France certains équipements sont trop chers pour être financés par une seule personne, dans notre domaine d’activité. Un laboratoire canadien est à la fois plus instable et plus réactif qu’un laboratoire français : plus instable car en général seul le professeur est rémunéré avec un salaire fixe alors que tous les autres membres sont de passage ; plus réactif parce que le professeur peut recruter une personne ou acheter un équipement comme il le souhaite… tant qu’il a les fonds pour le faire.

Je décris ici des tendances générales, sachant que des universitaires canadiens se groupent parfois pour former des laboratoires communs, et des universitaires français peuvent faire de la recherche de manière isolée – mais dans les laboratoires que je connais il s’agit plutôt d’exceptions.

L’organisation des échanges scientifiques en France et au Québec

Dans mon équipe française d’origine -pas forcément représentative, puisque chaque équipe possède sa propre culture- les discussions informelles constituaient une part significative des échanges scientifiques, tant pour la recherche que pour l’enseignement. Nous avions ainsi placé un tableau blanc à proximité du coin café de l’étage, pour pouvoir illustrer et faire des schémas à tout moment de nos discussions : discuter d’une question posée par des élèves au retour d’une séance de travaux dirigés, tenter d’interpréter un résultat expérimental surprenant, réfléchir à un nouveau projet. Ces échanges pouvaient impliquer plusieurs permanents chevronnés de l’équipe, ainsi que les doctorants. Il s’agissait d’un dialogue collectif, pratiqué de manière continue. Au 3IT, les échanges scientifiques me paraissent essentiellement organisés au cours de réunion formelles périodiques, impliquant le professeur dirigeant le laboratoire, et ses étudiants. L’espace café est plus petit, et sert essentiellement … à se faire un café, pour aller le boire à son bureau ou éventuellement en réunion. La présence de chercheurs français modifie ce schéma – mais il n’y a pas encore de tableau blanc à côté de la cafetière.

Dans le LN2, cette diversité des sensibilités est plus passionnante que difficile à vivre au quotidien, et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord les chercheurs qui forment notre groupe se connaissent et collaborent depuis plusieurs années. Nous avons déjà eu un bon aperçu de nos limites et postures respectives. D’autre part, nous avons tous déjà travaillé à l’étranger, à un moment ou un autre de nos parcours. Enfin, malgré notre diversité, nous n’avons pas à surmonter la barrière de la langue puisque tout le monde ici parle français.

Pour que nos travaux de recherche soient fructueux, nous ne pouvons pas nous contenter de juxtaposer, ou pire d’opposer nos cultures. La première chose que notre communauté de chercheurs invente quotidiennement, c’est une interface entre nos deux mondes d’origine, nos deux manières de vivre la recherche scientifique, en France et au Québec. Nous créons un troisième monde, mixte, avec son identité propre. Il nous faut pour cela comprendre la cohérence des différentes logiques à l’œuvre dans notre « bouillon de culture ». Voilà qui pourra nous amener à faire évoluer nos visions respectives de la recherche et de l’enseignement, et pourquoi pas inventer de nouvelles manières de les pratiquer.

Jean-Pierre Cloarec

Droits :

All M.C. Escher works © 2012 The M.C. Escher Company – the Netherlands. All rights reserved. Used by permission. www.mcescher.com

 

Pour aller plus loin :

Lire l’interview de Jean-Pierre Cloarec sur notre blog Et si on en parlait (2011)

La science en conscience : recherche et questionnement éthique

A la rencontre de Jean-Pierre Cloarec

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Photographie : Thierry Fournier, tous droits réservés

Chimiste, maître de conférences à l’Ecole Centrale Lyon, dans l’équipe de « chimie et nanobiotechnologies » de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon, Jean-Pierre Cloarec est un chercheur qui se préoccupe des liens entre les sciences et la société. C’est aussi un médiateur dans l’âme qui ne refuse jamais de débattre des sciences. Isabelle Forestier, chargée de communication du service Science et Société l’a rencontré.

Sur quoi portent vos recherches ?
J’étudie la manière de modifier des surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications dans les domaines de la recherche biomédicale, ou des technologies de l’information (électronique, photonique…)*. Plus fondamentalement, j’étudie la façon dont se comportent les molécules à l’interface entre un solide et un liquide. Concrètement, grâce à ces recherches, on peut, par exemple, déterminer un groupe sanguin en ne prélevant qu’une quantité infime de sang au patient.

Vous travaillez avec d’autres chercheurs partenaires sur les impacts sociétaux de certaines découvertes ou applications de la recherche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette démarche ?

C’est un axe de recherche que nous animons avec l’Université de Sherbrooke (Canada), au travers du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire CNRS franco-québécois dont nous sommes fondateurs et animateurs. Ce laboratoire a développé un dispositif d’échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Canada, il comporte cinq volets d’étude. L’un d’entre eux s’intitule « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ». Dans ce cadre, et en ayant une approche interdisciplinaire, nous réfléchissons avec une communauté de chercheurs aux enjeux éthiques liés à nos travaux.

Je travaille dans un laboratoire dédié aux technologies de l’information, ces technologies ont des impacts ! Des impacts sur lesquels les chercheurs ne s’interrogent pas toujours. On ne crée pas de nouveaux outils sans impacts, je trouve important de réfléchir à leurs possibles incidences, positives comme négatives sur la société. Et nous pouvons aussi amener les gens à se poser des questions à ce sujet.

Dans le cadre des manifestations organisées par le service Science et Société à l’occasion de l’année de la chimie, vous avez récemment reçu dans votre laboratoire un groupe de personnes curieuses de découvrir vos activités. Quel est pour vous le sens de ces actions envers le grand public ? Que vous apportent-elles ?

Discuter avec des citoyens pour comprendre comment ils vivent la science me paraît important. Pas simplement pour expliquer nos recherches, mais aussi pour bien comprendre comment les gens les perçoivent, les envisagent. Idéalement, il faut que ces rencontres soient l’occasion d’un réel échange. Il est intéressant pour nous d’en savoir plus sur les rapports du public à la science et aux objets techniques. L’idée n’est pas de polémiquer sans fin sur les sujets qui fâchent, d’adopter une posture moralisatrice ou scientiste, mais d’entamer une discussion, ne serait-ce que pour comprendre différents points de vue, et ce qui les justifie.

Cela permet de s’élever au-dessus d’un débat d’opinions, de prendre du recul.

Les échanges avec des publics divers – le grand public, mais aussi mes élèves ingénieurs, ou encore d’autres chercheurs de ma discipline ou d’autres domaines de recherche – constituent pour moi une sorte de formation permanente. J’essaie d’être dans le dialogue, prêt à me poser des questions, et pas seulement dans une position pédagogique d’explication de mes travaux.

Comment abordez-vous vos sujets de recherche, parlez-vous de cas concrets ?

Oui, j’essaie de lancer la discussion à partir d’exemples qui peuvent toucher les gens.

Je prends souvent l’exemple des analyses de sang. Les technologies que je développe permettent de détecter des molécules signalant l’émergence de maladies à partir d’infimes quantités de sang. L’intérêt de ces appareils très sensibles et peu invasifs est évident quand il est possible de ne prélever que très peu de sang, chez les nourrissons par exemple.

Mais des outils technologiques capables d’atteindre de tels objectifs posent question. Si on peut indiquer à quelqu’un qu’il présente une maladie génétique, pas encore déclarée mais potentiellement invalidante, on doit aussi s’interroger sur la gestion de la confidentialité de cette information dans notre système de santé. Que faire notamment vis-à-vis des assurances ? Comment gérer le secret médical ?
Autre exemple d’impact : il devient possible de stocker son patrimoine génétique sur son smartphone et d’être informé en temps réel de l’évolution des connaissances médicales sur les pathologies potentiellement liées à ce patrimoine Cette application peut sauver des vies mais aussi créer des peurs inutiles, la recherche en génétique évoluant très vite.
Cela pose la question de la gouvernance : qui décide comment on fait la science et à quoi elle doit servir ?

Quel est le retour des publics lors de ces rencontres ? Sont-ils conscients des incidences de la recherche sur leur vie quotidienne et les changements dans la société ? Quelles questions vous posent-ils ?

Oui absolument ils en sont très conscients. Même si les gens qui viennent dans ces rencontres se sentent déjà concernés par la thématique. Mais nous sommes là aussi pour écouter les questions qui sont nombreuses ! Elles portent en partie sur les nanotechnologies, mais très vite elles deviennent plus générales sur la recherche. On nous demande : « Comment travaillez-vous ? Quel est votre rapport aux financements ? Comment la science se fait-elle dans un laboratoire ? » On ne peut pas donner de réponse universelle, mais on parle de notre expérience.

Parfois les échanges sont vifs. Je me souviens de réactions très violentes au cours du débat public sur les nanotechnologies auquel j’avais participé. Mais de vraies questions ont été posées pendant ce débat, des questions très pertinentes. En tant que chercheurs, nous avons besoin que ces questions émergent. Nous avons l’habitude dans notre métier d’être en discussion perpétuelle entre scientifiques. Nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos collègues sur l’interprétation des résultats. La science c’est d’abord gérer de manière pacifique des positions en désaccord pour tenter d’obtenir, au final, un consensus fécond.

Que pensez-vous que le service Science et Société puisse vous apporter dans vos relations avec les publics ?

Nous avons besoin que soient organisés les cadres dans lesquels on peut rencontrer des publics divers. Il faut des personnes qui construisent des passerelles entre le grand public et les chercheurs, des médiateurs capables de créer des liens entre des univers différents. Et puis je vais probablement grâce à vous rencontrer d’autres chercheurs !

Je pense aussi que vous avez un rôle à jouer pour aider à ce que nos projets de médiation soient mieux reconnus dans nos carrières.

Chercheur est le plus beau métier du monde ! Nous gardons une forme de liberté mais nous devons continuer ces actions de communication et médiation des sciences. Il me semble que nous sommes dépositaires d’une tradition de questionnement, une démarche intellectuelle qu’il s’agit de transmettre.

*Cf. article sur le laboratoire dans cette même newsletter

Crédits photos : Thierry Fournier