Retour de visite au Forum des sciences du vivant – Biovision #2

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de “citoyens-témoins” a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

 “Des sciences de la vie aux sciences pour la vie”1 : l’interdisciplinarité comme innovation?

 Retour de Véronique Baumlé

Biovision se présente comme le forum international des sciences de la vie. De part son format original, mettant l’accent sur le partenariat public-privé en proposant des sessions de présentations de nouveaux projets industriels, propices à la recherche de conseils, de financements et de développement de réseaux professionnels, Biovision est un forum particulièrement couru par les férus de biotechnologie.

Son objectif est « de réunir des décideurs, issus du secteur académique, privé, politique et de la société civile afin de faciliter un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées innovatrices en solution concrète au bénéfice des citoyens »2. Ainsi, outre les sessions privilégiées d’échanges public-privé, Biovision propose des sessions de plus grande envergure, composées d’une séance de présentations suivie d’un débat regroupant politiques, chercheurs, industriels et majoritairement des représentants d’ONGs, ou encore des questions SMS issus de l’assemblée, comme voix de la société civile, afin d’argumenter le débat sur un enjeu contemporain des sciences du vivant.

 

Afin de présenter, comprendre et débattre des enjeux de demain pour les sciences du vivant, le fil d’Ariane lancé par Biovision 2013 était : « des sciences de la vie aux sciences pour la vie », dont le programme avait pour objectif de permettre de mesurer « l’impact de facteurs externes (environnementaux) et internes (biologiques) sur la santé des citoyens »3.

 

Dans la thématique environnementale, les questions étaient tournées sur « l’impact du changement climatique sur la santé et la biodiversité »4 et « les ressources alimentaires » 4 ou encore sur « l’utilisation des ressources naturelles sans consumer la planète »4.

 

Dans la perspective des innovations technologiques et scientifiques, des propositions ont été apportées dans le transfert public-privé. Pour ne citer que quelques exemples, en agronomie, les recherches du Dr. Cayot présentaient les possibilités d’un régime alimentaire basé sur les protéines végétales en alternative aux protéines animales. En biologie végétale, les recherches sur « la résurrection des plantes » du Dr. Farrant, travaillant sur la description des mécanismes permettant aux plantes de survivre dans des régions arides, offrent une nouvelle perspective aux biotechnologies pour la production de plantes OGMs.

 

Néanmoins, un autre son de cloche s’est fait entendre. Les recherches de pointe dans de nombreux domaines existes, les constatations sur les problématiques environnementales et médicales sont faites, des propositions ont été données, malgré cela « rien ne se passe », comme dirait le Pr. Jean Jouzel, en parlant des préconisations du GIEC et de ses retombées, très faibles. Le Dr. Anne Glover, conseillère scientifique à la commission européenne, faisait le même constat. Sa proposition, alors simple, est de mettre l’accent sur la communication et l’implication des citoyens, sans quoi les connaissances et applications scientifiques sont vaines dans la construction d’une société durable.

Ainsi, j’ai pu constater (mais n’est-ce qu’un débordement de mes propres émotions ?), que ces interventions, mettant l’accent sur la nécessité d’un dialogue science-société recevaient une forte approbation du public, en terme d’applaudissement et de sourires approbateurs. L’on pourrait ainsi aussi penser que le projet gagnant de la session « catalyser » sur les neurosciences « Eyewire » a gagné le cœur des auditeurs car il est un projet de sciences participatives, permettant à chaque citoyen, en jouant en ligne au jeu Eyewire, de participer aux recherches sur la cartographie du cerveau humain.

 

A ces propos et faits, l’enjeu des sciences pour la vie prend une autre tournure, dans laquelle l’innovation technologique n’a plus la place de choix. L’exposé du professeur de philosophie Henry Dicks en a été surement le plus beau des exemples. Citant Aldo Leopold, [«Nous ne pouvons avoir de relation éthique qu’envers quelque chose que nous pouvons voir, sentir, comprendre, aimer, ou alors avoir foi en »]5, son travail en phénoménologie traite des risques (environnementaux) induits par une abstraction de l’eau. Pour illustrer ses propos il a pris comme exemple les rives du Rhône à Lyon qui, aménagées, propices aux balades et à la détente, inscrivent durablement, efficacement la problématique de l’eau dans la tête du riverain, contrairement à leur état il y a une dizaine d’année, non aménagées, servant de parking…

Cet exposé illustre de quelle manière la philosophie permet de comprendre mais aussi d’offrir des outils dans le développement du débat science et société. De même on pourrait penser que bien d’autres disciplines auraient leur place dans la question du vivant. On peut ainsi regretter l’absence de la philosophe Pr. Ammann lors du débat sur les futures thérapies et la bioéthique, qui aurait pu fournir le dialogue et ouvrir des portes sur les enjeux éthiques des sciences du vivant.

De même, dans la problématique des enjeux de santé liés aux modes de vie contemporains et aux perspectives de développement de médecine personnalisée, on peut penser que la sociologie pourrait apporter des nouvelles clés dans la compréhension de nos modes de vie et du lien entre les patients et les modes thérapeutiques et la maladie.

Aussi dans cette proposition de transition, « des sciences de la vie aux sciences pour la vie » l’inter-disciplinarité prend une place essentielle, en ouvrant de nouveaux axes de réflexions et d’orientation permettant à la recherche d’être plus en phase avec les problématiques de sociétés. Ainsi cette « innovation interdisciplinaire » ne mettrait pas de côté les innovations scientifiques et techniques, mais permet de mieux les appréhender et les appliquer.

 

  1. Thématique de Biovision 2013.
  2. Texte de présentation du forum Biovision : http://www.biovision.org/index.html
  3. Editorial du fascicule de Biovision 2013, par Didier Hoch.
  4. Titres de focus, Biovision 2013.
  5. « We can be ethical only in relation to something we can see, feel, understand, love, or otherwise have faith in », Aldo Leopold, A Sand County Almanac, Chapitre “The land ethic”, 1948.

Retour de visite au Forum des sciences du vivant _ Biovision #1

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de « citoyens-témoins » a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

La nouvelle soie lyonnaise

Observations du forum mondial des Sciences de la Vie « Biovision »

————-

Sebastian J. Moser

          Introduction

Veuillez m’excusez, je suis sociologue. Je me suis très peu occupé du monde des Sciences du vivant mais plutôt des êtres vivants qui, par leurs actions, forment ce que nous appelons la société. Pour ce faire, je me suis entraîné à l’observation, partout et tout le temps. On pourrait parler d’une déformation professionnelle qui fait que je ne suis pas expert d’un domaine sociétal spécifique, mais je peux tous les observer. En me proposant l’animation une cycle d’atelier-formation en collaboration avec un philosophe des sciences, j’ai entendu parler de ce forum mondial des Sciences de la Vie, qui se nomme Biovision, pour la première fois. J’aurais pu m’attendre à une manifestation scientifique.

Cependant, l’auto-description est très claire : ce forum est un lieu qui a pour but de faciliter « un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées novatrices en solutions concrètes au bénéfice des citoyens » (biovision.org). Il ne s’agit explicitement pas d’une création de liens faibles entre l’industrie et la science. Biovision n’est pas un lieu où les personnes de la société civile (au sens large) peuvent s’informer sur l’avancement de la recherche dans le domaine des sciences du vivant. A Lyon, nous nous trouvons dans des conditions idéales mais artificielles, c’est-à-dire  créées par la volonté de l’homme et ses institutions, pour la création des partenariats économiques-scientifiques qui ont pour but la transformation des résultats scientifiques en produit.

Mais essayons d’oublier tout cela et faisons comme si nous étions très naïfs. Il nous faut cette posture pour ne pas interpréter nos observations auparavant. Biovision se présente comme un forum mondial. Par conséquent, on aurait pu me faire croire que Lyon n’est que le lieu d’accueil et qu’un tel forum pourrait se trouver n’importe où dans le monde. Mais nous aimerions présenter un autre point de vue et démontrer que le monde social ne se crée pas par hasard. L’hospitalité de la ville de Lyon n’est pas totalement désintéressée et cet exemple nous semble pertinent pour dessiner l’image de la situation économique lyonnaise.

 

1) Premier jour : première balade ethnographique

Le jour de l’ouverture de Biovision, je me suis baladé quasiment tout seul dans les couloirs. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Mais il n’y avait surtout pas encore les agents industriels ou scientifiques derrière leurs stands réservées aux échanges, aux entretiens et à la distribution d’informations. En me dirigeant vers la Break-Fast-Area, j’ai pu découvrir le Pavillon « Lyonbiopôle » dans lequel se présentait ce centre d’excellence mondial en vaccin et diagnostic. A la fin de cet espace décoré avec des tapis aux couleurs très vives et des stands de chaque centre de recherche faisant parti de « Lyonbiopôle », se trouvait un stand qui arborait la soierie lyonnaise (cravates, écharpes etc.) ; un peu à part des autres et pas implanté sur le tapis coloré. Derrière le stand,  une dame s’occupait de la soigneuse mise en place des produits en soie destinés à la vente pour les visiteurs de Biovision. Elle était seule, comme moi.

Il ne me semblait pas inadéquat de retrouver un stand avec de la soierie lyonnaise. L’emplacement me paraissait d’autant plus adapté que le « Lyonbiopôle » avait pour vocation de montrer ce qui se « fait à Lyon ». Et comme la Fondation pour l’université de Lyon organise cette rencontre internationale en collaboration avec le Grand Lyon, le Département du Rhône et de la Région Rhône Alpes, on aurait pu croire qu’il y avait également la volonté de présenter les différents facettes de la ville et de la région : soierie, produits régionaux, Guignol de Lyon en t-shirt ou en miniature, et pourquoi pas quelques articles de l’Olympique Lyonnais. Le lecteur qui connaît ce monde de la recherche en Biotechnologie et qui est familiarisé avec l’industrie pharmaceutique à Lyon s’amuse peut-être des remarques d’un ignorant.

Cependant, il aurait fallu se dire tout de suite : « mais la soierie lyonnaise n’a rien à faire dans le Pavillon ‘Lyonbiopôle’ » ! Ce lieu est consacré à la présentation du pôle labellisé pôle de compétitivité en 2005 et qui « a pour but d’appréhender les maladies infectieuses humaines et animales de façon globale, du diagnostique [sic] et de la prévention jusqu’au traitement, en intégrant des systèmes d’administration originaux » (présentation de Lyonbiopôle sur leur site-internet). Mais ce jour là, la table m’étonnait peu.

 

2) deuxième jour : deuxième balade ethnographique

Cette table, je l’avoue, n’était pas la chose la plus extraordinaire de ma visite. Mais elle m’était restée dans la tête. Pourquoi ? Parce que la femme avait été la seule personne qui préparait son stand ? Si elle n’avait pas été au fond du couloir pour attirer mon attention, peut-être je ne serais jamais allé aussi loin. N’était-elle pas au courant des coutumes de l’événement ? Quand est-ce qu’il faut arriver et surtout, quand est-ce qu’ils vont arriver, les visiteurs, et donc les clients potentiels ? Est-elle restée dans ma tête parce qu’on ne lui avait pas attribué une place sur le tapis coloré sur lequel étaient installés tous les stands de « Lyonbiopôle » ? Cela représente tout de même un symbole d’exclusion ou de ségrégation ce qui attire le sociologue et sa nature questionneuse.

Le lendemain, je n’étais pas forcément étonné quand j’ai vu qu’on avait déplacé la table. Elle se trouvait maintenant directement à l’entrée, dans un couloir entre l’Auditorium Lumière et le Pavillon « Lyonbiopôle ». Une place plus prometteuse pour les ventes, mais aussi  une séparation totale du reste. Son exposition et son isolement coexistaient. Ainsi, on pourrait dire que l’endroit où elle avait été placée la veille avait été considéré comme déplacé.

En prenant en compte l’ensemble de l’événement « Biovision » dans sa complexité organisationnelle, dans sa mixité humaine comprenant les hommes politiques, les porteurs de prix Nobel et directeurs des grands entreprises, il me semble trop osé d’estimer que la petite dame du stand avait fait une demande officielle à la fin de sa journée pour obtenir l’autorisation de déplacer sa table. L’argument de son mécontentement concernant les ventes de la journée peut sembler pertinent, mais n’aurait peut-être pas fait beaucoup d’écho chez les organisateurs. Pourquoi donc cette nécessité de marquer la différence entre « Lyonbiopôle » et une table de vente ?

 

3) Essai d’une interprétation

La soie, ce produit qui a apporté beaucoup de richesse à la ville de Lyon entre le XVIIIe et le XIXe siècle, a marqué profondément l’histoire du pays, l’histoire de Lyon et en particulier l’histoire du quartier de la Croix Rousse. La particularité d’un seul métier caractérise toute une colline et ses pentes au niveau architectural. En se révoltant, les Canuts ont influencé des penseur comme Saint Simon, Karl Marx ou Prouhon et avec cela les idées d’un mouvement sociale à l’échelle mondiale.

Aujourd’hui, la soie n’est plus qu’un article touristique. C’est un souvenir de Lyon qu’on achète à la maison des Canuts à la fin d’une visite guidée, tout comme le Guignol ou l’andouillette dans les Halles Paul Bocuse. Ce produit d’autrefois a perdu toute sa valeur économique. Peu importe qui a initié le déplacement de la table avec la soierie lyonnaise, il a remis la soie à sa juste place et il a symboliquement marqué la non-compatibilité entre la petite vente touristique et le big business. La pharmacie, la parapharmacie et les biotechnologies sont particulièrement présentes et se développent de plus en plus dans la région lyonnaise, même si Lyon est aussi une métropole à l’économie multispécialiste et tertiarisée.

La volonté démonstrative de vouloir approcher l’industrie et la recherche dans le domaine des sciences du vivant qui se retrouve dans l’auto-description de Biovision démontre parfaitement que les pouvoirs politiques et économiques ont tout à fait compris les enjeux d’une société de connaissance. Contrairement aux questions que pourrait poser l’industrie métallurgique ou le textile, deux autres secteurs importants de l’économie lyonnaise, et donc les concurrents directs de l’industrie pharmaceutique, les questions abordées à Biovision ne touchent à rien d’autre qu’à l’avenir de l’Homme : la santé, l’environnement et la nutrition. Ces sujets promettent plus de reconnaissance sociale pour une ville en transformation vers une métropole que les mains sales de l’industrie plus ou moins classique. Ça brille, un peu comme la soie autrefois !

Mais tout n’est pas si rose quand même : au deuxième jour de Biovision nous avons pu assister à la manifestation d’environ 200 chercheurs de Sanofi, numéro 1 des entreprises pharmaceutiques françaises. Ils avaient bloqué l’entrée principale et ont été la cause d’une forte présence policière sur toute la Cité Internationale. Ces personnes  venaient de Toulouse pour exprimer leur colère contre le plan de la restructuration de la recherche et la politique d’emploi de l’entreprise. Lien historique avec la révolte des Canuts ? Selon le politologue allemand Wolfgang Kraushaar, il ne faut plus parler des émeutes ouvrières mais plutôt de celles des éduqués. Suite à l’échec de la promesse que  l’éducation pourrait garantir l’emploi et éviter le chômage, beaucoup de personnes diplômées sont dans la même situation que les chercheurs de Sanofi. Leur révolte va-t-elle durer ?

 

Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 1

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

David était confiant au moment où il se rendit sur le lieu de l’entretien et il sentait son pouls rythmer sa marche lorsqu’il atteignit le bureau de contrôle, où une assistante préleva une goutte de sang afin de vérifier son identité. Dans cette société où chaque individu se voyait attribuer une identité incontournable dès la naissance par l’analyse de son génome, impossible de se détourner de l’emprise de son destin génétiquement programmé. La possession d’un « bon génome » ou d’un « génome apte », comme s’entêtaient à marteler les généticiens, ouvrait la voie du succès. Le simple fait de présenter une goutte de ce sang « douée des plus hautes espérances » suffisait à ouvrir les portes de la grandeur et des postes importants. Pour le reste, les « déficitaires » ou plus communément appelés « sous génomes », place à la chance plus qu’à l’aptitude. Condamnés à exercer des tâches plus misérables les unes que les autres, bien sûr délaissés et eux-mêmes reclus des activités réservées aux « aptes », difficile de gravir les échelons de cette société élitiste.

La roue de la fortune avait joué en son avantage car à la naissance, David avait été doté d’un ADN « sain ». Il ne redoutait dès lors en aucun cas le cloisonnement social. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la recherche d’un nouvel emploi s’était avérée fructueuse. Il avait récemment démissionné de son poste précédent dans une industrie de production de produits radioactifs à destination médicale pour raisons salariales. Cependant, leur manque de moyens depuis la disparition de son père et la saisie d’une partie de leurs biens les avaient laissés, lui et sa famille, dans la détresse et l’appréhension du lendemain. Cela, sans que leur précieux génome ne puisse leur venir en aide.

Une fois identifié par le système de sécurité, David fut conduit dans une salle où le médecin du travail effectua toute une série de tests sur sa vision, son ouïe, son rythme cardiaque, procéda à des analyses d’urine et termina par une série de prise d’images de ses poumons et de son système nerveux.

Les résultats furent quasi instantanés. « Tout semble parfaitement dans l’ordre », affirma le médecin. Mais après une légère pause, il leva les yeux de sa tablette présentant les résultats des analyses. David put y lire une lueur de compassion. En s’excusant brièvement, il sortit avec empressement de la salle et revint quelques instants plus tard avec un appareil destiné à analyser la concentration sanguine de lymphocytes. David connaissait bien cet équipement : il avait utilisé à de nombreuses reprises lors de sa formation en tant que personnel médical. Il plaça alors son doigt sur l’appareil et le médecin ne put retenir une exclamation. « Monsieur, je suis navré de vous annoncer cela… Quel âge avez-vous déjà ? ».  « Vingt six ans. »

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

« Si jeune, et pourtant … » marmonna le médecin. « Monsieur… j’ai bien peur que vous souffriez d’une maladie incurable… Une leucémie fulgurante pour être précis. Votre système immunitaire se dégrade à une vitesse folle. » Le médecin semblait gêné mais son professionnalisme l’empêchait de s’apitoyer sur le sort de son patient. David retint son souffle, les murs blancs aseptisés semblaient se refermer sur lui. Il en avait la nausée. Chancelant, il s’effondra sur une chaise à proximité. Le médecin lui dit froidement « Attendez ici, je vais vous chercher un verre d’eau et un peu de sucre. » Les pensées se bousculaient dans la tête de David, incrédule : « Impossible, ce n’est pas à moi que ça arrive ! Mourir maintenant ? Invraisemblable! Ce n’est qu’un cauchemar, juste un cauchemar, je vais me réveiller! David réveille-toi, réveille-toi, réveille… » « Monsieur ? Monsieur ? » aboyait le médecin, penché sur son visage. Mais David ne put esquisser un geste, ses membres étaient de coton. Pâle et transpirant de peur, il tenta de se renseigner sur sa maladie. A quoi était-elle due ? Pourquoi lui ? Comment se faisait-il que, bien portant jusque là, rien n’ait jamais été détecté ? Prudemment, le médecin expliqua : « Vous avez sûrement été récemment exposé à des taux de radiation extrêmement brefs mais intenses. Sans doute bien supérieurs au seuil de tolérance de votre organisme, pour je ne sais quelle raison. C’est pour cela que rien n’a été détecté jusqu’alors. Votre moelle épinière a du être touchée et la structure de vos cellules productrices de celles du sang a dû être altérée.» Des larmes de rage et d’incompréhension ruisselaient maintenant sur les joues de David : «Quel stade ? La leucémie ? Quel stade ? »  Le médecin, les yeux baissés lui répondit : « A ce rythme et sans intervention, c’est-à-dire sans greffe de moelle épinière, je crains que vous n’ayez plus que quelques mois à vivre. » « Quelques mois… » Ces deux mots, cette sentence de mort imminente résonnaient dans l’esprit de David. Une condamnation à mort… voilà ce qu’il venait d’entendre. Un étau lui resserrait la gorge et l’empêchait de respirer. Tout son organisme semblait en suspens, comme si ses fonctions vitales venaient de s’arrêter brutalement. Il cligna des yeux comme pour sortir de sa torpeur. Dans un dernier élan, il demanda au médecin s’il était absolument certain de ce qu’il avançait. Les tests pouvaient-ils avoir été faussés ? Mille questions sans réponse tourbillonnaient dans sa tête. Le médecin, toujours aussi froidement professionnel assura que malheureusement la fiabilité de ces tests était proche de cent pour cent. Il précisa également qu’en effectuant le test de nouveau, ce qu’il fit, il obtiendrait des résultats identiques.

David se leva machinalement, prit congé du médecin, sortit du bâtiment et se mit à courir à perdre haleine en direction de son domicile. Il était dans l’incompréhension et la détresse les plus totales. Chancelant, il parvint avec peine à gravir les quelques marches qui le séparaient de la porte d’entrée et s’effondra sur le seuil. Ses sœurs, alertées par le fracas de son arrivée, se précipitèrent pour le relever. « David, David !! Que s’est-il passé ? ». Quand David eut peu à peu retrouvé ses esprits, il raconta sa détresse à ses sœurs. Elles fondirent toutes deux en larmes en le suppliant d’agir, de recevoir l’opération au plus vite à n’importe quel coût.

Le coût. C’est justement la partie que redoutait le plus David, sans compter l’affaiblissement physique causé par la dégénérescence de son système immunitaire. Il savait pertinemment qu’une telle opération nécessiterait le retrait de ses cellules souches de cordon depuis la banque du Laboratoire. Chaque individu possédait, sans distinction génomique, sa propre réserve de cellules souches embryonnaires prélevées à l’accouchement dans le placenta et le sang du cordon ombilical. En effet, ces cellules détenaient la capacité d’engendrer n’importe quel type de tissu ou encore un nombre variable d’entre eux, et avaient donc le pouvoir de se transformer en cellules spécialisées. Elles étaient évidemment très utiles. On s’en servait, entre autres pour la régénération. Avoir accès à ses propres cellules était un véritable trésor et une promesse. Promesse de guérison en cas de maladie, promesse de vie en bonne santé, promesse de bien-être. Si pour une raison quelconque un individu nécessitait le transfert de ses propres cellules souches et que celles-ci lui étaient accessibles, il pouvait être sûr du succès de l’opération, La seule condition rendant possible le transfert de ce remède miracle était bien sûr la mise en jeu d’une somme incommensurable au profit du Laboratoire, sans oublier le coût exorbitant de l’opération.

Cette somme, David ne parviendrait jamais à l’obtenir. Et encore moins dans un laps de temps aussi court.

Pourquoi cela lui arrivait-il à lui ? Et pourquoi maintenant ? Cette question martelait l’esprit de David, qui jusqu’alors avait été un jeune homme tout à fait épanoui dans la société, n’y trouvant rien de révoltant. L’inégalité face à l’accès aux soins médicaux ne lui était jamais apparue aussi claire qu’alors. Il lui fallait agir. Et vite. Le temps allait jouer contre lui dans cette course pour la vie. Une vague de résolution et de détermination le fit se lever du sofa, où il s’était pelotonné. Il ne s’était jamais senti aussi sûr de lui. La prise de conscience brutale de sa responsabilité face à l’avenir de ses sœurs avait fait basculer le raisonnement de David dans une toute autre logique. L’heure du changement avait sonné. « Je ne mourrai pas. Du moins pas maintenant. Je vous le promets. » assura-t-il à ses sœurs alors qu’il saisissait l’édition du NewsLab posée négligemment sur la table du salon.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (26 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/767

Pierre Mercklé, sociologue à l’ENS de Lyon

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

« La démocratisation des sciences est en marche, mais il reste encore beaucoup de progrès à faire ! »

Chercheur en sociologie, Pierre Mercklé apporte un éclairage historique et critique sur les recherches participatives. Loin d’être un phénomène nouveau, la participation des citoyens aux sciences prend aujourd’hui des formes nouvelles, grâce notamment au web qui fournit des solutions de collecte et d’échanges de données sans précédent. Mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire, en particulier sur le terrain des sciences sociales, si l’on souhaite faire advenir d’authentiques « sciences citoyennes ».

Vous avez publié récemment une tribune « Vers des sciences sociales citoyennes ? », dans le cahier « Sciences et Technos » du Monde du 4 février 2012 (lire la version longue de cet article sur le blog de Pierre Mercklé). Comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux recherches participatives ?

J’ai travaillé tout l’automne dernier à la construction d’une candidature à un appel à projet européen avec des collègues physiciens, informaticiens ou mathématiciens, spécialistes de l’analyse des réseaux. Ils se demandaient si ces modèles complexes ne pourraient pas être utilisés pour penser le social. Nos discussions ont rapidement tourné autour des usages citoyens des sciences et de la façon dont la connaissance pouvait émerger d’une participation citoyenne.
Paradoxalement, ce sont des domaines où les sciences exactes sont en avance sur les sciences sociales : dans les sciences de la nature, les sciences expérimentales, l’astronomie, la biologie, les mathématiques, etc., il y a beaucoup d’expériences de participation citoyenne ou de co-production des savoirs. Ces initiatives sont plus rares en sociologie, ethnologie, anthropologie… et sans doute y a-t-il une réticence des chercheurs en sciences sociales à l’égard des démarches participatives.

Quel regard historique et critique peut-on porter sur ces démarches ?

Il existe depuis très longtemps des recherches associant des citoyens. Par exemple, le recensement des oiseaux organisé par la Société Audubon aux Etats-Unis implique des dizaines de milliers d’observateurs chaque année, depuis plus d’un siècle. En réalité, le temps de la professionnalisation de la science est relativement court et récent : jusqu’au milieu du 19ème siècle, une bonne partie de la science se faisait entre amateurs, c’est-à-dire entre personnes pratiquant la science pour le plaisir, tout en tirant leurs revenus d’autres activités.

Ce qui change aujourd’hui, c’est qu’avec la montée des démocraties politiques, la notion de citoyenneté s’est élargie : il y a de plus en plus de personnes mises en situation de participer à la vie de la cité, dont la science fait partie. Ensuite, il y a la conjonction, depuis plusieurs décennies, de l’augmentation de la scolarisation et de l’augmentation du temps libre : davantage de personnes peuvent aujourd’hui consacrer du temps à des activités de connaissance.

Ces transformations conduisent à une forme de démocratisation souterraine de la science, avec des coopérations informelles qui se développent un peu partout entre scientifiques et amateurs, comme par exemple entre historiens et généalogistes. Les frontières entre scientifiques et amateurs tendent ainsi à s’estomper et ces évolutions, aujourd’hui quasi imperceptibles, conduiront certainement à des résultats spectaculaires.


Quel rôle joue internet dans ces évolutions ?

Internet constitue la dernière couche de ce processus de démocratisation des sciences. Il facilite les contacts et rend possibles des échanges plus informels. Il permet également de collecter des données disparates, à des échelles qui auparavant étaient inconcevables. De nombreux projets de recherche exploitent ces potentialités en rassemblant de petites puissances de calcul ou de petites compétences individuelles. Le projet SETI@home (Search of Extraterrestrial Intelligence at home), qui exploite les ordinateurs individuels de nombreux participants, en est un bon exemple. Les gains – avant tout quantitatifs – sont ici considérables.

Au cours de votre enquête, vous avez suivi 6 000 jeunes pendant toute leur adolescence. Est-ce que la participation aux sciences est devenue un nouveau hobby chez les jeunes ?

Chez les jeunes adolescents des années 2000-2010, ce qui prime, c’est d’abord le goût des copains, la musique et l’usage de l’ordinateur. Celui-ci devient omniprésent et absorbe de nombreuses pratiques culturelles et de loisirs. Les activités d’ordre scientifiques concernent une petite minorité des usages de l’ordinateur, les jeunes glissant alors de manière insensible des usages multimédias vers de véritables productions (création de sites internet, programmation, piratage de serveurs…). On retrouve ici les mêmes profils d’adolescents que ceux qui jouaient à Chimie 2000 dans les années 80-90, à savoir des jeunes essentiellement de sexe masculin et issus de milieux favorisés.

Il faut donc être vigilant avec le terme « sciences citoyennes », qui peut laisser penser que toute une génération d’adultes pourrait bientôt produire de la connaissance. En réalité, la participation aux sciences est inégalement distribuée dans la population. Elle reproduit les inégalités sociales et contribuera certainement à les rendre visibles, en créant des citoyennetés de différents ordres, selon qu’une personne participe à la production de la connaissance ou, au contraire, se résigne à la subir.

Existe-t-il des démarches participatives permettant d’associer des populations défavorisées à la production des connaissances ?

Certains courants de la sociologie ont toujours été sensibles à la participation des acteurs sociaux, par exemple l’éthnométhodologie d’inspiration américaine ou la méthode de l’intervention sociologique, portée par Alain Touraine et ses élèves. Il existe aussi des sociologues d’inspiration théorique différente, qui ont eu des expériences très intéressantes de co-production du savoir avec leurs interlocuteurs enquêtés. Par exemple, Stéphane Beaud a publié sa riche correspondance électronique avec Younes Amrani, un jeune issu de l’immigration maghrébine en banlieue lyonnaise (voir leur ouvrage Pays de malheur !). De façon similaire, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue retrace les échanges entre le sociologue Michel Pialoux et son enquêté Christian Corouge. Ces expériences restent assez disparates et exceptionnelles, mais elles donnent de bonnes indications sur les pistes à suivre. Dans ces domaines-là, il reste incontestablement beaucoup de progrès à faire !

Propos recueillis par Nathalie Fabre

Les recherches participatives, kezako ?

©iStockphoto / cstar55

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

Les recherches participatives ont pour particularité d’associer les citoyens à la production de connaissances scientifiques. Les formes en sont multiples, elles concernent des domaines très variés : astronomie, informatique, environnement, santé… et octroient aux amateurs de sciences des rôles diversifiés.

Astronomes en herbe, généalogistes amateurs, sentinelles de la biodiversité, férus d’informatique ou de jeux vidéos, militants associatifs ou simples propriétaires d’ordinateurs… De nombreux citoyens s’impliquent aujourd’hui dans des projets de recherche. Longtemps taxés d’amateurisme, ces bénévoles peuvent contribuer efficacement aux avancées scientifiques. Mais comment participer au juste ?

Prêter du temps de calcul de son ordinateur

Aucune compétence particulière n’est requise ici : il s’agit seulement de posséder un ordinateur et de mettre à disposition du temps de calcul pour le traitement de masses de données. Lancé en 1999, le programme SETI@home (Seach of Extraterrestral Intelligence at home) déporte ainsi le calcul scientifique sur des milliers d’ordinateurs individuels, pour rechercher des traces de communication extraterrestre dans des signaux radio.

Contribuer à des inventaires et des collectes d’information

D’autres projets exploitent les potentialités du web et font appel aux citoyens pour qu’ils contribuent à la collecte de données ou à la réalisation de mesures simples. Des inventaires communaux aux grands projets nationaux, les initiatives fleurissent dans le domaine de l’environnement. Le CNRS et Arte vous proposent en ce moment de relever la Mission Printemps : compter les vers de terre, cartographier les papillons, guetter l’apparition des premières fleurs… et aider ainsi les chercheurs à étudier les effets des changements climatiques.

Participer à l’analyse et à l’interprétation de données

Certaines expériences plus abouties s’appuient sur des compétences humaines spécifiques qui, sans nécessiter de longues années d’études, peuvent offrir des solutions inédites à des problèmes de recherche. Le portail Zooniverse répertorie ainsi plusieurs projets nécessitant des capacités d’analyse, de visualisation et de mémoire de la part des participants. La dimension ludique est ici essentielle pour susciter la motivation.

En la matière, l’exemple le plus fameux est sans doute Foldit (littéralement « Plie-le »), un jeu vidéo d’assemblage 3D de molécules, développé par des équipes de recherche en biochimie et informatique (Université de Washington). En quelques semaines, les joueurs ont réussi à décoder la structure d’une enzyme proche de celle du virus du sida, un problème sur lequel butaient les meilleurs laboratoires depuis plusieurs décennies !

Contribuer à définir de nouveaux programmes de recherche

La plupart de ces initiatives viennent des chercheurs eux-mêmes et la co-construction des projets de recherche reste pour l’instant rare. Il existe cependant quelques exceptions, dans le domaine médical notamment où les associations de malades peuvent jouer un rôle-clé. Les initiatives de type « boutiques des sciences » constituent aussi une solution originale pour associer les citoyens à la définition des projets de recherche et développer des coopérations moins asymétriques entre chercheurs et amateurs : avec de tels dispositifs, les chercheurs planchent sur des problèmes concrets exprimés par la société.

Comme le résume sur son blog Mélodie Faury, co-responsable du laboratoire junior interdisciplinaire “Enquête sur l’homme vivant” de l’ENS de Lyon et membre de notre service Science et Société, « c’est la nature de la prise en compte des savoirs non académiques ainsi que des acteurs qui en sont porteurs, le moment de leur mobilisation et le rôle qui leur est attribué qui varie d’un projet à l’autre. ». Quelle que soit leur forme, ces démarches font l’hypothèse qu’il y a des savoirs distribués au sein de la population et que leur mobilisation permettra d’avancer scientifiquement. Alors quand est-ce qu’on s’y met tous ?

Nathalie FABRE

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article d’Anaïs Richardin sur « La petite révolution de l’intelligence collective« .

Plus ludique que l’intelligence artificielle, l’intelligence collective, soit la mise en relation via le net d’une grande quantité de cerveaux humains, vient de réaliser quelques prouesses. À l’origine de ces nouveaux modes de recherche : le nombre d’heures hebdomadaires que nous passons, sur Terre, à jouer en ligne. Trois milliards d’heures par semaine. Lire la suite.

La librairie Electron LIVRES vous propose également une sélection d’ouvrages sur la participation des citoyens aux avancées scientifiques, tout au long de l’histoire des sciences et des techniques. Lire la chronique.