Formation option « Conférence » !

Florian Douam, doctorant à l’ENS de Lyon et président du bureau exécutif de l’association ConférENS, revient sur l’histoire de cette association étudiante qui met en place chaque année une dizaine de conférences sur des sujets scientifiques, sociétaux ou littéraires. Il dévoile les coulisses de cette belle organisation, revient sur les motivations des participants et précise l’intérêt de la démarche. Une initiative à forte valeur ajoutée pour les étudiants !

 

Un manque à combler…

Encore en Master à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon il y a maintenant 4 ans, nous nous étions interrogés avec un certain nombre d’étudiants sur un aspect particulier de la vie de notre école. Pourquoi n’y avait t-il pas de conférences organisées par et pour les étudiants ?  Il avait bien existé par le passé un tel groupe, « le groupe séminaire » mais, faute de relève, il avait disparu.

Ayant entendu parler d’un sociologue intéressant de passage sur Lyon, nous avons sauté sur l’occasion et l’avons invité à venir à l’ENS pour y donner une conférence. Après quelques affiches et mails envoyés, le jour J arriva et à notre grande surprise, l’amphithéâtre fut plein à craquer ! Nous nous rendions compte de l’importance que pouvait avoir ce genre d’évènement dans l’activité culturelle d’une institution universitaire. La conférence fut une réussite et très motivés, nous avons lancé un appel à bénévole pour nous aider à en organiser d’autres.

Conférence – © Florian Douam

Et la sauce a pris ! Plusieurs autres étudiants ont rejoint le noyau dur. Nous avons tous appris « sur le tas » les différentes étapes de l’organisation : choisir une thématique, contacter un conférencier, réserver une salle, diffuser des affiches sur les murs, trouver un caméraman ou un vidéoprojecteur de remplacement le jour J, organiser un buffet, animer le débat, trouver des piles quand le micro ne marche plus… Mais bien au-delà, l’une des raisons essentielles de notre engagement était aussi la rencontre et le partage  avec les conférenciers. Peut être justement parce que nous pouvions les avoir juste pour nous avant et après une conférence, telle une sorte de récompense.

A la suite de la fusion des 2 ENS lyonnaises début 2010, notre groupe fusionna avec l’ancien pôle conférence étudiant de l’ENS Lettres et Sciences Humaines pour donner naissance à la commission conférences de l’ENS de Lyon. Cela nous a permis d’augmenter le nombre de conférences et de diversifier la programmation, en alternant des conférences de type scientifique avec des conférences sur des sujets littéraires ou de société. Certains débats ont même été tenus dans de plus grands amphithéâtres en collaboration avec d’autres associations lyonnaises  afin de diversifier notre public.

 

L’aventure Alter Idées

Alors que la commission conférences faisait ses premiers pas, une autre aventure débuta. Celle d’Alter Idées. Tous sensibilisés à l’organisation de conférences étudiantes, nous avons créé en janvier 2010 avec des étudiants de l’Ecole Centrale de Lyon, de l’EM Lyon et de Sciences Po Lyon une association inter-école inédite visant à organiser une fois par an une grande journée de conférences pluridisciplinaires. Cette journée a été conçue à la fois comme un moment de débat et de culture pour tous (étudiants comme non étudiants), mais aussi comme l’occasion de rencontres entre étudiants lyonnais de différentes disciplines.

Alter Idées – Pause petit-déjeuner – © Florian Douam

Organisées sur le campus de Centrale Lyon en Avril 2010 et 2012 et à l’ENS de Lyon en Mars 2011, ces journées ont été vraiment incroyables pour nous tous. L’expérience fut extrêmement formatrice, notamment parce que l’équipe était plus importante, la préparation logistique rigoureuse et les conférenciers invités plutôt prestigieux. Ce fut une expérience associative extrêmement enrichissante pour de futurs chercheurs ou ingénieurs, tant au niveau professionnel (gestion d’équipe, logistique, organisation…) qu’au niveau humain. Nous avions d’ailleurs conclu notre journée par une grande soirée étudiante.

 

Consolider nos fondations

Restait le problème de la stabilité de notre groupe, car pour être visible à long terme, la commission avait besoin d’autonomie (acquisition de fonds propres) et d’une structure plus formelle. Nous avons alors décidé en Juillet 2011 de transformer la commission conférence en association, baptisé « ConférENS ». Pour notre première année, notre souhait était double : gagner en visibilité et professionnaliser notre fonctionnement, avec l’organisation de conférences régulières tout au long de l’année et un soutien logistique et financier apporté à tous les membres de l’école souhaitant organiser leur propre conférence. En toute objectivité, je pense que nous avons réussi notre mission : nous avons organisé au cours de l’année universitaire 2011-2012 une dizaine de conférences, un débat grand public, la projection inédite d’un film comique sur la recherche où tout le grand Lyon universitaire était convié, la participation à la couverture média du forum Libération et enfin la troisième édition des rencontres Alter Idées sur le campus de Centrale Lyon.

 

Une histoire formatrice à plusieurs niveaux

Exemple d’affiche conférENS

ConférENS est maintenant grande. Riche d’une cinquantaine de membres la structure que nous avons conçue peut désormais naviguer seule.  De quoi jeter un coup d’œil en arrière pour me rappeler que cette aventure de plus de 4 ans a marqué tout ceux qui y ont participé, tant au niveau des souvenirs que de l’expérience acquise pour le futur.

Organiser une conférence, gérer une équipe, communiquer, contacter des conférenciers, les accueillir, animer et modérer un séminaire : autant de choses qu’un chercheur est amené à faire à un moment ou à un autre de sa carrière, choses que ces expériences nous ont aidé à apprendre. L’expérience Alter Idées nous aura aussi appris à organiser des évènements de grande ampleur et à travailler avec une équipe nombreuse autour d’un projet commun.

Néanmoins, rien ne vaut pour nous la rencontre avec les multiples personnalités variées et passionnantes qu’il nous a été donné de rencontrer. Nous avons d’ailleurs gardé des contacts avec certains chercheurs qui nous donnent régulièrement quelques nouvelles ou même des conseils pour nos avenirs professionnels.

En prenant du recul, je suis convaincu avec mes camarades que toutes ces expériences s’intègrent et sont pleinement complémentaires à une formation scientifique, au niveau organisationnel bien sûr mais également  et surtout au niveau de l’éveil scientifique et intellectuel.  Chaque conférence et rencontre a éveillé notre curiosité et notre goût du savoir, tout en nous sensibilisant pleinement à la pluridisciplinarité, clé des sciences de demain.

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la liste de diffusion de l’association pour être au courant de nos conférences, vous pouvez faire cette demande en écrivant à « commissions.conferences@ens-lyon.fr ». Nous serons ravis de vous accueillir parmi nous.

Florian DOUAM

Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 1

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

David était confiant au moment où il se rendit sur le lieu de l’entretien et il sentait son pouls rythmer sa marche lorsqu’il atteignit le bureau de contrôle, où une assistante préleva une goutte de sang afin de vérifier son identité. Dans cette société où chaque individu se voyait attribuer une identité incontournable dès la naissance par l’analyse de son génome, impossible de se détourner de l’emprise de son destin génétiquement programmé. La possession d’un « bon génome » ou d’un « génome apte », comme s’entêtaient à marteler les généticiens, ouvrait la voie du succès. Le simple fait de présenter une goutte de ce sang « douée des plus hautes espérances » suffisait à ouvrir les portes de la grandeur et des postes importants. Pour le reste, les « déficitaires » ou plus communément appelés « sous génomes », place à la chance plus qu’à l’aptitude. Condamnés à exercer des tâches plus misérables les unes que les autres, bien sûr délaissés et eux-mêmes reclus des activités réservées aux « aptes », difficile de gravir les échelons de cette société élitiste.

La roue de la fortune avait joué en son avantage car à la naissance, David avait été doté d’un ADN « sain ». Il ne redoutait dès lors en aucun cas le cloisonnement social. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la recherche d’un nouvel emploi s’était avérée fructueuse. Il avait récemment démissionné de son poste précédent dans une industrie de production de produits radioactifs à destination médicale pour raisons salariales. Cependant, leur manque de moyens depuis la disparition de son père et la saisie d’une partie de leurs biens les avaient laissés, lui et sa famille, dans la détresse et l’appréhension du lendemain. Cela, sans que leur précieux génome ne puisse leur venir en aide.

Une fois identifié par le système de sécurité, David fut conduit dans une salle où le médecin du travail effectua toute une série de tests sur sa vision, son ouïe, son rythme cardiaque, procéda à des analyses d’urine et termina par une série de prise d’images de ses poumons et de son système nerveux.

Les résultats furent quasi instantanés. « Tout semble parfaitement dans l’ordre », affirma le médecin. Mais après une légère pause, il leva les yeux de sa tablette présentant les résultats des analyses. David put y lire une lueur de compassion. En s’excusant brièvement, il sortit avec empressement de la salle et revint quelques instants plus tard avec un appareil destiné à analyser la concentration sanguine de lymphocytes. David connaissait bien cet équipement : il avait utilisé à de nombreuses reprises lors de sa formation en tant que personnel médical. Il plaça alors son doigt sur l’appareil et le médecin ne put retenir une exclamation. « Monsieur, je suis navré de vous annoncer cela… Quel âge avez-vous déjà ? ».  « Vingt six ans. »

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

« Si jeune, et pourtant … » marmonna le médecin. « Monsieur… j’ai bien peur que vous souffriez d’une maladie incurable… Une leucémie fulgurante pour être précis. Votre système immunitaire se dégrade à une vitesse folle. » Le médecin semblait gêné mais son professionnalisme l’empêchait de s’apitoyer sur le sort de son patient. David retint son souffle, les murs blancs aseptisés semblaient se refermer sur lui. Il en avait la nausée. Chancelant, il s’effondra sur une chaise à proximité. Le médecin lui dit froidement « Attendez ici, je vais vous chercher un verre d’eau et un peu de sucre. » Les pensées se bousculaient dans la tête de David, incrédule : « Impossible, ce n’est pas à moi que ça arrive ! Mourir maintenant ? Invraisemblable! Ce n’est qu’un cauchemar, juste un cauchemar, je vais me réveiller! David réveille-toi, réveille-toi, réveille… » « Monsieur ? Monsieur ? » aboyait le médecin, penché sur son visage. Mais David ne put esquisser un geste, ses membres étaient de coton. Pâle et transpirant de peur, il tenta de se renseigner sur sa maladie. A quoi était-elle due ? Pourquoi lui ? Comment se faisait-il que, bien portant jusque là, rien n’ait jamais été détecté ? Prudemment, le médecin expliqua : « Vous avez sûrement été récemment exposé à des taux de radiation extrêmement brefs mais intenses. Sans doute bien supérieurs au seuil de tolérance de votre organisme, pour je ne sais quelle raison. C’est pour cela que rien n’a été détecté jusqu’alors. Votre moelle épinière a du être touchée et la structure de vos cellules productrices de celles du sang a dû être altérée.» Des larmes de rage et d’incompréhension ruisselaient maintenant sur les joues de David : «Quel stade ? La leucémie ? Quel stade ? »  Le médecin, les yeux baissés lui répondit : « A ce rythme et sans intervention, c’est-à-dire sans greffe de moelle épinière, je crains que vous n’ayez plus que quelques mois à vivre. » « Quelques mois… » Ces deux mots, cette sentence de mort imminente résonnaient dans l’esprit de David. Une condamnation à mort… voilà ce qu’il venait d’entendre. Un étau lui resserrait la gorge et l’empêchait de respirer. Tout son organisme semblait en suspens, comme si ses fonctions vitales venaient de s’arrêter brutalement. Il cligna des yeux comme pour sortir de sa torpeur. Dans un dernier élan, il demanda au médecin s’il était absolument certain de ce qu’il avançait. Les tests pouvaient-ils avoir été faussés ? Mille questions sans réponse tourbillonnaient dans sa tête. Le médecin, toujours aussi froidement professionnel assura que malheureusement la fiabilité de ces tests était proche de cent pour cent. Il précisa également qu’en effectuant le test de nouveau, ce qu’il fit, il obtiendrait des résultats identiques.

David se leva machinalement, prit congé du médecin, sortit du bâtiment et se mit à courir à perdre haleine en direction de son domicile. Il était dans l’incompréhension et la détresse les plus totales. Chancelant, il parvint avec peine à gravir les quelques marches qui le séparaient de la porte d’entrée et s’effondra sur le seuil. Ses sœurs, alertées par le fracas de son arrivée, se précipitèrent pour le relever. « David, David !! Que s’est-il passé ? ». Quand David eut peu à peu retrouvé ses esprits, il raconta sa détresse à ses sœurs. Elles fondirent toutes deux en larmes en le suppliant d’agir, de recevoir l’opération au plus vite à n’importe quel coût.

Le coût. C’est justement la partie que redoutait le plus David, sans compter l’affaiblissement physique causé par la dégénérescence de son système immunitaire. Il savait pertinemment qu’une telle opération nécessiterait le retrait de ses cellules souches de cordon depuis la banque du Laboratoire. Chaque individu possédait, sans distinction génomique, sa propre réserve de cellules souches embryonnaires prélevées à l’accouchement dans le placenta et le sang du cordon ombilical. En effet, ces cellules détenaient la capacité d’engendrer n’importe quel type de tissu ou encore un nombre variable d’entre eux, et avaient donc le pouvoir de se transformer en cellules spécialisées. Elles étaient évidemment très utiles. On s’en servait, entre autres pour la régénération. Avoir accès à ses propres cellules était un véritable trésor et une promesse. Promesse de guérison en cas de maladie, promesse de vie en bonne santé, promesse de bien-être. Si pour une raison quelconque un individu nécessitait le transfert de ses propres cellules souches et que celles-ci lui étaient accessibles, il pouvait être sûr du succès de l’opération, La seule condition rendant possible le transfert de ce remède miracle était bien sûr la mise en jeu d’une somme incommensurable au profit du Laboratoire, sans oublier le coût exorbitant de l’opération.

Cette somme, David ne parviendrait jamais à l’obtenir. Et encore moins dans un laps de temps aussi court.

Pourquoi cela lui arrivait-il à lui ? Et pourquoi maintenant ? Cette question martelait l’esprit de David, qui jusqu’alors avait été un jeune homme tout à fait épanoui dans la société, n’y trouvant rien de révoltant. L’inégalité face à l’accès aux soins médicaux ne lui était jamais apparue aussi claire qu’alors. Il lui fallait agir. Et vite. Le temps allait jouer contre lui dans cette course pour la vie. Une vague de résolution et de détermination le fit se lever du sofa, où il s’était pelotonné. Il ne s’était jamais senti aussi sûr de lui. La prise de conscience brutale de sa responsabilité face à l’avenir de ses sœurs avait fait basculer le raisonnement de David dans une toute autre logique. L’heure du changement avait sonné. « Je ne mourrai pas. Du moins pas maintenant. Je vous le promets. » assura-t-il à ses sœurs alors qu’il saisissait l’édition du NewsLab posée négligemment sur la table du salon.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (26 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/767

L’Abîme – Recueil de nouvelles, écrites par les étudiants de l’INSA de Lyon

Par les élèves de 3ème année en Bio-Informatique, INSA de Lyon.

Ce recueil de nouvelles est le fruit d’un travail basé sur des notions éthiques.
Dans chaque nouvelle, vous découvrirez une question éthique que les auteurs ont tenté de mettre en lumière au travers de leur écrit.

Ces nouvelles ont d’abord été publiées sous la forme d’un recueil papier. Elles sont publiées en ligne avec l’autorisation des auteurs et grâce à l’aide de Hubert Charles, Marianne Chouteau et Jean-Christophe Attard.

Elles accompagneront l’été sur Passerelles.

Un, deux, trois... Soleil. Par (e)Spry. CC-BY. Source : Flickr

Sommaire

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

Publié le 1er juillet 2012

Expérimenter en écrivant – Introduction par Marianne Chouteau

– Publié le 3 juillet 2012

Encore un peu de tarte aux pommes ?

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Par @pskd32. Source : Instagram

Épisode 1 – Publié le 6 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 7 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 8 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 9 juillet 2012

Épisode 5 – Publié le 10 juillet 2012

Épisode 6 – Publié le 11 juillet 2012

Épisode 7 – Publié le 12 juillet 2012

Épisode 8 – Publié le 13 juillet 2012

Épisode 9 – Publié le 14 juillet 2012

Le Laboratoire

Nouvelles écrites par Claire BURNY, Marie FERNANDEZ, Klervi GOLHEN et Emilie WESTEEL

Comme une orange, voler, enfin.

Épisode 1 – Publié le 17 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 18 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 19 juillet 2012

Melissa

Épisode 1 – Publié le 22 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 23 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 24 juillet 2012

Anonyme

Épisode 1 – Publié le 26 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 27 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 28 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 29 juillet 2012

Cellule de crise au Laboratoire

Épisode 1 – Publié le 01 août 2012

Épisode 2 – Publié le 02 août 2012

Épisode 3 – Publié le 03 août 2012

Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer

Nouvelle écrite par Imen BOUKRISS

Épisode 1 – Publié le 07 août 2012

Épisode 2 – Publié le 08 août 2012

La vie et la mort

Nouvelles écrites par Ninon MOUNIER et Jean-Christophe ATTARD

Ultime Passeur

Épisode 1 – Publié le 11 août 2012

Épisode 2 – Publié le 12 août 2012

Épisode 3 – Publié le 13 août 2012

Une autre vie

Épisode 1 – Publié le 15 août 2012

Épisode 2 – Publié le 16 août 2012

Épisode 3 – Publié le 17 août 2012

La peur de la mort

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisode 1 – Publié le 19 août 2012

Épisode 2 – Publié le 20 août 2012

Épisode 3 – Publié le 21 août 2012

Épisode 4 – Publié le 22 août 2012

Épisode 5 – Publié le 23 août 2012

Du prétendu roi de la forêt

Poème écrit par Abel BETRAOUI 

Publié le 25 août 2012

 

Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Traditionnellement, chaque année lorsque je commence l’encadrement des cours « d’éthique et sciences humaines » aux 3BIM, je fais un tour de table au cours duquel, je demande ce qu’ils aiment lire, regarder à la télévision, au cinéma, etc. Invariablement et peut-être même inlassablement, les étudiants me répondent qu’ils ont peu de temps pour lire, regarder, contempler, admirer. Rien d’étonnant et ce, même dans une école d’ingénieurs telle que l’INSA. Ce cours est là pour ça… Il leur offre la possibilité de reprendre le chemin de la lecture et pour certains d’entre eux celui de l’écriture. Loin d’être juste une cerise sur le gâteau, cet enseignement propose un véritable terrain d’expérimentation. Il les invite à tester des hypothèses, à les mettre en mots pour imaginer et construire ce que pourrait être le monde de demain.

Même si le canevas pédagogique reste chaque année identique, chaque promotion propose de nouvelles envies et invente de nouvelles voies d’explorations. La première partie de l’année nous a guidés à travers un ensemble de questions éthiques abordées avec des controverses mises en scène. L’utopie, le prix du vivant, le bonheur, les robots, l’humanité, le rapport à l’autre, etc. sont autant de thématiques sur lesquelles nous nous sommes interrogés à travers ce premier tour de piste. Ces réflexions ont émergé après la lecture de quelques œuvres littéraires circonstanciées. Et au mois de janvier, tandis que certains se sont dirigés vers l’atelier théâtre, d’autres ont poursuivi l’aventure à travers les affres de l’écriture.

Je ne cesse de le répéter : proposer des ateliers d’écriture en écoles d’ingénieurs me procure chaque année de nombreuses et importantes satisfactions professionnelles. Voir les élèves-ingénieurs prendre peu à peu conscience des problématiques éthiques qui pourraient toucher leur futur métier et les mettre en récit donne du sens et de la valeur à cet enseignement. Alors que dire de cette nouvelle promotion ? Quels sont les éléments qui m’ont particulièrement ravi cette année ?

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Un foisonnement de formes tout d’abord. Certains ont privilégié la forme classique de la nouvelle pour nous conter des histoires :  celle  d’un jeune homme atteint dune leucémie foudroyante,  celle relatant l’excentricité d’un scientifique jouant à l’apprenti sorcier en recréant  un dinosaure,  celle d’une jeune fille hantée par les chiffres, celle d’un monde post troisième guerre mondiale. D’autres ont choisi de tester des styles d’écriture différents. Une fable animalière où la vanité est passée au crible, un article journalistique qui  relate entre autres les aventures malheureuses d’un jeune homme en mal de justice, un journal intime où un chercheur expose l’évolution de sa pensée sur l’expérimentation animale, un récit à trois voix où un citoyen lambda, un dictateur et un dissident racontent leur version respective des faits et enfin la reprise de récits existants tels que celui du millénaire Guilgamesh ou celui plus récent du Passeur.

Une forte volonté de créer des textes ensemble. Si tous n’ont pas travaillé collectivement, certains ont exploré de véritables modes d’écriture collaboratifs. Un laboratoire secret sert de lieu commun à quatre récits. Il est le siège d’aventures rocambolesques où il est question d’expériences sur les humains, sur les animaux, de droit à la santé, d’injustice face aux soins. Trois de nos jeunes auteurs ont choisi de croiser leur plume pour proposer les visions complémentaires et parfois contradictoires de trois citoyens d’une dictature imaginaire.

Une diversité dans la façon de procéder face à l’écriture. Certains ont cent fois remis leur ouvrage sur le métier, d’autres en revanche ont laissé parler leur spontanéité. Quelle que soit la méthode utilisée, aucun d’entre eux n’a pour autant démérité.

Une véritable écoute, bienveillance et une solidarité entre les participants de l’atelier. Les séances d’écriture étaient pour la plupart individuelles mais celles de lecture, collectives, ont permis de catalyser des liens qui existaient entre eux.

Avec persévérance, attention, implication, réflexion, ils ont construit pas à pas ce recueil. Ils y ont mis d’eux mêmes. J’espère que vous trouverez autant de satisfaction à lire ces textes, résultats d’une année de travail et de réflexion, que j’en ai eu à les encadrer. J’espère aussi que ce recueil accompagnera  et alimentera les réflexions abordées lors de notre annuelle et traditionnelle journée éthique.

Bonne lecture à tous !

Marianne Chouteau

Chouteau, Marianne (2 juillet 2012) “Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/438

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

H. Charles, MC INSA de Lyon – Directeur des étude

Développer un logiciel d’analyse sémantique et grammaticale pour permettre à des robots d’exécuter des ordres dictés en langage courant et de dialoguer avec des personnes en situation de solitude ; développer une méthode de caractérisation de génotype humain pour une médecine individualisée dans le traitement des tumeurs ; concevoir un système de contrôle d’un robot chirurgical spécialisé dans les opérations de l’oreille interne… Cette liste de projets relevant de la robotique, de l’intelligence artificielle, du génie génétique ou de la biomécatronique n’est pas une prédiction des lauréats du concours Lépine en 2050, mais simplement quelques-uns des sujets de stage des étudiants de la filière Bioinformatique et Modélisation dans le département Biosciences à l’INSA de Lyon entre 2011 et 2012.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Les progrès de l’informatique et la miniaturisation des capteurs électroniques ont complètement révolutionné les Biotechnologies au cours de cette dernière décennie. S’il a fallu près de 12 ans, quelques trois milliards de dollars et plusieurs hectares de salles de séquençage et de calculateurs pour séquencer et assembler la séquence du génome humain, il est maintenant possible d’obtenir la même quantité d’information en une semaine et quelques milliers d’euros. Très vite, il apparaîtra plus coûteux de stocker l’information d’un génome sur un espace mémoire que de le séquencer à nouveau. De plus, les technologies de l’informatique dématérialisée (le cloud computing) permettent par exemple de relier entre elles des « fermes de calculateurs » reparties sur la planète entière pour les faire travailler ensemble sur des données complexes rassemblées dans des bases de données mondiales. Former des ingénieurs en bioinformatique est un véritable challenge, car cela demande d’intégrer des compétences multidisciplinaires (la biologie, l’informatique et les mathématiques), mais surtout de construire une véritable interdisciplinarité en associant également la philosophie, l’éthique voire même la littérature pour permettre aux étudiants d’analyser ces problématiques ainsi que les enjeux liés à ces objets nouveaux que génèrent les biotechnologies.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

La filière Bioinformatique et Modélisation du département Biosciences de l’INSA de Lyon repose sur un partenariat entre l’INSA de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1. Elle est destinée à former des ingénieurs capables d’analyser et de traiter des données biologiques, d’en extraire les informations pertinentes et de modéliser par des approches mathématiques ou informatiques les systèmes biologiques afin de comprendre les processus du vivant. Elle a été créée en 2000 pour de répondre à la demande croissante émanant des secteurs publics et privés, liée à l’accroissement considérable de la masse de données biologiques issues des techniques dites à haut débit. L’équipe pédagogique est constituée d’un réseau de formateurs spécialistes dans les domaines de la génomique, de la protéomique, de la biométrie et de l’écologie. La formation compte environ 2200 heures réparties sur cinq semestres, le sixième étant dédié à un stage de fin d’études en milieu professionnel. Les enseignements scientifiques (environ 1800 heures) intègrent les trois disciplines scientifiques fondamentales : Sciences du Vivant, Mathématiques et Informatique. Une grande partie des enseignements se situent à l’interface des trois disciplines et une place importante est réservée à la pratique et aux projets. L’ouverture internationale est également fortement encouragée. Ces enseignements sont complétés par des cours d’Humanités (langues étrangères, communication, connaissance de l’entreprise, économie, gestion de projet, management, qualité, épistémologie, éthique) répartis sur les trois années.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Ainsi, le Département de Biosciences et tout particulièrement la filière Bioinformatique et Modélisation forme des ingénieurs qui auront à travailler sur des biotechnologies de pointe, qui, on le sait, soulèvent de nombreuses interrogations sociales et éthiques. Le département se doit donc de préparer les élèves à faire face aux débats sociaux et éthiques qui se poseront à eux comme citoyens et comme cadres en entreprise ou en laboratoire de recherche. En effet, l’éthique est devenue incontournable dans l’environnement de l’entreprise d’aujourd’hui. Certaines professions ont érigé des codes de déontologie (médecins, avocats, journalistes), mais l’éthique reste l’affaire de tous. Il s’agit de permettre aux étudiants de se forger une attitude et une position personnelles vis-à-vis de la compréhension et de l’intégration dans la société de ces problèmes et de ces objets nouveaux à l’interface entre les disciplines. Pour cela, nous n’avons pas souhaité seulement juxtaposer des disciplines de sciences dures et de sciences humaines, mais plutôt les confronter en faisant travailler les étudiants tout au long de l’année sur des exemples concrets avec des objectifs de réalisation. Le scientifique, à partir de l’état de sa discipline, peut formuler dans une première approche certaines des conséquences sociales des nouvelles technologies. Le philosophe adapte, pour les comprendre, les nouvelles éthiques élaborées en régime technologique. Le littéraire cherche enfin à définir des formes où ces points de vue peuvent être articulés. Nous aimerions que cet enseignement permette de contracter chez nos étudiants une habitude de conduite interdisciplinaire qui finisse par s’imposer comme naturelle et nécessaire. Cette collaboration se traduit chaque année par l’organisation d’une journée éthique au cours de laquelle des personnalités importantes sont invitées (responsables de comité d’éthique ou philosophes des sciences). Les étudiants exposent à cette occasion leur travail en éthique sous forme d’une table ronde. Ils présentent également leur travail d’écriture et jouent une pièce de théâtre.

Les nouvelles présentées sur ce site correspondent à la production des élèves de la promotion 2012 encadrée par Marianne Chouteau, enseignante au centre des humanités de l’INSA de Lyon.

Sommaire des nouvelles

Pour citer cet article :

Charles, Hubert (1 juillet 2012) “L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/442

Pourquoi la science a plus que jamais besoin du web – Par Florian Douam, doctorant en biologie

Florian Douam propose un retour d’expérience, suite à la soirée “Médiation culturelle des sciences sur le web”, organisée par le service Science & Société de l’Université de Lyon à l’Atelier des Médias, dans le cadre des off du www2012, en partenariat avec le collectif Le Grand Mix, et faisant suite à la journée de rencontre et de réflexion organisée en mars 2011 (vidéos en ligne).

Vous pouvez retrouver en ligne un compte-rendu multimédia (Storify) de cette soirée, effectué par l’équipe de Knowtex.

Les présentations Pêcha-Kucha des intervenants sont disponibles en ligne : Olympe de Gouges 2.0 ; Shazino : une plateforme d’Open Science afin que tout chercheur, scientifique, patient, citoyen… puisse accéder aux données en temps réel pour comprendre et agir sur les découvertes de demain ; Echo de métropole ; Des jeux de plateau aux sérious game ; Géovisualisation 3D du risque ; Simulex’Archéo ; Echosciences Grenoble

A l’extérieur du laboratoire…

Je suis doctorant en virologie moléculaire. La plupart de mes journées sont consacrées à mes travaux de thèse avec en théorie, peu d’occasion pour laisser mon esprit divaguer à tout autre chose que la structure moléculaire de certaines protéines virales.

Pourtant, je m’intéresse aussi de très près à la culture scientifique et à la relation qu’elle entretient avec la société, avec le grand public. Ayant un intérêt particulier pour les sciences de l’évolution et la manière dont ils sont appréciés par le grand public, j’ai réalisé avec un camarade un ouvrage de vulgarisation scientifique sur ce sujet il y a deux ans. Une contribution modeste à cette démarche de rapprochement entre la science et la société et que nous souhaitons bien prolonger avec de nouveaux ouvrages dans le futur.

Toutefois, certains journalistes que j’ai eu la chance et le bonheur de rencontrer au cours de ces précédentes expériences de vulgarisation m’ont souvent mis en avant l’importance que pouvait avoir internet dans la médiation et la culture scientifique, potentiel que j’avais à priori occulté. En effet, internet permet de donner à une action de médiation un champ d’action plus large, plus global. Même si les actions de médiation sur le terrain sont essentielles car elles conduisent directement au contact avec le grand public, l’action sur internet est totalement complémentaire à cette dernière, le contact n’est plus là mais la quantité de personnes touchées peut être très fortement élargit.

Ayant des amis doctorants sur Paris intéressés et parfois impliqués également dans ce genre de problématique « sciences et web », j’ai souvent été frustré de rater certains « apéro sciences et web » organisé à Paris par le collectif Le Grand Mix. Ce genre d’évènement regroupe de nombreux curieux et passionné de sciences et web, le tout dans une ambiance sympathique et informelle. Pour un futur scientifique, ils sont pour moi très importants. Pourquoi ? Parce qu’il vous rappelle constamment que la science n’est pas faite que de chercheurs mais aussi de passionnés, de journalistes, de bloggeurs qui vous rappelle que la science n’est pas uniquement ce que vous en faites, mais c’est aussi comment la société la ressent, ce qu’elle en retire.

Photographie : Nicolas Loubet

Ce genre d’évènement étant un peu plus rare sur Lyon que sur Paris, je me suis donc précipité sur les dernières places disponibles quand j’ai appris la tenue de la 2ème rencontre organisée avec Le Grand Mix à Lyon sur le thème de la médiation culturelle des sciences sur le web. J’ai appris donc au même moment qu’il y a avait eu un évènement « numéro 1 » que je n’avais malheureusement pas vu passer à ma grande tristesse. Pour cette seconde rencontre, une quarantaine de personnes s’était réunis, alors qu’avait justement lieu en même à Lyon l’International World Wide Web Conference. Cette soirée était donc une sorte de « off » de la conférence. Sachant que ce n’était pas un évènement de type « apéro » et que je n’avais jamais participé à une telle soirée,  j’étais curieux de savoir comment celle-ci allait se dérouler.

Apprendre à s’ouvrir et à collaborer

La soirée était divisée en deux temps. La première partie correspondait à une synthèse de la journée de l’an dernier, tout en présentant des pistes à étudier pour l’organisation de la troisième journée sur le même thème, l’an prochain. Cette synthèse a mit l’accent sur l’importance que pouvait prendre la médiation scientifique, et que ce rôle pouvait être amplifié par l’utilisation d’outils sociaux sur internet, véritable plateforme global de connaissance et de communication. S’en est ensuite suivit un débat informel et très naturel sur la plus-value des pratiques numériques dans la médiation culturelle, ce qui a amené à se demander si certaines pratiques comme le « tweet » avait vraiment la même plus-value que certaines autres pratiques, de type plus pédagogique.

Photographie : Gayané Adourian

La seconde partie était consacrée à ce que l’on appelle des « pêcha-kucha ». Le principe réside dans la présentation d’une idée ou d’un projet en 20 slides, avec un temps de parole de 20 secondes pour chacune. 6 projets avaient été choisis ce soir là pour nous être présentés. De la visualisation 3D pour prévenir les risques d’inondation à une plateforme d’open science, d’un musée virtuel à un blog scientifique grenoblois, la présentation de ces différents projets a été passionnante et les discussions qui ont suivit ont été riches en idées. C’est dans ces moments que la soirée à pris tous son sens : sortir de son laboratoire, se rassembler avec des scientifiques et des non scientifiques, découvrir des projets et discuter tous ensemble de la meilleure manière de rapprocher le savoir scientifique du grand public. Ainsi, tout en nous sensibilisant à un autre monde que celui de son laboratoire, c’est cet esprit collaboratif, pluridisciplinaire où tout le monde souhaite apporter sa pierre à l’édifice d’une meilleure médiation scientifique que j’ai énormément apprécié. Etre conscient d’un besoin d’ouverture, de collaboration et de multi-compétence dans tout projet que l’on souhaite entreprendre est essentiel à mon sens pour tout doctorant et futur scientifique. Tout autant qu’il doit être conscient que pour stimuler ces ouvertures et collaborations, le web est et sera un outil fondamental.

Creative Commons - Certains droits réservés par Daniel*1977 (sur Flickr)

Vers une nouvelle manière de faire de la science

Cette soirée aura également eu le mérite de m’amener à élargir cette réflexion au fonctionnement de la science elle-même, dans tout son ensemble. Avant que la soirée ne débute à proprement parlé, Nicolas Loubet, journaliste chez Knowtex décida de faire un petit « screening » du public présent dans la salle. Passées les questions sur le nombre d’amis Facebook et le niveau « geek » des participants, Nicolas demanda combien d’étudiant était présent dans la salle. J’étais le seul ! Les rapports  « science et web » sont t-il si peu intéressant à questionner, le web est t-il devenu « has been » pour les futurs générations de scientifiques ? Quel intérêt à la science aujourd’hui à s’intéresser à ce genre de problématique ?

Alors que les enjeux de demain deviennent globaux, la science de demain aura plus que jamais besoin d’adopter une démarche collaborative et pluridisciplinaire, où la mutualisation des compétences et des savoirs sera un aspect essentiel de la recherche,  elle-même en lien étroit avec la société et toutes ces composantes médiatiques, intellectuelles, culturelles. Internet représentera indéniablement une de ses composantes les plus importantes.

Ces notions manquent cruellement aujourd’hui dans le monde de l’enseignement supérieur, où chaque discipline ne fonctionne essentiellement que par et pour elle-même. Pourtant, ces approches seront essentielles pour la formation des scientifiques de demain, qui devront adopter des démarches collaboratives pour répondre à des problématiques globales.

La volonté commune d’adopter une telle démarche permettra de stimuler l’échange entre tous les champs de connaissances afin de travailler plus efficacement et de trouver des réponses à certaines problématiques tous ensemble plus rapidement. Elle permettra aussi à la science de se décloisonner d’elle-même et d’aller plus naturellement à la rencontre du grand public, afin de mieux le sensibiliser de manière globale aux problématiques scientifiques, ou même de prendre part directement à certains projets (cf des projets de sciences collaboratives où le public participe activement).

Aujourd’hui, le web est un de ces outils fantastiques qui peut être d’une importance considérable dans cette volonté de changer la science. En permettant à celle-ci de globaliser sa démarche, ses échanges, sa communication et son ouverture, il sera demain un outil scientifique majeur. Vivement la science 2.0.

Creative Commons - Certains droits réservés par Daniel*1977 (sur Flickr)

Retour de doctorant – Participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets »

Un doctorant en géologie a accepté de partager son expérience de participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projet« , mise en place par l’Université de Lyon.

Depuis le début de ma thèse, et de plus en plus avec le temps, je me suis posé des questions sur les liens entre science et société, entre mon sujet de recherche et l’intérêt qu’il aurait pour d’autres personnes qui ne sont pas dans ce milieu. C’est pourquoi j’ai choisi cette formation à la seule lecture de son titre et de sa description.

Le fait de pouvoir se rencontrer entre doctorants de divers domaines montre déjà nos divergences, notamment dans nos façons de voir le lien entre ce que l’on fait et ceux qui nous entourent. Les premiers débats ont été très utiles pour définir ce qu’est « science et société », mais aussi pour apprendre à rendre accessible son propre sujet de recherche à des doctorants issus de domaines différents. A cela s’est rajouté une étude de cas réel avec terrain, afin de se rendre compte de la vraie difficulté à rendre accessible sa recherche à une personne qui, cette fois, ne fait plus partie de la recherche. Continuer la lecture de Retour de doctorant – Participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets »

Liens science et société à l’Université de Lyon – Par Vincent Giudice, doctorant en biologie

Billet publié le 19 mai 2012 sur le blog de Vincent Giudice – « Sciences dessus dessous – La science accessible à tous

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler dans cet article d’une expérience personnelle.

L’Université de Lyon (regroupant les 18 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de Lyon-St Etienne) a mis en place depuis plusieurs années des modules de formation à destination des jeunes doctorants. Ces cours permettent de s’ouvrir  au monde du travail, d’acquérir de nouvelles compétences ou de préparer notre avenir professionnel.

Le service Science et Société de l’Université de Lyon et le service des Etudes doctorales de l’UdL ont orienté certains modules autour de la création d’un lien entre le monde scientifique et la société. Souvent, au cours de discussion avec des personnes croisées dans la rue ou en regardant les informations, je me rends compte que le monde de la recherche est souvent mal connu, parfois idéalisé et que de nombreuses fausses informations sont véhiculées (exemple récent sur mon dernier article : image 1). Je me suis donc, depuis quelques temps déjà, intéressé à ce lien entre scientifiques et non scientifiques ; c’est pourquoi j’ai suivi deux modules de formation « Science et société » depuis le début de ma thèse et créé ce blog il y a maintenant 8-9 mois, avec pour objectif de comprendre les mécanismes pour rendre le monde de la recherche accessible à tous.

Assez parlé de moi. Dans cet article, je vais vous parler de la dernière formation à laquelle j’ai participé, formation menée avec brio par Mélodie Faury, Davy Lorans et Pauline Lachappelle, tous trois membres du service Science et Société. Comme indiqué sur son site internet, le service Science et Société est un lieu « d’expérimentation et de modélisation de nouvelles formes de médiation culturelle des sciences et de dialogue avec les différents acteurs de la société ».

© Université de Lyon - Davy Lorans

En quoi a consisté cette formation ?

Un des objectifs principaux de cette formation a été la présentation des différents acteurs de la société et notamment autour d’un débat sur l’homéopathie proposé par Jean-Philippe Neuville, maître de conférences en sociologie à l’INSA de Lyon. Ce débat a été organisé comme un jeu de rôle, où chacun devait se mettre dans la peau d’un acteur de la polémique. Ceci nous a permis de pouvoir cerner et pourquoi pas comprendre les différents points de vue des personnes impliquées (patients, médecins, labo pharmaceutique…) et m’a personnellement inspiré pour l’article sur l’homéopathie. Nous avons également rencontré Pablo Jensen, fondateur des cafés sciences sur Lyon, qui est revenu sur son expérience avec un peu de nostalgie. Les cafés sciences, pour ceux qui ne connaissent pas, sont des débats scientifiques menés au sein d’un café et accessibles à tous. C’est une manière très intéressante de pouvoir aborder des polémiques ou poser des questions à des spécialistes du sujet. D’ailleurs des cafés sciences sont parfois organisés par le service Science & Société, notamment au cours du projet « Et si on en parlait ? » mené par Pauline Lachapelle. A l’automne 2011, des « cafés sciences et images » avaient été organisés autour du thème « Cerveau, sexe, gènes…sommes-nous vraiment programmés ? ». Cette année, le thème du projet est « Alimentation : quels défis nous attendent ? ».

Enfin, nous avons abordé un autre projet au cours de cette formation : la « Boutique des sciences ».

Qu’est ce que la « Boutique des sciences » ?

La première fois que j’ai entendu ce terme, j’ai imaginé un magasin vendant des kits de petits chimistes ou des microscopes pour enfants. Bien sûr j’avais tort !

En fait il s’agit d’un projet, mené par Davy Lorans, permettant de créer un lien entre des chercheurs et des associations confrontées à une problématique scientifique. L’exemple que nous avons étudié au cours de la formation et le suivant : une MJC a créé des jardins partagés dans un quartier proche d’une autoroute. Les membres de l’association aimeraient savoir si ils peuvent consommer les fruits et légumes qu’ils récolteront, si la terre n’est pas trop polluée, mais ils aimeraient également connaître l’impact de ses jardins sur le lien social dans le quartier. Le but de la boutique des sciences est de reformuler ces questions afin de monter un projet avec des chercheurs. Bien sûr il faut que cette question intéresse le laboratoire dans son projet de recherche car les associations ne payent rien et les fonds de recherche étant de plus en plus limité, il est parfois dur de trouver des chercheurs volontaires. Cependant, je pense qu’il est important de créer des liens de cette sorte entre la société civile et les chercheurs. En effet, cela permettra de désacraliser le chercheur qui est  également un citoyen et un civil, mais également cela permettra aux gens d’avoir des réponses scientifiques concrètes sur leurs problèmes.

Pour conclure, ces modules de science et société, adressés à de futurs chercheurs, sont, à mon sens, essentiels. De nos jours, je pense que la séparation scientifique/non scientifique doit être réduite de plus en plus ; les enjeux de la recherche étant de plus en plus importants.

Pour en savoir plus :

Site du CCSTI de Lyon
Blog du projet « Et si on en parlait ? »
Article sur la boutique des sciences

 

Shopping particulier…

Un projet de boutique des sciences à l’Université de Lyon

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société de l’Université de Lyon, en partenariat avec le service de valorisation de la recherche, travaille à la mise en place d’un dispositif traditionnellement appelé « boutique des sciences ». Il s’agit de créer une interface opérationnelle entre les chercheurs et les associations confrontées à des problèmes scientifiques.

Si l’on vous parle de « boutiques de sciences », ne cherchez surtout pas une chaîne de magasins ou vous pourriez acheter une boîte de Petit chimiste pour l’anniversaire de votre aîné. Les boutiques de sciences, comme leur nom ne l’indique pas, sont en réalité des outils de production de connaissances scientifiques au service des associations, syndicats, fédérations et autres groupements de citoyens ayant des activités bénévoles d’intérêt collectif.

Démocratisation des sciences

Sur le modèle des science shops déjà à l’œuvre dans plusieurs pays de l’Union Européenne, (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni notamment) ou encore au Canada, le projet boutique des sciences conduit par le service Science et Société de l’Université de Lyon vise à démocratiser l’accès à la recherche. Grâce à ce dispositif, des acteurs associatifs de la société civile, peuvent bénéficier du soutien de l’équipe scientifique d’un laboratoire universitaire.
« Concrètement, explique Davy Lorans, chargé de la mise en place du projet, les associations nous contactent et nous exposent les questions pour lesquelles elles ont un besoin de compétences scientifiques et/ou techniques. Nous communiquons ces demandes à la communauté scientifique afin de constituer une équipe intéressée par la problématique soulevée. Les structures prioritaires sont les associations qui n’ont pas les moyens de financer des expertises, de payer des cabinets d’études spécialisées. »

Entreprise de coopération à but non lucratif

copyright Thierry FournierUne philosophie de « service public » anime ce dispositif non commercial. Le choix des dossiers ne s’effectue pas selon un quelconque calcul financier mais est fonction, au-delà des besoins particuliers de l’association en demande, de l’intérêt du projet pour la collectivité. «Imaginons, par exemple, expose D. Lorans, qu’une fédération de plongée sous-marine veuille développer une activité dans le Rhône. Mais une question les taraude : la qualité des eaux est-elle suffisante pour se baigner sans danger ? Une question dont la réponse bénéficiera à bien d’autres associations de sports nautiques régionales. Elle présente donc un intérêt collectif suffisant pour être retenue. »

Une fois constituée, l’équipe de chercheurs en charge du dossier travaille en étroite collaboration avec les demandeurs pour mettre en place un projet adapté, depuis la formulation de la demande en question de recherche, jusqu’à l’édition d’un rapport ad hoc. Les études se font dans un esprit de coopération entre les deux parties : « Les demandeurs sont également, dans une certaine mesure, acteurs de la recherche qui les concerne. Ils doivent mettre à disposition des scientifiques tous les éléments d’information dont ils disposent, mais aussi éventuellement participer à la collecte de données sur le terrain. Bref, ils épaulent les chercheurs au mieux de leurs possibilités. »

Publicité généreuse

A la fin du travail, l’association a une obligation de publication des résultats. Elle participe à la diffusion du rapport, en organisant, par exemple, une soirée de restitution avec l’Université. Elle se charge aussi d’une campagne de presse appropriée, etc. L’objectif étant de promouvoir efficacement le rapport de façon à ce que tous les acteurs sociaux intéressés puissent en profiter : la boutique des sciences travaille pour le bien commun.
De son côté, l’université se charge d’une diffusion dans les cercles scientifiques, en mettant notamment en ligne les rapports.
Dans le contexte spécifique de l’Université de Lyon (fédération de dix-huit établissements d’enseignement supérieur et de recherche, répartis sur un territoire couvrant les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain) le champ des thématiques de recherche a été restreint à deux grands secteurs : l’environnement et la santé. Pour l’instant le dispositif est en cours d’installation. Le lancement des projets-pilotes devrait avoir lieu début 2012.

Éclairage municipal et chauves-souris.

Les chauves-souris supportent sans dommage les lumières LED vertes : tel est le résultat d’une étude de la boutique des sciences de l’université de Groningen (Pays-Bas). En 2009, la municipalité de Assen décide d’installer un éclairage public le long du canal qui traverse la ville, lieu de promenade nocturne apprécié des habitants. Oui mais voilà, le canal est aussi une voie importante de migration pour diverses espèces de chauves-souris, dont le Vespertilion de Daubenton, et la lumière risque de grandement les perturber. Comment alors concilier sécurité publique et préservation des chauves-souris ? Pour obtenir une réponse, l’association Drenthe Bat Working Group et les services d’urbanisme de la ville se sont tournés vers la boutique des sciences de l’université de Groningen. Des spécialistes en écologie animale ont diligenté une recherche. Conclusions : les chauves-souris ne sont pas sensibles aux lumières LED vertes. Et, autre bonne nouvelle, l’éclairage LED est plus performant et plus respectueux de l’environnement que les traditionnelles ampoules fluorescentes.
Des informations précieuses pour toutes les associations écologistes de protection de la nature en ville, et pour toutes les municipalités soucieuses d’améliorer leur éclairage public !

Crédits photos : Thierry Fournier

Dans les profondeurs de la chimie de surface

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Dans le cadre du cycle de rencontres/débats « Et si on en parlait », le service Science et Société de l’Université de Lyon invite les citoyens à une série de promenades-découvertes sur le thème de la chimie (2011 a été déclarée Année Internationale de la chimie par l’UNESCO). La première d’entre elles est consacrée au laboratoire de chimie de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon (INL). Plongée dans le laboratoire. Un reportage de Davy Lorans, chargé de mission lien société civile-recherche.

Samedi 14 mai au matin, devant le portail de l’Ecole Centrale, Pauline Lachappelle, médiatrice responsable du programme «Et si on en parlait», nous accueille. Nous sommes une douzaine. Nous formons un groupe mixte intergénérationnel, tous curieux et impatients d’explorer le laboratoire.

Le groupe pénètre dans l’antre des chimistes… Couloirs, escaliers, inscriptions des noms sur les portes : le cadre est à la fois propre, austère et quelque peu suranné. Pas de décor design, pas de gadgets high-tech dans tous les coins. Rien à voir a priori avec l’univers spectaculaire, façon « Les Experts », auquel on pouvait s’attendre.
Le groupe est conduit dans une sorte de salle d’étude équipée d’un tableau blanc. Des livres aux titres savants et abscons s’empilent sur les étagères. « Je vous garantis qu’il n’y aura pas d’interrogation écrite à l’issue de cette matinée ! », précise Jean-Pierre Cloarec. Il souligne ainsi d’emblée que cette rencontre n’est pas un cours magistral, mais l’occasion d’un dialogue. Ingénieur chimiste et biologiste de formation, notre hôte enseigne en chimie et en environnement.

« La surface masque la profondeur » (Oscar Wilde)

«L’Unité Mixte de Recherche, nous explique J.-P. Cloarec, rassemble des titulaires du CNRS et de l’Ecole Centrale appartenant au département Santé et biotechnologies. C’est un laboratoire dont la spécialité est la chimie des surfaces. Nous cherchons à modifier les surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications importantes dans le domaine biomédical » En pratique, les chercheurs travaillent sur des échantillons de matière solide ou liquide dont la taille est plus ou moins équivalente à l’épaisseur d’un cheveu divisé par 1 000 !

Parmi les partenaires intéressés par les applications issues des recherches du labo, on compte l’Etablissement Français du Sang ou le Centre hospitalier Lyon-Sud. « Nous travaillons beaucoup avec les institutions de santé. Nous contribuons notamment au diagnostic médical, en permettant l’identification de nombreuses maladies ».

Place à l’action : une thématique, trois cas pratiques

Pour tenter de saisir ces liens étroits qui unissent chimie et biologie nous nous répartissons en trois groupes. Car pour nous faire appréhender ces disciplines scientifiques pointues que sont la biochimie et la biotechnologie, plusieurs points de vue nous sont offerts. A cet effet, J.-P. Cloarec s’est adjoint l’appui de deux jeunes et sympathiques doctorants du laboratoire, Rémi et Alice.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 2Rémi est québécois, étudiant à l’Université de Sherbrooke, partenaire de l’Ecole Centrale de Lyon. « Je ne connais rien à la chimie, déclare-t-il avec l’accent du Beau Pays, je suis ingénieur spécialisé dans le domaine électrique. »

Un aspect qui a son importance pour ses collègues chimistes. Il nous montre une sorte de Meccano géant (cf photo) qu’il utilise pour ses recherches : « le système de lames de verre connectées à un ordinateur sert à développer des systèmes de détection », explique-t-il. Suivant la fine pellicule de chrome, d’or, etc. qui est déposée sur une surface, les propriétés vont différer. Ce qui va permettre d’analyser plus finement les réactions chimiques que l’on choisit d’effectuer sur ces supports (ici, c’est par exemple la variation du taux de sucre dans de l’eau qui est mesurée).

Virus et bulles de savons…

Les deux visites suivantes enrichissent notre perception de l’activité quotidienne d’un laboratoire de recherche. Avec la découverte de l’emblématique salle de travaux pratiques, c’est tout le pan pédagogique du laboratoire qui nous est dévoilé. Pour Jean-Pierre Cloarec, chaque objet est le support potentiel d’un cours entier ! Et ce, encore plus devant un public pas spécialement expert en chimie.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 3Pour finir, Alice nous décrit sa thèse et la méthodologie qu’elle emploie. Pour trouver une alternative à certains vaccins, tel celui de la grippe, elle se penche (au sens propre comme au sens figuré) sur différents sucres, en cherchant celui qui sera le plus à même de « bloquer un virus dans un coin de l’organisme, et d’éviter ainsi la contagion aux organes vitaux. » Dans une pénombre probablement nécessaire pour protéger les échantillons, la doctorante enchaîne ses « remplissages de biopuces à l’aide de micropipettes », le tout relié à un ordinateur, élément désormais aussi inséparable de l’image du chercheur que sa blouse blanche.

La visite se termine par une discussion animée et riche. Question éthique : « Pourquoi travaillez-vous sur de l’ADN synthétique ? ». Réponse : « Cela évite de tuer d’énormes quantités de souris de laboratoire ! » Question économique : « D’où proviennent vos financements ? » Réponse politique : « Il ne faudrait pas que notre financement dépende uniquement d’appels à projets, comme cela est en train de se dessiner. L’idéal est par exemple d’alterner trois ans de recherche appliquée avec cinq ans de recherche fondamentale : les deux s’enrichissant mutuellement ! » Question de vie quotidienne : « Comment le produit vaisselle parvient-il à détacher la saleté ? » Réponse pédagogique : « C’est une histoire de composants chimiques hydromorphes ou hydrophiles. Pour comprendre, faites cette expérience chez vous : mettez de la poudre de café dans une assiette et lâchez-y quelques gouttes de détergent… Vous verrez comme tout s’écarte ! »

A la fin de la matinée les participants, souriants, remercient les chercheur du temps qu’il nous ont consacré « Nous avons aussi besoin de ce type d’échange, conclut Jean-Pierre Cloarec, c’est important pour nous chercheurs de comprendre comment les gens voient les choses, de prendre la température de la société ».

Voir aussi l’interview de Jean Pierre Cloarec

Copyright pour l’ensemble des photos : Thierry Fournier

Une Xylocope dans mon filet à papillons

Observer les abeilles sauvages en ville.

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société propose aux lyonnais curieux de découvrir les abeilles sauvages du parc de Gerland. Une après-midi sous le soleil pour s’apercevoir que la vie de ces abeilles citadines ne ressemble que très peu à celle de la célèbre Maya ! Un reportage d’Isabelle Bonardi, responsable adjointe du service Science et Société.

Nous sommes une quinzaine ce samedi 16 avril à la Maison des fleurs dans le parc de Gerland. Notre objectif : observer les abeilles sauvages, apprendre à les reconnaître, comprendre pourquoi on en trouve en ville et comment elles y vivent.
A peine la balade commencée, un coup de chance ! Fred, notre animateur spécialiste des insectes, attrape avec son filet à papillon… une abeille. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit d’une Xylocope, ou abeille charpentière, la plus grosse des abeilles françaises. Elle peut mesurer plus de 3 cm. Elle est tellement imposante, qu’un néophyte peut aisément la confondre avec un bourdon ou un frelon.
En l’espace de quelques minutes et sans nous éloigner beaucoup de notre lieu de rendez-vous, nous identifions sur les platebandes fleuries six abeilles sauvages de différentes espèces. En France, on compte plus de 1000 espèces d’abeilles sauvages pour une espèce d’abeille domestique.
Intrigués par notre manège, quelques enfants nous rejoignent et se prêtent, d’abord craintivement puis avec enthousiasme, à l’étude des spécimens recueillis. Kaïs, 11ans abandonne sa trottinette pour passer le reste de l’après-midi avec nous.

Nous apprenons que seule la femelle abeille pique. Le dard est le vestige d’un organe de ponte dont elles ne se servent qu’en cas de danger. Mais, par précaution, Fred ne place entre nos doigts que des mâles. Une expérience étonnante : l’abeille vibre et il faut être adroit pour la tenir convenablement, sans appuyer trop fort pour ne pas l’écraser. On apprend à différencier les genres. Les femelles sont reconnaissables à leur plastron et leurs pattes velues où se loge le pollen qui nourrira les larves. « Et font-elles du miel ?», demande un participant. Et bien non, les abeilles sauvages ne produisent pas de miel. Contrairement aux abeilles dites domestiques, elles ne vivent pas dans une ruche et sont presque toutes solitaires. La plupart nichent dans le sol, dans des tiges creuses ou des branchages.

Dans la peau d’une abeille sauvage…

jeu sur le thème des abeilles sauvagesAprès cette promenade d’observation, nous nous retrouvons à la Maison des fleurs pour participer à un jeu de société. Dans un premier temps il nous faut inventer une ville avec des transports en commun, des habitations, des parcs et espaces verts, des commerces et bureaux… Puis nous changeons de rôle et devenons … des abeilles. Je suis pour ma part une femelle Anthophore, une grosse abeille cousine des bourdons mais moins vivement colorée.
Mon objectif : trouver un nid, un mâle et du pollen pour nourrir mes larves. Un projet d’existence pas si éloigné de celui d’une célibataire de 30 ans…
Est-il facile pour moi maintenant de vivre dans la ville que nous avions imaginé, de m’y reproduire ? Là où nous pensions bien faire, en dotant l’espace urbain de parcs et de jardins partagés, nous nous rendons compte que du point de vue de l’abeille, la présence de produits phytosanitaires (pesticides) dans ces zones de verdure est synonyme de mort assurée !
Les immeubles peuvent-ils accueillir des abeilles ? Oui, pourquoi pas s’ils sont conçus avec des matériaux d’éco-construction. Les abeilles y nichent alors commodément.
Après avoir subi plusieurs échecs dans ma quête existentielle, faute de pouvoir avancer dans des zones dangereuses ou polluées, j’arrive enfin à trouver mon nid dans un parc, du pollen et surtout mon mâle : Kaïs. Celui-ci s’avère volage ! Ravi de gagner des points grâce à notre rencontre, il part ensuite rapidement à la recherche d’une autre femelle à féconder !
Grâce à ce jeu, j’apprends ce qui est réellement important pour la vie des abeilles citadines. Des connaissances très éloignées de mes a priori.

nichoir à abeillesLe jeu terminé, le groupe se réunit autour des nichoirs à abeilles sauvages, installés dans le parc*. Pendant que Kaïs s’exerce à attraper des abeilles et autres insectes avec le filet à papillons, une discussion s’ouvre sur la place de la nature en ville et la place de l’homme dans la nature. Vaste débat ! Protéger la biodiversité semble être une préoccupation partagée.
« Mais que peut-on faire à notre échelle pour protéger les abeilles ? », demande un participant. Pas grand-chose, si l’on considère que la quantité d’insecticides due aux activités privées (jardinage) ne représente que 10% des produits utilisés. Les 90% restant étant dus à l’activité agricole professionnelle. De grandes choses, si la prise de conscience actuelle quant à la nécessité de préserver la nature gagne l’ensemble de la population.
Alors on peut espérer que le respect et la sauvegarde de la biodiversité animeront l‘ensemble des politiques, tant locales que nationales, pour le plus grand bénéfice des abeilles et de l’humanité.


* Ces nichoirs et ces animations sont réalisés dans le cadre d’un projet européen Urbanbees dont l’objectif est de sensibiliser les populations à l’importance du maintien des abeilles sauvages en milieux urbains et périurbains, conditions nécessaires à leur survie.

Crédits photos : Thierry Fournier