Shopping particulier…

Un projet de boutique des sciences à l’Université de Lyon

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société de l’Université de Lyon, en partenariat avec le service de valorisation de la recherche, travaille à la mise en place d’un dispositif traditionnellement appelé « boutique des sciences ». Il s’agit de créer une interface opérationnelle entre les chercheurs et les associations confrontées à des problèmes scientifiques.

Si l’on vous parle de « boutiques de sciences », ne cherchez surtout pas une chaîne de magasins ou vous pourriez acheter une boîte de Petit chimiste pour l’anniversaire de votre aîné. Les boutiques de sciences, comme leur nom ne l’indique pas, sont en réalité des outils de production de connaissances scientifiques au service des associations, syndicats, fédérations et autres groupements de citoyens ayant des activités bénévoles d’intérêt collectif.

Démocratisation des sciences

Sur le modèle des science shops déjà à l’œuvre dans plusieurs pays de l’Union Européenne, (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni notamment) ou encore au Canada, le projet boutique des sciences conduit par le service Science et Société de l’Université de Lyon vise à démocratiser l’accès à la recherche. Grâce à ce dispositif, des acteurs associatifs de la société civile, peuvent bénéficier du soutien de l’équipe scientifique d’un laboratoire universitaire.
« Concrètement, explique Davy Lorans, chargé de la mise en place du projet, les associations nous contactent et nous exposent les questions pour lesquelles elles ont un besoin de compétences scientifiques et/ou techniques. Nous communiquons ces demandes à la communauté scientifique afin de constituer une équipe intéressée par la problématique soulevée. Les structures prioritaires sont les associations qui n’ont pas les moyens de financer des expertises, de payer des cabinets d’études spécialisées. »

Entreprise de coopération à but non lucratif

copyright Thierry FournierUne philosophie de « service public » anime ce dispositif non commercial. Le choix des dossiers ne s’effectue pas selon un quelconque calcul financier mais est fonction, au-delà des besoins particuliers de l’association en demande, de l’intérêt du projet pour la collectivité. «Imaginons, par exemple, expose D. Lorans, qu’une fédération de plongée sous-marine veuille développer une activité dans le Rhône. Mais une question les taraude : la qualité des eaux est-elle suffisante pour se baigner sans danger ? Une question dont la réponse bénéficiera à bien d’autres associations de sports nautiques régionales. Elle présente donc un intérêt collectif suffisant pour être retenue. »

Une fois constituée, l’équipe de chercheurs en charge du dossier travaille en étroite collaboration avec les demandeurs pour mettre en place un projet adapté, depuis la formulation de la demande en question de recherche, jusqu’à l’édition d’un rapport ad hoc. Les études se font dans un esprit de coopération entre les deux parties : « Les demandeurs sont également, dans une certaine mesure, acteurs de la recherche qui les concerne. Ils doivent mettre à disposition des scientifiques tous les éléments d’information dont ils disposent, mais aussi éventuellement participer à la collecte de données sur le terrain. Bref, ils épaulent les chercheurs au mieux de leurs possibilités. »

Publicité généreuse

A la fin du travail, l’association a une obligation de publication des résultats. Elle participe à la diffusion du rapport, en organisant, par exemple, une soirée de restitution avec l’Université. Elle se charge aussi d’une campagne de presse appropriée, etc. L’objectif étant de promouvoir efficacement le rapport de façon à ce que tous les acteurs sociaux intéressés puissent en profiter : la boutique des sciences travaille pour le bien commun.
De son côté, l’université se charge d’une diffusion dans les cercles scientifiques, en mettant notamment en ligne les rapports.
Dans le contexte spécifique de l’Université de Lyon (fédération de dix-huit établissements d’enseignement supérieur et de recherche, répartis sur un territoire couvrant les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain) le champ des thématiques de recherche a été restreint à deux grands secteurs : l’environnement et la santé. Pour l’instant le dispositif est en cours d’installation. Le lancement des projets-pilotes devrait avoir lieu début 2012.

Éclairage municipal et chauves-souris.

Les chauves-souris supportent sans dommage les lumières LED vertes : tel est le résultat d’une étude de la boutique des sciences de l’université de Groningen (Pays-Bas). En 2009, la municipalité de Assen décide d’installer un éclairage public le long du canal qui traverse la ville, lieu de promenade nocturne apprécié des habitants. Oui mais voilà, le canal est aussi une voie importante de migration pour diverses espèces de chauves-souris, dont le Vespertilion de Daubenton, et la lumière risque de grandement les perturber. Comment alors concilier sécurité publique et préservation des chauves-souris ? Pour obtenir une réponse, l’association Drenthe Bat Working Group et les services d’urbanisme de la ville se sont tournés vers la boutique des sciences de l’université de Groningen. Des spécialistes en écologie animale ont diligenté une recherche. Conclusions : les chauves-souris ne sont pas sensibles aux lumières LED vertes. Et, autre bonne nouvelle, l’éclairage LED est plus performant et plus respectueux de l’environnement que les traditionnelles ampoules fluorescentes.
Des informations précieuses pour toutes les associations écologistes de protection de la nature en ville, et pour toutes les municipalités soucieuses d’améliorer leur éclairage public !

Crédits photos : Thierry Fournier

Dans les profondeurs de la chimie de surface

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Dans le cadre du cycle de rencontres/débats « Et si on en parlait », le service Science et Société de l’Université de Lyon invite les citoyens à une série de promenades-découvertes sur le thème de la chimie (2011 a été déclarée Année Internationale de la chimie par l’UNESCO). La première d’entre elles est consacrée au laboratoire de chimie de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon (INL). Plongée dans le laboratoire. Un reportage de Davy Lorans, chargé de mission lien société civile-recherche.

Samedi 14 mai au matin, devant le portail de l’Ecole Centrale, Pauline Lachappelle, médiatrice responsable du programme «Et si on en parlait», nous accueille. Nous sommes une douzaine. Nous formons un groupe mixte intergénérationnel, tous curieux et impatients d’explorer le laboratoire.

Le groupe pénètre dans l’antre des chimistes… Couloirs, escaliers, inscriptions des noms sur les portes : le cadre est à la fois propre, austère et quelque peu suranné. Pas de décor design, pas de gadgets high-tech dans tous les coins. Rien à voir a priori avec l’univers spectaculaire, façon « Les Experts », auquel on pouvait s’attendre.
Le groupe est conduit dans une sorte de salle d’étude équipée d’un tableau blanc. Des livres aux titres savants et abscons s’empilent sur les étagères. « Je vous garantis qu’il n’y aura pas d’interrogation écrite à l’issue de cette matinée ! », précise Jean-Pierre Cloarec. Il souligne ainsi d’emblée que cette rencontre n’est pas un cours magistral, mais l’occasion d’un dialogue. Ingénieur chimiste et biologiste de formation, notre hôte enseigne en chimie et en environnement.

« La surface masque la profondeur » (Oscar Wilde)

«L’Unité Mixte de Recherche, nous explique J.-P. Cloarec, rassemble des titulaires du CNRS et de l’Ecole Centrale appartenant au département Santé et biotechnologies. C’est un laboratoire dont la spécialité est la chimie des surfaces. Nous cherchons à modifier les surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications importantes dans le domaine biomédical » En pratique, les chercheurs travaillent sur des échantillons de matière solide ou liquide dont la taille est plus ou moins équivalente à l’épaisseur d’un cheveu divisé par 1 000 !

Parmi les partenaires intéressés par les applications issues des recherches du labo, on compte l’Etablissement Français du Sang ou le Centre hospitalier Lyon-Sud. « Nous travaillons beaucoup avec les institutions de santé. Nous contribuons notamment au diagnostic médical, en permettant l’identification de nombreuses maladies ».

Place à l’action : une thématique, trois cas pratiques

Pour tenter de saisir ces liens étroits qui unissent chimie et biologie nous nous répartissons en trois groupes. Car pour nous faire appréhender ces disciplines scientifiques pointues que sont la biochimie et la biotechnologie, plusieurs points de vue nous sont offerts. A cet effet, J.-P. Cloarec s’est adjoint l’appui de deux jeunes et sympathiques doctorants du laboratoire, Rémi et Alice.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 2Rémi est québécois, étudiant à l’Université de Sherbrooke, partenaire de l’Ecole Centrale de Lyon. « Je ne connais rien à la chimie, déclare-t-il avec l’accent du Beau Pays, je suis ingénieur spécialisé dans le domaine électrique. »

Un aspect qui a son importance pour ses collègues chimistes. Il nous montre une sorte de Meccano géant (cf photo) qu’il utilise pour ses recherches : « le système de lames de verre connectées à un ordinateur sert à développer des systèmes de détection », explique-t-il. Suivant la fine pellicule de chrome, d’or, etc. qui est déposée sur une surface, les propriétés vont différer. Ce qui va permettre d’analyser plus finement les réactions chimiques que l’on choisit d’effectuer sur ces supports (ici, c’est par exemple la variation du taux de sucre dans de l’eau qui est mesurée).

Virus et bulles de savons…

Les deux visites suivantes enrichissent notre perception de l’activité quotidienne d’un laboratoire de recherche. Avec la découverte de l’emblématique salle de travaux pratiques, c’est tout le pan pédagogique du laboratoire qui nous est dévoilé. Pour Jean-Pierre Cloarec, chaque objet est le support potentiel d’un cours entier ! Et ce, encore plus devant un public pas spécialement expert en chimie.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 3Pour finir, Alice nous décrit sa thèse et la méthodologie qu’elle emploie. Pour trouver une alternative à certains vaccins, tel celui de la grippe, elle se penche (au sens propre comme au sens figuré) sur différents sucres, en cherchant celui qui sera le plus à même de « bloquer un virus dans un coin de l’organisme, et d’éviter ainsi la contagion aux organes vitaux. » Dans une pénombre probablement nécessaire pour protéger les échantillons, la doctorante enchaîne ses « remplissages de biopuces à l’aide de micropipettes », le tout relié à un ordinateur, élément désormais aussi inséparable de l’image du chercheur que sa blouse blanche.

La visite se termine par une discussion animée et riche. Question éthique : « Pourquoi travaillez-vous sur de l’ADN synthétique ? ». Réponse : « Cela évite de tuer d’énormes quantités de souris de laboratoire ! » Question économique : « D’où proviennent vos financements ? » Réponse politique : « Il ne faudrait pas que notre financement dépende uniquement d’appels à projets, comme cela est en train de se dessiner. L’idéal est par exemple d’alterner trois ans de recherche appliquée avec cinq ans de recherche fondamentale : les deux s’enrichissant mutuellement ! » Question de vie quotidienne : « Comment le produit vaisselle parvient-il à détacher la saleté ? » Réponse pédagogique : « C’est une histoire de composants chimiques hydromorphes ou hydrophiles. Pour comprendre, faites cette expérience chez vous : mettez de la poudre de café dans une assiette et lâchez-y quelques gouttes de détergent… Vous verrez comme tout s’écarte ! »

A la fin de la matinée les participants, souriants, remercient les chercheur du temps qu’il nous ont consacré « Nous avons aussi besoin de ce type d’échange, conclut Jean-Pierre Cloarec, c’est important pour nous chercheurs de comprendre comment les gens voient les choses, de prendre la température de la société ».

Voir aussi l’interview de Jean Pierre Cloarec

Copyright pour l’ensemble des photos : Thierry Fournier

Une Xylocope dans mon filet à papillons

Observer les abeilles sauvages en ville.

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société propose aux lyonnais curieux de découvrir les abeilles sauvages du parc de Gerland. Une après-midi sous le soleil pour s’apercevoir que la vie de ces abeilles citadines ne ressemble que très peu à celle de la célèbre Maya ! Un reportage d’Isabelle Bonardi, responsable adjointe du service Science et Société.

Nous sommes une quinzaine ce samedi 16 avril à la Maison des fleurs dans le parc de Gerland. Notre objectif : observer les abeilles sauvages, apprendre à les reconnaître, comprendre pourquoi on en trouve en ville et comment elles y vivent.
A peine la balade commencée, un coup de chance ! Fred, notre animateur spécialiste des insectes, attrape avec son filet à papillon… une abeille. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit d’une Xylocope, ou abeille charpentière, la plus grosse des abeilles françaises. Elle peut mesurer plus de 3 cm. Elle est tellement imposante, qu’un néophyte peut aisément la confondre avec un bourdon ou un frelon.
En l’espace de quelques minutes et sans nous éloigner beaucoup de notre lieu de rendez-vous, nous identifions sur les platebandes fleuries six abeilles sauvages de différentes espèces. En France, on compte plus de 1000 espèces d’abeilles sauvages pour une espèce d’abeille domestique.
Intrigués par notre manège, quelques enfants nous rejoignent et se prêtent, d’abord craintivement puis avec enthousiasme, à l’étude des spécimens recueillis. Kaïs, 11ans abandonne sa trottinette pour passer le reste de l’après-midi avec nous.

Nous apprenons que seule la femelle abeille pique. Le dard est le vestige d’un organe de ponte dont elles ne se servent qu’en cas de danger. Mais, par précaution, Fred ne place entre nos doigts que des mâles. Une expérience étonnante : l’abeille vibre et il faut être adroit pour la tenir convenablement, sans appuyer trop fort pour ne pas l’écraser. On apprend à différencier les genres. Les femelles sont reconnaissables à leur plastron et leurs pattes velues où se loge le pollen qui nourrira les larves. « Et font-elles du miel ?», demande un participant. Et bien non, les abeilles sauvages ne produisent pas de miel. Contrairement aux abeilles dites domestiques, elles ne vivent pas dans une ruche et sont presque toutes solitaires. La plupart nichent dans le sol, dans des tiges creuses ou des branchages.

Dans la peau d’une abeille sauvage…

jeu sur le thème des abeilles sauvagesAprès cette promenade d’observation, nous nous retrouvons à la Maison des fleurs pour participer à un jeu de société. Dans un premier temps il nous faut inventer une ville avec des transports en commun, des habitations, des parcs et espaces verts, des commerces et bureaux… Puis nous changeons de rôle et devenons … des abeilles. Je suis pour ma part une femelle Anthophore, une grosse abeille cousine des bourdons mais moins vivement colorée.
Mon objectif : trouver un nid, un mâle et du pollen pour nourrir mes larves. Un projet d’existence pas si éloigné de celui d’une célibataire de 30 ans…
Est-il facile pour moi maintenant de vivre dans la ville que nous avions imaginé, de m’y reproduire ? Là où nous pensions bien faire, en dotant l’espace urbain de parcs et de jardins partagés, nous nous rendons compte que du point de vue de l’abeille, la présence de produits phytosanitaires (pesticides) dans ces zones de verdure est synonyme de mort assurée !
Les immeubles peuvent-ils accueillir des abeilles ? Oui, pourquoi pas s’ils sont conçus avec des matériaux d’éco-construction. Les abeilles y nichent alors commodément.
Après avoir subi plusieurs échecs dans ma quête existentielle, faute de pouvoir avancer dans des zones dangereuses ou polluées, j’arrive enfin à trouver mon nid dans un parc, du pollen et surtout mon mâle : Kaïs. Celui-ci s’avère volage ! Ravi de gagner des points grâce à notre rencontre, il part ensuite rapidement à la recherche d’une autre femelle à féconder !
Grâce à ce jeu, j’apprends ce qui est réellement important pour la vie des abeilles citadines. Des connaissances très éloignées de mes a priori.

nichoir à abeillesLe jeu terminé, le groupe se réunit autour des nichoirs à abeilles sauvages, installés dans le parc*. Pendant que Kaïs s’exerce à attraper des abeilles et autres insectes avec le filet à papillons, une discussion s’ouvre sur la place de la nature en ville et la place de l’homme dans la nature. Vaste débat ! Protéger la biodiversité semble être une préoccupation partagée.
« Mais que peut-on faire à notre échelle pour protéger les abeilles ? », demande un participant. Pas grand-chose, si l’on considère que la quantité d’insecticides due aux activités privées (jardinage) ne représente que 10% des produits utilisés. Les 90% restant étant dus à l’activité agricole professionnelle. De grandes choses, si la prise de conscience actuelle quant à la nécessité de préserver la nature gagne l’ensemble de la population.
Alors on peut espérer que le respect et la sauvegarde de la biodiversité animeront l‘ensemble des politiques, tant locales que nationales, pour le plus grand bénéfice des abeilles et de l’humanité.


* Ces nichoirs et ces animations sont réalisés dans le cadre d’un projet européen Urbanbees dont l’objectif est de sensibiliser les populations à l’importance du maintien des abeilles sauvages en milieux urbains et périurbains, conditions nécessaires à leur survie.

Crédits photos : Thierry Fournier