Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 4

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Andrew Fox était convié à une réception au Laboratoire le vendredi 2 août au soir, au cours de laquelle aurait lieu la présentation des travaux prometteurs d’un groupe de chercheurs. Le journaliste avait en effet été sollicité pour publier un article sur lesdits travaux dans la prochaine édition du NewsLab. Ce dernier avait donc décidé de s’entretenir avec le directeur du Laboratoire, afin de permettre à David de se procurer ses cellules souches. David, n’ayant pas d’invitation à la réception, était resté dans la voiture d’Andrew, en face de l’entrée du Laboratoire, dans l’attente du signal du journaliste pour venir chercher son bien. Au bout d’une longue heure d’attente à imaginer tous les scénarios possibles et imaginables, David sentit son portable vibrer dans sa poche. « David, le directeur dit qu’il est impossible que tu récupères tes cellules aujourd’hui… Je suis navré… Et il ne semble pas vouloir définir de date postérieure… » dit le journaliste d’une voix sourde et empreinte de compassion. David sentit une vague de déception, de fureur et de panique traverser son corps. Ce n’était pas le moment de baisser les bras. Il raccrocha immédiatement pour composer un autre numéro. « Evaelyne, c’est David… J’ai besoin de ton aide, c’est urgent… Il faut que tu trouves un plan du Laboratoire et que tu m’indiques où se trouve la banque de cellules souches… » dit David d’un ton précipité. « J’aurais aussi besoin qu’à mon signal, tu trouves le moyen de faire sauter l’intégralité du circuit électrique du Laboratoire. Je vais chercher mes cellules. » Le bruit des percussions rapides du clavier d’ordinateur dans le combiné lui indiquèrent que la jeune fille avait déjà débuté ses recherches. Avec angoisse, David parcourut du regard l’intérieur du véhicule dans l’espoir de trouver une aide quelconque pour lui permettre de pénétrer dans le Laboratoire, à l’abri de tout soupçon. Dans la boîte à gants, David trouva un ancien badge du Laboratoire appartenant à Andrew. Il lui vint alors à l’esprit de se faire passer pour son stagiaire. Rassemblant ses affaires dans une mallette, il sortit avec empressement de la voiture. Arrivé face à la sécurité, tentant de ne pas faire transparaître son angoisse, il présenta son badge et expliqua qu’il venait apporter un document d’une importance cruciale à son maître de stage, Andrew Fox. Après un court instant où le vigile se renseigna de l’identité du journaliste, David fut autorisé à enter.

La salle était remplie et la crème de la société débattait allègrement autour du buffet. Tous les invités appartenaient à cette classe de la société, inatteignable aux “déficitaires”, et qui ne semblaient en rien être affectés par l’injustice effroyable qui se déjouait sous leurs yeux aveuglés par la richesse et les privilèges.

La réception battait son plein. Andrew Fox avait sorti son calepin et semblait en pleine conversation avec un des chercheurs qui venait d’assurer la conférence. Sans être vu, David s’esquissa de la salle en direction des toilettes des hommes.

En s’assurant qu’il n’était pas suivi, il se rendit à une intersection entre deux murs d’une blancheur aseptisée. Les mains ankylosées par l’angoisse, il composa le numéro d’Evaelyne. Sa voix lui parut lointaine: “La banque de cellules souches se situe au sous-sol du bâtiment principal, près de l’institut de virologie.” Voilà exactement l’information dont avait besoin David à cet instant précis. La communication coupa immédiatement et David pris l’ascenseur le plus proche en direction du sous-sol, s’assurant toujours que personne ne le suivait. Le sang battait à ses tempes, l’étourdissait et il dû prendre un moment pour calmer son pouls. Avançant avec précaution dans la pénombre, il atteint après plusieurs minutes qui lui parurent une éternité une immense porte vitrée munie d’un système de sécurité haute gamme, et qui portait l’inscription, en caractères lumineux : “Réservé au personnel autorisé.” Un tableau tactile était destiné à recevoir les empreintes digitales et plus haut, un dispositif permettait d’analyser la rétine du corps médical. David s’attendait à un système de sécurité aussi sophistiqué. Il composa à nouveau le numéro d’Evaelyne et la communication fut rétablie. “J’y suis” dit-il simplement, sans hésitation.

David tremblait à présent, à la fois de peur d’être découvert et d’appréhension pour l’acte qu’il était sur le point d’accomplir. Impossible de retourner en arrière. Son sort en résulterait. Après quelques instants interminables, une alarme fracassante retentit, alors que le reste du bâtiment était plongé dans la pénombre. Evaelyne avait réussi. Elle avait fait disjoncter l’ensemble du réseau électrique du Laboratoire. David, conscient qu’il ne disposait que de peu de temps, sortit de sa mallette d’apprenti journaliste une lampe frontale ainsi qu’un marteau à glace et entreprit de briser la vitre qui le séparait des précieuses cellules.

Après maintes tentatives, la panique l’engourdit. La vitre était trop solide. Il ne lui restait qu’une solution, qu’il redoutait par-dessus tout. Il saisit alors avec précaution le révolver dont il s’était muni en cas d’extrême nécessité. En le saisissant à deux mains, il pressa lentement sur la détente, ferma les yeux, et la vitre vola en éclats. Terrifié, les mains moites et frémissantes, David se précipita dans la brèche qu’il venait de créer et se dirigea à l’aveugle entre l’océan d’étagères contenant les cellules souches. “Comment vais-je parvenir à retrouver mes cellules parmi tous ces étalages ?”, s’angoissait David. Soudain, une idée lui vint. Il devait sans doute exister une logique dans la façon dont étaient rangées les cellules. David vit avec un soulagement intense que les années d’extraction des cellules souches étaient indiquées en noir sur les tubes contenant les cellules. “2034…2034…2034…” Ce nombre résonnait dans l’esprit de David comme une promesse de délivrance.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

David était tellement concentré sur la recherche du nombre fatidique qu’il lui fallut un instant pour réaliser que le bruit qu’il lui semblait avoir entendu était bien réel. Des pas en provenance de l’entrée résonnaient en cadence militaire et des éclats de voix lui parvinrent. Dans l’urgence et la précipitation, son portable dissimulé dans la poche ventrale de sa veste avait malencontreusement établi la communication avec Andrew Fox, si bien que son souffle haletant et irrégulier parvint au journaliste.  “Merde !!”, ne put-il s’empêcher de s’exclamer. Pas moyen de se cacher, les allées entre les compartiments des cellules étaient disposées de façon symétrique à la manière des rayons d’un supermarché et ne recelaient aucun habitacle de la taille d’un homme. David avait conscience que sa vie était en train de se jouer à cet instant précis et il décida de tenter le tout pour le tout. Il s’était promis de ne contacter Andrew qu’en cas d’extrême nécessité. Il se rua alors dans l’allée la plus proche, et balaya du regard avec une rapidité digne d’un coureur olympique l’inscription que portaient les tubes. “2028! J’y suis presque”, s’encouragea David alors que les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus. Son cœur battait avec force, comme si un dernier élan de vie poussait le jeune homme moribond à une dernière lutte pour sa survie. Après avoir parcouru deux allées avec fracas, David sursauta au son d’une détonation. Les hommes qui le poursuivaient étaient armés. Ils n’hésiteraient pas une seconde à tirer davantage pour le stopper dans sa course.

David se précipita tel un forcené en direction de la quatrième rangée à partir de laquelle il se trouvait. Les tirs s’intensifiaient dans sa direction et des éclairs lumineux rendaient la poursuite insoutenable. David trébucha soudain et s’effondra dans la rangée qui détenait son butin. Sa cheville droite formait un angle étrange avec son tibia. L’effort qu’il fit pour se relever le fit trébucher de nouveau. Impossible de s’en sortir, il était pris au piège. Tant bien que mal, David se redressa et parcourut la rangée en claudiquant, le regard plein d’espoir vers ces tubes qui recelaient son dernier souffle.

Soudain, un tir retentit. La déflagration était si proche que David fut surpris de la vive douleur qui lui traversa l’abdomen. Alors qu’un liquide chaud ruisselait de sa poitrine, David vit son nom sur un tube à quelques centimètres de lui. Il le saisit, et s’effondra pour ne plus jamais se relever. Ses cellules, si précieuses, étaient posées près de son cœur qui esquissa son dernier battement.

FIN

Klervi GOLHEN

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (29 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/776

Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 3

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Après un coup d’œil sur son écran d’ordinateur, comme David avait pris l’habitude de faire ces cinq derniers jours, il y vit avec étonnement la présence d’un nouveau message non  lu. Expéditeur : Andrew Fox. Avec appréhension, il commença la lecture du mail.

« Monsieur Paole,

Je suis navré d’apprendre votre condition. J’éprouve cependant un vif intérêt pour la proposition exposée dans votre mail.

RDV le lundi 22 juillet à 16h au Coff’n’Tea.

Cordialement,

Andrew Fox. »

La lueur d’espoir entrevue à la lecture du message se ternit à la pensée de l’opération. Il restait exactement deux jours à David pour contacter le réseau souterrain et s’assurer de la faisabilité de l’opération. Sinon, tout serait voué à l’échec et il n’aurait plus qu’à attendre passivement sa propre mort.

Le jour suivant, David se rendit au lieu indiqué par monsieur Lejoski. La frontière entre les deux mondes, celui des génomes « aptes » et celui des « déficitaires » était frappante. Les rues croulaient sous l’amoncellement d’ordures, des bâtiments aux façades plus délabrées les unes que les autres juxtaposaient des sortes de hangars aux allures d’abattoir. Difficile pour David d’imaginer comment de telles inégalités avaient pu voir le jour, en ce vingt-deuxième siècle.

Après plusieurs heures d’errance dans ces rues sinistres, David parvint à l’adresse qu’il recherchait. Un homme au front dégarni à l’air méfiant lui ouvrit la porte. Il était le chirurgien auquel monsieur Lejoski avait fait appel pour l’opération de sa fille. Quand David lui expliqua sa situation, l’homme sembla perplexe. En effet, pour que David puisse recourir à l’opération, il lui faudrait faire don d’un de ses organes. Or la leucémie fulgurante dont il était frappé remettait en question leur état. Cela sans compter l’affaiblissement physique dont souffrirait David s’il était forcé à subir une double opération. La détérioration de son organisme avait déjà commencé et pour s’assurer d’un maximum de succès de l’opération, le chirurgien proposa à David un prélèvement immédiat de l’organe d’échange, en l’occurrence son rein.

David était pris de court. La situation, à l’image de sa visite médicale, avait pris un revers inattendu. S’il avait eu plus de temps, il y aurait peut-être réfléchi à deux fois. Mais le temps lui était précieux. Tremblant d’appréhension, David acquiesça à la requête du médecin et ils se rendirent vers la salle d’opération, au sous-sol. Rien en ce lieu n’inspirait la confiance, malgré les efforts effectués pour maintenir la pièce stérile. La lumière pâle tremblotait et des instruments chirurgicaux aux formes menaçantes projetaient leur ombre sur les murs jaunissants. Pas d’anesthésistes, ni d’infirmières. Le secret médical ou plutôt, secret d’une société en perdition resterait confiné entre ces murs. David s’allongea en sueur sur la table d’opération, respira le gaz et s’endormit aussitôt.

Quand David reprit connaissance, il était allongé dans son lit, un moniteur mesurant son pouls. Un bref instant, il crut que l’opération n’avait pas eu lieu, que tout cela n’avait été qu’un rêve. Pour s’en persuader, il souleva son t-shirt à l’endroit du rein et y vit une cicatrice de la largeur d’une main. Malgré sa faiblesse et sa fatigue, il ne put se retenir d’esquisser un sourire. La greffe de ses cellules souches allait avoir lieu !

Le lendemain, David se rendit avec peine sur le lieu du rendez-vous. Le Coff’n’Tea était un endroit chaleureux, apprécié des étudiants de la ville, et idéal pour entretenir une conversation à l’écart de toute indiscrétion. Un homme d’une quarantaine d’années, était assis à une table, un peu à l’écart et était plongé dans la lecture d’un journal. Quand David s’adressa à lui, il releva lentement la tête, redressa les lunettes sur son nez et d’un air sérieux, lui serra la main.

“Monsieur Paole ? Andrew Fox.” dit-il d’une voix ferme et assurée.

Après s’être longuement entretenus, les deux hommes échangèrent une poignée de main puis s’éloignèrent dans deux directions opposées. David sentait son assurance se renforcer et il se sentait prêt à affronter ce qui l’attendait. Il n’était plus seul. Le plan qu’il venait de concocter avec le journaliste pour obtenir ses cellules souches au Laboratoire était d’une logique implacable. Sans cela, David n’avait aucune autre chance. Et l’échec, il le savait bien, lui serait fatal.

Le journaliste s’était constitué, durant ses longues années d’expérience, un réseau de contacts varié. Parmi eux, une jeune fille, Evaelyne, de l’âge de David, peu bavarde mais pirate informatique émérite. Elle lui était venue en aide à de nombreuses reprises afin d’obtenir des renseignements gardés « Secret Défense » par le Laboratoire et d’autres entreprises sectaires. Sur les conseils d’Andrew, David l’avait contactée par mail afin d’obtenir plus d’informations sur le stockage des cellules dans le Laboratoire. Il avait alors découvert, non sans effroi, l’incroyable profit que réalisait la banque de cellules souches. L’inégalité face à l’accès aux soins révoltait David plus que tout et sur ce point, Evaelyne le rejoignait. Aussi, c’est tout naturellement, que la jeune fille, bien que connaissant les risques qu’elle encourait, avait proposé son aide à David. Une rage intérieure la dévorait : elle détestait ce système, elle détestait les inégalités, et seule sa virtuosité en matière d’informatique lui donnait un moyen de lutte efficace.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (28 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/772

Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 2

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Depuis plusieurs mois, il s’était attaché avec un intérêt accru aux articles de ce journal rédigés par un certain journaliste du nom d’Andrew Fox. Son intérêt portait plus particulièrement sur l’édition la plus récente, qui faisait preuve d’une initiative croissante de la part du journaliste dans la dénonciation de certaines pratiques du Laboratoire. En effet, ce qui n’était que de l’ordre de la fiction il y a quelques années était devenu bien réel suite aux remaniements ministériels. Le Laboratoire détenait dorénavant le monopole de tous les services de santé, de la recherche aux soins délivrés. Ceci aurait pu constituer une considérable avancée dans la progression de la recherche et des traitements contre des maladies jusqu’alors incurables. Cependant, le Laboratoire appartenait au secteur privatisé par l’Etat. L’existence des brevets concernant les divers protocoles de soins rendaient leur accès très inégal. La majorité de la population n’avait alors pas accès à ces nouveaux traitements. La constitution d’une unique et exclusive banque privée de sang autologue de cordon au Laboratoire en était la preuve frappante.

David avait pris connaissance de cette réalité à la lecture de ce journal, mais n’en avait jamais subi les conséquences jusqu’alors.  Il avait bien conscience que tenter une quelconque action contre le monopole du Laboratoire constituait un délit punissable de mort.

Au vu de sa situation, David ne craignait plus ce genre de menaces. S’il devait pour vaincre sa maladie, outrepasser toutes les lois établies par le système, il n’aurait aucune hésitation. Il lui fallait tenter le tout pour le tout et il avait une idée.

Après quelques recherches, David avait collecté toutes les informations nécessaires à la mise en place de sa vendetta.

Il avait envoyé un mail expliquant l’impasse de sa situation à Andrew Fox. Toute la subtilité de sa requête auprès du journaliste résidait dans la création d’un scandale visant le Laboratoire. Dans son mail, David l’avait prié de lui accorder une rencontre pour lui exposer ses motivations et synchroniser leurs actions. Il était temps de révéler au reste du monde la réalité de cet univers trop longtemps adulé. Car des secrets et des scandales, le Laboratoire en était fourni. Pour sûr. Leur mantra commun serait donc de dénoncer et de renverser le monopole du Laboratoire.

David n’avait plus qu’à patienter, dans l’espoir d’une réponse. Or la course contre la montre avait commencé et David sentait ses forces le délaisser un peu plus rapidement de jour en jour.

L’autre versant de sa situation était l’opération coûteuse qu’il devrait recevoir une fois ses cellules souches en sa possession. Or il lui était impossible d’acquérir une telle somme sans emploi, et sans soutien extérieur.

Lorsqu’il travaillait encore à l’industrie, quelques mois plus tôt, David avait surpris une conversation entre deux employés du service de nettoyage, tous deux « déficitaires ». La fille de l’un d’entre eux venait de se fracturer le tibia et nécessitait une intervention chirurgicale rapide, sous peine d’amputation du membre. Le père, conscient du coût exorbitant de l’opération, avait dans l’angoisse, pris contact avec un réseau souterrain de médecins chirurgiens. En échange d’un organe comme un rein ou un poumon, l’intéressé recevait l’opération salvatrice. Nul ne savait ce qui était fait des organes prélevés.

David se rendit donc sur le lieu de l’usine, alors désaffectée, où il travaillait jadis. Le lieu, désert, semblait avoir été abandonné brutalement. Tout se trouvait à l’exacte place à laquelle David se souvenait. Un panneau jaune et noir attira toutefois son attention : « Danger. Matières radioactives. A vos risques et périls. » David pensa avec ironie qu’il était trop tard pour lui, qu’importe la dose qu’il recevrait, son organisme avait déjà baissé les armes.

Il prit la direction des bureaux, où, selon lui, restaient encore les dossiers contenant les noms de tous les employés du service. La salle semblait avoir été mise à sac. Des dossiers ouverts avaient leur contenu éparpillé à terre, comme si une rafale de vent était la cause du désordre. David pressentait que l’ancien directeur était venu récupérer les fichiers compromettants afin de limiter le scandale. Mais à cet instant, David ne se souciait que de retrouver la liste du personnel de nettoyage. Il lui fallut plusieurs heures pour dénicher ce qu’il recherchait.

Une fois chez lui, David composa le numéro de l’homme qui semblait avoir le profil correspondant.

– « Allô ? » C’était une voix d’homme profonde, que David reconnut immédiatement.

« Bonsoir,  monsieur Lejoski ? »

 « Oui c’est bien ça, qui êtes vous ? »

« David Paole, je travaillais à l’usine Factory Doe comme vous. »

« Qu’est ce que vous me voulez ? » répondit-il brutalement.

« J’appelle au sujet de votre fille, monsieur Lejoski. De son opération, pour être précis. ».

« … » silence au bout de la ligne. David sentit son cœur battre à tout rompre alors qu’il répétait ce qu’il avait méticuleusement préparé.

« Je ne vous dénoncerai pas monsieur Lejoski. Je sais ce que vous avez été forcé à faire, et les raisons qui vous y ont poussé pour sauver votre fille. Vous aurez mon silence si vous me donnez un moyen pour contacter le réseau souterrain et en me jurant de garder le silence quant à la raison de mon appel. »

Après un long discours, David parvint à persuader l’homme de lui octroyer sa confiance. Il lui transmit l’adresse du réseau ainsi que le nom du chirurgien qui avait effectué l’opération de sa fille.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (27 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/769

Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 1

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

David était confiant au moment où il se rendit sur le lieu de l’entretien et il sentait son pouls rythmer sa marche lorsqu’il atteignit le bureau de contrôle, où une assistante préleva une goutte de sang afin de vérifier son identité. Dans cette société où chaque individu se voyait attribuer une identité incontournable dès la naissance par l’analyse de son génome, impossible de se détourner de l’emprise de son destin génétiquement programmé. La possession d’un « bon génome » ou d’un « génome apte », comme s’entêtaient à marteler les généticiens, ouvrait la voie du succès. Le simple fait de présenter une goutte de ce sang « douée des plus hautes espérances » suffisait à ouvrir les portes de la grandeur et des postes importants. Pour le reste, les « déficitaires » ou plus communément appelés « sous génomes », place à la chance plus qu’à l’aptitude. Condamnés à exercer des tâches plus misérables les unes que les autres, bien sûr délaissés et eux-mêmes reclus des activités réservées aux « aptes », difficile de gravir les échelons de cette société élitiste.

La roue de la fortune avait joué en son avantage car à la naissance, David avait été doté d’un ADN « sain ». Il ne redoutait dès lors en aucun cas le cloisonnement social. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle la recherche d’un nouvel emploi s’était avérée fructueuse. Il avait récemment démissionné de son poste précédent dans une industrie de production de produits radioactifs à destination médicale pour raisons salariales. Cependant, leur manque de moyens depuis la disparition de son père et la saisie d’une partie de leurs biens les avaient laissés, lui et sa famille, dans la détresse et l’appréhension du lendemain. Cela, sans que leur précieux génome ne puisse leur venir en aide.

Une fois identifié par le système de sécurité, David fut conduit dans une salle où le médecin du travail effectua toute une série de tests sur sa vision, son ouïe, son rythme cardiaque, procéda à des analyses d’urine et termina par une série de prise d’images de ses poumons et de son système nerveux.

Les résultats furent quasi instantanés. « Tout semble parfaitement dans l’ordre », affirma le médecin. Mais après une légère pause, il leva les yeux de sa tablette présentant les résultats des analyses. David put y lire une lueur de compassion. En s’excusant brièvement, il sortit avec empressement de la salle et revint quelques instants plus tard avec un appareil destiné à analyser la concentration sanguine de lymphocytes. David connaissait bien cet équipement : il avait utilisé à de nombreuses reprises lors de sa formation en tant que personnel médical. Il plaça alors son doigt sur l’appareil et le médecin ne put retenir une exclamation. « Monsieur, je suis navré de vous annoncer cela… Quel âge avez-vous déjà ? ».  « Vingt six ans. »

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

« Si jeune, et pourtant … » marmonna le médecin. « Monsieur… j’ai bien peur que vous souffriez d’une maladie incurable… Une leucémie fulgurante pour être précis. Votre système immunitaire se dégrade à une vitesse folle. » Le médecin semblait gêné mais son professionnalisme l’empêchait de s’apitoyer sur le sort de son patient. David retint son souffle, les murs blancs aseptisés semblaient se refermer sur lui. Il en avait la nausée. Chancelant, il s’effondra sur une chaise à proximité. Le médecin lui dit froidement « Attendez ici, je vais vous chercher un verre d’eau et un peu de sucre. » Les pensées se bousculaient dans la tête de David, incrédule : « Impossible, ce n’est pas à moi que ça arrive ! Mourir maintenant ? Invraisemblable! Ce n’est qu’un cauchemar, juste un cauchemar, je vais me réveiller! David réveille-toi, réveille-toi, réveille… » « Monsieur ? Monsieur ? » aboyait le médecin, penché sur son visage. Mais David ne put esquisser un geste, ses membres étaient de coton. Pâle et transpirant de peur, il tenta de se renseigner sur sa maladie. A quoi était-elle due ? Pourquoi lui ? Comment se faisait-il que, bien portant jusque là, rien n’ait jamais été détecté ? Prudemment, le médecin expliqua : « Vous avez sûrement été récemment exposé à des taux de radiation extrêmement brefs mais intenses. Sans doute bien supérieurs au seuil de tolérance de votre organisme, pour je ne sais quelle raison. C’est pour cela que rien n’a été détecté jusqu’alors. Votre moelle épinière a du être touchée et la structure de vos cellules productrices de celles du sang a dû être altérée.» Des larmes de rage et d’incompréhension ruisselaient maintenant sur les joues de David : «Quel stade ? La leucémie ? Quel stade ? »  Le médecin, les yeux baissés lui répondit : « A ce rythme et sans intervention, c’est-à-dire sans greffe de moelle épinière, je crains que vous n’ayez plus que quelques mois à vivre. » « Quelques mois… » Ces deux mots, cette sentence de mort imminente résonnaient dans l’esprit de David. Une condamnation à mort… voilà ce qu’il venait d’entendre. Un étau lui resserrait la gorge et l’empêchait de respirer. Tout son organisme semblait en suspens, comme si ses fonctions vitales venaient de s’arrêter brutalement. Il cligna des yeux comme pour sortir de sa torpeur. Dans un dernier élan, il demanda au médecin s’il était absolument certain de ce qu’il avançait. Les tests pouvaient-ils avoir été faussés ? Mille questions sans réponse tourbillonnaient dans sa tête. Le médecin, toujours aussi froidement professionnel assura que malheureusement la fiabilité de ces tests était proche de cent pour cent. Il précisa également qu’en effectuant le test de nouveau, ce qu’il fit, il obtiendrait des résultats identiques.

David se leva machinalement, prit congé du médecin, sortit du bâtiment et se mit à courir à perdre haleine en direction de son domicile. Il était dans l’incompréhension et la détresse les plus totales. Chancelant, il parvint avec peine à gravir les quelques marches qui le séparaient de la porte d’entrée et s’effondra sur le seuil. Ses sœurs, alertées par le fracas de son arrivée, se précipitèrent pour le relever. « David, David !! Que s’est-il passé ? ». Quand David eut peu à peu retrouvé ses esprits, il raconta sa détresse à ses sœurs. Elles fondirent toutes deux en larmes en le suppliant d’agir, de recevoir l’opération au plus vite à n’importe quel coût.

Le coût. C’est justement la partie que redoutait le plus David, sans compter l’affaiblissement physique causé par la dégénérescence de son système immunitaire. Il savait pertinemment qu’une telle opération nécessiterait le retrait de ses cellules souches de cordon depuis la banque du Laboratoire. Chaque individu possédait, sans distinction génomique, sa propre réserve de cellules souches embryonnaires prélevées à l’accouchement dans le placenta et le sang du cordon ombilical. En effet, ces cellules détenaient la capacité d’engendrer n’importe quel type de tissu ou encore un nombre variable d’entre eux, et avaient donc le pouvoir de se transformer en cellules spécialisées. Elles étaient évidemment très utiles. On s’en servait, entre autres pour la régénération. Avoir accès à ses propres cellules était un véritable trésor et une promesse. Promesse de guérison en cas de maladie, promesse de vie en bonne santé, promesse de bien-être. Si pour une raison quelconque un individu nécessitait le transfert de ses propres cellules souches et que celles-ci lui étaient accessibles, il pouvait être sûr du succès de l’opération, La seule condition rendant possible le transfert de ce remède miracle était bien sûr la mise en jeu d’une somme incommensurable au profit du Laboratoire, sans oublier le coût exorbitant de l’opération.

Cette somme, David ne parviendrait jamais à l’obtenir. Et encore moins dans un laps de temps aussi court.

Pourquoi cela lui arrivait-il à lui ? Et pourquoi maintenant ? Cette question martelait l’esprit de David, qui jusqu’alors avait été un jeune homme tout à fait épanoui dans la société, n’y trouvant rien de révoltant. L’inégalité face à l’accès aux soins médicaux ne lui était jamais apparue aussi claire qu’alors. Il lui fallait agir. Et vite. Le temps allait jouer contre lui dans cette course pour la vie. Une vague de résolution et de détermination le fit se lever du sofa, où il s’était pelotonné. Il ne s’était jamais senti aussi sûr de lui. La prise de conscience brutale de sa responsabilité face à l’avenir de ses sœurs avait fait basculer le raisonnement de David dans une toute autre logique. L’heure du changement avait sonné. « Je ne mourrai pas. Du moins pas maintenant. Je vous le promets. » assura-t-il à ses sœurs alors qu’il saisissait l’édition du NewsLab posée négligemment sur la table du salon.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (26 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/767

Le Laboratoire – « Melissa » – Episode 3

Nouvelle écrite par Marie FERNANDEZ

Épisodes précédents

Épisode 1

Episode 2

 Lundi 18 avril :

            Première expérience : celle du miroir. Pour prouver que les chimpanzés ont la conscience d’eux-mêmes, nous les plaçons devant un miroir. Fred m’a dit que chez l’Homme, il faut attendre l’âge de 18 mois pour que l’enfant se reconnaisse. Nos chimpanzés ont passé ce test : ils se sont d’abord appliqués à observer toutes les parties de leur corps, en particulier celles qui sont inaccessibles à leur vue en temps normal.

            Puis, nous avons tracé un cercle blanc sur leur front lorsqu’ils dormaient. Lorsque nous les avons placés de nouveau devant le miroir, ils ont porté leur main à leur front pour effacer la tâche. D’après Sarah, d’autres animaux comme les oiseaux, les chiens, les chats, touchent le miroir et essaient de passer derrière, car ils n’ont pas conscience qu’il s’agit de leur reflet.

Photographie : Andy Buscemi, certains droits réservés (Creative Commons)

Mardi 19 avril :

            Première tentative pour apprendre un mot à nos singes. Pour les stimuler, nous avons mis cela sous forme de jeu, comme pour des enfants. Pour recevoir un morceau de pomme, ils devaient faire le geste correspondant.  Mais l’idée même qu’un geste corresponde à une action a déjà été difficile à faire passer. La seule chose qui attirait leur attention était la nourriture. Il a donc fallu centrer leur attention sur ce que l’on voulait leur faire comprendre. Et puis, nous ne pouvions pas faire durer les exercices plus de 15 minutes, car leur concentration faiblissait rapidement (et ma patience aussi, soit dit en passant).

            A la fin de la journée, nos cancres réussissaient l’exercice deux fois sur trois. La question est donc : ont-ils vraiment compris le principe, ou essaient-ils des gestes aléatoires jusqu’à obtenir la récompense ?

            De toute façon, je suis sûr que demain ils auront déjà tout oublié.

Samedi 23 avril :

            Comme il faisait beau, Fred nous a proposé d’aller boire « un café au café » cet après-midi. On n’avait pas encore sorti les parasols, et le soleil me chauffait agréablement le dos. La radio du bar diffusait un tube des années 80 que tout le monde connait mais dont j’oublie toujours le titre.

J’ai donc redécouvert le monde civilisé, avec des gens qui marchent normalement, sans crier et sans faire de grimaces. Encore que, en observant bien, la démarche chaloupée du jeune serveur, gênée par ce fameux pantalon à la mode, j’ai remarqué qu’elle se rapprochait de celle de son cousin primate.

            Et de quoi avons-nous parlé ? Des singes.

« – Vous vous rendez compte, Mélissa a encore appris un mot, je trouve qu’elle apprend plus vite que Charly, a commencé Sarah. Hier, elle nous a quand même dit « Mélissa raisin », donc elle a su intégrer le mot raisin. C’est quand même impressionnant, elle a déjà 6 ans ! ».

            Cela ne m’a pas spécialement dérangé, j’ai juste esquissé un sourire lorsque notre voisin de table s’est retourné avec un air interdit. Il ne savait pas que l’on parlait de singes, alors quand il a sorti son portable, j’ai cru qu’il allait appeler la DASS.

***

Dimanche 24 Juillet :

            Trois mois que je cherche ce journal, et il était presque sous mon nez. J’ai dû bouger mon bureau pour ramasser mon stylo – en me coinçant évidemment les doigts au passage – et c’est seulement là que je l’ai retrouvé. Bref.

            J’essaierai de retranscrire plus tard tout ce que j’ai fait pendant ces trois derniers mois, mais en attendant je reprends là où j’en suis actuellement.

Lundi 25 Juillet :

  • Que veux-tu ?
  • Manger encore pomme.
  • Qui veut manger encore pomme ?
  • Moi Mélissa manger encore pomme
  • Quelle couleur la pomme ?
  • Pomme rouge
  • Veux-tu encore manger ?
  • Banane, raisin.

            Voici la conversation que j’ai eue aujourd’hui avec Mélissa. Un peu plus tard, c’est elle qui a commencé la conversation :

  • Oiseau là.
  • Qui là ?
  • Oiseau. Et Fleur, bourdon là.
  • Oui, tu vois beaucoup de choses.
  • (en se roulant sur le sol) Tu me chatouilles
  • Où ?
  • Ici (montre sa jambe) *

            En relisant mon journal, je me rends compte d’où nous sommes partis, et c’est vrai que nous avons fait beaucoup de progrès avec Mélissa et Charly. Au labo, tout le monde est très enthousiaste, même un peu trop, car Sarah n’arrête pas de parler de « dynamique conversationnelle, même en l’absence de vocalisation, et de remarques spontanées et non sous la contrainte de l’expérimentateur. ». Traduction : plus besoin de pomme ou de banane pour communiquer avec Mélissa et Charly. Mais c’est vrai que cela fait plus classe exprimé avec des termes scientifiques.

Mercredi 27 juillet :

            Je finis mon stage vendredi. Lundi, je suis de nouveau dans mon labo. Contrairement à ces trois derniers mois passés, je sais exactement comment va se dérouler ma journée. Retour au train-train habituel. Comme cela fait 3 mois qu’Edgar ne m’a pas vu, j’ai de grandes chances de passer par une fouille corporelle suivie d’une inspection de ma voiture. On ne rigole pas avec la sécurité d’un laboratoire de cette importance. J’imagine aussi que mon bureau sera couvert de post-it aussi multicolores qu’inutiles.

En attendant, nous devons faire une conférence sur l’avancement de nos recherches mardi prochain. Quelques journalistes nous ont contactés, dont un qui avait l’air particulièrement intéressé. C’est-à-dire qu’il nous posait les questions auxquelles nous allions répondre pendant la conférence.

Lundi 1er août :

            Après avoir échappé à la fouille corporelle, j’ai retrouvé mon bureau, couvert de piles de papier. En lisant celle du courrier, je suis allé prendre un café à la machine, provisoirement en état de marche. Ou plutôt deux : la règle des cinq secondes n’étant malheureusement pas applicable à toutes les machines à café, je me suis d’abord retrouvé avec un gobelet d’eau chaude.

Mercredi 3 août :

            La conférence s’est bien passée. Premièrement, parce qu’on ne m’a demandé de parler. Ensuite, parce que Fred et Sarah ont insisté sur les points positifs. Il est vrai que dans l’action, nous accordons plus d’importance aux mauvais résultats, ce qui nous empêche d’être satisfaits de ce que nous avons déjà réussi à faire. Cette dernière semaine, nous avons quand même eu des discussions quotidiennes et spontanées avec des chimpanzés. Tellement spontanées qu’à la fin de la journée, Mélissa m’a gentiment fait comprendre que je l’ennuyais. Son geste d’une obscénité imitant parfaitement celle de Fred les jours où il a dormi moins de cinq heures m’a particulièrement amusé.

 

     * Cette conversation a été tirée d’une vraie expérience, menée par le chercheur Herbert S. Terrace avec le chimpanzé nommé Nim.

FIN

Marie FERNANDEZ

Pour citer cette nouvelle :

FERNANDEZMarie (24 juillet 2012) “« Melissa » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/755

Le Laboratoire – « Melissa » – Episode 2

Nouvelle écrite par Marie FERNANDEZ

Épisodes précédents

Épisode 1

Samedi 2 avril :

            Je suis passé au labo vendredi soir. Bien entendu, les collègues n’ont pas manqué de me rappeler ma nouvelle affectation en usant de surnoms plus exotiques les uns que les autres. Et, cerise sur le gâteau, j’ai reçu un chapeau d’explorateur pour le jour où « je partirai en Afrique pour observer des vrais singes ». Je leur ai répondu que cela n’arriverait pas de sitôt, mais quand on y pense, les singes qu’on étudie ne sont pas dans leur environnement naturel, donc les observations sont forcément faussées. Finalement, pour savoir ce qu’est un singe en dehors de toute influence humaine, il faudrait l’étudier sans l’influencer, et donc … ne pas l’observer. Tiens, j’aimerais bien savoir ce que Sarah et Fred auraient à répondre à cela.

 Mardi 5 avril :

            Comme d’habitude, ils ont réussi à trouver une réponse :

« En fait, nos expériences servent à étudier l’évolution de l’apprentissage de Mélissa et Charly dans un environnement stimulant leurs capacités cognitives.

– Dans ce cas, on ne peut pas comparer les comportements de l’Homme et du chimpanzé, puisque l’animal a besoin d’être guidé pour reproduire des attitudes qui, pour nous, sont innées.

– C’est là que vous vous trompez : sans éducation, sans interaction avec les autres Hommes, l’enfant ne présente pas ces attitudes « humaines ». Cela a été montré grâce à l’étude des enfants sauvages qui, par exemple, ne marchent pas sur deux jambes, mais sur quatre, ne pleurent pas, et de manière plus générale, ne montrent pas d’expression de leurs sentiments. »

  Mercredi 6 avril :

            Hier, Sarah et Fred étaient nerveux. Aujourd’hui avait lieu le contrôle annuel du respect de la réglementation pour la protection des animaux d’expérience. Moi qui croyais que mes collègues étaient déjà très pointilleux sur la question, j’ai été surpris de voir que les inspecteurs aient encore trouvé un seul détail à améliorer. Et quand on y pense, à quoi servent toutes ces législations ? Il est normal d’éviter de faire souffrir les animaux, tout le monde s’entend sur ce point. Mais cet altruisme marqué est en contradiction avec l’égoïsme bien connu des Hommes. Alors quoi ? Est-ce juste pour défendre notre dignité humaine et par acquis de conscience, ou fait-on vraiment tout cela pour les animaux eux-mêmes ?

 Lundi 11 avril :

            A partir de maintenant, le travail commence sérieusement. Apparemment, pendant une semaine, je vais me contenter d’observer le travail de communication avec les singes derrière la vitre. Je vais en plus avoir une petite formation théorique… à mon âge, retour sur les bancs de l’école. Il faudra que je pense à emporter un cahier à spirales et un goûter pour la récré. Dommage, je n’aurai pas de voisin sur qui copier lors de mon interro surprise. Bref.

Vendredi 15 avril :

Alors, résumé de la situation : les singes possèdent l’aire de Broca, qui est l’aire du langage, mais  leur appareil vocal n’est pas adapté pour un langage articulé comme les Hommes. Maîtresse Sarah m’a expliqué que par conséquent, il faut trouver un autre moyen pour évaluer la capacité des singes à communiquer. En l’occurrence, nous utiliserons le langage des signes.

Je me suis dit que cela tombait bien, en tant qu’ORL je connais déjà le langage des signes. Mais j’ai vite réalisé que c’est pour cela qu’ils m’avaient choisi. Les coïncidences n’existent pas.

En buvant mon café, j’ai donc observé Sarah et Fred essayer d’apprendre des choses à ces singes. A la fin de la semaine, ce que j’ai conclu est qu’il ne faut pas attendre que le café ait fini de couler à la machine du hall. Il faut retirer le gobelet cinq secondes après la mise en marche, avant que la machine ne rejette tout le marc en crachotant.

Autrement, en ce qui concerne les expériences, c’était plutôt divertissant. Imaginez la scène : deux primates gesticulant avec enthousiasme, et deux autres primates les observant d’un air interrogateur. A votre avis, qui tenait le bloc-notes ?

J’espère que je ne serai pas obligé de faire pareil, lundi, quand je commencerai à participer aux expériences.

Barranquilla Zoological Park Chimpanzee. Creative Commons / Jdvillalobos

Pour citer cette nouvelle :

FERNANDEZMarie (23 juillet 2012) “« Melissa » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/745

Le Laboratoire – « Melissa » – Episode 1

Nouvelle écrite par Marie FERNANDEZ

Lundi 7 mars : journée inhabituelle…

Pour commencer, je me suis levé à l’heure, c’est-à-dire à temps pour éviter mon heure quotidienne d’embouteillages… et ne pas arriver en retard au labo. Encore plus étonnant : une bonne nouvelle au milieu des horreurs des informations à la radio, en l’occurrence « la réinsertion réussie de plusieurs couples de gorilles dans une forêt du Gabon, les associations de protection se félicitent de ce succès. Tout de suite une interview de notre envoyé spécial … ». Premièrement, je n’ai aucune idée d’où se trouve le Gabon, deuxièmement je n’ose pas imaginer la somme dépensée pour quatre gorilles. Il faudrait aussi m’expliquer en quoi la réinsertion d’animaux dans un environnement « naturel » que l’on détruira deux ans plus tard est satisfaisante.

Par contre, comme d’habitude, Edgar a examiné mon badge en détail et m’a regardé attentivement, comme si quelqu’un pouvait être potentiellement dangereux pour le labo. Car finalement, la seule chose intéressante est la machine à café qui, de toute façon, est en panne.

Et Yohan qui s’est encore perdu dans ses post-it multicolores. Il a fini par en extraire un rose qu’il m’a tendu fièrement, et où figurait un numéro de téléphone. J’ai attendu patiemment d’autres précisions, mais devant son absence de réaction, j’ai jugé bon de lui demander « Dites-moi, Yohan, pardonnez mon incorrigible curiosité, mais… à qui appartient ce numéro ? »

C’était le numéro de ce type du Laboratoire qui m’avait déjà appelé deux jours plus tôt. Finalement, c’était pour me proposer de suivre une série d’expériences sur … des chimpanzés.

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous avec ces singes ?

Lundi 14 mars :

Bon, il semble normal à tout le monde qu’un médecin perde son temps à observer des singes… Normal, et surtout fortement conseillé pour « rester dans cette belle dynamique qui caractérise notre laboratoire de recherche ».

Résultat, je commence dans 2 semaines. Génial.

Lundi 28 mars :

Mais qu’est-ce que je fais là ? Bon, d’accord, Frédéric et Sarah, mes nouveaux collègues sont plutôt sympas, bien que je ne puisse pas encore m’expliquer leur choix pour ce sujet d’étude. Lorsque je les ai suivis pour être présenté à « Mélissa et Charly, mes autres collègues », je pensais naïvement rencontrer deux autres passionnés des chimpanzés. J’aurais dû me douter de quelque chose, car en y réfléchissant bien, j’ai d’abord senti mes « collègues » avant de les voir. Quelle idée de donner des noms humains à des chimpanzés !

Quand j’en ai fait la remarque, Sarah m’a patiemment répondu qu’il y a plus à apprendre en s’intéressant à Mélissa, qu’à un animal indifférencié. Fred a ajouté en plaisantant qu’il est plus difficile de couper la tête à Arthur ou Oscar que de couper la tête à un rat, et que donc cela permet de se poser instinctivement les bonnes questions.

Pourquoi pas. Je leur ai quand même demandé si le fait d’entrer dans une relation avec les sujets d’étude ne risquait pas de fausser l’interprétation des résultats… Ce n’était sûrement pas la première fois qu’on leur posait la question, car ils m’ont aussitôt répondu. Naturellement, il faut prendre des précautions, mais cette relation est indispensable… et puis, est-ce que je m’interdis de voir mes patients par peur de fausser le diagnostic ?

Évidemment, avec des analogies pareilles…

Fred m’a demandé ce que je pensais de leurs deux pensionnaires. Qu’est-ce que je pouvais répondre ? C’était … des chimpanzés. Pour être poli, je lui ai dit qu’ils avaient l’air en pleine forme. Ça l’a fait rire.

Licence CC - Source : lewebpedagogique.com

Pour citer cette nouvelle :

FERNANDEZMarie (22 juillet 2012) “« Melissa » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/738

Le Laboratoire – « Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 3

Nouvelle écrite par Claire BURNY

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Le contrat signé, tous les détails administratifs réglés, c’est officiel; je me porte volontaire pour la science. C’est bien payé. Le laboratoire possède plusieurs sections de recherche. On m’a présenté les principales; je serai cloisonnée dans la plateforme NeuroCap, qui jouxte le département des maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques…). Je dois m’habituer à ce nouvel environnement, tout un microcosme avec sa faune et sa flore spécifiques, son personnel en blouse blanche toujours pressé, un calepin à la main ou un Mac sous le bras, les pièces aseptisées et le ronronnement du scanner de la salle 7. Ma chambre, claire et spacieuse, avec pour tout meuble, une simple armoire et un bureau en formica gris et noir. La pièce possède une fenêtre large, dont la rambarde ne me rassure guère, mais qui m’offre une vue sur l’extérieur : la ville avec ses barres d’immeubles, ses routes encombrées et ses piétons affairés semblables à de minuscules points que je pourrais saisir puis écraser doucement, délicatement entre le pouce et l’index, jusqu’à voir le rouge couler. Cinquième étage, j’ai un peu le vertige et je divague… Vague.

Les scientifiques sont plutôt sympathiques, certains sont jeunes et me regardent timidement, les yeux baissés, en ayant l’air de s’excuser, d’autres, sans doute plus experts, discutent volontiers avec moi et je n’ai pas (trop) l’impression d’être un sujet de thèse. Je me suis habituée à la routine du laboratoire : café le matin, suivi des visites professionnelles du neurologue, du psychologue au sourire bonhomme et des mathématiciens perplexes, déjeuner le midi avec les techniciens, doctorants et professeurs, puis l’après-midi « on expérimente », et enfin, le soir, tout ce petit monde quitte le travail pour rentrer à la maison, mis à part quelques irréductibles passionnés, restant dans leur salle jusqu’à la tombée de la nuit. On m’avait pourtant laissé le choix, j’ai préféré ne pas retourner chez moi. Pas vraiment d’attache.

En fait, c’est un peu toujours la même chose, on me pose des questions sur ma famille, mon enfance, mon rapport aux mathématiques. Ils fouillent, cherchent d’où pourrait venir ce don. Je me rappelle lorsqu’ils ont essayé de savoir si j’étais une « Asperger » ou pas.

« Préfériez-vous jouer seule étant petite ? -Oui. -Lorsque vous êtes concentrée, cela vous arrive-t-il de perdre contact avec la réalité ? -Oui, bien sûr ! -Est-ce difficile pour vous d’avoir des amis ? -Ça dépend. -Quand vous lisez un roman, pouvez-vous percevoir les pensées des personnages ? -Parfois. -Remarquez-vous les changements chez une personne lors d’une conversation ? -Oui.»

 

Après, on m’a expliqué. Le syndrome d’Asperger constitue le trouble le plus évolué du comportement autiste. Les personnes atteintes se passionnent dans un domaine restreint, par exemple les nombres pour certains « calculateurs prodiges », et ont du mal à s’intégrer et à faire partager leur passion aux autres avec lesquels elles n’arrivent pas toujours à communiquer. Il ne s’agit pas vraiment d’un handicap dans la mesure où le syndrome d’Asperger est associé à des capacités physiques et mentales sensiblement normales, sinon exceptionnelles. On préfère parler de « différence », mais peut-on être normal à 70 % ? Ou faudrait-il plutôt définir un intervalle, une marge d’erreur acceptable en dehors de laquelle on basculerait dans le surhumain, voire l’inhumain, à la limite du monstrueux ? Je suis un monstre aux lèvres rouges…

Un don ? Lorsque j’y réfléchis, je mémorise assez facilement les tables de multiplication et de puissances, il s’agirait plus d’un talent acquis par l’expérience, par l’effort. Je m’entraîne sérieusement mais c’est épuisant. Ils me demandent de résoudre des problèmes de calcul et de leur présenter mon raisonnement. Je me prête au jeu, c’est difficile; effectivement, comment pourriez-vous expliquer ce qu’il se passe dans votre tête lorsque vous additionnez 2+2 qui font 4 ? C’est immédiat ! « Quel jour de la semaine était le 24 septembre 1962 ? –Un lundi. J’ai répertorié dans ma tête les années bissextiles, en prenant en compte le calendrier grégorien qui provoque un décalage de 11 jours, après la naissance de Jésus. C’est ensuite relativement simple pour moi. »

Des entretiens avec des psychiatres, des tests et tout le bazar, c’était ça le deal et je l’avais accepté. QI de 110. Périmètre crânien de 55 cm. 7 secondes. « Elle vient de battre un nouveau record ! » Des nombres pour me ranger dans ou hors de la norme… Comme une hors-la-loi, échappant aux lois de la nature. À leurs yeux, je n’existe qu’à travers des données chiffrées. Ils ont placé de lourds espoirs en moi dont je ressens le poids sur mes épaules. Je coopère sagement, bien que je me sente… Passive. Je ne comprends pas l’utilité de tous ces examens répétés encore et encore, qui décortiquent mon âme et mettent mon corps et mon esprit à nu. Être où ne pas être… Peut être aurais-je dû rester à ma place finalement. Quelques fois, je ne sais plus. J’avais cru, j’avais espéré, espéré quoi ? Maux de tête.

Les entraînements me fatiguent. Mais je peux à présent mener de front deux calculs et tenir une conversation en même temps. Je fais des progrès et Bernard me félicite.

« Vous êtes impressionnante Carine. C’est un jour important pour vous, l’équipe d’imagerie neurofonctionnelle de Caen est venue vous rendre visite. Nous voudrions savoir quelles sont les zones de votre cerveau en activité lorsque vous faites ce que vous savez faire le mieux. » J’appréhende. J’ai peur de rater mes cookies au chocolat blanc. Plus sérieusement, j’angoisse vraiment.

« Rassurez-vous. Nous allons vous  passer au crible en utilisant un scanner particulier basé sur la TEP (Tomographie par Émission de Positons). En fait, l’activité d’une région de votre cerveau s’accompagne d’une augmentation locale du flux sanguin qui peut être visualisée par cette technique. »

La tête enduite de crème gélatineuse, je suis allongée et avalée dans le tunnel du scanner où seuls mes pieds dépassent. J’ai alors pensé à une phrase de l’écrivain Amélie Nothomb – la vie, ce tube qui avale et reste vide – en méditant sur le sens de cette citation. Pessimiste. Arrête de rêvasser. On me demande d’effectuer une liste de calculs puis de retenir une suite de nombres. Je n’ai pas fait mieux que 35 pour le moment. 7*5. Soudain, j’entends les scientifiques s’exclamer par des « ohh ! » et des « ahh ! » et aussi des « Regardez ça ! ».

J’ai appris que mes facultés « exceptionnelles » ne sont pas dues à une augmentation de l’activité des processus réflexifs d’une personne « ordinaire », fait confirmé par mon QI commun, mais résultent d’une activité intense de ma mémoire. Ainsi, dans mon cas, on pourrait parler d’intelligence uniquement dans la mesure où je suis capable de résoudre des opérations complexes très rapidement, mais cette fluidité de calcul possède quelque chose de mécanique, qui n’est pas la réflexion, certains résultats de base étant stockés de façon indélébile dans mon esprit. Nous possédons deux types de mémoire. La mémoire de travail, à laquelle nous faisons appel pour réaliser des calculs simples, nous repérer dans l’espace ou retenir un numéro de téléphone par exemple, permet de conserver une information à court terme, tandis que la mémoire épisodique, utilisée pour mémoriser des épisodes de notre vie, nos souvenirs, de façon quasi-permanente, est celle à laquelle je ferais appel. « On peut donc supposer que c’est là qu’elle stocke les résultats de calculs intermédiaires et les tables de carrés et de cubes en élaborant plus ou moins consciemment des stratégies de calcul… Si on essaie d’aller plus loin, le mécanisme à l’origine de cette capacité est du même ordre que celui que nous utilisons pour apprendre à parler. Et selon moi, elle utilise les nombres comme des idées qu’elle exprime numériquement, à la manière des pensées que nous rendons concrètes par le langage. » Il s’agirait donc d’une aptitude du même ordre que la parole ? Lorsque nous sommes enfants, nous baignons dans un milieu où le langage est omniprésent et apprenons ainsi à parler, parfois inconsciemment. De même que le langage, on se familiariserait avec le calcul d’autant plus facilement que la « rencontre » serait faite précocement. Mais alors, il n’y aurait rien d’exceptionnel à faire preuve de telles facultés, qui seraient conditionnées par notre milieu. Ce serait presque… commun ! J’ai l’impression d’avoir fait une chute, comme tombée du piédestal d’où je regardais les autres.

"Des chiffres" - Par procsilas. Licence CC-BY. Source : Flickr

56 chiffres. Ils veulent que j’essaie aujourd’hui. Je suis fatiguée, peut-être aurais-je dû reporter le test à demain. Une mémoire moyenne retient couramment 8 chiffres. Tout le monde est capable de retenir 56 chiffres par cœur mais tout dépend du temps qu’on y met. J’ai une minute. Bernard m’a dit que je pouvais le faire.

Je me suis isolée dans ma chambre, espionnée par la caméra discrètement placée dans l’angle en haut à gauche. Je la fixe quelques instants d’un ton neutre et lui tourne le dos. Les paris sont lancés. Je suis assise le dos bien droit à mon bureau. Les 56 caractères sont écrits au roller vermillon sur une feuille blanche. L’encre, vive, n’est pas encore sèche et tranche violemment, le papier semble marqué au fer rouge au plus profond de ses fibres. « C’est quand vous voulez. »

Les yeux mis clos. Une profonde respiration. Je murmure les chiffres. Ça me fait mal quand le papier saigne, à vif, ces chiffres tatoués comme tatoués sur ma peau claire. Je les visualise, les grave en incisant la chair à vif. Impression en mémoire vive. Ma tête est comprimée, une pression forte sur mes tempes, je vacille. Le sang bat à toute vitesse. Soudain, un liquide douçâtre et poisseux. Du rouge au goût de rouille. Frotte mon pouce et mon index pour tenter de deviner la texture. Une goutte sur le papier qui fait tâche, façon Rorschach. Rouge sombre, pénétrant. Je continue. Plus que 53 secondes. 7,6,5,4,3,2,1,0.

Rester concentrée. Répéter l’opération, les chiffres à ordonner. Les yeux fermés, je sers les points très fort. Je parle lentement, la bouche pâteuse. Je n’ai pas fait de faute, le voyant vert clignote toujours sans être passé au rouge. 55ème chiffre. 4. Le 4. Puis le dernier et enfin, la délivrance. Le dernier. Le pénultième. Aller ! Une barrière invisible, je force, je la pousse mais je n’y arrive pas, ouvre toi ! Mes yeux ouverts violemment, injectés de sang, devant le miroir, pleurent. Il ne m’en reste qu’un. Je ne peux pas, j’avais oublié. Entrelacé de roses, dans ta nuque. La fenêtre, ouverte devant moi, l’air frais sur mon visage sèche mes larmes. Je suis calme, sereine. Le soleil de la fin d’après-midi est délicat. On frappe, je bloque la porte avec ma chaise. On tambourine en rythme et c’est une jolie musique. Des voix m’appellent, sont déjà loin.

La rambarde est fragile. Voler, enfin.

Claire BURNY

FIN

Pour citer cette nouvelle :

BURNY, Claire (19 juillet 2012) “« Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/661

Le Laboratoire – « Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 2

Nouvelle écrite par Claire BURNY

Épisodes précédents

Épisode 1

C’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à compter, mais c’est bien après que j’y ai pris goût. La première fois, cela a été comme un réflexe, presque un instinct de survie si on peut dire. Je  revois très clairement la scène.

Pressée, je marchais sur le trottoir de la rue Chapade, j’avais un rendez-vous important et j’étais en retard. « Lui et Moi », c’était fini depuis quelques jours, la conjonction de coordination ayant définitivement pris ses clics et ses clacs, en laissant « Moi », seule et en cloque.

J’avançais les yeux baissés, fixés sur le sol pour éviter la pluie et parce que c’est de cette façon que l’on marche quand on broie du noir et qu’on n’a pas envie de parler. J’ai soudain éprouvé une sensation désagréable, comme si j’étais observée à mon insu. J’ai alors levé les yeux et je l’ai vu… Lui, mais pas seul. C’était plutôt « Lui avec…». Préposition. Cette fichue grammaire…

Mes jambes, alors raidies comme des baguettes – bien que je n’avais aucune envie d’aller manger japonais chez Tao Chan – se sont mises en mode automatique, façon Casse-Noisette. L’estomac noué, j’ai commencé à compter, à marteler dans ma tête la suite des multiples de 7 : 7, 14, 21, 28, 35, 72… les points serrés dans les poches de mon manteau, la mâchoire crispée, le regard absorbé dans la contemplation du panneau des toilettes publiques qui se rapprochaient au fur et à mesure que j’avançais (logique). J’ai retenu ma respiration, nous nous sommes croisés. 7 roses rouges dans sa main aux ongles rouges peints. J’ai continué à compter jusqu’au WC, puis j’ai arrêté.

1806.

J’ai vomi et je suis allée chez le médecin pour en finir.

Le temps passe et l’on se remet plus ou moins des blessures d’orgueil en se raccrochant à ce qu’on peut. Cela fait 168 jours d’ailleurs et ça n’a plus d’importance pour moi.

7×24.

 Je me suis ainsi prise d’amitié avec les nombres qu’il m’a fallu progressivement apprivoiser. Ce ne sont pas des outils quantitatifs vides qui nous permettent uniquement de dénombrer, classifier pour ensuite mieux poser des étiquettes (pauvre, riche, peuplé) et entretenir des stéréotypes. Ce qui est étrange c’est que je n’aimais pas particulièrement les cours qui, faute de nous enseigner l’histoire des chiffres et leurs significations, ne nous en donnaient qu’une approche utilitariste et mercantile. Tout comme la géographie d’ailleurs, qui parfois, au lieu de nous faire découvrir les cultures des différents pays ne nous en présentait que les divisions politiques.

En revanche, depuis toujours, j’entretiens avec les chiffres une relation assez privilégiée, presque intime.

Le 4 est l’un de mes préférés. Anguleux, tout en lignes brisées, en équilibre sur un pied,  fier et élégant. Si le 1 est un point ou un cercle, le 2 une droite, le 3 un  triangle, alors le 4 est un carré, associé à la Terre en opposition au Ciel représenté par le cercle. Emblème de la matérialité, il représente la solidité et par prolongement l’accomplissement. C’est tout un univers qu’il incarne; les 4 saisons, les 4 âges de la vie, les 4 points cardinaux…

J’aime bien le 8 aussi; un 0 à la diète, qui se serre la ceinture, en équilibre sur sa base arrondie, et qui peut à tout moment basculer vers l’infini, mais c’est alors une toute autre histoire.

Je n’aime pas le chiffre 7. Trop criard. Un Z à moitié. Une arête et une diagonale, aucune harmonie. Arrogant. Ce chiffre, il me répugne et je ne sais pas d’où me vient cet acharnement.

Quelques uns se font remarquer. Le nombre 13, par exemple, qui empêche tous les triskaidékaphobes de sortir certains vendredis. Pauvre 13 qui n’a pas vraiment sa place on dirait ; les 12 mois de l’année, les 12 signes du Zodiaque, les 12 tribus d’Israël et les 12 travaux d’Hercule… Nombre premier, déséquilibré, associé à Judas et à la Faucheuse du tarot de Marseille. Et finalement, le 13, comme disait ma grand mère, est surtout le numéro du département des Bouches du Rhône.

D’autres sont plus discrets mais ils ont tous quelque chose à raconter, un sens caché. Sans compter les plus farfelus, comme Π ou le nombre d’or…

Par Luis Argerich - Licence CC-BY

Les nombres, ils font un peu partie de ma vie vous voyez. Depuis tout petite, je m’entraînais à compter le nombre de mots prononcés par le présentateur du JT de 20h ou alors le nombre de pâtes dans mon assiette. Remarquez, c’est bien en accord avec mon job du moment. Je suis caissière dans un supermarché, enfin c’est provisoire, j’ai envie de reprendre l’université. J’aime bien ce métier, mais ça dépend des jours. Parfois, je m’ennuie lorsqu’il y a peu d’affluence, alors je discute avec les clients.

Une fois, une jeune fille, apparemment pressée, m’a supplié de me dépêcher alors qu’elle avait un caddie plein à ras bord. Moi, pleine de bonne volonté, je lui ai demandé pour quelle raison.

« Le bus de Monterret part dans moins de 10 minutes !! »

Je l’ai tout de suite rassurée.

« En moyenne, je mets 1 minute 42 pour faire passer un client mais vous êtes ici sur une caisse « moins de 10 articles », or votre caddie est plein. Ce qui fera, je pense pour vous plutôt  3 minutes 10 – sachant que j’ai mal au poignet – auxquelles il faut rajouter 22 secondes, si je me base sur le temps moyen des gens paniqués qui ne trouvent jamais leur carte fidélité. Donc si on reprend, cela fait en tout 3 minutes 32, sans compter que vous devez ranger vos courses. Soit 4 minutes 27. Le temps d’aller à l’arrêt, en environ 3 minutes 13, ce sera largement bon, et puis les bus n’arrivent que 3 fois sur 68 en avance, d’après mon expérience. » La bouche glossy de la demoiselle est restée grande ouverte; elle m’a remerciée poliment.

J’ai demandé à changer de caisse, j’avais pris l’habitude de m’entraîner à calculer l’addition des clients et 10 articles c’était vraiment facile. On m’a placé à la caisse n°7. J’ai accepté, ils n’auraient pas compris un refus.

On rencontre des clients agréables et depuis peu, j’ai trouvé plaisir à faire des petits paris avec eux et j’aime bien attirer l’attention aussi. Je calcule leur note de tête puis lorsque tous les achats sont passés sur le tapis, nous comparons avec le résultat affiché sur l’écran. Je ne me trompe jamais et ils en sont tous stupéfaits. Je leur dis que ce ne sont que des additions et que tout le monde en serait capable avec un peu d’entraînement. J’ai de plus en plus de monde à la caisse – « je veux aller voir la dame qui calcule ! » – cela ne me dérange pas. Mes collègues en sont presque jaloux. Un jour, un client, un habitué de la caisse n°7, a décidé de corser un peu la chose.  Un air de défi sur le visage : « Je vais vous poser une colle Mademoiselle; si je vous dit 869 par 427 ? ». Dans ma tête, il se passait ça :

800*400=320000

800*27=21600

60*400=24000

60*27=1620

9*400=3600

9*27=243.

« Cela vous fera 142.63 euros et 371063 pour ce que vous m’avez demandé. Avez-vous votre carte client ? »

6 secondes.

Regard stupéfait du Monsieur dans ses petits souliers et un silence admiratif de la file d’attente. Il n’y avait pas de quoi, je m’étais entraînée aux multiplications. Ce qui me fait plaisir, c’est que je progresse de jour en jour, d’où une certaine satisfaction personnelle, c’est vrai, mais je reste les pieds sur terre. A quoi calculer pourrait-il me servir ? A rien, mais ça m’amuse énormément !

*

Vendredi, tant attendu… Un peu de repos après une semaine de fêtes chargée en clientèle. J’avais plié mes affaires, prête pour rentrer, lorsque j’apprends, par une collègue, que le chef me demande à son bureau. Petite boule au creux du ventre. Fait très inhabituel dans la mesure où le chef nous prévient toujours lorsqu’il souhaite nous convoquer. Aucun incident n’était survenu, je n’avais pas écrit de lettre de réclamation et mes comptes étaient toujours justes. Il fallait relativiser; un entretien n’était pas forcément synonyme de … Ne pas y penser.

Dans son fief, le chef a l’air grave. Il me regarde, je le regarde, je sens qu’il veut faire durer le suspense. Monsieur Cranteau est une personne un peu espiègle. Malgré son jeune âge, il possède déjà 1547 cheveux blancs. Remarque que je ne me suis pas permise de lui soumettre car peu constructive. Il pousse un soupir las. « Carine, tu es un très bon élément et je te félicite. Le nombre de clients a progressé de 2.47% à ta caisse mais c’est avec regret que je vais te dire au revoir. » Tomber des nues est l’expression qui convenait le mieux pour décrire mon état d’esprit. Chef Cranteau se mordait la lèvre. Et à y regarder de plus près, il se retenait de ne pas sourire ! Il se moque de moi ! Éclats de rire, j’avais vu juste…! « Excusez-moi. Vous êtes une bonne employée. J’ai une nouvelle importante pour vous que je vous fait part presque à regret. Un client, chercheur sur la mémoire, m’a contacté. Il est passé par votre caisse à plusieurs reprises et souhaite que vous fassiez partie d’une étude sur le cerveau ou un quelque chose dans le genre et je pense que …». A partir de ce moment là, j’ai coupé le son et mon esprit s’est mis à bouillonner. Petit aperçu.

« Soulagement. Je vais le tuer. A regret, pourquoi ? Parce qu’il pense que je vais être d’accord et qu’il perdra une bonne recrue ? Mais accepter quoi ? Un sujet d’expérimentation, moi ? Non ! Je ne serai quand même pas une bête de foire. On va me faire des piqûres, je vais avoir mal ! On va m’opérer et m’ouvrir le crâne en farfouillant dans mes synapses et en faisant des coupes de mes cellules gliales. Je serai un cobaye humain ! Est-ce que je vais gagner de l’argent ?» « Je serai payée ? »

Réponse positive. J’ai démissionné et mon chef m’a serré la main.

Pour citer cette nouvelle :

BURNY, Claire (18 juillet 2012) “« Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/660

Le Laboratoire – « Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 1

Nouvelle écrite par Claire BURNY

Nuit. La Lune. Dans la rue, pas de bruit, par ce soir de brume. La ville dort. Il fait sombre et la lumière des lampadaires tremblote faiblement. Calme, ce soir. Une voiture passe, je suis éblouie par ses feux, rouges. Détourne le regard. Marche. Les battements de mon cœur s’accélèrent. Mal au ventre. Je serre mon sac dans mes bras, un peu plus fort. Mes pas résonnent. Regard derrière l’épaule. Personne, j’ai cru. Ensuite, du temps qui coule, quelques rues et des carrefours sombres. Puis, ta porte. J’attends, hésite. Maintenant…? Je sors de ma poche le mot que tu as glissé au creux de ma main pourtant recroquevillée, mes doigts, que tu as désemmêlés un par un, pour me le donner, ce petit bout de papier. « 7, rue Mallais, dès 23h, Adnan. » Les minutes, fluides, s’écoulent doucement. Avancer et tendre la main. 1,2,3… Non, le prochain. C’est décidé, j’appuie sur la sonnette et attends encore. Je n’aurai pas du venir, te prévenir aurait été mieux que te surprendre. De toi, je ne sais rien. J’entends des pas sourds, feutrés. Ce n’est pas toi…? Je scrute ma montre ; le temps prend son temps et tu n’es pas là. 3 minutes 4 secondes, à 2 secondes près. Tu viens, enfin. Regard surpris. Qui êtes-vous…? Silence, puis robe rouge et… Rentrez. La porte que tu as ouverte. La serrure que j’ai refermée.

Jeu de mots, de mains ? Demain, vilain ! On se retient alors et tu tiens ma main, mais elle s’enfuit, se promène… Regard, mouvant : vue latérale puis de haut en bat. Je te touche, tu me touches. Ma robe bruisse et glisse, l’escalier n’en finit pas, dans tes bras, dans tes draps.

Rouge, ta bouche. Je te mange, tu es un fruit, je te croque, du rouge coule. Tu es salé, je suis sucrée. Tu es comme du beurre demi-sel. Tes joues sont roses et tu pétilles, tes yeux… Brillants, verts luisants. Je te déguste, tu me goûtes. Mon odorat est éveillé ; thé, café… Café. Amer. J’aime les glaces et le café. Frappé. On frappe à la porte, tant pis.

Tes cheveux sont noirs, plus noirs que les miens. Ma main dans tes cheveux s’engouffre. Exploration. Un 7 entrelacé de roses tatoué dans ta nuque. L’encre fait partie intégrante de ta peau, et les roses, rouges, aux feuilles vert d’eau.

On s’enroule, on s’enlace. Tes doigts dans mes boucles s’embobinent ; tu m’a embobinée avec du fil, le fil de tes pensées que je n’arrive pas à suivre.

Une fois, deux fois, trois fois. Une semaine. Le début…Toujours plus vite. 35. Je les ai comptées, ces nuits passées avec toi. Amis, amants ? Ce sera am’i’ants. Comme des aimants, tu me repousses lorsque je t’attire. Alors je ne sais pas, plus.

Tu m’aimes, tu me l’as dit 14 fois, et je les ai crus ces mots, jetés crus. J’ai peur que si tu te lasses, tu me laisses. Tu me murmures, je ne comprends pas, tu es flou…Insaisissable. Non ! Pourquoi ?! Tout ce qui a été acquis est perdu. Je reste au bord du gouffre, de la route, des larmes, essorée, pressée.

Une fois le jus tiré, la pulpe mangée, il faut jeter. Je reste, comme une orange.

 ***

<p>Par Cecilia Aros. Licence CC-BY. Source : Flickr</p>

Pour citer cette nouvelle :

BURNY, Claire (17 juillet 2012) “« Comme une orange, voler, enfin. » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/659


 

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 9

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Épisode 7

Épisode 8

Il était un mois quelconque de l’année, parce qu’enfin, c’était bien la dernière chose qui pouvait intéresser Ethan, cloisonné à temps plein dans son luxueux palais avec vue sur lui-même. Ethan revenait d’une excursion souterraine particulièrement animée, au cours de laquelle il avait finalisé la construction des marionnettes de son théâtre de fond de cave, étape qui lui avait pris tant de temps qu’il en avait présumé de ses forces et avait dû remonter les dernières marches des escaliers en rampant. C’était là un exploit dont il se félicitait, de même que la grimace particulièrement réussie qu’il avait occasionné au médecin royal, et tout cela le mettait dans un état proche de l’extase.

Ethan se dandinait donc dans un couloir, en direction de la salle des interjections car il se sentait d’humeur invincible et c’était l’occasion idéale pour aller réprimander les nouvelles recrues de la milice, histoire de montrer qui était le patron. A une intersection et alors qu’il tortillait allègrement son postérieur, il aperçut Jobby dont les bras étaient chargés de dossiers épais et qui tentait de se faire discret, du moins c’est ce que supposa Ethan en le voyant avancer sur la pointe des pieds collé contre le mur.

« Qu’est-ce donc que tout cela ? demanda Ethan d’une voix joyeuse.

– Mais… rien Monsieur. Du papier qui traîne et que je déplace, répondit le policier en accélérant le pas, si cela est possible pour une telle démarche.

– Allons Jobby, je vois bien que c’est du papier, mais le papier qui traîne n’est pas aussi bien rangé, il est froissé, désordonné, il virevolte et c’est presque de la poésie, s’emballa Ethan qui se sentait d’humeur à faire de grandes phrases à l’image de sa grandeur intellectuelle à défaut de physique. Montrez-moi.

Et Ethan sautilla jusqu’au milicien rose et tenta d’attraper un dossier.

« Vous ai-je signalé les statistiques de ce mois-ci ? déclara rapidement Jobby tout en écartant vivement les papiers de son patron. C’est effarant, il n’y a eu aucun redressement et 83% des personnes sondées nous ont répondu en souriant.

– Ça ne veut rien dire, nota Ethan en fronçant ses sourcils avant de repartir à l’assaut et de parvenir à attraper des feuilles qui dépassaient.

– Et le taux de convaincus a encore augmenté de trois points, continua Jobby en réajustant sa prise sur la paperasse, et la production de quatre, et les heures de travail ont été augmentées…

Mais Ethan ne l’écoutait guère et un pied sur celui de son interlocuteur afin de s’assurer un avantage, il tirait à petits coups les documents convoités.

« Le vieux a tenté une nouvelle évasion ! cria soudain Jobby, visiblement à court d’idées.

L’effet fut immédiat : Ethan lâcha sa prise mais pas son pied, et Jobby récupéra les documents mais pas son pied. Il en résulta une belle cabriole simultanée qui eut raison des mains du policier et le tout fut agrémenté d’une pluie de feuilles sur la moquette rouge poivron.

« Mais… Mais il était emprisonné, balbutia Ethan, sur les fesses à proprement parler.

– Oui, évidemment, sinon il n’y aurait pas eu d’évasion, répliqua Jobby dans la même position, excédé.

– Mais… Et alors ? questionna Ethan qui n’en revenait visiblement pas.

– Et alors quoi ? soupira le policier qui époussetait la poussière invisible de sa combinaison fleurie.

– Et alors il a réussi ? continua Ethan qui ne s’offusquait guère du ton pris par son employé.

Jobby suspendit son geste un instant, hésita en jetant un coup d’œil à Monsieur, puis reprit un air désintéressé en commençant à rassembler ses papiers.

« C’était la quatrième fois, vous savez. Les gardes étaient un peu excédés, ils se sont sentis visés personnellement et en plus il en avait entraîné un autre avec lui. Dans ces cas là, il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire sinon constater les dégâts.

Ethan le regarda sans réagir, les yeux arrondis et la bouche entrouverte, sans qu’on sache s’il comprenait tout ou s’il ne comprenait rien. Jobby se sentit mal à l’aise quelque part à l’intérieur sans trop savoir où et décida que dans cette histoire, il valait mieux aller prendre l’air. Il détala dans le couloir, abandonnant ses papiers et sa contenance.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

Ethan, toujours hébété, jouait machinalement avec les feuilles volantes. Une particulièrement attira son attention car c’était la seule recouverte d’une écriture manuscrite fine et serrée. Les rapports étaient toujours tapés à la machine. Piqué dans sa curiosité, il tendit la main et parcourut le papier.

La machine finale est prête. C’est l’aboutissement de longues années de recherche et d’élaboration et enfin notre futur dirigeant a vu le jour. Tous les autres prototypes ont échoué et sont maintenant désactivés. Celui-ci est optimal, et il fonctionne ! Il est d’une incroyable complexité et pourtant d’un principe de fonctionnement enfantin. Entièrement recouvert de petites plaques solaires, il est autonome si laissé à la portée d’une quelconque source lumineuse et tout le mécanisme repose sur l’ordinateur intégré, un processeur ultra puissant sous forme de petit cylindre gravé et dans lequel réside tous les principes humains et les règles d’or qui lui permettront de prendre les décisions parfaites et adéquates à n’importe quelle situation à laquelle il se trouvera confronté. Notre peuple va enfin pouvoir vivre dans la paix et l’harmonie les plus totales, débarrassé du souci politique et de l’ambition du pouvoir ! Afin d’atteindre ces objectifs et de finaliser le projet AUTS, personne ne doit savoir qui nous dirige et c’est pour cela que je vais de ce pas me rendre au bloc. Madame Sotbougie qui m’a aidé dans les dernières mises au point n’a eu que très peu de renseignements sur le projet AUTS et supervisera elle-même mon opération.                  

                             O.

***

Monsieur Oneirat avait enfin un second pour son enquête. Il espérait quand même qu’il ne finirait pas sa vie avec. Ils partirent pour la zone, déguisés en vieux couple de promeneurs. Ellipse du trajet, au cours duquel la concierge fit des avances à Monsieur Oneirat. Une usine désaffectée. Défense d’entrer. La concierge brisa le cadenas rouillé, à mains nues. On néglige trop souvent la puissance de l’amour. Ils firent le tour du propriétaire, qui devait être décédé vu l’état des lieux.

Ils trouvèrent finalement une petite porte qui menait à un sous-sol. La concierge se souvenait qu’il fallait descendre, elle s’était plusieurs fois ramassée dans les escaliers.

Après une longue suite de couloirs humides, froids et trop sombres pour Monsieur Oneirat, ils débouchèrent dans une grande salle. Une énorme porte blindée les empêchait de continuer. La concierge prit son élan et se jeta dessus de tout son poids, sans crier gare. La puissance de l’amour ayant tout de même ses limites, elle resta assommée cinq bonnes minutes pendant que Monsieur Oneirat cherchait une solution.

Finalement, il pensa que le meilleur moyen était d’actionner la poignée. La porte tourna sur ses gonds, il avait trouvé l’atelier. Il entra pendant que la concierge reprenait ses esprits. Il y avait là des outils qu’il ne connaissait pas et qui semblaient extrêmement complexes, ce devait être le bon endroit. Au centre, trônait la photo de Monsieur. Et alors, il comprit. Il se tourna pour voir la réaction de la concierge. Elle le regardait, lui, avec un mauvais sourire. Il sut qu’elle savait qu’il savait. La concierge était là pour le surveiller depuis le début. Sans qu’il eut le temps d’esquisser le moindre geste, elle plongea sa main dans sa poche. Il crut qu’elle allait sortir une arme, mais ce n’était que le réveil. Elle ne bougeait plus, elle semblait attendre quelque chose. Soudain, il se mit à sonner. Monsieur Coche se réveilla en sursaut, dans son lit. Il en avait marre, tous les matins la même chose. Et à chaque fois, il oubliait de demander à la concierge ce qui était arrivé à ses huit maris.

 

Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

 

FIN

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (14 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 9”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/594

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 8

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Épisode 7

On avait dit tout ce qu’il fallait dire sur le système. Le reste n’était que de la décoration et du bourrage de crâne, l’image du dictateur, la politique du sourire, la fête de la liberté et la fête du bonheur, les émissions à la radio, les encyclopédies d’état, le triste mensonge dans lequel vivent  des habitants.

Et pourtant on avait du mal à parler du futur. Les mots qui évoquent l’avenir on du mal à s’envoler à travers les domaines de la mort et de l’incertain. Le silence règne à présent. On a du mal à songer à notre propre futur, et encore plus à penser au futur de la société et au futur du pays… Notre soleil en néon a de plus en plus du mal à éclairer, il tremble frénétiquement, se bat une dernière fois contre les pénombres de la salle, puis finalement finit par s’éteindre. Tout le monde dort, plus rien ne bouge. Moi, j’ai du mal à songer à la seule idée de dormir, serait-ce à cause du tourbillon d’idées qui me ravage intérieurement ? Je suis angoissé, je respire mal. Une faible lueur, se glisse à travers les minuscules fentes de la porte. Je garde en moi cette lumière en guise de liberté. Je ne pense plus à rien, méditation contemplative.

Alors je sens une main sur mon épaule. Je sursaute légèrement, même si je sais très bien qu’il s’agit du vieux. J’entends sa voix :

« Es-tu prêt à mourir pour ta liberté ?

– Oui !

– Moi aussi, ça fait très longtemps que je suis prêt… Écoute-moi bien mon fils, on les surprendra une fois qu’ils entreront pour changer la lampe, ils ne seront pas nombreux. Alors, il faudra courir sans arrêt jusqu’à atteindre la fenêtre qui se trouve au fond du couloir. On pourra alors sauter, ne t’inquiète pas, on est au premier étage de l’asile. Puis il faudra continuer tout droit vers la liberté.

– Une fenêtre au fond du couloir ? Le premier étage de l’asile ? Changer la lumière ? Qu’est ce que tu racontes ? D’où est ce que tu me sors tout ça ?

– Il n’y a rien à comprendre, on n’a plus le temps pour ça… Prends ça ! Soit fort mon fils !»

Il me donne une brique en béton qu’il avait arraché du mur. Derrière la porte, des pas s’approchent de nous. Mon cœur bat fortement. Il n’est plus temps de poser des questions. Notre liberté se trouve là, à quelques mètres de nous, elle se cache dans une fenêtre imaginaire, de l’autre bout d’un couloir inconnu, inexistant. Quelle histoire de fous ! Le cœur bat, et la vieille pieuvre renaît dans le fond de mes entrailles. La porte s’ouvre, la lumière rentre, éblouissante, deux silhouettes se tiennent derrière la porte. Deux enragés, des briques en béton à la main, traversent la salle en criant, cris de guerre ! Deux briques pour deux crânes ! D’un côté du couloir, une fenêtre, de l’autre, six hommes armés qui courent vers nous. Le vieux me dit : « Sauve-toi mon fils, aujourd’hui, on sera libres tous les deux ! », alors il jette sa brique sur les gardes avec une force surhumaine, puis il saisit la matraque du garde qu’il a tué. Je le vois courir vers « ceux qui sont là pour nous aider », il rit, il est libre à nouveau, libre de choisir sa mort, libre de donner sa vie pour les autres, pour moi. L’élan vital règne en lui ! J’ai alors compris ce qu’il avait dit : «aujourd’hui on sera libres tout les deux ! ». J’ai aussi compris ce que je devais faire !

« Mon vieux ! Je serais libre avec toi ! »

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (13 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 8”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/593

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 7

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

Épisode 6

Une voix paisible me réveille, une main étire mes jambes tièdes et tendues. Un vieil homme caresse ma tête comme si j’étais son fils… « Il fait froid mon fils, n’est-ce pas ? », il ôta alors son pull et me couvrit avec. «Qui aurait pu penser qu’un jour le courage et la solidarité seraient rétribués avec une telle violence ». Je voulais lui dire tant de choses mais seulement des gémissements sortaient de ma bouche. « Repose toi mon fils, on a tout notre temps pour parler, repose toi »

Le ruisseau est sec à présent, et le sang cristallisé devient néant lorsque ma main frotte mon visage. Le voyage vers l’inconscient s’est terminé, il a duré trop longtemps. Le vieux, toujours à côté de moi, tremble légèrement, je crois qu’il a froid, mais il ne dit rien, il sourit tendrement. Je lui rends son pull et le remercie. Après un long moment de silence, les paroles et les pensées traversent enfin les sentiers de la douleur. Le dialogue et les idées fleurissent à travers le désert de la mort   qui règne sur ces parages.

On parle longuement, j’apprends à connaître cet homme, à travers son passé, ses actions, ses gestes et à travers la douceur paisible de sa voix. Lui aussi, il apprend à me connaître. On parle du passé, et du présent … du malheureux état du pays. L’obscure transparence de deux voix en enfer :

– Ce maudit régime a très bien compris comment contrôler entièrement la société. Le système a détourné l’économie, les médias, les normes sociales, la morale, la raison et même le langage pour pouvoir consolider le contrôle.

– Chacune de ces entités est devenue un outil pour implémenter le modèle d’être humain que le système a créé. Chacun de ces outils exerce un poids sur l’individu, et à son tour chaque nouvel individu qui adhère au modèle, renforce l’instrumentalisation de ces entités et le développement du modèle dans son entourage. Ce système a appris à utiliser le poids de la société sur l’individu. Le modèle impulsé par le système est celui d’un être humain qui ne pourra jamais se révolter contre le régime. Le système a crée une société qui ne se questionne pas, une société qui refuse le savoir, le passé et le doute.

– Le nouvel homme est un homme d’action, un homme qui ne doute point, un homme qui ne regarde jamais derrière lui, un homme qui ne regarde pas le futur, un homme qui ne regarde que le présent. Un homme pour lequel le passé est une chose inutile.

– Un homme pour lequel le futur est quelque chose qui n’existe pas. Un être pour lequel, les vieux livres et les vieilles idées ne sont là que pour brûler dans la cheminée. Le nouvel homme est un être qui sait toujours ce qu’il veut, et ce qu’il veut c’est suivre la mode et s’intégrer à la société.

– Cette dictature a bien compris que l’homme devait penser avant tout qu’il est libre, pour ne pas penser qu’il vit opprimé par une dictature. » Le système fait croire à l’homme qu’il est libre…

– Cependant, il n’est libre que dans l’espace permis par le modèle. Il est libre de choisir sa marque de chaussures préférée, il est libre de boire et de manger de vendre et d’acheter… Il est libre uniquement s’il est prisonnier de la société, du système et du modèle.

– Le système a développé une individualisation et une appropriation du contrôle. C’est le propre individu, aveuglé par le modèle et par la société, qui devient victime et bourreau, prison et prisonnier. Ce nouvel homme, sans passé et aux vaines pensées est un homme qui ne questionnera jamais le système, seule vérité absolue et inébranlable.

– Le système a créé aussi l’antithèse de cet héros moderne, l’image à craindre, à rejeter, à poursuivre… Le fou… l’homme qui est la proie de ses doutes, de ses pensées et de son passé. Un homme qui ne suit pas la mode, parce qu’il la trouve vaine. Un homme qui a du mal à s’intégrer à la société, il la trouve souvent trop hypocrite, trop mensongère. Un homme qui pourrait éventuellement, un jour, questionner le régime.

– Tout homme cherche alors à tuer l’anti-modèle qui pourrait exister en lui.

– Voilà le secret du système !

– Et ce sinistre système se renforce au cours des générations ! Au fur et à mesure que les bases de ce modèle s’implantent comme lois morales, au fur et à mesure que l’histoire et les vieux livres s’évanouissent dans le brouillard de la mémoire.

 – Le seul mécanisme de contrôle physique, les « amis du peuple », n’existe que pour traquer et poursuivre les individus mal intégrés au système, les dissidents ou ceux qui ont compris la vérité, pour les faire disparaître dans le fond des hôpitaux psychiatriques.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Freddy, Il travaille bien,

il ne lui manque rien.

Il possède tout,

 mais il s’en fout.

Il fait ce qu’il lui plait,

 il va travailler. »

Générique de l’émission Freddy l’Ami, RadioSmile.

La concierge, Monsieur Oneirat ne pouvait se résoudre à l’appeler autrement, s’installa dans un gros fauteuil et commença à raconter. En réalité, elle ne savait pas grand chose, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle était toujours là. Il y a fort longtemps, elle avait été appelée pour l’aider sur un projet énorme. Tellement important qu’on l’y avait conduite les yeux bandés et avec du coton dans les oreilles. Dans le nez aussi, parce que c’est marrant. Elle avait accepté parce qu’elle était curieuse. En arrivant dans l’atelier, elle l’avait trouvé, très concentré, au-dessus de ces mêmes plans qu’il avait sur son ordinateur. Elle n’avait rien compris, et il ne pouvait rien lui expliquer. Pause verre de whisky. Vous m’accompagnez? Non, merci, continuez. Elle l’avait donc aidé à stabiliser des fluides, à tester des matériaux et à se nourrir. Cela avait duré quelques mois, les plus beaux de sa vie. Elle, elle l’admirait, lui, il admirait son projet. Il n’avait jamais pu lui dire sur quoi ils travaillaient, et d’ailleurs, quand elle lui demandait ce qu’il ferait après avoir fini, il haussait les épaules, il ne l’envisageait pas. Pause pipi. Vous m’accompagnez? Non, merci, continuez. Un jour, après une longue séance ils réussirent finalement à stabiliser ce pour quoi elle était venue. Il l’avait remercié longuement, et elle avait compris que c’était la dernière fois qu’ils se voyaient. Elle ne s’était pas trompée, un an plus tard, elle le revoyait, chez elle, mais lui ne la reconnaissait plus. Des hommes en noirs, la police de l’Amour n’existait pas encore, le lui avaient confié, sans trop d’explications. Ils disaient que c’étaient ses dernières volontés.  Elle était flattée et elle savait que l’histoire du banquier était pure fabulation. Voilà, encore un peu de tarte aux pommes? Monsieur Oneirat accepta, il était quand même sous le choc. Il avait travaillé pour une organisation secrète, en sachant qu’il perdrait tous ses souvenirs. Ce projet devait vraiment compter pour lui.

Monsieur Oneirat demanda à la concierge si elle voulait l’aider à retrouver l’atelier, même si c’était il y a très longtemps, il restait sûrement des traces, maintenant qu’ils avaient fini la tarte. Ils prirent une carte. La ville n’avait pas beaucoup changé depuis ce temps là. Pendant des mois elle avait fait le trajet, il fallait une vingtaine de minutes, trente les jours fériés. Ils examinèrent toutes les possibilités, et après quelques recoupements et coups de fils à Serpillère et Secrétaire, ils délimitèrent une zone, actuellement désaffectée. Ils s’y rendirent, après la sieste.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (12 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 7”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/592

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 6

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

Épisode 5

« Souriez à Monsieur,

Monsieur vous sourira. »

RadioSmile.

Ayant échappé aux bavardages du cordon bleu, effets secondaires de sa gourmandise, Monsieur Oneirat entreprit de parcourir les plans avec plus de minutie. Il réussit à tout parcourir avec brio. Pour ce qui est de la compréhension, échec total. Néanmoins, sur l’un des feuillets, un assistant semblait avoir été nécessaire. Madame Sotbougie. Monsieur Oneirat était fatigué de courir après les gens. Avec un soupir il s’empara de l’annuaire. Rien. Elle s’était peut-être mariée.

Les fichiers de la mairie n’étaient quand même pas accessibles à tout le monde, mais Monsieur Oneirat, en bon conspirateur, avait des contacts là-bas. En fait, il connaissait vaguement l’homme de ménage parce qu’ils s’étaient engueulés à propos d’une histoire de marcher, ou pas, là où c’était mouillé. C’était mieux que rien.

Monsieur Oneirat le retrouva donc devant la mairie, passant la serpillière. En signe de paix, il s’approcha en chaussettes, laissant ses chaussures à l’entrée. Il lui expliqua sa requête et l’homme, très fier d’être utile, s’empressa d’y accéder. Serpillère le présenta à un secrétaire avec cet air de conspirateur maintenant familier à Monsieur Oneirat. Extatique. Celui-ci accepta de l’aider, il en devait une à Serpillère qui l’avait caché alors que l’agent Gag le cherchait. Parenthèse que l’on s’empressera de refermer, merci.

Installé devant l’écran, Secrétaire pianota avec un air qu’on commence à connaître, à croire que c’est contagieux, et il trouva rapidement Madame Sotbougie.

« Quel est le nom de son mari? Demanda Monsieur Oneirat, impatient.

– Lequel?

– Comment ça lequel?

– Elle s’est mariée huit fois.

– Et le dernier?

– Divorcé.

– Autrement dit, elle a toujours son nom de jeune fille? Oneirat, héros de la déduction.

– Oui.

– Pourquoi n’est-elle pas dans l’annuaire dans ce cas?

– Parce que l’annuaire est géré par des gens comme moi.

– Donc je n’ai aucune chance de la trouver. Oneirat, victime du désespoir.

– Ben, il vous reste le hasard. »

Il sortit, dépité. Il salua Serpillère et rentra chez lui en chaussettes. On lui avait volé ses chaussures.

Lorsque Monsieur Oneirat arriva en chaussettes, au pied -sans chaussette- de son immeuble, il soupira. C’est le passage de l’histoire où le héros nous fait une petite dépression. Il ouvrit sa boîte aux lettres. Rien. Il soupira de nouveau. A côté, celle de la concierge semblait vide elle aussi. Par contre, elle était au nom de Mme Sotbougie. Grand moment. La concierge n’était autre que Mme Sotbougie. Il sonna. Elle lui ouvrit avec son sourire et sa conversation habituelle. Il se contenta de la fixer. Au bout d’un moment, elle s’arrêta de parler. Il sut qu’elle savait qu’il savait. Un savon s’avalerait savoureusement pour la sauver des aveux. Elle soupira.

« Vous en avez mis du temps.

– Ce n’était pas très évident, vous m’excuserez.

– Pourtant je vous avais laissé des indices.

– C’est vrai?

– Non. »

Monsieur Oneirat entra et ils mangèrent encore de la tarte aux pommes.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (11 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 6”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/591

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 5

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

 «  Quand Monsieur sourit,

Il éclaire notre vie. »

Slogan. Police de l’amour.

Le lendemain, il entreprit de rencontrer le Baveux. Ce n’était pas chose facile, personne ne savait ce qui arrivait aux dissidents. Point de mystère, tout le monde s’en foutait. Il alla se renseigner auprès d’un représentant de l’amour, qui s’occupait de la circulation. Celui-ci envoyait des baisers aux automobilistes qui s’engageaient alors en se rengorgeant et se gargarisant d’un gage qui les rendait gagas. L’agent Gag répondit à Monsieur Oneirat que les dissidents étaient, à sa connaissance, emmenés au Centre des Attentions, à la périphérie de la ville. Pour se représenter la scène, il faut imaginer que chacune de ses phrases était ponctuée de petits bruits mouillés et sortait d’une bouche en coeur, plissée de bonnes intentions. Un travail de toute une vie. L’agent Gag, tout petit, s’était rendu compte, alors qu’il avait une aphte, que cette position des lèvres mettait dans de très bonnes dispositions ses interlocuteurs, et Monsieur Oneirat partit avant la fin de l’histoire parce qu’il avait son renseignement et que l’agent Gag lui donnait des frissons.

Arrivé au Centre des Attentions, Monsieur Oneirat déclina son identité. Il n’en avait pas besoin de toute façon. Le Centre se résumait à un grand parc et quelques bungalows. Il s’approcha du plus grand et s’informa à l’accueil des derniers patients reçus. Il y avait une grand-mère, un ancien politique et un coquelicot. Encore une fois, l’accès aux informations était d’une facilité déconcertante. Comme s’il n’y avait rien à cacher. Pourtant, rien sur le Baveux.

La grand-mère était ici car elle avait volé une moto. Elle n’en avait jamais conduit de sa vie, et c’est pour ça qu’on l’avait attrapée, en train d’essayer de la démarrer, là où elle était garée. Elle avait expliqué qu’ayant changé de marque de biscotte récemment, elle n’avait pu résister à l’appel de la grosse cylindrée que son caniche arrosait tous les jours. Le politique, lui, sous l’emprise de quelque boisson euphorisante s’était mis à tricoter une écharpe en marquant d’un fil de laine rouge « Ethan-ol ». Les membres de la police de l’Amour l’avaient pris personnellement. Enfin, le coquelicot poussait à l’entrée du Centre et le gardien trouvait qu’il avait mauvaise mine. Devinez de qui on s’occupait le mieux. Le politique bien entendu, la grand-mère n’avait pas les moyens et je vous rappelle que le coquelicot n’est qu’une fleur. Ainsi, aucune trace du Baveux. Monsieur Oneirat repartit donc bredouille. Il n’avait pas envie de fouiner, ses soupçons étaient confirmés. Les plans étaient importants, assez pour que le Baveux soit considéré comme n’ayant jamais existé. Et surtout, il était bientôt midi et la concierge faisait de la tarte aux pommes. Grand jour.

***

Tout à coup plusieurs « amis du peuple » entrent dans la pièce en tenant un homme dont le visage est couvert d’une espèce de masque. Plus personne ne parle… Je ne comprends pas ce qui se passe… gémissements, regards terrorisés. L’homme masqué s’arrête devant l’un d’entre nous. Les deux hommes échangent des regards. Notre camarade se recroqueville et recule en gémissant…  « Ceux qui sont là pour nous aider » le soulèvent, ils vont l’emporter ! Malgré ma faiblesse je me lève, je vais défendre notre camarade. Je m’élance, un tigre qui bondit, une matraque qui caresse un crâne, une balle qui goutte le sang, un homme étalé par terre, un tigre mort dans la jungle, puis, une piqure sur le bras… J’ai gagné un ticket pour le paradis de l’inconscient… Personne ne réagit, le camarade est emporté, un ruisseau de sang traverse mon visage.

Le vent caresse mon visage, plus rien ne bouge. Je respire calmement cet air qui m’est si cher, l’air des montagnes, l’air de chez moi, l’air de la terre où sont morts mes aïeux, de cette terre où se trouvent mes racines. Délicates racines qui déterminent et définissent qui je suis. Devant moi s’étend une immense peau de serpent, ses écailles au reflet bleuâtre, en or et en argent, bougent avec le vent. Le bleu du ciel remplit l’espace, le sable s’envole doucement vers ces univers inconnus qui nous entourent. Au-delà de la plage, les bateaux noirs, écoutent les doux rires des enfants.   Quelque part, un chien aboi. J’entends le silence de la vie.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Il y avait dans le palais une grande quantité de fenêtres, car la lumière du soleil était une entité pleine de bienfait et régénératrice à laquelle le médecin royal avait fortement conseillé Ethan de s’exposer. Du reste, il n’en avait pas vraiment le choix car toutes les pièces du palais étaient constamment baignées de clarté. Toutefois, les bâtiments avaient été conçus de telle sorte que chaque ouverture donnait sur une autre partie de la demeure, et jamais directement vers l’extérieur. Ainsi, Ethan ne voyait jamais son peuple, et le peuple ne voyait jamais Ethan. Ils ne se connaissaient donc que par rapports de police interposés et, ma foi, Ethan trouvait ces rencontres toujours charmantes.

Mais il lui arrivait parfois d’avoir envie de se rebeller contre son propre système. Après tout, s’il ne pouvait le faire alors qu’il était patron, quel avantage pouvait-il bien avoir dans toute cette histoire ? Alors il courrait jusqu’aux escaliers, se laissait rebondir sur les marches et s’usait le derrière, comme pour faire un pied de nez à ces maudits ingénieurs qui ne savaient plus réparer des genoux, et encore moins des fesses. Les caves avaient toujours été son lieu de prédilection et il ricanait de bonheur dans cet endroit sans lumière en pensant au médecin royal et à ses recommandations pleines de clarté.

« Voyez donc mon cher ! Pas une seule fenêtre ! Pas un rayon de soleil ! S’extasiait-il devant un prototype en ruine. Et pourtant c’est ici que je me sens le mieux.

Ethan se pavanait dans cet univers d’êtres désactivés. Il conversait avec les robots sans vie, essayait d’en réparer certains et à défaut de résultats, s’en faisait des marionnettes. Pas de Jobby, pas de matraque fleurie dans les sous-sols du palais. Seulement un peuple de pantins qui était d’aussi bonne compagnie, si ce n’est meilleure, que son peuple véritable.

« Là-haut, je ne vois personne, se confiait-il à un automate à roulettes qui semblait lui tendre les bras, installé sur ses jambes de métal. Je fais des décrets, des réprimandes, des incarcérations et je lis le résultat sur des rapports roses et parfumés.

Tout en parlant seul dans le noir, il jouait machinalement avec un petit cylindre de métal plein de gravures et de trous carrés. Il le caressait affectueusement, ne s’en séparait jamais et se perdait parfois dans sa contemplation, et ce n’était jamais un état vide de pensées.  Il regardait la chose plein d’interrogations, d’étonnement et d’inquiétude, mais finissait toujours par la remettre dans sa poche et l’oublier.

Ces excursions souterraines ne duraient jamais très longtemps car à son grand regret, Ethan perdait rapidement des forces et de l’énergie et se mettait à rêver de soleil et de lumière. Alors il abandonnait ses pantins, remontait les escaliers et retrouvait Jobby et ses sourires travaillés.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (10 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 5”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/590