Retour de visite au Forum des sciences du vivant – Biovision #2

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de “citoyens-témoins” a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

 “Des sciences de la vie aux sciences pour la vie”1 : l’interdisciplinarité comme innovation?

 Retour de Véronique Baumlé

Biovision se présente comme le forum international des sciences de la vie. De part son format original, mettant l’accent sur le partenariat public-privé en proposant des sessions de présentations de nouveaux projets industriels, propices à la recherche de conseils, de financements et de développement de réseaux professionnels, Biovision est un forum particulièrement couru par les férus de biotechnologie.

Son objectif est « de réunir des décideurs, issus du secteur académique, privé, politique et de la société civile afin de faciliter un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées innovatrices en solution concrète au bénéfice des citoyens »2. Ainsi, outre les sessions privilégiées d’échanges public-privé, Biovision propose des sessions de plus grande envergure, composées d’une séance de présentations suivie d’un débat regroupant politiques, chercheurs, industriels et majoritairement des représentants d’ONGs, ou encore des questions SMS issus de l’assemblée, comme voix de la société civile, afin d’argumenter le débat sur un enjeu contemporain des sciences du vivant.

 

Afin de présenter, comprendre et débattre des enjeux de demain pour les sciences du vivant, le fil d’Ariane lancé par Biovision 2013 était : « des sciences de la vie aux sciences pour la vie », dont le programme avait pour objectif de permettre de mesurer « l’impact de facteurs externes (environnementaux) et internes (biologiques) sur la santé des citoyens »3.

 

Dans la thématique environnementale, les questions étaient tournées sur « l’impact du changement climatique sur la santé et la biodiversité »4 et « les ressources alimentaires » 4 ou encore sur « l’utilisation des ressources naturelles sans consumer la planète »4.

 

Dans la perspective des innovations technologiques et scientifiques, des propositions ont été apportées dans le transfert public-privé. Pour ne citer que quelques exemples, en agronomie, les recherches du Dr. Cayot présentaient les possibilités d’un régime alimentaire basé sur les protéines végétales en alternative aux protéines animales. En biologie végétale, les recherches sur « la résurrection des plantes » du Dr. Farrant, travaillant sur la description des mécanismes permettant aux plantes de survivre dans des régions arides, offrent une nouvelle perspective aux biotechnologies pour la production de plantes OGMs.

 

Néanmoins, un autre son de cloche s’est fait entendre. Les recherches de pointe dans de nombreux domaines existes, les constatations sur les problématiques environnementales et médicales sont faites, des propositions ont été données, malgré cela « rien ne se passe », comme dirait le Pr. Jean Jouzel, en parlant des préconisations du GIEC et de ses retombées, très faibles. Le Dr. Anne Glover, conseillère scientifique à la commission européenne, faisait le même constat. Sa proposition, alors simple, est de mettre l’accent sur la communication et l’implication des citoyens, sans quoi les connaissances et applications scientifiques sont vaines dans la construction d’une société durable.

Ainsi, j’ai pu constater (mais n’est-ce qu’un débordement de mes propres émotions ?), que ces interventions, mettant l’accent sur la nécessité d’un dialogue science-société recevaient une forte approbation du public, en terme d’applaudissement et de sourires approbateurs. L’on pourrait ainsi aussi penser que le projet gagnant de la session « catalyser » sur les neurosciences « Eyewire » a gagné le cœur des auditeurs car il est un projet de sciences participatives, permettant à chaque citoyen, en jouant en ligne au jeu Eyewire, de participer aux recherches sur la cartographie du cerveau humain.

 

A ces propos et faits, l’enjeu des sciences pour la vie prend une autre tournure, dans laquelle l’innovation technologique n’a plus la place de choix. L’exposé du professeur de philosophie Henry Dicks en a été surement le plus beau des exemples. Citant Aldo Leopold, [«Nous ne pouvons avoir de relation éthique qu’envers quelque chose que nous pouvons voir, sentir, comprendre, aimer, ou alors avoir foi en »]5, son travail en phénoménologie traite des risques (environnementaux) induits par une abstraction de l’eau. Pour illustrer ses propos il a pris comme exemple les rives du Rhône à Lyon qui, aménagées, propices aux balades et à la détente, inscrivent durablement, efficacement la problématique de l’eau dans la tête du riverain, contrairement à leur état il y a une dizaine d’année, non aménagées, servant de parking…

Cet exposé illustre de quelle manière la philosophie permet de comprendre mais aussi d’offrir des outils dans le développement du débat science et société. De même on pourrait penser que bien d’autres disciplines auraient leur place dans la question du vivant. On peut ainsi regretter l’absence de la philosophe Pr. Ammann lors du débat sur les futures thérapies et la bioéthique, qui aurait pu fournir le dialogue et ouvrir des portes sur les enjeux éthiques des sciences du vivant.

De même, dans la problématique des enjeux de santé liés aux modes de vie contemporains et aux perspectives de développement de médecine personnalisée, on peut penser que la sociologie pourrait apporter des nouvelles clés dans la compréhension de nos modes de vie et du lien entre les patients et les modes thérapeutiques et la maladie.

Aussi dans cette proposition de transition, « des sciences de la vie aux sciences pour la vie » l’inter-disciplinarité prend une place essentielle, en ouvrant de nouveaux axes de réflexions et d’orientation permettant à la recherche d’être plus en phase avec les problématiques de sociétés. Ainsi cette « innovation interdisciplinaire » ne mettrait pas de côté les innovations scientifiques et techniques, mais permet de mieux les appréhender et les appliquer.

 

  1. Thématique de Biovision 2013.
  2. Texte de présentation du forum Biovision : http://www.biovision.org/index.html
  3. Editorial du fascicule de Biovision 2013, par Didier Hoch.
  4. Titres de focus, Biovision 2013.
  5. « We can be ethical only in relation to something we can see, feel, understand, love, or otherwise have faith in », Aldo Leopold, A Sand County Almanac, Chapitre “The land ethic”, 1948.

Retour de visite au Forum des sciences du vivant _ Biovision #1

Préambule : En mars 2012, un petit groupe de « citoyens-témoins » a pu profité du forum des sciences Biovision, accompagné par le service Science et Société de l’Université de Lyon. Cet accompagnement a pris la forme de 3 ateliers répartis avant et après le forum, afin de réfléchir ensemble sur les enjeux des sciences en société, et d’exprimer leurs points de vue. Les retours des participants leur sont propres, et n’engage pas l’Université de Lyon.

La nouvelle soie lyonnaise

Observations du forum mondial des Sciences de la Vie « Biovision »

————-

Sebastian J. Moser

          Introduction

Veuillez m’excusez, je suis sociologue. Je me suis très peu occupé du monde des Sciences du vivant mais plutôt des êtres vivants qui, par leurs actions, forment ce que nous appelons la société. Pour ce faire, je me suis entraîné à l’observation, partout et tout le temps. On pourrait parler d’une déformation professionnelle qui fait que je ne suis pas expert d’un domaine sociétal spécifique, mais je peux tous les observer. En me proposant l’animation une cycle d’atelier-formation en collaboration avec un philosophe des sciences, j’ai entendu parler de ce forum mondial des Sciences de la Vie, qui se nomme Biovision, pour la première fois. J’aurais pu m’attendre à une manifestation scientifique.

Cependant, l’auto-description est très claire : ce forum est un lieu qui a pour but de faciliter « un débat productif sur les avancées scientifiques et de transformer des idées novatrices en solutions concrètes au bénéfice des citoyens » (biovision.org). Il ne s’agit explicitement pas d’une création de liens faibles entre l’industrie et la science. Biovision n’est pas un lieu où les personnes de la société civile (au sens large) peuvent s’informer sur l’avancement de la recherche dans le domaine des sciences du vivant. A Lyon, nous nous trouvons dans des conditions idéales mais artificielles, c’est-à-dire  créées par la volonté de l’homme et ses institutions, pour la création des partenariats économiques-scientifiques qui ont pour but la transformation des résultats scientifiques en produit.

Mais essayons d’oublier tout cela et faisons comme si nous étions très naïfs. Il nous faut cette posture pour ne pas interpréter nos observations auparavant. Biovision se présente comme un forum mondial. Par conséquent, on aurait pu me faire croire que Lyon n’est que le lieu d’accueil et qu’un tel forum pourrait se trouver n’importe où dans le monde. Mais nous aimerions présenter un autre point de vue et démontrer que le monde social ne se crée pas par hasard. L’hospitalité de la ville de Lyon n’est pas totalement désintéressée et cet exemple nous semble pertinent pour dessiner l’image de la situation économique lyonnaise.

 

1) Premier jour : première balade ethnographique

Le jour de l’ouverture de Biovision, je me suis baladé quasiment tout seul dans les couloirs. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Mais il n’y avait surtout pas encore les agents industriels ou scientifiques derrière leurs stands réservées aux échanges, aux entretiens et à la distribution d’informations. En me dirigeant vers la Break-Fast-Area, j’ai pu découvrir le Pavillon « Lyonbiopôle » dans lequel se présentait ce centre d’excellence mondial en vaccin et diagnostic. A la fin de cet espace décoré avec des tapis aux couleurs très vives et des stands de chaque centre de recherche faisant parti de « Lyonbiopôle », se trouvait un stand qui arborait la soierie lyonnaise (cravates, écharpes etc.) ; un peu à part des autres et pas implanté sur le tapis coloré. Derrière le stand,  une dame s’occupait de la soigneuse mise en place des produits en soie destinés à la vente pour les visiteurs de Biovision. Elle était seule, comme moi.

Il ne me semblait pas inadéquat de retrouver un stand avec de la soierie lyonnaise. L’emplacement me paraissait d’autant plus adapté que le « Lyonbiopôle » avait pour vocation de montrer ce qui se « fait à Lyon ». Et comme la Fondation pour l’université de Lyon organise cette rencontre internationale en collaboration avec le Grand Lyon, le Département du Rhône et de la Région Rhône Alpes, on aurait pu croire qu’il y avait également la volonté de présenter les différents facettes de la ville et de la région : soierie, produits régionaux, Guignol de Lyon en t-shirt ou en miniature, et pourquoi pas quelques articles de l’Olympique Lyonnais. Le lecteur qui connaît ce monde de la recherche en Biotechnologie et qui est familiarisé avec l’industrie pharmaceutique à Lyon s’amuse peut-être des remarques d’un ignorant.

Cependant, il aurait fallu se dire tout de suite : « mais la soierie lyonnaise n’a rien à faire dans le Pavillon ‘Lyonbiopôle’ » ! Ce lieu est consacré à la présentation du pôle labellisé pôle de compétitivité en 2005 et qui « a pour but d’appréhender les maladies infectieuses humaines et animales de façon globale, du diagnostique [sic] et de la prévention jusqu’au traitement, en intégrant des systèmes d’administration originaux » (présentation de Lyonbiopôle sur leur site-internet). Mais ce jour là, la table m’étonnait peu.

 

2) deuxième jour : deuxième balade ethnographique

Cette table, je l’avoue, n’était pas la chose la plus extraordinaire de ma visite. Mais elle m’était restée dans la tête. Pourquoi ? Parce que la femme avait été la seule personne qui préparait son stand ? Si elle n’avait pas été au fond du couloir pour attirer mon attention, peut-être je ne serais jamais allé aussi loin. N’était-elle pas au courant des coutumes de l’événement ? Quand est-ce qu’il faut arriver et surtout, quand est-ce qu’ils vont arriver, les visiteurs, et donc les clients potentiels ? Est-elle restée dans ma tête parce qu’on ne lui avait pas attribué une place sur le tapis coloré sur lequel étaient installés tous les stands de « Lyonbiopôle » ? Cela représente tout de même un symbole d’exclusion ou de ségrégation ce qui attire le sociologue et sa nature questionneuse.

Le lendemain, je n’étais pas forcément étonné quand j’ai vu qu’on avait déplacé la table. Elle se trouvait maintenant directement à l’entrée, dans un couloir entre l’Auditorium Lumière et le Pavillon « Lyonbiopôle ». Une place plus prometteuse pour les ventes, mais aussi  une séparation totale du reste. Son exposition et son isolement coexistaient. Ainsi, on pourrait dire que l’endroit où elle avait été placée la veille avait été considéré comme déplacé.

En prenant en compte l’ensemble de l’événement « Biovision » dans sa complexité organisationnelle, dans sa mixité humaine comprenant les hommes politiques, les porteurs de prix Nobel et directeurs des grands entreprises, il me semble trop osé d’estimer que la petite dame du stand avait fait une demande officielle à la fin de sa journée pour obtenir l’autorisation de déplacer sa table. L’argument de son mécontentement concernant les ventes de la journée peut sembler pertinent, mais n’aurait peut-être pas fait beaucoup d’écho chez les organisateurs. Pourquoi donc cette nécessité de marquer la différence entre « Lyonbiopôle » et une table de vente ?

 

3) Essai d’une interprétation

La soie, ce produit qui a apporté beaucoup de richesse à la ville de Lyon entre le XVIIIe et le XIXe siècle, a marqué profondément l’histoire du pays, l’histoire de Lyon et en particulier l’histoire du quartier de la Croix Rousse. La particularité d’un seul métier caractérise toute une colline et ses pentes au niveau architectural. En se révoltant, les Canuts ont influencé des penseur comme Saint Simon, Karl Marx ou Prouhon et avec cela les idées d’un mouvement sociale à l’échelle mondiale.

Aujourd’hui, la soie n’est plus qu’un article touristique. C’est un souvenir de Lyon qu’on achète à la maison des Canuts à la fin d’une visite guidée, tout comme le Guignol ou l’andouillette dans les Halles Paul Bocuse. Ce produit d’autrefois a perdu toute sa valeur économique. Peu importe qui a initié le déplacement de la table avec la soierie lyonnaise, il a remis la soie à sa juste place et il a symboliquement marqué la non-compatibilité entre la petite vente touristique et le big business. La pharmacie, la parapharmacie et les biotechnologies sont particulièrement présentes et se développent de plus en plus dans la région lyonnaise, même si Lyon est aussi une métropole à l’économie multispécialiste et tertiarisée.

La volonté démonstrative de vouloir approcher l’industrie et la recherche dans le domaine des sciences du vivant qui se retrouve dans l’auto-description de Biovision démontre parfaitement que les pouvoirs politiques et économiques ont tout à fait compris les enjeux d’une société de connaissance. Contrairement aux questions que pourrait poser l’industrie métallurgique ou le textile, deux autres secteurs importants de l’économie lyonnaise, et donc les concurrents directs de l’industrie pharmaceutique, les questions abordées à Biovision ne touchent à rien d’autre qu’à l’avenir de l’Homme : la santé, l’environnement et la nutrition. Ces sujets promettent plus de reconnaissance sociale pour une ville en transformation vers une métropole que les mains sales de l’industrie plus ou moins classique. Ça brille, un peu comme la soie autrefois !

Mais tout n’est pas si rose quand même : au deuxième jour de Biovision nous avons pu assister à la manifestation d’environ 200 chercheurs de Sanofi, numéro 1 des entreprises pharmaceutiques françaises. Ils avaient bloqué l’entrée principale et ont été la cause d’une forte présence policière sur toute la Cité Internationale. Ces personnes  venaient de Toulouse pour exprimer leur colère contre le plan de la restructuration de la recherche et la politique d’emploi de l’entreprise. Lien historique avec la révolte des Canuts ? Selon le politologue allemand Wolfgang Kraushaar, il ne faut plus parler des émeutes ouvrières mais plutôt de celles des éduqués. Suite à l’échec de la promesse que  l’éducation pourrait garantir l’emploi et éviter le chômage, beaucoup de personnes diplômées sont dans la même situation que les chercheurs de Sanofi. Leur révolte va-t-elle durer ?