Formation option « Conférence » !

Florian Douam, doctorant à l’ENS de Lyon et président du bureau exécutif de l’association ConférENS, revient sur l’histoire de cette association étudiante qui met en place chaque année une dizaine de conférences sur des sujets scientifiques, sociétaux ou littéraires. Il dévoile les coulisses de cette belle organisation, revient sur les motivations des participants et précise l’intérêt de la démarche. Une initiative à forte valeur ajoutée pour les étudiants !

 

Un manque à combler…

Encore en Master à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon il y a maintenant 4 ans, nous nous étions interrogés avec un certain nombre d’étudiants sur un aspect particulier de la vie de notre école. Pourquoi n’y avait t-il pas de conférences organisées par et pour les étudiants ?  Il avait bien existé par le passé un tel groupe, « le groupe séminaire » mais, faute de relève, il avait disparu.

Ayant entendu parler d’un sociologue intéressant de passage sur Lyon, nous avons sauté sur l’occasion et l’avons invité à venir à l’ENS pour y donner une conférence. Après quelques affiches et mails envoyés, le jour J arriva et à notre grande surprise, l’amphithéâtre fut plein à craquer ! Nous nous rendions compte de l’importance que pouvait avoir ce genre d’évènement dans l’activité culturelle d’une institution universitaire. La conférence fut une réussite et très motivés, nous avons lancé un appel à bénévole pour nous aider à en organiser d’autres.

Conférence – © Florian Douam

Et la sauce a pris ! Plusieurs autres étudiants ont rejoint le noyau dur. Nous avons tous appris « sur le tas » les différentes étapes de l’organisation : choisir une thématique, contacter un conférencier, réserver une salle, diffuser des affiches sur les murs, trouver un caméraman ou un vidéoprojecteur de remplacement le jour J, organiser un buffet, animer le débat, trouver des piles quand le micro ne marche plus… Mais bien au-delà, l’une des raisons essentielles de notre engagement était aussi la rencontre et le partage  avec les conférenciers. Peut être justement parce que nous pouvions les avoir juste pour nous avant et après une conférence, telle une sorte de récompense.

A la suite de la fusion des 2 ENS lyonnaises début 2010, notre groupe fusionna avec l’ancien pôle conférence étudiant de l’ENS Lettres et Sciences Humaines pour donner naissance à la commission conférences de l’ENS de Lyon. Cela nous a permis d’augmenter le nombre de conférences et de diversifier la programmation, en alternant des conférences de type scientifique avec des conférences sur des sujets littéraires ou de société. Certains débats ont même été tenus dans de plus grands amphithéâtres en collaboration avec d’autres associations lyonnaises  afin de diversifier notre public.

 

L’aventure Alter Idées

Alors que la commission conférences faisait ses premiers pas, une autre aventure débuta. Celle d’Alter Idées. Tous sensibilisés à l’organisation de conférences étudiantes, nous avons créé en janvier 2010 avec des étudiants de l’Ecole Centrale de Lyon, de l’EM Lyon et de Sciences Po Lyon une association inter-école inédite visant à organiser une fois par an une grande journée de conférences pluridisciplinaires. Cette journée a été conçue à la fois comme un moment de débat et de culture pour tous (étudiants comme non étudiants), mais aussi comme l’occasion de rencontres entre étudiants lyonnais de différentes disciplines.

Alter Idées – Pause petit-déjeuner – © Florian Douam

Organisées sur le campus de Centrale Lyon en Avril 2010 et 2012 et à l’ENS de Lyon en Mars 2011, ces journées ont été vraiment incroyables pour nous tous. L’expérience fut extrêmement formatrice, notamment parce que l’équipe était plus importante, la préparation logistique rigoureuse et les conférenciers invités plutôt prestigieux. Ce fut une expérience associative extrêmement enrichissante pour de futurs chercheurs ou ingénieurs, tant au niveau professionnel (gestion d’équipe, logistique, organisation…) qu’au niveau humain. Nous avions d’ailleurs conclu notre journée par une grande soirée étudiante.

 

Consolider nos fondations

Restait le problème de la stabilité de notre groupe, car pour être visible à long terme, la commission avait besoin d’autonomie (acquisition de fonds propres) et d’une structure plus formelle. Nous avons alors décidé en Juillet 2011 de transformer la commission conférence en association, baptisé « ConférENS ». Pour notre première année, notre souhait était double : gagner en visibilité et professionnaliser notre fonctionnement, avec l’organisation de conférences régulières tout au long de l’année et un soutien logistique et financier apporté à tous les membres de l’école souhaitant organiser leur propre conférence. En toute objectivité, je pense que nous avons réussi notre mission : nous avons organisé au cours de l’année universitaire 2011-2012 une dizaine de conférences, un débat grand public, la projection inédite d’un film comique sur la recherche où tout le grand Lyon universitaire était convié, la participation à la couverture média du forum Libération et enfin la troisième édition des rencontres Alter Idées sur le campus de Centrale Lyon.

 

Une histoire formatrice à plusieurs niveaux

Exemple d’affiche conférENS

ConférENS est maintenant grande. Riche d’une cinquantaine de membres la structure que nous avons conçue peut désormais naviguer seule.  De quoi jeter un coup d’œil en arrière pour me rappeler que cette aventure de plus de 4 ans a marqué tout ceux qui y ont participé, tant au niveau des souvenirs que de l’expérience acquise pour le futur.

Organiser une conférence, gérer une équipe, communiquer, contacter des conférenciers, les accueillir, animer et modérer un séminaire : autant de choses qu’un chercheur est amené à faire à un moment ou à un autre de sa carrière, choses que ces expériences nous ont aidé à apprendre. L’expérience Alter Idées nous aura aussi appris à organiser des évènements de grande ampleur et à travailler avec une équipe nombreuse autour d’un projet commun.

Néanmoins, rien ne vaut pour nous la rencontre avec les multiples personnalités variées et passionnantes qu’il nous a été donné de rencontrer. Nous avons d’ailleurs gardé des contacts avec certains chercheurs qui nous donnent régulièrement quelques nouvelles ou même des conseils pour nos avenirs professionnels.

En prenant du recul, je suis convaincu avec mes camarades que toutes ces expériences s’intègrent et sont pleinement complémentaires à une formation scientifique, au niveau organisationnel bien sûr mais également  et surtout au niveau de l’éveil scientifique et intellectuel.  Chaque conférence et rencontre a éveillé notre curiosité et notre goût du savoir, tout en nous sensibilisant pleinement à la pluridisciplinarité, clé des sciences de demain.

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la liste de diffusion de l’association pour être au courant de nos conférences, vous pouvez faire cette demande en écrivant à « commissions.conferences@ens-lyon.fr ». Nous serons ravis de vous accueillir parmi nous.

Florian DOUAM

Liens science et société à l’Université de Lyon – Par Vincent Giudice, doctorant en biologie

Billet publié le 19 mai 2012 sur le blog de Vincent Giudice – « Sciences dessus dessous – La science accessible à tous

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler dans cet article d’une expérience personnelle.

L’Université de Lyon (regroupant les 18 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de Lyon-St Etienne) a mis en place depuis plusieurs années des modules de formation à destination des jeunes doctorants. Ces cours permettent de s’ouvrir  au monde du travail, d’acquérir de nouvelles compétences ou de préparer notre avenir professionnel.

Le service Science et Société de l’Université de Lyon et le service des Etudes doctorales de l’UdL ont orienté certains modules autour de la création d’un lien entre le monde scientifique et la société. Souvent, au cours de discussion avec des personnes croisées dans la rue ou en regardant les informations, je me rends compte que le monde de la recherche est souvent mal connu, parfois idéalisé et que de nombreuses fausses informations sont véhiculées (exemple récent sur mon dernier article : image 1). Je me suis donc, depuis quelques temps déjà, intéressé à ce lien entre scientifiques et non scientifiques ; c’est pourquoi j’ai suivi deux modules de formation « Science et société » depuis le début de ma thèse et créé ce blog il y a maintenant 8-9 mois, avec pour objectif de comprendre les mécanismes pour rendre le monde de la recherche accessible à tous.

Assez parlé de moi. Dans cet article, je vais vous parler de la dernière formation à laquelle j’ai participé, formation menée avec brio par Mélodie Faury, Davy Lorans et Pauline Lachappelle, tous trois membres du service Science et Société. Comme indiqué sur son site internet, le service Science et Société est un lieu « d’expérimentation et de modélisation de nouvelles formes de médiation culturelle des sciences et de dialogue avec les différents acteurs de la société ».

© Université de Lyon - Davy Lorans

En quoi a consisté cette formation ?

Un des objectifs principaux de cette formation a été la présentation des différents acteurs de la société et notamment autour d’un débat sur l’homéopathie proposé par Jean-Philippe Neuville, maître de conférences en sociologie à l’INSA de Lyon. Ce débat a été organisé comme un jeu de rôle, où chacun devait se mettre dans la peau d’un acteur de la polémique. Ceci nous a permis de pouvoir cerner et pourquoi pas comprendre les différents points de vue des personnes impliquées (patients, médecins, labo pharmaceutique…) et m’a personnellement inspiré pour l’article sur l’homéopathie. Nous avons également rencontré Pablo Jensen, fondateur des cafés sciences sur Lyon, qui est revenu sur son expérience avec un peu de nostalgie. Les cafés sciences, pour ceux qui ne connaissent pas, sont des débats scientifiques menés au sein d’un café et accessibles à tous. C’est une manière très intéressante de pouvoir aborder des polémiques ou poser des questions à des spécialistes du sujet. D’ailleurs des cafés sciences sont parfois organisés par le service Science & Société, notamment au cours du projet « Et si on en parlait ? » mené par Pauline Lachapelle. A l’automne 2011, des « cafés sciences et images » avaient été organisés autour du thème « Cerveau, sexe, gènes…sommes-nous vraiment programmés ? ». Cette année, le thème du projet est « Alimentation : quels défis nous attendent ? ».

Enfin, nous avons abordé un autre projet au cours de cette formation : la « Boutique des sciences ».

Qu’est ce que la « Boutique des sciences » ?

La première fois que j’ai entendu ce terme, j’ai imaginé un magasin vendant des kits de petits chimistes ou des microscopes pour enfants. Bien sûr j’avais tort !

En fait il s’agit d’un projet, mené par Davy Lorans, permettant de créer un lien entre des chercheurs et des associations confrontées à une problématique scientifique. L’exemple que nous avons étudié au cours de la formation et le suivant : une MJC a créé des jardins partagés dans un quartier proche d’une autoroute. Les membres de l’association aimeraient savoir si ils peuvent consommer les fruits et légumes qu’ils récolteront, si la terre n’est pas trop polluée, mais ils aimeraient également connaître l’impact de ses jardins sur le lien social dans le quartier. Le but de la boutique des sciences est de reformuler ces questions afin de monter un projet avec des chercheurs. Bien sûr il faut que cette question intéresse le laboratoire dans son projet de recherche car les associations ne payent rien et les fonds de recherche étant de plus en plus limité, il est parfois dur de trouver des chercheurs volontaires. Cependant, je pense qu’il est important de créer des liens de cette sorte entre la société civile et les chercheurs. En effet, cela permettra de désacraliser le chercheur qui est  également un citoyen et un civil, mais également cela permettra aux gens d’avoir des réponses scientifiques concrètes sur leurs problèmes.

Pour conclure, ces modules de science et société, adressés à de futurs chercheurs, sont, à mon sens, essentiels. De nos jours, je pense que la séparation scientifique/non scientifique doit être réduite de plus en plus ; les enjeux de la recherche étant de plus en plus importants.

Pour en savoir plus :

Site du CCSTI de Lyon
Blog du projet « Et si on en parlait ? »
Article sur la boutique des sciences