Ouvrir les étudiants aux enjeux actuels des sciences

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

L’Université de Lyon crée deux modules de formation science-société

Si l’on souhaite développer de nouvelles coopérations entre chercheurs et citoyens, sans doute faut-il compléter la formation des étudiants pour les ouvrir aux questions de sciences en société. L’Université de Lyon s’engage dans cette voie en créant en 2012 deux modules de formation science-société pour les doctorants.

©Université de Lyon - Davy Lorans

La mise en place de formations science-société pour les doctorants et, à moyen terme, pour les étudiants en Licence-Master, est au cœur des travaux de la Commission Science et Société de l’Université de Lyon (voir l’encart ci-contre). Deux modules ont ainsi vu le jour au 2ème semestre de l’année universitaire 2011-2012 :

Le 1er module D12 – Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets invite les doctorants à réfléchir sur le rôle des scientifiques dans la société et à découvrir des outils de mise en dialogue des savoirs, en s’impliquant dans une des actions Science et Société de l’Université de Lyon : la dynamique Et si on en parlait et/ou le projet Boutique des sciences. Il leur permet également d’apprendre à communiquer sur leur propre activité de recherche.

© Université de Lyon - Davy Lorans

Le 2ème module D13 – Outils et projets de médiation culturelle des sciences leur propose une introduction à la médiation et à la diversité de ses dispositifs (films et radios scientifiques, secteur art & science, médiations numériques, carnets de recherche…). Les doctorants sont ensuite invités à construire un projet personnel de médiation culturelle des sciences.

Au total, vingt étudiants très motivés et issus d’une grande diversité d’établissements (ENSAL, Université Claude BBernard Lyon 1, INSA de Lyon, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2) ont participé cette année à l’un ou l’autre de ces modules. En dotant les doctorants d’outils de réflexion et de dialogue avec les citoyens, ces formations s’inscrivent dans une dynamique globale d’ouverture des chercheurs à la société.

Nathalie FABRE