Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Traditionnellement, chaque année lorsque je commence l’encadrement des cours « d’éthique et sciences humaines » aux 3BIM, je fais un tour de table au cours duquel, je demande ce qu’ils aiment lire, regarder à la télévision, au cinéma, etc. Invariablement et peut-être même inlassablement, les étudiants me répondent qu’ils ont peu de temps pour lire, regarder, contempler, admirer. Rien d’étonnant et ce, même dans une école d’ingénieurs telle que l’INSA. Ce cours est là pour ça… Il leur offre la possibilité de reprendre le chemin de la lecture et pour certains d’entre eux celui de l’écriture. Loin d’être juste une cerise sur le gâteau, cet enseignement propose un véritable terrain d’expérimentation. Il les invite à tester des hypothèses, à les mettre en mots pour imaginer et construire ce que pourrait être le monde de demain.

Même si le canevas pédagogique reste chaque année identique, chaque promotion propose de nouvelles envies et invente de nouvelles voies d’explorations. La première partie de l’année nous a guidés à travers un ensemble de questions éthiques abordées avec des controverses mises en scène. L’utopie, le prix du vivant, le bonheur, les robots, l’humanité, le rapport à l’autre, etc. sont autant de thématiques sur lesquelles nous nous sommes interrogés à travers ce premier tour de piste. Ces réflexions ont émergé après la lecture de quelques œuvres littéraires circonstanciées. Et au mois de janvier, tandis que certains se sont dirigés vers l’atelier théâtre, d’autres ont poursuivi l’aventure à travers les affres de l’écriture.

Je ne cesse de le répéter : proposer des ateliers d’écriture en écoles d’ingénieurs me procure chaque année de nombreuses et importantes satisfactions professionnelles. Voir les élèves-ingénieurs prendre peu à peu conscience des problématiques éthiques qui pourraient toucher leur futur métier et les mettre en récit donne du sens et de la valeur à cet enseignement. Alors que dire de cette nouvelle promotion ? Quels sont les éléments qui m’ont particulièrement ravi cette année ?

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Un foisonnement de formes tout d’abord. Certains ont privilégié la forme classique de la nouvelle pour nous conter des histoires :  celle  d’un jeune homme atteint dune leucémie foudroyante,  celle relatant l’excentricité d’un scientifique jouant à l’apprenti sorcier en recréant  un dinosaure,  celle d’une jeune fille hantée par les chiffres, celle d’un monde post troisième guerre mondiale. D’autres ont choisi de tester des styles d’écriture différents. Une fable animalière où la vanité est passée au crible, un article journalistique qui  relate entre autres les aventures malheureuses d’un jeune homme en mal de justice, un journal intime où un chercheur expose l’évolution de sa pensée sur l’expérimentation animale, un récit à trois voix où un citoyen lambda, un dictateur et un dissident racontent leur version respective des faits et enfin la reprise de récits existants tels que celui du millénaire Guilgamesh ou celui plus récent du Passeur.

Une forte volonté de créer des textes ensemble. Si tous n’ont pas travaillé collectivement, certains ont exploré de véritables modes d’écriture collaboratifs. Un laboratoire secret sert de lieu commun à quatre récits. Il est le siège d’aventures rocambolesques où il est question d’expériences sur les humains, sur les animaux, de droit à la santé, d’injustice face aux soins. Trois de nos jeunes auteurs ont choisi de croiser leur plume pour proposer les visions complémentaires et parfois contradictoires de trois citoyens d’une dictature imaginaire.

Une diversité dans la façon de procéder face à l’écriture. Certains ont cent fois remis leur ouvrage sur le métier, d’autres en revanche ont laissé parler leur spontanéité. Quelle que soit la méthode utilisée, aucun d’entre eux n’a pour autant démérité.

Une véritable écoute, bienveillance et une solidarité entre les participants de l’atelier. Les séances d’écriture étaient pour la plupart individuelles mais celles de lecture, collectives, ont permis de catalyser des liens qui existaient entre eux.

Avec persévérance, attention, implication, réflexion, ils ont construit pas à pas ce recueil. Ils y ont mis d’eux mêmes. J’espère que vous trouverez autant de satisfaction à lire ces textes, résultats d’une année de travail et de réflexion, que j’en ai eu à les encadrer. J’espère aussi que ce recueil accompagnera  et alimentera les réflexions abordées lors de notre annuelle et traditionnelle journée éthique.

Bonne lecture à tous !

Marianne Chouteau

Chouteau, Marianne (2 juillet 2012) “Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/438