Un chimiste français au Canada

France-Québec : des différences culturelles en matière de recherche

Enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Lyon, Jean-Pierre Cloarec a rejoint cet été l’Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique à l’Université de Sherbrooke (Québec). Il témoigne ici du « bouillon de cultures » et de sensibilités qui s’expriment dans ce laboratoire interculturel.

La gravure « Trois Mondes » (1955) du graphiste néerlandais MC Escher représente la surface d’un plan d’eau. Nous apercevons un poisson au travers de l’eau, le reflet d’arbres, et des feuilles flottant à la surface. La gravure est cadrée sur l’eau elle-même, sans donner à voir directement ni la terre environnante, ni le ciel. Et pourtant l’artiste porte à la conscience de l’observateur ces « trois mondes » : sous l’eau, dans l’air, à l’interface entre air et eau ; il les relie par le jeu du reflet et de la transparence…

… Je travaille à l’heure actuelle au LN2, un laboratoire qui associe lui aussi plusieurs mondes, plusieurs cultures et visions de la science ; il s’agit d’un laboratoire CNRS franco-canadien, situé au Québec, dans un site de l’Université de Sherbrooke nommé « Institut Interdisciplinaire d’Innovation Technologique » (3IT) regroupant spécialistes en technologies et sciences de l’ingénieur, sciences médicales, sciences humaines.

Le LN2 est d’abord un laboratoire de l’Institut INSIS (« Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes ») du CNRS. La culture scientifique de cette branche du CNRS associe des questions de recherche fondamentale (matériaux, mécanique et autres sciences de l’ingénieur, micro-nanotechnologie), à des problématiques appliquées (environnement, énergie, santé, technologies de l’information).

Tandis qu’une majorité de laboratoires CNRS est située dans des universités françaises, le nôtre est hébergé dans une université canadienne. L’organisation de nos interlocuteurs locaux est fortement liée au contexte nord-américain. Ce serait une erreur de percevoir les Québécois comme des Français implantés en Amérique du Nord : il me parait plus juste de les voir comme des Nord-Américains parlant français. L’organisation du temps, la gestion des budgets, les modes de financement, le lien entre universitaires et industriels, la gestion des conflits, la manière de penser et pratiquer recherche comme enseignement se font dans un cadre évidemment fort différent de notre sensibilité française.

Dans leur livre « Pas si fous ces français » (2005), les canadiens Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow illustrent et mettent à jour les différences culturelles entre France et Canada (et de manière générale, Amérique du Nord). Dans un même état d’esprit, je peux témoigner de deux exemples concrets concernant les différences culturelles en matière de science :

Le sens du mot « laboratoire » en France et au Québec

Pour mes collègues français et moi-même, le terme « laboratoire » désigne implicitement un ensemble de chercheurs effectuant, dans un lieu déterminé, un programme de recherche. Il s’agit pour nous d’une organisation collective, avec ses instances de décision, son directeur, ses responsables d’équipes, ses infrastructures technologiques, sa politique -au sens noble- de recherche. Mon laboratoire d’origine à l’Ecole Centrale de Lyon regroupe près de 200 personnes dont environ une centaine de personnels permanents, et une centaine d’étudiants et de chercheurs non permanents. Pour nos collègues canadiens du 3IT, le terme « laboratoire » désigne d’abord un local disposé pour faire des recherches scientifiques. Chaque professeur d’université dispose de son laboratoire, de son budget propre, et ne rend pas de compte à ses proches collègues à propos de ses choix en matière de recherche et d’organisation. Un professeur canadien est son propre « directeur de laboratoire », et ce laboratoire compte en moyenne une quinzaine de personnes (stagiaires, étudiants, chercheurs post-doctorants, personnels techniques). Cela n’empêche pas ces professeurs de disposer d’une infrastructure de recherche commune : ici comme en France certains équipements sont trop chers pour être financés par une seule personne, dans notre domaine d’activité. Un laboratoire canadien est à la fois plus instable et plus réactif qu’un laboratoire français : plus instable car en général seul le professeur est rémunéré avec un salaire fixe alors que tous les autres membres sont de passage ; plus réactif parce que le professeur peut recruter une personne ou acheter un équipement comme il le souhaite… tant qu’il a les fonds pour le faire.

Je décris ici des tendances générales, sachant que des universitaires canadiens se groupent parfois pour former des laboratoires communs, et des universitaires français peuvent faire de la recherche de manière isolée – mais dans les laboratoires que je connais il s’agit plutôt d’exceptions.

L’organisation des échanges scientifiques en France et au Québec

Dans mon équipe française d’origine -pas forcément représentative, puisque chaque équipe possède sa propre culture- les discussions informelles constituaient une part significative des échanges scientifiques, tant pour la recherche que pour l’enseignement. Nous avions ainsi placé un tableau blanc à proximité du coin café de l’étage, pour pouvoir illustrer et faire des schémas à tout moment de nos discussions : discuter d’une question posée par des élèves au retour d’une séance de travaux dirigés, tenter d’interpréter un résultat expérimental surprenant, réfléchir à un nouveau projet. Ces échanges pouvaient impliquer plusieurs permanents chevronnés de l’équipe, ainsi que les doctorants. Il s’agissait d’un dialogue collectif, pratiqué de manière continue. Au 3IT, les échanges scientifiques me paraissent essentiellement organisés au cours de réunion formelles périodiques, impliquant le professeur dirigeant le laboratoire, et ses étudiants. L’espace café est plus petit, et sert essentiellement … à se faire un café, pour aller le boire à son bureau ou éventuellement en réunion. La présence de chercheurs français modifie ce schéma – mais il n’y a pas encore de tableau blanc à côté de la cafetière.

Dans le LN2, cette diversité des sensibilités est plus passionnante que difficile à vivre au quotidien, et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord les chercheurs qui forment notre groupe se connaissent et collaborent depuis plusieurs années. Nous avons déjà eu un bon aperçu de nos limites et postures respectives. D’autre part, nous avons tous déjà travaillé à l’étranger, à un moment ou un autre de nos parcours. Enfin, malgré notre diversité, nous n’avons pas à surmonter la barrière de la langue puisque tout le monde ici parle français.

Pour que nos travaux de recherche soient fructueux, nous ne pouvons pas nous contenter de juxtaposer, ou pire d’opposer nos cultures. La première chose que notre communauté de chercheurs invente quotidiennement, c’est une interface entre nos deux mondes d’origine, nos deux manières de vivre la recherche scientifique, en France et au Québec. Nous créons un troisième monde, mixte, avec son identité propre. Il nous faut pour cela comprendre la cohérence des différentes logiques à l’œuvre dans notre « bouillon de culture ». Voilà qui pourra nous amener à faire évoluer nos visions respectives de la recherche et de l’enseignement, et pourquoi pas inventer de nouvelles manières de les pratiquer.

Jean-Pierre Cloarec

Droits :

All M.C. Escher works © 2012 The M.C. Escher Company – the Netherlands. All rights reserved. Used by permission. www.mcescher.com

 

Pour aller plus loin :

Lire l’interview de Jean-Pierre Cloarec sur notre blog Et si on en parlait (2011)