Retour de doctorant – Participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets »

Un doctorant en géologie a accepté de partager son expérience de participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projet« , mise en place par l’Université de Lyon.

Depuis le début de ma thèse, et de plus en plus avec le temps, je me suis posé des questions sur les liens entre science et société, entre mon sujet de recherche et l’intérêt qu’il aurait pour d’autres personnes qui ne sont pas dans ce milieu. C’est pourquoi j’ai choisi cette formation à la seule lecture de son titre et de sa description.

Le fait de pouvoir se rencontrer entre doctorants de divers domaines montre déjà nos divergences, notamment dans nos façons de voir le lien entre ce que l’on fait et ceux qui nous entourent. Les premiers débats ont été très utiles pour définir ce qu’est « science et société », mais aussi pour apprendre à rendre accessible son propre sujet de recherche à des doctorants issus de domaines différents. A cela s’est rajouté une étude de cas réel avec terrain, afin de se rendre compte de la vraie difficulté à rendre accessible sa recherche à une personne qui, cette fois, ne fait plus partie de la recherche.

Photographie : cc par gnuckx, sur Flickr

D’un point de vue personnel, en tant que doctorant, cela m’a permis de replacer ma thèse dans un contexte général, pour finalement voir la thèse comme un travail comme un autre, et qui ne surprend que par son originalité. En effet, la thèse ou la recherche prend beaucoup de temps et demande beaucoup d’implication, ce qui la rendre à mes propres yeux comme quelque chose d’important. Le fait de discuter avec d’autres personnes scientifiques, ou non, montre bien que cette thèse n’est qu’un métier comme un autre. A cela s’ajoute l’apprentissage à modifier son sujet et l’adapter au public visé. Cela s’est fait en deux étapes, la première en gardant un peu de science pour le présenter à d’autres doctorants, et la deuxième en « épurant » au maximum pour la rendre compréhensible à n’importe quelle personne.

Je pense que ce dernier point est un grand point pour ma future recherche. Il est vrai que les domaines de recherches sont étroits et que notre travail n’est que très peu partagé. Mais en reformulant ce travail de recherche, on est capable d’intéresser d’autres personnes, qui ne pouvaient pas accrocher avant, à cause de la barrière qui existait entre leur connaissance/culture et l’appellation exacte de ma recherche. Un tel effort de reformulation montre aussi l’intérêt que peut avoir sa propre recherche pour quiconque.

La recherche est associée à la compréhension de nombreux protocoles ou de nombreuses machines, dont l’utilisation peut être modifiée pour servir la société afin de répondre à des problèmes de cette société.

Pour conclure, je pense vraiment que les deux points importants que j’ai appris avec cette formation sont :

  • être capable de reformuler son propre travail de recherche ;
  • être capable de retrouver une utilité d’une partie de cette recherche pour répondre à des questions générales, qui sont posées par la société.