Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 2

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Depuis plusieurs mois, il s’était attaché avec un intérêt accru aux articles de ce journal rédigés par un certain journaliste du nom d’Andrew Fox. Son intérêt portait plus particulièrement sur l’édition la plus récente, qui faisait preuve d’une initiative croissante de la part du journaliste dans la dénonciation de certaines pratiques du Laboratoire. En effet, ce qui n’était que de l’ordre de la fiction il y a quelques années était devenu bien réel suite aux remaniements ministériels. Le Laboratoire détenait dorénavant le monopole de tous les services de santé, de la recherche aux soins délivrés. Ceci aurait pu constituer une considérable avancée dans la progression de la recherche et des traitements contre des maladies jusqu’alors incurables. Cependant, le Laboratoire appartenait au secteur privatisé par l’Etat. L’existence des brevets concernant les divers protocoles de soins rendaient leur accès très inégal. La majorité de la population n’avait alors pas accès à ces nouveaux traitements. La constitution d’une unique et exclusive banque privée de sang autologue de cordon au Laboratoire en était la preuve frappante.

David avait pris connaissance de cette réalité à la lecture de ce journal, mais n’en avait jamais subi les conséquences jusqu’alors.  Il avait bien conscience que tenter une quelconque action contre le monopole du Laboratoire constituait un délit punissable de mort.

Au vu de sa situation, David ne craignait plus ce genre de menaces. S’il devait pour vaincre sa maladie, outrepasser toutes les lois établies par le système, il n’aurait aucune hésitation. Il lui fallait tenter le tout pour le tout et il avait une idée.

Après quelques recherches, David avait collecté toutes les informations nécessaires à la mise en place de sa vendetta.

Il avait envoyé un mail expliquant l’impasse de sa situation à Andrew Fox. Toute la subtilité de sa requête auprès du journaliste résidait dans la création d’un scandale visant le Laboratoire. Dans son mail, David l’avait prié de lui accorder une rencontre pour lui exposer ses motivations et synchroniser leurs actions. Il était temps de révéler au reste du monde la réalité de cet univers trop longtemps adulé. Car des secrets et des scandales, le Laboratoire en était fourni. Pour sûr. Leur mantra commun serait donc de dénoncer et de renverser le monopole du Laboratoire.

David n’avait plus qu’à patienter, dans l’espoir d’une réponse. Or la course contre la montre avait commencé et David sentait ses forces le délaisser un peu plus rapidement de jour en jour.

L’autre versant de sa situation était l’opération coûteuse qu’il devrait recevoir une fois ses cellules souches en sa possession. Or il lui était impossible d’acquérir une telle somme sans emploi, et sans soutien extérieur.

Lorsqu’il travaillait encore à l’industrie, quelques mois plus tôt, David avait surpris une conversation entre deux employés du service de nettoyage, tous deux « déficitaires ». La fille de l’un d’entre eux venait de se fracturer le tibia et nécessitait une intervention chirurgicale rapide, sous peine d’amputation du membre. Le père, conscient du coût exorbitant de l’opération, avait dans l’angoisse, pris contact avec un réseau souterrain de médecins chirurgiens. En échange d’un organe comme un rein ou un poumon, l’intéressé recevait l’opération salvatrice. Nul ne savait ce qui était fait des organes prélevés.

David se rendit donc sur le lieu de l’usine, alors désaffectée, où il travaillait jadis. Le lieu, désert, semblait avoir été abandonné brutalement. Tout se trouvait à l’exacte place à laquelle David se souvenait. Un panneau jaune et noir attira toutefois son attention : « Danger. Matières radioactives. A vos risques et périls. » David pensa avec ironie qu’il était trop tard pour lui, qu’importe la dose qu’il recevrait, son organisme avait déjà baissé les armes.

Il prit la direction des bureaux, où, selon lui, restaient encore les dossiers contenant les noms de tous les employés du service. La salle semblait avoir été mise à sac. Des dossiers ouverts avaient leur contenu éparpillé à terre, comme si une rafale de vent était la cause du désordre. David pressentait que l’ancien directeur était venu récupérer les fichiers compromettants afin de limiter le scandale. Mais à cet instant, David ne se souciait que de retrouver la liste du personnel de nettoyage. Il lui fallut plusieurs heures pour dénicher ce qu’il recherchait.

Une fois chez lui, David composa le numéro de l’homme qui semblait avoir le profil correspondant.

– « Allô ? » C’était une voix d’homme profonde, que David reconnut immédiatement.

« Bonsoir,  monsieur Lejoski ? »

 « Oui c’est bien ça, qui êtes vous ? »

« David Paole, je travaillais à l’usine Factory Doe comme vous. »

« Qu’est ce que vous me voulez ? » répondit-il brutalement.

« J’appelle au sujet de votre fille, monsieur Lejoski. De son opération, pour être précis. ».

« … » silence au bout de la ligne. David sentit son cœur battre à tout rompre alors qu’il répétait ce qu’il avait méticuleusement préparé.

« Je ne vous dénoncerai pas monsieur Lejoski. Je sais ce que vous avez été forcé à faire, et les raisons qui vous y ont poussé pour sauver votre fille. Vous aurez mon silence si vous me donnez un moyen pour contacter le réseau souterrain et en me jurant de garder le silence quant à la raison de mon appel. »

Après un long discours, David parvint à persuader l’homme de lui octroyer sa confiance. Il lui transmit l’adresse du réseau ainsi que le nom du chirurgien qui avait effectué l’opération de sa fille.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (27 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/769