Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 3

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Après un coup d’œil sur son écran d’ordinateur, comme David avait pris l’habitude de faire ces cinq derniers jours, il y vit avec étonnement la présence d’un nouveau message non  lu. Expéditeur : Andrew Fox. Avec appréhension, il commença la lecture du mail.

« Monsieur Paole,

Je suis navré d’apprendre votre condition. J’éprouve cependant un vif intérêt pour la proposition exposée dans votre mail.

RDV le lundi 22 juillet à 16h au Coff’n’Tea.

Cordialement,

Andrew Fox. »

La lueur d’espoir entrevue à la lecture du message se ternit à la pensée de l’opération. Il restait exactement deux jours à David pour contacter le réseau souterrain et s’assurer de la faisabilité de l’opération. Sinon, tout serait voué à l’échec et il n’aurait plus qu’à attendre passivement sa propre mort.

Le jour suivant, David se rendit au lieu indiqué par monsieur Lejoski. La frontière entre les deux mondes, celui des génomes « aptes » et celui des « déficitaires » était frappante. Les rues croulaient sous l’amoncellement d’ordures, des bâtiments aux façades plus délabrées les unes que les autres juxtaposaient des sortes de hangars aux allures d’abattoir. Difficile pour David d’imaginer comment de telles inégalités avaient pu voir le jour, en ce vingt-deuxième siècle.

Après plusieurs heures d’errance dans ces rues sinistres, David parvint à l’adresse qu’il recherchait. Un homme au front dégarni à l’air méfiant lui ouvrit la porte. Il était le chirurgien auquel monsieur Lejoski avait fait appel pour l’opération de sa fille. Quand David lui expliqua sa situation, l’homme sembla perplexe. En effet, pour que David puisse recourir à l’opération, il lui faudrait faire don d’un de ses organes. Or la leucémie fulgurante dont il était frappé remettait en question leur état. Cela sans compter l’affaiblissement physique dont souffrirait David s’il était forcé à subir une double opération. La détérioration de son organisme avait déjà commencé et pour s’assurer d’un maximum de succès de l’opération, le chirurgien proposa à David un prélèvement immédiat de l’organe d’échange, en l’occurrence son rein.

David était pris de court. La situation, à l’image de sa visite médicale, avait pris un revers inattendu. S’il avait eu plus de temps, il y aurait peut-être réfléchi à deux fois. Mais le temps lui était précieux. Tremblant d’appréhension, David acquiesça à la requête du médecin et ils se rendirent vers la salle d’opération, au sous-sol. Rien en ce lieu n’inspirait la confiance, malgré les efforts effectués pour maintenir la pièce stérile. La lumière pâle tremblotait et des instruments chirurgicaux aux formes menaçantes projetaient leur ombre sur les murs jaunissants. Pas d’anesthésistes, ni d’infirmières. Le secret médical ou plutôt, secret d’une société en perdition resterait confiné entre ces murs. David s’allongea en sueur sur la table d’opération, respira le gaz et s’endormit aussitôt.

Quand David reprit connaissance, il était allongé dans son lit, un moniteur mesurant son pouls. Un bref instant, il crut que l’opération n’avait pas eu lieu, que tout cela n’avait été qu’un rêve. Pour s’en persuader, il souleva son t-shirt à l’endroit du rein et y vit une cicatrice de la largeur d’une main. Malgré sa faiblesse et sa fatigue, il ne put se retenir d’esquisser un sourire. La greffe de ses cellules souches allait avoir lieu !

Le lendemain, David se rendit avec peine sur le lieu du rendez-vous. Le Coff’n’Tea était un endroit chaleureux, apprécié des étudiants de la ville, et idéal pour entretenir une conversation à l’écart de toute indiscrétion. Un homme d’une quarantaine d’années, était assis à une table, un peu à l’écart et était plongé dans la lecture d’un journal. Quand David s’adressa à lui, il releva lentement la tête, redressa les lunettes sur son nez et d’un air sérieux, lui serra la main.

“Monsieur Paole ? Andrew Fox.” dit-il d’une voix ferme et assurée.

Après s’être longuement entretenus, les deux hommes échangèrent une poignée de main puis s’éloignèrent dans deux directions opposées. David sentait son assurance se renforcer et il se sentait prêt à affronter ce qui l’attendait. Il n’était plus seul. Le plan qu’il venait de concocter avec le journaliste pour obtenir ses cellules souches au Laboratoire était d’une logique implacable. Sans cela, David n’avait aucune autre chance. Et l’échec, il le savait bien, lui serait fatal.

Le journaliste s’était constitué, durant ses longues années d’expérience, un réseau de contacts varié. Parmi eux, une jeune fille, Evaelyne, de l’âge de David, peu bavarde mais pirate informatique émérite. Elle lui était venue en aide à de nombreuses reprises afin d’obtenir des renseignements gardés « Secret Défense » par le Laboratoire et d’autres entreprises sectaires. Sur les conseils d’Andrew, David l’avait contactée par mail afin d’obtenir plus d’informations sur le stockage des cellules dans le Laboratoire. Il avait alors découvert, non sans effroi, l’incroyable profit que réalisait la banque de cellules souches. L’inégalité face à l’accès aux soins révoltait David plus que tout et sur ce point, Evaelyne le rejoignait. Aussi, c’est tout naturellement, que la jeune fille, bien que connaissant les risques qu’elle encourait, avait proposé son aide à David. Une rage intérieure la dévorait : elle détestait ce système, elle détestait les inégalités, et seule sa virtuosité en matière d’informatique lui donnait un moyen de lutte efficace.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (28 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/772