Le Laboratoire – « Anonyme » – Episode 4

Nouvelle écrite par Klervi GOLHEN

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Andrew Fox était convié à une réception au Laboratoire le vendredi 2 août au soir, au cours de laquelle aurait lieu la présentation des travaux prometteurs d’un groupe de chercheurs. Le journaliste avait en effet été sollicité pour publier un article sur lesdits travaux dans la prochaine édition du NewsLab. Ce dernier avait donc décidé de s’entretenir avec le directeur du Laboratoire, afin de permettre à David de se procurer ses cellules souches. David, n’ayant pas d’invitation à la réception, était resté dans la voiture d’Andrew, en face de l’entrée du Laboratoire, dans l’attente du signal du journaliste pour venir chercher son bien. Au bout d’une longue heure d’attente à imaginer tous les scénarios possibles et imaginables, David sentit son portable vibrer dans sa poche. « David, le directeur dit qu’il est impossible que tu récupères tes cellules aujourd’hui… Je suis navré… Et il ne semble pas vouloir définir de date postérieure… » dit le journaliste d’une voix sourde et empreinte de compassion. David sentit une vague de déception, de fureur et de panique traverser son corps. Ce n’était pas le moment de baisser les bras. Il raccrocha immédiatement pour composer un autre numéro. « Evaelyne, c’est David… J’ai besoin de ton aide, c’est urgent… Il faut que tu trouves un plan du Laboratoire et que tu m’indiques où se trouve la banque de cellules souches… » dit David d’un ton précipité. « J’aurais aussi besoin qu’à mon signal, tu trouves le moyen de faire sauter l’intégralité du circuit électrique du Laboratoire. Je vais chercher mes cellules. » Le bruit des percussions rapides du clavier d’ordinateur dans le combiné lui indiquèrent que la jeune fille avait déjà débuté ses recherches. Avec angoisse, David parcourut du regard l’intérieur du véhicule dans l’espoir de trouver une aide quelconque pour lui permettre de pénétrer dans le Laboratoire, à l’abri de tout soupçon. Dans la boîte à gants, David trouva un ancien badge du Laboratoire appartenant à Andrew. Il lui vint alors à l’esprit de se faire passer pour son stagiaire. Rassemblant ses affaires dans une mallette, il sortit avec empressement de la voiture. Arrivé face à la sécurité, tentant de ne pas faire transparaître son angoisse, il présenta son badge et expliqua qu’il venait apporter un document d’une importance cruciale à son maître de stage, Andrew Fox. Après un court instant où le vigile se renseigna de l’identité du journaliste, David fut autorisé à enter.

La salle était remplie et la crème de la société débattait allègrement autour du buffet. Tous les invités appartenaient à cette classe de la société, inatteignable aux “déficitaires”, et qui ne semblaient en rien être affectés par l’injustice effroyable qui se déjouait sous leurs yeux aveuglés par la richesse et les privilèges.

La réception battait son plein. Andrew Fox avait sorti son calepin et semblait en pleine conversation avec un des chercheurs qui venait d’assurer la conférence. Sans être vu, David s’esquissa de la salle en direction des toilettes des hommes.

En s’assurant qu’il n’était pas suivi, il se rendit à une intersection entre deux murs d’une blancheur aseptisée. Les mains ankylosées par l’angoisse, il composa le numéro d’Evaelyne. Sa voix lui parut lointaine: “La banque de cellules souches se situe au sous-sol du bâtiment principal, près de l’institut de virologie.” Voilà exactement l’information dont avait besoin David à cet instant précis. La communication coupa immédiatement et David pris l’ascenseur le plus proche en direction du sous-sol, s’assurant toujours que personne ne le suivait. Le sang battait à ses tempes, l’étourdissait et il dû prendre un moment pour calmer son pouls. Avançant avec précaution dans la pénombre, il atteint après plusieurs minutes qui lui parurent une éternité une immense porte vitrée munie d’un système de sécurité haute gamme, et qui portait l’inscription, en caractères lumineux : “Réservé au personnel autorisé.” Un tableau tactile était destiné à recevoir les empreintes digitales et plus haut, un dispositif permettait d’analyser la rétine du corps médical. David s’attendait à un système de sécurité aussi sophistiqué. Il composa à nouveau le numéro d’Evaelyne et la communication fut rétablie. “J’y suis” dit-il simplement, sans hésitation.

David tremblait à présent, à la fois de peur d’être découvert et d’appréhension pour l’acte qu’il était sur le point d’accomplir. Impossible de retourner en arrière. Son sort en résulterait. Après quelques instants interminables, une alarme fracassante retentit, alors que le reste du bâtiment était plongé dans la pénombre. Evaelyne avait réussi. Elle avait fait disjoncter l’ensemble du réseau électrique du Laboratoire. David, conscient qu’il ne disposait que de peu de temps, sortit de sa mallette d’apprenti journaliste une lampe frontale ainsi qu’un marteau à glace et entreprit de briser la vitre qui le séparait des précieuses cellules.

Après maintes tentatives, la panique l’engourdit. La vitre était trop solide. Il ne lui restait qu’une solution, qu’il redoutait par-dessus tout. Il saisit alors avec précaution le révolver dont il s’était muni en cas d’extrême nécessité. En le saisissant à deux mains, il pressa lentement sur la détente, ferma les yeux, et la vitre vola en éclats. Terrifié, les mains moites et frémissantes, David se précipita dans la brèche qu’il venait de créer et se dirigea à l’aveugle entre l’océan d’étagères contenant les cellules souches. “Comment vais-je parvenir à retrouver mes cellules parmi tous ces étalages ?”, s’angoissait David. Soudain, une idée lui vint. Il devait sans doute exister une logique dans la façon dont étaient rangées les cellules. David vit avec un soulagement intense que les années d’extraction des cellules souches étaient indiquées en noir sur les tubes contenant les cellules. “2034…2034…2034…” Ce nombre résonnait dans l’esprit de David comme une promesse de délivrance.

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

David était tellement concentré sur la recherche du nombre fatidique qu’il lui fallut un instant pour réaliser que le bruit qu’il lui semblait avoir entendu était bien réel. Des pas en provenance de l’entrée résonnaient en cadence militaire et des éclats de voix lui parvinrent. Dans l’urgence et la précipitation, son portable dissimulé dans la poche ventrale de sa veste avait malencontreusement établi la communication avec Andrew Fox, si bien que son souffle haletant et irrégulier parvint au journaliste.  “Merde !!”, ne put-il s’empêcher de s’exclamer. Pas moyen de se cacher, les allées entre les compartiments des cellules étaient disposées de façon symétrique à la manière des rayons d’un supermarché et ne recelaient aucun habitacle de la taille d’un homme. David avait conscience que sa vie était en train de se jouer à cet instant précis et il décida de tenter le tout pour le tout. Il s’était promis de ne contacter Andrew qu’en cas d’extrême nécessité. Il se rua alors dans l’allée la plus proche, et balaya du regard avec une rapidité digne d’un coureur olympique l’inscription que portaient les tubes. “2028! J’y suis presque”, s’encouragea David alors que les bruits de pas se rapprochaient de plus en plus. Son cœur battait avec force, comme si un dernier élan de vie poussait le jeune homme moribond à une dernière lutte pour sa survie. Après avoir parcouru deux allées avec fracas, David sursauta au son d’une détonation. Les hommes qui le poursuivaient étaient armés. Ils n’hésiteraient pas une seconde à tirer davantage pour le stopper dans sa course.

David se précipita tel un forcené en direction de la quatrième rangée à partir de laquelle il se trouvait. Les tirs s’intensifiaient dans sa direction et des éclairs lumineux rendaient la poursuite insoutenable. David trébucha soudain et s’effondra dans la rangée qui détenait son butin. Sa cheville droite formait un angle étrange avec son tibia. L’effort qu’il fit pour se relever le fit trébucher de nouveau. Impossible de s’en sortir, il était pris au piège. Tant bien que mal, David se redressa et parcourut la rangée en claudiquant, le regard plein d’espoir vers ces tubes qui recelaient son dernier souffle.

Soudain, un tir retentit. La déflagration était si proche que David fut surpris de la vive douleur qui lui traversa l’abdomen. Alors qu’un liquide chaud ruisselait de sa poitrine, David vit son nom sur un tube à quelques centimètres de lui. Il le saisit, et s’effondra pour ne plus jamais se relever. Ses cellules, si précieuses, étaient posées près de son cœur qui esquissa son dernier battement.

FIN

Klervi GOLHEN

Pour citer cette nouvelle :

GOLHENKlervi (29 juillet 2012) “« Anonyme » – Épisode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/776