Le Laboratoire – « Cellule de crise au Laboratoire » – Episode 1

Nouvelle écrite par Emilie WESTEEL

NewsLab

 

mercredi 3 août

 

Cellule de crise au Laboratoire !

 

Un jeune homme de 26 ans est mort hier soir dans les locaux du Laboratoire après avoir provoqué une coupure de courant.  Faute de moyens financiers, il ne pouvait avoir accès à ces cellules souches. Or, atteint d’une leucémie foudroyante, elles étaient son seul espoir de guérison. Enquête sur cette affaire, qui au-delà du simple fait divers, révèle un véritable problème de société…

C’est à 21h45 hier soir qu’un jeune homme de 26 ans est décédé des suites d’une blessure par balles dans les locaux du Laboratoire.

Le porte-parole du Laboratoire affirme que le jeune-homme a fait disjoncter l’ensemble du réseau électrique du sous-sol dans le but de voler des cellules-souches.

Il souffrait semble-t-il d’une leucémie et n’avait pas les moyens de récupérer ses cellules, nécessaires à sa guérison.

Le porte-parole indique que le jeune-homme était armé et que le coup de feu qui lui a été fatal a été tiré par un agent de sécurité. Cet acte a été jugé relevant de la légitime défense dans le sens où, cet agent tentait de maîtriser le jeune homme.

Une enquête est en cours en vue de déterminer si le jeune homme a agit seul ou s’il avait un complice.

G.J

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

Le journaliste Andrew fox a suivi le parcours de cet homme depuis l’annonce de sa maladie en juin dernier jusqu’à sa mort hier soir et dément cette version des faits. Il nous fait part en exclusivité de son témoignage dans lequel il accuse le Laboratoire d’avoir abattu froidement le jeune homme.

 » C’est un vendredi, le 22 juillet plus exactement, que je rencontre pour la première fois David, jeune homme de 26 ans, dont la carrure athlétique ne laisse pas encore transparaître les signes de la maladie.

Nous nous sommes donnés rendez-vous au Coff’n’Tea suite à un email qu’il m’a envoyé et dans lequel il m’explique sa situation. Ce n’est pas tant le contenu du mail qui a éveillé ma curiosité, c’est surtout le nom que ce jeune homme a utilisé pour signer à la fin du message. Ce nom, je le connais bien puisqu’il s’agit de celui d’un homme qui 20 ans auparavant a été l’un de mes amis les plus proches, Antoine, le père de David.

Voici la raison pour laquelle j’ai accepté de le rencontrer. Ce n’est pas que son cas m’importe peu, mais dans ce monde où chaque plus petit service se paie, il n’est malheureusement pas le seul à vouloir dénoncer une injustice liée à son rang social et son manque de moyens. Je reçois quotidiennement des dizaines de courriers me demandant de faire éclater au grand jour une inégalité vis à vis notamment de l’accès aux soins. Je m’efforce dans la mesure du possible d’en dénoncer un maximum mais je ne peux malheureusement pas répondre à toutes les demandes.

L’homme qui s’avance vers moi mesure dans les 1.75 mètres, ses cheveux bruns sont en désordre et sa barbe semble dater de quelques jours.

Nous restons 3 heures dans ce café, 3 heures durant lesquelles il m’explique la situation précaire dans laquelle il se trouve. Manipulateur de produits radioactifs pendant 5 ans au sein d’une entreprise fabriquant essentiellement des produits à usage médicaux, il a choisi de démissionner afin d’occuper un poste qui corresponde mieux à ses attentes. C’est pour cela qu’il avait choisi le métier d’ambulancier. Malheureusement, les tests médicaux nécessaires à la validation de son nouvel emploi ont révélé qu’il souffre d’une leucémie. Les médecins lui prédisent encore quelques mois à vivre si aucune greffe de moelle osseuse n’est effectuée dans un délai proche. Naturellement, cela signifie souvent (faute de donneur) retirer ses cellules souches du Laboratoire et David n’a tout simplement pas les moyens. Je m’enquiers de savoir comment il compte payer l’opération, en admettant qu’il récupère les cellules. Il soulève alors légèrement son tee-shirt et j’aperçois un bandage lui recouvrant une grande partie du ventre. David m’informe qu’en ce qui concerne l’opération tout est déjà réglé. Il a donné un rein à un médecin clandestin en échange d’une promesse de ce dernier d’effectuer l’opération une fois les cellules en sa possession. Je cherche à savoir le nom de ce chirurgien mais David refuse catégoriquement de me le révéler, pas plus qu’il ne tient à me dire qui l’a mis en contact avec ce réseau. Je n’insiste pas et l’interroge alors sur sa situation familiale. Il vit avec ses deux sœurs cadettes et sa mère. Cette dernière infirmière aux revenus modestes faisait vivre seule la famille depuis la disparition de son mari. Dès que David a été en âge de travailler, il l’a aidé et c’est ainsi que la famille a pu, du moins jusqu’à présent, vivre correctement et ne manquer de rien.

Sa voix se brise, il semble perdu. Je me rends compte qu’il n’a pas véritablement réfléchi à la façon dont je pourrais l’aider. Il m’avoue avoir agi sur un coup de tête en voyant un de mes articles dans une édition du NewsLab, et qu’il m’a envoyé ce mail sans savoir réellement en quoi je pourrais lui être utile, à part peut-être lui fournir des contacts au sein du Laboratoire.

Sans hésitation je lui fournis le nom de quelques personnes de confiance, mais lui fais comprendre qu’elles ne pourront certainement pas faire grand-chose pour lui, sans risquer de perdre leur emploi. David semble abattu, il porte sur moi le même regard que son père il y a  de ça vingt ans, lorsqu’il se savait condamné. Je ne peux décidément pas laisser tomber ce jeune homme, son père aurait souhaité que je l’aide. »

Pour citer cette nouvelle :

WESTEELEmilie (1er août et 2012) “« Cellule de crise au Laboratoire » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/805