Le Laboratoire – « Cellule de crise au Laboratoire » – Episode 2

Nouvelle écrite par Emilie WESTEEL

Épisodes précédents

Épisode 1

 » Je n’ai pas le choix, il faut que je trouve une faille dans le système de maintenance des cellules souches. La somme qu’il me dit devoir débourser pour les récupérer est tout simplement colossale comparée aux revenus qu’il touchait jusqu’alors. C’est là le point de départ de mon enquête. Une source pourra m’indiquer si oui ou non ces tarifs sont justifiés et à combien s’élève la part des bénéfices. Si je parviens à démontrer que ces tarifs sont excessifs, il y a de fortes chances pour que le Laboratoire revoie ses honoraires à la baisse. C’est sur cet espoir que nous nous quittons et je lui promets de l’avertir dès que ma source aura des informations.

 Quatre jours passent, les résultats tombent. En comptant le coût de maintenance des appareils, le salaire des employés, ainsi que les diverses taxes et impôts versés par le Laboratoire à l’État, cela représente à peine 55% du prix demandé à David. Les 45% de bénéfices sont redistribués au sein d’une minorité à savoir le directeur du Laboratoire Patrice Dufeuil, le sous-directeur Loïc Rignant, et un individu qui semble avoir pour rôle d’amener de nouveaux clients à investir dans le Laboratoire, Marc Bénin.

Il va sans dire que ces 45% de bénéfices ne constituent en rien un salaire. Il s’agit plus d’un pot de vin que cette « élite » s’octroie, chacun de ces individus touchant un salaire plus que confortable.

 C’est informations sont primordiales. Je sais quelle est ma mission et je ne cesse de me dire que je dois mettre la pression sur le Laboratoire.

J’appelle immédiatement David afin de l’informer des dernières nouvelles et de mettre en place une stratégie. Une réception étant organisée la semaine prochaine dans un service du Laboratoire pour exposer les avancées d’un groupe de chercheurs, je décide de me faire inviter. Quelque coups de fils plus tard c’est réglé, je serai bien présent à cette soirée.

Nous sommes donc le 2 août lorsque je me rends à cette réception. David m’attend dans la voiture, il a insisté pour m’accompagner. A peine entré, j’aperçois Patrice Dufeuil près de la table où sont disposés les mini-fours en grande conversation avec quelques personnes dont j’ignore l’identité. Je m’avance vers lui et me présente, cela suffit pour que les trois personnes présentent s’excusent et nous laissent seuls. J’expose alors mes arguments au directeur en lui faisant comprendre que j’ai des preuves de ce que j’avance. Malheureusement ceux-ci ne semblent pas l’affecter, et il me répond je cite : « Étant donné que nous avons le monopole, nous seuls décidons du montant des frais accordés à la gestion et à l’entretien des cellules et si les gens ne sont pas content, voyez-vous, ils n’ont qu’à arrêter de payer et prier pour qu’ils ne tombent pas malades ou n’aient pas d’accidents nécessitant une greffe! »

Je suis furieux et démoralisé, mais je ne veux pas abandonner, ni l’enquête, ni David. Il est hors de question que le Laboratoire puisse continuer à agir ainsi impunément. Je contacte aussitôt David pour l’informer de la mauvaise nouvelle.

Quinze minutes plus tard, alors que je m’apprête à prendre congé de quelques vieilles connaissances essentiellement composées de médecins et journalistes, une alarme retentit au loin. Je cherche alors le directeur et le vois en grande conversation téléphonique. Il semble soucieux, stressé. Je m’approche afin de comprendre la raison de cette agitation soudaine, et je constate que le vice-président et Marc Bonin sont aussi en pleine conversation avec un homme que je n’avais pas vu jusqu’à présent et dont la tenue décontractée indique qu’il ne fait effectivement pas parti des invités. Je parviens à saisir quelque bribes de leur conversation « plus de courant … sous-sol … » il ne m’en faut pas plus pour que mes soupçons concernant l’auteur de cette agitation ne se portent sur David. Je ne sais pas comment il s’y est pris, mais il a réussi à couper le courant au sous-sol, là où se situe la réserve de cellules souches. Je cherche immédiatement à le joindre et au bout de 10 sonneries il décroche enfin. Je lui demande où il est et ce qu’il compte faire. Il ne répond pas et les légères interférences que j’entends me font penser à une sorte de frottement. David n’a pas décroché volontairement, le portable doit sans doute être dans une de ses poches. Je peux l’entendre marmonner, sa voix est saccadée et mal assurée à cause du stress  «Je vais récupérer mon dû… mes cellules… ma vie… je veux pas mourir… je… j’y suis presque… » la conversation se coupe. Je décide de partir à sa recherche ne sachant pas très bien ce que je pourrai faire pour lui. J’emprunte le premier escalier que je rencontre et prie pour qu’il descende au sous-sol. En parallèle je tente de le rappeler. Au bout d’un nombre de sonneries qui me semble interminable, la communication est rétablie. Il  ne  dit rien et le seul bruit que je perçois est celui du frottement du téléphone. Soudain je peux entendre son souffle s’accélérer, il me semble qu’il se met à courir. Je lui demande si je peux faire quoi que ce soit pour l’aider sachant pertinemment qu’il ne m’entend pas. Je continue d’avancer, il fait très sombre et je ne sais absolument pas si la direction que j’ai empruntée est la bonne, les couloirs sont déserts, plus personne ne travaille à cette heure-ci. Je jette des regards à travers toutes les portes  vitrées que je rencontre. A un moment il me semble apercevoir une silhouette dans une pièce, on dirait une jeune fille. Je me demande ce qu’elle fait là, elle ne semble pas vouloir sortir, ni affolée par le fait qu’il n’y ait plus de courant. Alors que je m’interroge sur la présence d’une patiente de l’hôpital dans les sous-sols, je suis brutalement ramené à la réalité par David.  « Merde !! » s’écrie-t-il. De nouveau la panique semble l’avoir gagné, « merde merde merde !! Ils sont là… » Je sais déjà de qui il s’agit, la sécurité n’a sans doute eu aucun mal à le trouver. Je me mets à courir cherchant désespérément une indication permettant de me repérer. « mes cellules… mes cellules… » il ne cesse de répéter ces mots comme si le fait d’atteindre ces précieuses cellules allait tout arranger, comme si une fois en leur possession la sécurité allait disparaître et que plus personne ne le pourchasserait. « 2028,… j’y suis presque ! » s’écrie-t-il. Soudain une violente détonation se fait entendre dans l’appareil, il me semble l’avoir également entendue au loin, je suis donc dans la bonne direction. J’accélère encore ma course, l’angoisse m’envahit de plus en plus, le bruit que j’ai entendu ne laisse rien présager de bon. « Là !! » crie-t-il, « mes cellules… » Soudain, une seconde détonation retentit dans le combiné « David ?? David ?? » Je crie son nom en espérant plus que tout l’entendre prononcer un mot, un son, n’importe quoi. Je ne comprends pas ce qui vient de se passer. « Il est là ! » cette voix n’est pas celle de David, non elle est plus grave, comme si l’homme qui avait parlé était plus âgé. « Il ne bouge plus… Il est mort ! Franck, prévient Dufeuil, le type est mort et les cellules semblent intactes ! Encore un qui se croit plus malin que le Laboratoire, pff  le coup de la panne par contre il a fait fort, jamais personne n’avait fait disjoncter tout le sous-sol ! … attend ! Axel ! C’est quoi ce putain de portable là sous sa tête ! Merde … allô ? Allô ? »

Je me garde bien de répondre, et au bout de quelques secondes, la communication est coupée.

Je suis sous le choc, David est mort. Il a été abattu froidement, alors qu’il était sans défense.

Son seul tort a été celui de vouloir vivre. La peur de mourir et son sentiment d’être abandonné par la société l’ont poussé à commettre ce délit. Il s’est battu pour sa vie, on l’a tué comme un gibier que l’on chasse. On n’a pas cherché à l’arrêter, à le juger. Non,  les ordres avaient été donnés et ils ne semblaient pas vouloir laisser une seule chance à ce jeune homme de 26 ans. La conversation que j’ai retranscrite mot pour mot révèle que David n’était pas le premier, il y en a eu d’autres. Tout laisse à croire qu’ils ont subi le même sort que David. Des anonymes, que le manque d’argent a poussé à tenter de récupérer leur dû par tous les moyens possibles. Des malheureux que le laboratoire a fait disparaître de la société, sans se soucier du vide qu’ils laisseraient derrière eux. Le fait qu’ils aient une famille, avec femme et enfants ne semble pas avoir compté. Par-dessus tout, le fait que ce soit des êtres humains n’a fait aucune différence.

Aucune pitié, aucun remords, voici les mots qui décrivent  le mieux le Laboratoire, ou du moins ceux qui le dirigent.

Ce témoignage rend hommage à David Paole, assassiné le 2 août dernier par le Laboratoire  pour avoir simplement voulu récupérer ses cellules, sa vie…

Andrew Fox « 

Pour citer cette nouvelle :

WESTEELEmilie (2 août et 2012) “« Cellule de crise au Laboratoire » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/812