Le Laboratoire – « Cellule de crise au Laboratoire » – Episode 3

Nouvelle écrite par Emilie WESTEEL

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Cellules-souches : promesse de vie oui ! Mais à quel prix ?

Voici près de 15 ans que la thérapie via les cellules-souche s’est réellement développée. Mais aujourd’hui il semblerait que cette médecine ne soit en fait accessible qu’à une minorité en raison des prix relativement élevés…

48% de la population dit posséder un compte cellulaire contre 65% il y a 15 ans, début des traitements aux cellules-souches.

Le prix semble un facteur jouant un rôle important dans cette diminution. 85% des individus interrogés parmi ceux ne possédant pas de compte cellulaire,  affirme que le prix trop élevé est la raison pour laquelle ils n’en ont pas.

En 15 ans, le Laboratoire a monopolisé le marché pharmaceutique et celui des cellules-souches. C’est donc lui qui fixe les tarifs. Ces derniers n’ont eu de cesse d’augmenter au fur et à mesure que la concurrence a diminué.

Le porte-parole du Laboratoire a affirmé dans une interview télévisée que « les prix sont fonctions des coûts relatifs à l’entretien des cellules ainsi que des diverses taxes que le Laboratoire doit verser à l’État. A cela vient s’ajouter une partie qui dépend du revenu de l’individu. »

Dans un communiqué qui fait suite au décès du jeune David Paole hier soir, le directeur du Laboratoire a annoncé qu’une réunion allait être organisée d’ici peu afin de tout faire pour qu’une plus grande partie de la population puisse bénéficier d’un compte cellulaire. Cela pourrait d’après une source proche du directeur se traduire par la mise en place d’un système de prêt accordé aux parents  à la naissance de l’enfant.

Peut-être un espoir pour plus de la moitié de la population !

K.G

Rappel : Qu’est ce qu’une cellule-souche ?

 

En biologie le terme de cellule-souche ou cellule indifférenciée désigne une cellule ayant les caractéristiques suivantes :

  • Peut donner des cellules spécialisées par différenciation cellulaire.
  • Peut se renouveler un grand nombre de fois.

Ces cellules sont présentes au stade embryonnaire. Lorsque l’organisme est adulte, elles sont plus rares. On les retrouve également dans le sang du cordon ombilical. Pour des raisons d’éthique, il a été décidé que ce serait ces cellules qui seraient prélevées et non celles de l’embryon.

Les cellules-souches provenant du sang du cordon peuvent être différenciées grâce à la thérapie cellulaire en différentes cellules spécialisées : cérébrales, cardiaques, médullaires, rénales, hépatiques, pancréatiques…

Elles permettent donc de soigner un grand nombre de maladies et sont par conséquent de plus en plus utilisées.

 C.B

Rappel ! Cellules-souches : Comment ça marche ?

Chaque parent a la possibilité à la naissance de l’enfant de prélever les cellules-souches contenues dans le sang du cordon ombilical afin de les garder au cas où l’enfant aurait un jour besoin d’une greffe. Dans ce cas, ils doivent verser chaque mois une somme d’argent fixée par le Laboratoire. En moyenne les prix varient entre 500 € et 1500 €.

 S’ils ne versent pas cette somme ne serait-ce qu’une mensualité, ils prennent le risque de voir les cellules de leur enfant détruites. Cela n’est pas sans conséquence puisque ces cellules tiennent lieu d’assurance vie. En cas de problème de santé, elles ouvrent la voie à de nombreuses thérapies.

Le jour où le retrait d’une partie des cellules est nécessaire, les parents ou l’individu s’il est majeur doit fournir une autre somme d’argent qui dépend de la nature de l’opération à réaliser mais qui ne décent jamais en dessous des 2000€.

 E.W

Un groupe de chercheurs parvient à communiquer avec des Chimpanzés…

Lors d’une conférence tenue hier à l’hôpital du Laboratoire un groupe de chercheurs a fait part de ses avancées dans l’étude du comportement des chimpanzés, notamment dans l’apprentissage de la parole…

 Cela fait  un an que l’équipe du professeur Gérard Monteuil du département d’analyse cognitive, rattaché au Laboratoire, travaille avec ces animaux dans le but d’étudier l’évolution de l’apprentissage. Ces tests pratiqués sur deux chimpanzés, Mélissa et Charly, se déroulent dans un environnement susceptible de stimuler leur capacité cognitive.

 Les chimpanzés sont dotés de l’aire de Broca, correspondant à l’air du langage dans le cerveau. Cependant leur appareil vocal est tel qu’il ne leur permet pas d’émettre des sons articulés comme c’est le cas chez l’Homme.

Pour remédier à ce problème, les chercheurs ont utilisé le langage des signes des sourd-muets. Sous forme de jeux ludiques à base de nourriture les singes ont peu à peu appris des signes afin de pouvoir communiquer avec l’homme.

Après des mois d’entraînement, Mélissa et Charly ont assimilé de nombreux signes et se sont montrés capables de les utiliser spontanément pour communiquer avec l’expérimentateur. Ils ont même su produire de nouvelles séquences de signes sans intervention d’un quelconque élément stimulateur (tel que la nourriture).

Ces résultats sont prometteurs et de nouveaux essais sont prévus avec d’autres singes, afin de voir si tous sont capables de communiquer avec l’Homme.

M.F

Par Mélodie Faury. Licence CC-BY.

FIN

Emilie WESTEEL

Pour citer cette nouvelle :

WESTEELEmilie (3 août et 2012) “« Cellule de crise au Laboratoire » – Épisode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/813