« Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer » – Episode 1

Nouvelle écrite par Imen BOUKRISS

L’horloge au-dessus de la porte affichait 23 :34.

Dans une grange isolée, le Docteur Schaeffer tenait d’une main fébrile une pipette contenant le précieux ADN du Tyrannosaure, extrait quelques mois auparavant d’un fossile.

Ayant préalablement vidé un embryon de poule de son contenu génétique, il s’apprêtait à y injecter cet inestimable ADN saurien.

Dans la grange, au milieu de nulle part, en pleine nuit, l’instant était solennel, le scientifique jeta un dernier coup d’œil à l’horloge, une minute s’était écoulée.

Il prit une profonde inspiration et appuya délicatement mais avec détermination sur le bouton poussoir de la pipette.

Le sort en était jeté, le destin de cet embryon scellé, l’ADN du dinosaure avait bien été injecté.

Le scientifique, ému et excité par la finalisation de tant d’heures de travail acharné, saisit son tube à essai et réintroduit l’embryon modifié dans son œuf.

Il déposa l’œuf dans la couveuse, soigneusement préparée, avec tant de délicatesse qu’on l’aurait cru en verre. Il le fixa encore quelques instants d’un air attendri, comme une mère regarderait son enfant.

Le docteur avait pris le soin de perfectionner le fonctionnement de la couveuse pour que l’embryon puisse se développer dans des conditions optimales, la température était donc de 37°C, et un mécanisme d’aération avait été mis en place.

Il ne restait maintenant plus qu’à attendre six mois, qui paraîtraient six siècles au Dr. Schaeffer, impatient qu’il était de découvrir le fruit de son expérience.

Il avait, bien sûr, prévu tout un bataillon de caméras infrarouges qui surveilleraient l’œuf de  jour comme de nuit. Il pourrait les consulter de chez lui. Cela lui éviterait de se déplacer trop souvent à la grange et de courir le risque d’être suivi et découvert.

En effet, le docteur menait son expérience dans le plus grand secret. C’est d’ailleurs pour cela qu’il avait choisi cette grange abandonnée et insalubre pour installer son laboratoire clandestin. Personne ne devait découvrir ce qui s’y tramait, surtout pas le comité national d’éthique.

Il savait pertinemment que demander l’autorisation du comité pour une telle expérience était peine perdue. Sa demande aboutirait sans aucun doute à un refus. Qui voudrait voir resurgir un monstre sanguinaire tel que le Tyrannosaure? Qui sait s’il ne s’en prendrait pas à ses créateurs, ne deviendrait pas une menace pour l’homme ?

Bref, obtenir l’autorisation du comité national d’éthique pour une telle expérience relevait tout simplement de l’impossible, surtout dans son cas, en tant que scientifique déchu… Quelques années auparavant, il avait, en effet, été responsable d’une expérience qui s’était révélée désastreuse. Après des années de recherche comme l’un des plus brillants scientifiques de son époque, le Docteur Schaeffer avait lamentablement échoué. Il avait raté  une expérience pourtant aisée. Celle-ci consistait à faire naître un petit mammouth à partir de cellules retrouvées dans un cadavre de pachyderme congelé.

Aisée, oui. Car l’ADN des mammouths était auparavant uniquement extrait de leurs ossements, dents ou tissus exceptionnellement conservés par le froid, mais il restait vulnérable et extrêmement fragile. Le laboratoire pour lequel il travaillait à l’époque avait décidé quant à lui de se tourner vers leurs poils dont les fibres de kératine présentent le double avantage de limiter les contaminations extérieures et les fuites de l’ADN qu’elles renferment. C’était une idée innovante et prometteuse.

Son laboratoire ayant énormément investi dans cette expérience, le docteur fut radié et, pour avoir essuyé un tel échec, ne trouva plus aucun laboratoire voulant l’accueillir.

Furieux de subir de telles humiliations, il décida alors de monter un laboratoire clandestin et de retenter cette fameuse expérience. Il espérait ainsi être le premier à ressusciter un mammouth et retrouver gloire et prestige.

Mais réussir à trouver et cacher une éléphante pour en faire la mère porteuse d’un embryon de mammouth n’était pas envisageable, il prit donc la décision de se tourner vers les animaux ovipares. Il serait bien plus aisé de se procurer un œuf chez le fermier voisin et de le cacher.

Par Hubert Charles. Tous droits réservés

Pour citer cette nouvelle :

BOUKRISS, Imen (7 août 2012) “« Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer » – Épisode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/837