« Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer » – Episode 2

Nouvelle écrite par Imen BOUKRISS

Épisodes précédents

Épisode 1

Usant de stratagèmes peu scrupuleux, il réussit à s’infiltrer dans l’équipe de gardiens de nuit dans un musée connu pour sa collection d’immenses squelettes de dinosaures, et profitant d’être seul, il fourra dans son sac un petit os trouvé dans la réserve, dans une caisse étiquetée «Tyrannosaurus rex », et se mit dès le lendemain à chercher un bâtiment pour installer son laboratoire secret.

Trouvant alors une grange délabrée, il décida d’y établir son quartier général, et commença le long travail d’extraction des vestiges d’ADN de la moelle osseuse.

L’ADN extrait et traité, il l’implanta dans un œuf de poule, et patienta de longs mois, surveillant chaque jour son œuf par de caméras interposées.

Un soir, alors que l’échéance approchait, et qu’un violent ouragan sévissait au dehors, il voulut vérifier si son œuf se portait bien. Il tenta de se connecter plusieurs fois à ses caméras, sans succès…

Il éprouva alors une vive inquiétude ; et si le toit de la grange s’effondrait à cause du vent ? Et si la pluie avait provoqué un court-circuit et que la température à l’intérieur de la couveuse chutait ?

Il fut alors très tenté d’aller vérifier l’état de son laboratoire secret sur le champ.

Mais, il ne prit pas ce risque à cause du vent violent qui mugissait,  et décida d’attendre le lendemain.

Que cette nuit fut longue et angoissante pour  le Docteur Schaeffer!

Son sommeil, perturbé par des cauchemars des plus effrayants, fut ponctué de sursauts et de réveils brusques.

Levé aux aurores, il sauta dans sa voiture et se rendit à son laboratoire clandestin. Il vit avec effroi que la grange avait été détruite par la tempête et se mit à chercher des yeux sa couveuse dans les décombres. Il avait pourtant sélectionné des matériaux très résistants pour sa confection, elle ne pouvait avoir été détruite par cette tempête !

C’est alors qu’il la découvrit avec stupeur, en soulevant une énième planche de bois.  Le couvercle avait été arraché par la tempête, et à l’intérieur gisait une coquille vide…

Il se mit alors à chercher fébrilement l’animal sorti de l’œuf, enlevant les débris, soulevant les poutres, remuant ciel et terre pour retrouver son petit Tyrannosaure. Si la coquille était dans cet état, cela voulait dire que le petit était vivant et était sorti seul de son œuf !

Les investigations du docteur Schaeffer durèrent trois longs jours.

Finalement, découragé, il se résolut à cesser ses recherches et décida d’analyser le peu de liquide que contenait encore la coquille, voulant vérifier qu’elle avait bien abrité un petit reptile.

Ses analyses le confortant dans l’idée que son expérience avait réussi, il se décida à retourner, après une semaine, sur le lieu de son ancien laboratoire clandestin, dont il ne restait que des débris.

Il se mit alors à rechercher une fois de plus un quelconque indice, des traces de pas, des débris de coquilles…

Ses recherches le menèrent jusqu’à l’orée de la forêt, à une centaine de mètres de la grange.

C’est alors qu’il découvrit avec stupeur un cadavre de poussin glabre et ensanglanté.

Dévasté par cette découverte, par cet échec cuisant, il asséna un coup de pied rageur à la petite dépouille et tourna les talons.

            Il rentra chez lui le cœur lourd, se remémorant le jour de son échec avec l’embryon de mammouth, les humiliations subies par la suite, et, ne réussissant pas à trouver le sommeil, il lut une fois de plus les résultats des analyses du liquide amniotique, qui avaient confirmé la naissance du petit saurien et abouti à la conclusion que ce petit poussin était certainement un hybride entre la poule et le dinosaure !

            Comme tout bon paléogénéticien, le Docteur Schaeffer ne pouvait nier la complexité des expériences avec manipulation d’ADN : son extraction est difficile, et les contaminations sont fréquentes. Et enfin, son amplification (le processus qui permet de « photocopier » l’ADN pour en donner une quantité suffisante) réserve souvent de mauvaises surprises. Beaucoup de déconvenues donc.

Mais il ne put aboutir avec certitude à une conclusion.

Il se souvint alors des multiples expériences d’autrefois, menées par lui et ses collègues d’antan, qui se soldaient par de belles réussites le plus souvent inattendues…

Oui, ressusciter le passé est possible, il le savait pertinemment.

Il était conscient du fait que l’ADN fossile, cette molécule qui recèle de nombreux points d’ombre, permettait cependant toutes les prouesses, même les plus incroyables…

Regrettant son attitude puérile face au petit cadavre, il se résolut à se rendre une nouvelle fois sur le lieu de sa découverte pour recueillir un échantillon du sang du poussin.

Impatient de découvrir si son hypothèse d’hybridation était fondée, il se rendit à la grange aux premières heures et recueillit un échantillon de sang, abandonnant là le cadavre, osant à peine le regarder, toujours déçu que son expérience ait échoué. Malgré son ADN saurien, l’animal avait l’apparence d’un vulgaire petit poussin. Il ne se démarquerait même pas parmi tous les poussins du fermier voisin.

Chez lui, il procéda aux analyses des échantillons, remarquant avec étonnement que ce petit poussin était tout ce qu’il y avait de plus banal, et n’avait absolument rien de reptilien.

 

            Il commença alors à s’interroger ; comment ce poussin avait-il pu se développer dans la coquille sans être affecté par l’ADN de tyrannosaure injecté ? Pourquoi l’expérience avait-elle échoué ? Et surtout, pour quelles raisons ce poussin était-il mort à une centaine de mètres de sa coquille ?

Intrigué, le docteur décida de se rendre sur place, et cette fois-ci, de recueillir, d’analyser et d’autopsier directement le petit corps.

Il se rendit sur les lieux et enveloppa avec précaution le cadavre, prenant soin de ne pas le toucher directement afin d’éviter tout risque d’infection.

De retour chez lui, sans prêter grande attention au cadavre, il procéda minutieusement à l’analyse, une fois de plus, du sang et des cellules de peau du poussin, confirmant le fait que celui-ci n’avait rien de reptilien.

Il se pencha alors pour la première fois avec attention sur le corps et découvrit, avec surprise, de petites griffures qu’il n’avait guère remarquées à première vue, et de minuscules traces de dents, comme si un petit animal avait tenté de s’en nourrir…

Gilles Tran - Licence CC- BY. Source : http://www.oyonale.com

 FIN

Imen BOUKRISS

Pour citer cette nouvelle :

BOUKRISS, Imen (8 août 2012) “« Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer » – Épisode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/838