« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 4

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Avant toute chose, et comme tout aventurier qui se respecte, Monsieur Oneirat devait se trouver un compagnon de voyage. Quelqu’un qui l’aiderait à surmonter ses instants de doute, avec qui il aurait plaisir à partager la sueur des situations difficiles et avec qui il finirait sa vie. Il pensa à la concierge. Réflexion faite, il existe aussi plein de héros solitaires. Il se mit méthodiquement en quête de l’infirmière qui s’était occupée de lui. Il se souvenait très bien de son nom, c’était la première chose qu’il avait entendue en se réveillant, Madame Talpa. Son premier souvenir en somme.

Il la retrouva facilement. Elle n’exerçait plus. Il se rendit chez elle et sonna. Elle lui ouvrit, et lui dit, en le regardant à peine: « Entrez, je vous attendais ». Pour le coup, Monsieur Oneirat était bluffé. Il faut dire qu’il ne l’avait pas prévenue de son arrivée et qu’elle l’avait soigné il y a quarante ans. Tout de même.

Il entra, toujours banalement curieux, et s’assit sur le fauteuil qu’elle lui indiquait d’un doigt. «Excusez-moi, mais comment se fait-il que vous sachiez que j’allais venir?». Phrase équilibrée, polie  mais franche. Des années d’expérience.

Elle s’assit en face de lui, lentement. Elle prit les lunettes posées sur la table basse devant elle et les posa sur son nez. Elle le regarda et il eut l’impression qu’elle le transperçait. Elle lâcha :

« En fait, ce n’est pas vous que j’attendais. Myopie à son dernier stade. Tant pis. Maintenant que vous êtes là. C’est pour quoi?

– J’ai été un de vos patients il y a bien longtemps. Du plomb dans la cervelle. Un gouffre d’une vie.

– Ah, effectivement, la balafre, dit-elle en pointant sa cicatrice du doigt. Impressionnante. Mais, je n’y ai jamais cru. Une arme à feu ne laisse pas ce genre de trace. D’ailleurs, vous n’étiez pas assez bien habillé pour un banquier. »

Monsieur Oneirat se vexa. Il était un peu coquet quand même. Il s’en alla. C’était la police de l’amour qui lui avait rapporté l’histoire, elle n’avait pas cherché plus loin que son salaire. Ce n’était pas les doutes émis par une bigleuse qui allaient changer sa vie.

Il se rendit tout de même à la banque et s’informa sur les registres des employés. Simple encore une fois. Il s’attendait à plus de secret. Il était déçu. Son passé semblait aussi banal que ce qu’on lui en avait dit. Monsieur Oneirat était un peu honteux de ses soupçons et de son envie puérile de mystère, jusqu’à ce qu’on lui apprenne que son nom ne figurait dans aucune liste, ni même la plus petite feuille de paye. Regain d’intérêt. Il semblait ne pas avoir existé avant sa rééducation avec l’infirmière. En tout cas, pas dans le domaine des finances. Il rentra chez lui, son pas n’était pas tranquille, mais plus alerte, il était content. Il savait où il allait. Oui, vers la concierge, mais surtout, loin de ses habitudes. D’ailleurs, il aurait bien aimé que le Baveux lui saute de nouveau dessus. Il aurait essayé d’engager la conversation.

Il arriva chez lui. Concierge. Bonsoir. Il se jeta sur son ordinateur et examina les plans. En même temps, il découvrit qu’il y avait bien eu un hold-up il y a quarante ans et un employé tué. Mais ce n’était pas lui. Monsieur Oneirat n’était pas de nature paranoïaque, disons même qu’il était plutôt naïf, mais il commençait à accorder du crédit à ses élucubrations.

Les plans, après de longues heures passées sur Novpédia, ne lui semblaient pas si obscurs. Il n’empêche, il ne comprenait toujours pas ce que c’était. Mais, plus il cherchait, moins il y trouvait une arme de destruction massive. Le titre du projet, « Et pourquoi pas? » ne l’avançait pas beaucoup. Il se coucha, il pensa que s’il avait gardé le réveil, il indiquerait toujours minuit, ou midi, comme pour bien lui faire comprendre, qu’il n’avançait pas du tout dans ses recherches.

 ***

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

On a interdit à la pensée de s’approcher de la folie et on a décidé d’enfermer la folie derrière les barreaux de la raison. On a redéfini la raison pour l’exploiter et l’utiliser comme une arme. On a interdit à l’homme de se questionner et de penser. L’homme qui se pose des questions est fou, et le fou n’a pas le droit de faire partie de la société. Le discours est le champ de bataille du pouvoir, mais personne n’écoute les paroles d’un fou ! Et si quelqu’un s’aventure à les écouter, il les écoute et les réinterprète depuis la raison, et finalement il se dit «Le pauvre, il est fou ! ».  La pensée est condamnée à mort ! L’homme est condamné à être enfermé dans l’abîme de sa bestialité. L’homme qui ne se contente pas de vendre, d’acheter, de sourire et de vivre doit être surveillé, analysé, exclus, torturé et soigné de ce mal qui est la raison, même si ceci signifie sa mort !

La pensée doit mourir ! Plus personne ne doit penser ! Plus de questions ! Ils veulent homogénéiser la société pour la rendre obéissante. Une société composée d’hommes ignorants qui ont peur de se questionner est facile à manipuler et à contrôler. Voici le jeu qui oppose nos convictions, notre volonté, notre liberté et notre espoir contre la torture, la peur, la souffrance et la mort. Ce jeu n’a qu’un seul gagnant, la mort ! Si notre liberté est plus forte que la souffrance qu’ils nous imposent, on meurt. Si la souffrance finit par abattre notre liberté, on gagne une vie creuse, la vie d’un mort !

Il y a quelques heures, deux camarades se sont battus pour une meilleure place pour dormir. Alors je me suis rendu compte qu’ils avaient réussi à gagner! La haine, la violence, l’égoïsme ont remplacé la fraternité, la pitié et la solidarité dans les cœurs des camarades. Les cris ont pris la place des paroles. Les coups remplacent dorénavant les dialogues. Avant des sourires francs naissaient librement, maintenant des sourires hypocrites cachent les couteaux qui serviront plus tard à traverser les entrailles des autres. J’ai compris et j’ai pleuré. J’ai pleuré longuement, je me souvenais des temps anciens. Je me souvenais de ma mère, de mes amis, parfois ce n’est que grâce aux souvenirs qu’on reste en vie.

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (9 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 4”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/577

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 3

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisodes précédents

Épisode 1

Épisode 2

Jobby se retira.

« Comme ce monde est cruel ! pensa Ethan. En voilà une nouvelle illustration. Il n’a pas besoin de créer des dangers pour les êtres, car les êtres sont déjà des dangers pour eux-même. Quelle pire prison peut-il y avoir que son propre esprit ? Ne plus être capable de distinguer les bienfaits d’une société de ses propres faiblesses. Prendre la main tendue pour venir en aide comme une arme prête à frapper. Non vraiment, tout ceci est affreux. Il ne faudrait pas que cette situation devienne fréquente. Heureusement que ce ne sont que des cas rares, je parviens tout de même à maintenir une partie de ces êtres dans le bien être.»

Mais tout ceci le perturbait profondément. Il sentait au fond de lui qu’il y avait quelque chose qui clochait, quelque chose qui n’était pas à sa place, mais cet élément lui échappait. Pourtant il y réfléchissait. Il avait fait installer dans la pièce voisine une cible géante, découpée en une myriade de petits triangles colorés qui portaient chacun une inscription.

Pour la quarante-deuxième fois, il ouvrit une boîte de fléchettes toute neuve et s’installa sur une chaise. Il pensa à une grosse pastèque pour se concentrer et, mécaniquement, lança le contenu de la boîte sur l’immense cible. La dernière fléchette plantée, il alla inspecter son score.

Après un examen rapide des résultats, il soupira. C’était statistique. Sur la moitié des étiquettes épinglées, on lisait le mot « Travail » ; une dizaine portait l’inscription « Sécurité » ; quelques-unes affichaient « Repos », et sur les dernières, « Loisir », « Transport », « Temps libre » se disputaient les flèches. Le bon équilibre naturel résidait dans ces proportions, ou il ne connaissait rien aux statistiques !

Ethan y avait longuement réfléchi. Le travail comme accomplissement de soi, comme moyen et lieu pour s’améliorer et s’occuper ; la sécurité pour se sentir à sa place dans la société et ne pas ressentir la peur ; le repos, car il était indispensable pour la forme du corps et de l’esprit ; et enfin, des temps passés dans les transports ou d’autres activités réduits afin de ne pas s’ennuyer ou se disperser dans des occupations qui pourraient amener de mauvaises tendances.

Non, vraiment, Ethan ne savait plus que faire. Il soupira longuement, regarda tout cet air se disperser et se perdit dans ses pensées.

***

Le froid qui s’est emparé de moi, s’est emparé aussi de la blanchâtre pâleur de ces murs qui nous entourent, des visages monotones, des « amis du peuple », de leurs matraques … Un soleil synthétique nous crache ses rayons intermittents, eux aussi froids comme l’acier. La salle est atrocement humide et elle sent la sueur, l’ammoniac, le souffre et la moisissure ; mais elle sent surtout la peur, le désespoir et la haine. J’ai l’impression que ça fait très longtemps que je suis en enfer. Peut-être des mois, des années, ou ne serait-ce que quelques heures à vrai dire … qui sait ? Pas de montres, pas de pendules, pas de fenêtres, maintenant je mesure le temps grâce à notre intermittent soleil en néon. Chaque moment de lumière est un jour de vécu, chaque moment de pénombre, une nuit. Il est vrai que la moindre action nous demande des semaines entières. Il est vrai que souvent on ne fait rien pendant des années. Nos vies ne sont pas si différentes des vies de ceux qui sont dehors. On voit tous passer nos vies, jours après jour, nuit après nuit, sans rien faire. On est tous prisonniers. Prisonniers derrière des murs en béton, ou prisonniers derrière les murs de la peur et de l’ignorance.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Une fleur apparut dans l’encadrement de la porte.

« Personne n’a vu mon arrosoir ? demanda la fleur.

Ethan sortit brusquement de sa rêverie et se retourna vers la plante, enfin la porte.

« Oh ! pardon Monsieur, s’exclama Jobby en se redressant. Je n’avais pas vu que c’était vous, sinon je n’aurais jamais demandé… enfin je n’aurais pas cherché… je suis en service, n’est-ce pas, bredouilla-t-il, ne sachant plus comment se démêler. Vous savez, il reste beaucoup de mauvaises graines, et je me disais qu’avec un meilleur arrosage…

Il baisse les bras et arrêta de tirer sur le nœud. Ethan, qui avait besoin d’épancher sa solitude sur quelqu’un, monta sur un tabouret, à défaut de grands chevaux.

« De quelles mauvaises herbes parlez-vous Jobby ? Un mauvais jardin vient d’un mauvais jardinier. Si vous avez quelque chose à me dire, allez-y ! Je vous écoute. Je suis curieux de savoir quel meilleur patron vous feriez que moi.

Jobby resta coi un instant, et estimant l’affaire sérieuse, il se mit dans une position sérieuse. Il se remémora rapidement le dernier article confidentiel de la charte de la milice fleurie : « Un bon chef est un chef qui fait son boulot de chef sans fléchir. S’il montre des signes de faiblesse, il faut le rectifier ou bien le remplacer. A mettre en relation avec le dossier archi-ultra-top-secret. ». Jobby aimait bien Monsieur, alors il décida d’essayer de l’aider à se rectifier. Il pesa longuement ses mots, en ravala certains, et lorsque le mélange lui sembla convaincant, il ouvrit la bouche.

« Je pense qu’il n’y a pas de hasard dans tout cela, seulement une ligne à suivre. Certains s’en écartent et c’est pour ça que nous sommes là, dit-il en faisant tournoyer sa nouvelle matraque fleurie. Certains ne sont pas capables d’identifier la conduite qui leur est propre et c’est pour ça que vous êtes là. Pour fixer les règles et les limites. Vous êtes le maestro qui connaît la partition et dirige l’orchestre, et nous on gère les débordements. Il y a toujours des mauvaises têtes , mais au final tout le monde rentre dans les rangs pour jouer une belle symphonie. Chacun porte en lui son identité propre à sa naissance et finit toujours par l’exprimer. On ne fait pas grandir un hortensia comme une orchidée !

– Certes, acquiesça Ethan qui ne semblait pas convaincu. Je n’aurais jamais pensé m’y connaître si mal en jardinerie, grommela-t-il pour lui-même, si j’avais su, j’aurais demandé une mise à jour en botanique. Mais ce désordre, demanda-t-il en s’adressant de nouveau à Jobby, c’est un signe de mauvaise organisation, n’est-ce pas ? Ne me racontez pas d’histoire, deux dissidents en deux ans, c’est un bilan catastrophique.

La fleur rembourrée ne savait plus sur quel pied danser, car une position sérieuse était par définition une position inconfortable. Et cette baisse de moral de Monsieur l’embêtait. Si ça continuait, quelqu’un allait lui chiper son arrosoir pour de bon. Il décida d’abréger.

« Pas de doute à avoir. Stop. Vous êtes l’élu tout désigné. Stop. Pas de possibilité de faille. Stop, commença-t-il, mais voyant le regard perdu de Monsieur qui en était redescendu de son tabouret, il soupira et consentit à perdre son temps en des phrases construites.

« Il ny a pas de doute à avoir Monsieur. Vous êtes l’élu tout désigné et vous ne pouvez faillir. Si vous estimez qu’une réparation est nécessaire, pour vous comme pour la population, vous saurez prendre la mesure adéquate. Et quelle que soit votre volonté nous nous y plierons et l’appliquerons dans le zèle et la bonne humeur.

Il agrémenta le tout d’une pirouette très étudiée et d’un petit jeu de claquettes, mais estima le clin d’œil superflu. Assuré qu’il n’y avait rien à rajouter à ce tableau, il porta à sa tête sa main qui tenait sa matraque pour saluer, s’assomma au passage et jugea l’endroit très approprié pour sa sieste de treize heures quarante-sept.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (8 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 3”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/545

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 2

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Épisode précédent –  Épisode 1

Ethan était grand autrefois, mais toutes ces années l’avaient rapetissé. A force de parcourir les immenses couloirs du palais, ses genoux s’étaient usés. Il en aurait bien voulu d’autres mais plus personne ne savait comment les remettre en état. Alors il avait rapetissé.

Tout cela ne serait d’ailleurs pas arrivé si sa pet-pet-mobile n’avait pas perdu ses baskets ! C’était son invention préférée, retrouvée au fond des caves parmi tous ces anciens prototypes qui dataient d’avant son arrivée. Un tas de machines étranges et déréglées, et que l’on n’avait pas encore eu le temps de recycler. Mais il y en avait une qui marchait encore, ou justement n’y arrivait pas car ses patinettes n’étaient pas adaptées aux sols lisses du palais. Ethan lui avait fait faire des chaussures sur mesure, à semelles compensées et à scratch, et par reconnaissance, la machine avait laissé échapper deux vrombissements de satisfaction. Rebaptisée pet-pet-mobile, et surmontée d’un coussin, elle était devenue le moyen de locomotion royal. Jusqu’à cette fameuse nuit où quelqu’un retira les baskets de la pet-pet-mobile pour les revendre au marché noir, et la machine alla s’écraser le lendemain matin contre un mur dans une glissade gigantesque, manquant d’emporter avec ses pièces détachées des morceaux d’Ethan.

Plus de moyen de locomotion donc, des genoux usés, et dix fois plus de temps pour aller de sa chambre à la salle d’échanges où on l’attendait.

L’homme, avec son casque coloré et son uniforme rembourré assorti, faisait tournoyer dans ses mains sa matraque fleurie. Il la jeta adroitement par la fenêtre ouverte derrière lui en entendant Monsieur arriver et arbora un grand sourire.

« Ah, c’est vous Jobby, haleta Ethan en s’arrêtant à l’entrée de la salle d’échanges pour reprendre son souffle. Félicitations pour votre sourire, vous vous êtes encore amélioré depuis la dernière fois.

– Merci Monsieur, répondit le policier aimable, je le travaille tous les matins devant mon miroir. Je commence même à y penser la nuit, alors ça doit vouloir dire que ça rentre.

– C’est très bien. Pourquoi m’avez-vous appelé ?

– C’est que… hésita Jobby et son sourire perdit en ardeur, on vient d’arrêter un indomptable.

– Encore ? , sursauta Ethan. Mais vous en aviez déjà pris un l’année passée.

– C’est vrai Monsieur, je m’en souviens bien. Mais il n’était qu’un piètre désagrément en comparaison de ce nouveau.

– N’ayez pas peur des mots Jobby, et dites moi franchement ce qu’a fait celui-là ! s’impatienta Ethan.

Le policier contempla un instant le bout de ses chaussures, l’une violette pétunia et l’autre orange doré, puis redressa la tête, rangea son sourire, et déclara d’une voix de rapport neutre :

« Il pense qu’il n’a pas sa place ici, Monsieur. Qu’il n’est pas respecté comme il pense avoir le droit de l’être. Que vous-êtes, pardonnez-moi Monsieur, je le cite : « un être abject et insensible qui n’a aucune considération pour l’être humain qu’il est », et qu’en aucun cas vous ne pouvez être reconnu comme le dirigeant légitime de ce monde quand on voit – enfin pas moi, lui ! – ce que vous en faites.

Ethan fronça les sourcils :

« Bon sang, je ne pensais pas que nous en étions arrivés à ce point là. Qu’avez-vous fait de lui ?

– Selon les directives d’urgence, Monsieur, nous l’avons déclaré comme défaillant de ses propres facultés intellectuelles de jugement et d’interprétation et l’avons fait entrer comme pensionnaire à l’institut psychiatrique de la ville.

– Bien ! Très bien. Vous avez bien fait mon garçon. Et assurez-vous qu’ils le réparent correctement ! Personne ne devrait avoir à subir de telles défaillances…

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Monsieur Oneirat ne savait pas pourquoi il ne leur avait pas parlé de l’objet. Peut-être parce qu’en tout homme sommeille un hors-la-loi. Et il cache ses faiblesses derrière un semblant de solidarité. Toujours est-il que grâce à lui, le fuyard fut rattrapé. Solidaire, mais pas trop, Monsieur Oneirat se demandait pourquoi il fallait toujours qu’il y ait des emmerdeurs. Peut-être des gens qui ont besoin d’attirer l’attention. Si c’est le cas, la police de l’amour devrait parfaitement répondre à ses attentes. Monsieur Oneirat se déculpabilisait très bien.

« Le plaisir de la liberté, se trouve dans la liberté du bonheur… »

Freddy l’Ami sur RadioSmile

Arrivé chez lui, Monsieur Oneirat salua la concierge. Par habitude. Parce qu’il pensait qu’on l’avait éduqué comme ça. Parce qu’on ne sait jamais, un jour, ça pourrait servir. Et il s’affala sur son lit. Il vivait seul. C’était pour conserver l’éventualité de vivre avec n’importe qui. Après son accident, une infirmière s’était occupée de lui. Elle lui avait expliqué ce qu’il s’était passé et l’avait installé dans cette maison avec la concierge. Il travaillait dans une banque lors d’un hold-up. Il avait eu droit à des présentations avec l’arme du bonhomme. Enchanté. Il avait fallu extraire la balle de sa tête, sa vie était partie avec. Un gouffre. Puis, du jour au lendemain, l’infirmière avait disparu. Là aussi, un gouffre. Il n’avait plus que la concierge pour famille. Réjouissances au programme.

Il se rappela soudain que le Baveux lui avait laissé quelque chose dans la poche. Il le sortit, et l’examina. Un réveil. Il ne faisait pas de bruit, d’ailleurs, il ne marchait pas. Il le secoua. Réflexe primaire, mais finalement utile puisqu’il lui permit de trouver une petite clé USB à la place des piles. Banalement curieux, il s’empressa de la parcourir sur son ordinateur. Elle contenait de nombreux plans, extrêmement complexes, de mécanique, d’électronique et autres domaines scientifiques, sans hic. Monsieur Oneirat pensa comme il se doit, aux plans d’une nouvelle arme, ou en tout cas à quelque chose de suffisamment dangereux pour se retrouver dans un réveil. Logique.

Il allait dire aux autorités qu’il ne savait pas comment ce réveil était arrivé là, ni comment la clé s’était branchée sur son ordinateur, mais quelque chose le retint. C’était son nom, écrit au bas de chacune des pages, à la mention auteur. Il se sentit concerné.

Il s’empressa de recopier les plans, de remettre la clé à sa place et d’attendre que la police de l’amour, réalisant que le Baveux avait transmis l’objet, vienne le récupérer. Monsieur Oneirat sentait que, fatalement, il allait devoir découvrir son passé. Quel cliché. Mais à son âge, de toute façon, il ne lui restait plus que ça à faire.

Comme prévu, ils arrivèrent avec un bouquet de fleur pour la concierge et avec des questions plus insistantes, c’est à dire encore plus polies, sur sa rencontre avec le Baveux. Il n’était pas difficile de mentir, il ne l’avait jamais vu avant et il ne lui avait rien dit. Monsieur Oneirat accepta de bonne grâce la fouille de sa chambre. Il avait décidé qu’il ne s’était pas rendu compte de la présence du réveil dans son manteau, et lorsqu’ils le trouvèrent, il parut le plus surpris de tous. Accusant son âge avec une voix chevrotante, il leur demanda innocemment l’importance de l’objet. Ils ne savaient pas. Les ordres venaient toujours d’en haut, et sans explications. Très bien. Ils refusèrent poliment l’invitation à dîner de la concierge et prirent congé.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (7 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 2”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/510

« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 1

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Étudiants à l’INSA de Lyon (éléments de contexte ici et ici)

Police de l’amour, connue aussi sous le nom de « Les amis du peuple » ou encore « Ceux qui sont là pour nous aider ». Association non gouvernementale, bénévole, organisée pour veiller au bien être de la population.
Novpédia

Monsieur Oneirat était excédé. Il y a quarante ans de cela, en échange de cinquante trois points de suture sous son chapeau il avait donné les trente premières années de sa vie. Plus qu’un trou, un gouffre de mémoire. Il s’en était accommodé mais, depuis peu, des flashs éblouissants lui collaient une migraine qui le laissait d’une amabilité peu appréciée par son entourage. C’était la troisième fois dans la semaine qu’il consultait et ce n’est pas tant la perte de tant de temps qui le faisait tempêter, mais, bien entendu, l’attente tendue de la sentence sur l’étendue du désastre synaptique. Les brillants médecins avaient tous réussi à conclure en une fraction de seconde que cela venait sûrement de l’énorme cicatrice qu’il avait sur le haut du crâne. Il avait attendu une demi-journée pour recevoir cette illumination. Un flash de plus ou de moins, vous me direz.

***

Je cours à travers les ruelles désertes. Et pendant que je cours, une pieuvre infernale dévore mes entrailles et étend ses tentacules à travers mes extrémités. Ses ventouses s’approprient mes nerfs, et mes nerfs troublent ma pensée.

Dans ma tête, des images se succèdent sans logique. Mon cœur bat au même rythme que les pas accélérés de mes persécuteurs sur la chaussée déserte.

Mes mains et ma mâchoire tremblent sans cesse. Je ne suis plus le maître de mon corps. Je ne suis que l’esclave de cette maudite pieuvre. Je suis la victime de la sauvage animalité de mes nerfs.

Ils me suivent de près et ils s’approchent… C’est l’apogée de cette chasse frénétique.

Malgré l’écho des bottes sur la rue, personne ne sort. On est seuls au monde, moi et « Ceux qui sont là pour nous aider ».

Le soir personne ne s’aventure à marcher à travers ces ruelles isolées. On dit au peuple que dans la solitude et l’obscurité se cache la folie. Et eux, les habitants, ils ont peur de la folie, ils ont peur de la solitude et ils ont peur de penser.

On leur fait croire qu’ils sont libres, mais ils ne sont que des esclaves du régime, de leur peur, de leur travail et de leur ignorance. Un peuple sans histoire est un peuple inconscient. Un peuple ignorant est un peuple qui est mort.

Le soir personne ne marche à travers ces ruelles. Et si je ne trouve pas quelqu’un, tout sera perdu.

Je dois la remettre à quelqu’un. Si je ne trouve pas quelqu’un, même si je l’ai camouflée, ils finiront par la trouver, ils la détruiront et ce sera la fin. Je cours…

Je suis à bout de forces. Les restes d’espoir qui brûlent en moi s’éteindront bientôt… Alors, au fond de la ruelle je devine une silhouette humaine! Eurêka ! Cette vision me donne les forces dont j’ai besoin pour continuer la lutte.

La pieuvre replonge dans le gouffre infini des sensations humaines. Mes mains ne tremblent plus. Je suis serein.

Par @pskd32. Tous droits réservés. Source : Instagram

***

Monsieur Oneirat marchait donc d’un pas tout sauf tranquille sur le chemin du retour, lorsqu’un homme se jeta sur lui. Il lâcha un petit cri de surprise, et avant de chercher à savoir qui était son partenaire de l’instant, il vérifia que personne ne l’avait entendu. C’était quand même un petit cri qui traduisait une vie paisible et aucun réflexe de violence, bien qu’il soit de mauvaise humeur. Un petit cri d’innocence, de proie surprise, et si j’insiste sur ce petit cri, c’est pour montrer que ce qui va suivre a son importance. Ce jappement n’étant qu’une introduction à la perturbation que va créer cette rencontre. Une rencontre très brève par ailleurs, car l’homme, la bave aux lèvres, eut juste le temps de lui glisser un petit objet sombre dans la poche et de s’enfuir.
Monsieur Oneirat lâcha un second petit cri, moins aigu cette fois, il avait une capacité d’adaptation extraordinaire, lorsque les membres de la CQSLA (Ceux Qui Sont Là pour nous Aider), aussi appelée police de l’amour, l’abordèrent, très poliment, comme à leur habitude.

« Bonjour, monsieur, comment allez-vous?
– Très bien, je vous remercie. Et vous-même?
– Oui, très bien. (ça devient exaspérant)
– Puis-je vous être utile?
– C’est très aimable de votre part, nous sommes à la recherche d’un dissident. Nous l’avons vu vous aborder. Il ne vous a fait aucun mal j’espère?
– Pas le moindre. Il s’est enfui par là, dit-il en pointant les buissons que venait de traverser le Baveux.
– Je vous remercie profondément, bonne journée, monsieur.
– De même.»

***

Ce qui devait être fait est fait… Je ne cours que pour perpétuer ce jeu macabre de la proie et du prédateur. Je cours toujours à travers les ténèbres de ces ruelles… les ténèbres, l’obscurité, le silence, présages de mon lugubre destin. Torture ? Exécution sommaire ? Qui sait ?
Je cours toujours, peut-être à la recherche d’un endroit moins sinistre pour vivre mes dernières minutes. Je ne peux plus continuer… Les forces me quittent… Je tombe sur le froid pavé. Je sens l’odeur de la terre mouillée. L’humidité de la terre pénètre mes os et m’immobilise. Ils sont là… Les ténèbres se referment sur moi.

***

Pour citer cette nouvelle :

GUEGUEN, Maya, FONCELLE, Alexandre et PEIGNIER Sergio (6 juillet 2012) “« Encore un peu de tarte aux pommes ? » – Episode 1”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/503

L’Abîme – Recueil de nouvelles, écrites par les étudiants de l’INSA de Lyon

Par les élèves de 3ème année en Bio-Informatique, INSA de Lyon.

Ce recueil de nouvelles est le fruit d’un travail basé sur des notions éthiques.
Dans chaque nouvelle, vous découvrirez une question éthique que les auteurs ont tenté de mettre en lumière au travers de leur écrit.

Ces nouvelles ont d’abord été publiées sous la forme d’un recueil papier. Elles sont publiées en ligne avec l’autorisation des auteurs et grâce à l’aide de Hubert Charles, Marianne Chouteau et Jean-Christophe Attard.

Elles accompagneront l’été sur Passerelles.

Un, deux, trois... Soleil. Par (e)Spry. CC-BY. Source : Flickr

Sommaire

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

Publié le 1er juillet 2012

Expérimenter en écrivant – Introduction par Marianne Chouteau

– Publié le 3 juillet 2012

Encore un peu de tarte aux pommes ?

Nouvelle écrite par Maya GUEGUEN, Alexandre FONCELLE, Sergio PEIGNIER

Par @pskd32. Source : Instagram

Épisode 1 – Publié le 6 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 7 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 8 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 9 juillet 2012

Épisode 5 – Publié le 10 juillet 2012

Épisode 6 – Publié le 11 juillet 2012

Épisode 7 – Publié le 12 juillet 2012

Épisode 8 – Publié le 13 juillet 2012

Épisode 9 – Publié le 14 juillet 2012

Le Laboratoire

Nouvelles écrites par Claire BURNY, Marie FERNANDEZ, Klervi GOLHEN et Emilie WESTEEL

Comme une orange, voler, enfin.

Épisode 1 – Publié le 17 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 18 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 19 juillet 2012

Melissa

Épisode 1 – Publié le 22 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 23 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 24 juillet 2012

Anonyme

Épisode 1 – Publié le 26 juillet 2012

Épisode 2 – Publié le 27 juillet 2012

Épisode 3 – Publié le 28 juillet 2012

Épisode 4 – Publié le 29 juillet 2012

Cellule de crise au Laboratoire

Épisode 1 – Publié le 01 août 2012

Épisode 2 – Publié le 02 août 2012

Épisode 3 – Publié le 03 août 2012

Le Dernier Combat du Docteur Schaeffer

Nouvelle écrite par Imen BOUKRISS

Épisode 1 – Publié le 07 août 2012

Épisode 2 – Publié le 08 août 2012

La vie et la mort

Nouvelles écrites par Ninon MOUNIER et Jean-Christophe ATTARD

Ultime Passeur

Épisode 1 – Publié le 11 août 2012

Épisode 2 – Publié le 12 août 2012

Épisode 3 – Publié le 13 août 2012

Une autre vie

Épisode 1 – Publié le 15 août 2012

Épisode 2 – Publié le 16 août 2012

Épisode 3 – Publié le 17 août 2012

La peur de la mort

Nouvelle écrite par Juraj MICHALIK

Épisode 1 – Publié le 19 août 2012

Épisode 2 – Publié le 20 août 2012

Épisode 3 – Publié le 21 août 2012

Épisode 4 – Publié le 22 août 2012

Épisode 5 – Publié le 23 août 2012

Du prétendu roi de la forêt

Poème écrit par Abel BETRAOUI 

Publié le 25 août 2012

 

Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Traditionnellement, chaque année lorsque je commence l’encadrement des cours « d’éthique et sciences humaines » aux 3BIM, je fais un tour de table au cours duquel, je demande ce qu’ils aiment lire, regarder à la télévision, au cinéma, etc. Invariablement et peut-être même inlassablement, les étudiants me répondent qu’ils ont peu de temps pour lire, regarder, contempler, admirer. Rien d’étonnant et ce, même dans une école d’ingénieurs telle que l’INSA. Ce cours est là pour ça… Il leur offre la possibilité de reprendre le chemin de la lecture et pour certains d’entre eux celui de l’écriture. Loin d’être juste une cerise sur le gâteau, cet enseignement propose un véritable terrain d’expérimentation. Il les invite à tester des hypothèses, à les mettre en mots pour imaginer et construire ce que pourrait être le monde de demain.

Même si le canevas pédagogique reste chaque année identique, chaque promotion propose de nouvelles envies et invente de nouvelles voies d’explorations. La première partie de l’année nous a guidés à travers un ensemble de questions éthiques abordées avec des controverses mises en scène. L’utopie, le prix du vivant, le bonheur, les robots, l’humanité, le rapport à l’autre, etc. sont autant de thématiques sur lesquelles nous nous sommes interrogés à travers ce premier tour de piste. Ces réflexions ont émergé après la lecture de quelques œuvres littéraires circonstanciées. Et au mois de janvier, tandis que certains se sont dirigés vers l’atelier théâtre, d’autres ont poursuivi l’aventure à travers les affres de l’écriture.

Je ne cesse de le répéter : proposer des ateliers d’écriture en écoles d’ingénieurs me procure chaque année de nombreuses et importantes satisfactions professionnelles. Voir les élèves-ingénieurs prendre peu à peu conscience des problématiques éthiques qui pourraient toucher leur futur métier et les mettre en récit donne du sens et de la valeur à cet enseignement. Alors que dire de cette nouvelle promotion ? Quels sont les éléments qui m’ont particulièrement ravi cette année ?

Photographie : @alanawunder sur Instagram

Un foisonnement de formes tout d’abord. Certains ont privilégié la forme classique de la nouvelle pour nous conter des histoires :  celle  d’un jeune homme atteint dune leucémie foudroyante,  celle relatant l’excentricité d’un scientifique jouant à l’apprenti sorcier en recréant  un dinosaure,  celle d’une jeune fille hantée par les chiffres, celle d’un monde post troisième guerre mondiale. D’autres ont choisi de tester des styles d’écriture différents. Une fable animalière où la vanité est passée au crible, un article journalistique qui  relate entre autres les aventures malheureuses d’un jeune homme en mal de justice, un journal intime où un chercheur expose l’évolution de sa pensée sur l’expérimentation animale, un récit à trois voix où un citoyen lambda, un dictateur et un dissident racontent leur version respective des faits et enfin la reprise de récits existants tels que celui du millénaire Guilgamesh ou celui plus récent du Passeur.

Une forte volonté de créer des textes ensemble. Si tous n’ont pas travaillé collectivement, certains ont exploré de véritables modes d’écriture collaboratifs. Un laboratoire secret sert de lieu commun à quatre récits. Il est le siège d’aventures rocambolesques où il est question d’expériences sur les humains, sur les animaux, de droit à la santé, d’injustice face aux soins. Trois de nos jeunes auteurs ont choisi de croiser leur plume pour proposer les visions complémentaires et parfois contradictoires de trois citoyens d’une dictature imaginaire.

Une diversité dans la façon de procéder face à l’écriture. Certains ont cent fois remis leur ouvrage sur le métier, d’autres en revanche ont laissé parler leur spontanéité. Quelle que soit la méthode utilisée, aucun d’entre eux n’a pour autant démérité.

Une véritable écoute, bienveillance et une solidarité entre les participants de l’atelier. Les séances d’écriture étaient pour la plupart individuelles mais celles de lecture, collectives, ont permis de catalyser des liens qui existaient entre eux.

Avec persévérance, attention, implication, réflexion, ils ont construit pas à pas ce recueil. Ils y ont mis d’eux mêmes. J’espère que vous trouverez autant de satisfaction à lire ces textes, résultats d’une année de travail et de réflexion, que j’en ai eu à les encadrer. J’espère aussi que ce recueil accompagnera  et alimentera les réflexions abordées lors de notre annuelle et traditionnelle journée éthique.

Bonne lecture à tous !

Marianne Chouteau

Chouteau, Marianne (2 juillet 2012) “Expérimenter en écrivant – Par Marianne Chouteau”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/438

L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles

H. Charles, MC INSA de Lyon – Directeur des étude

Développer un logiciel d’analyse sémantique et grammaticale pour permettre à des robots d’exécuter des ordres dictés en langage courant et de dialoguer avec des personnes en situation de solitude ; développer une méthode de caractérisation de génotype humain pour une médecine individualisée dans le traitement des tumeurs ; concevoir un système de contrôle d’un robot chirurgical spécialisé dans les opérations de l’oreille interne… Cette liste de projets relevant de la robotique, de l’intelligence artificielle, du génie génétique ou de la biomécatronique n’est pas une prédiction des lauréats du concours Lépine en 2050, mais simplement quelques-uns des sujets de stage des étudiants de la filière Bioinformatique et Modélisation dans le département Biosciences à l’INSA de Lyon entre 2011 et 2012.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Les progrès de l’informatique et la miniaturisation des capteurs électroniques ont complètement révolutionné les Biotechnologies au cours de cette dernière décennie. S’il a fallu près de 12 ans, quelques trois milliards de dollars et plusieurs hectares de salles de séquençage et de calculateurs pour séquencer et assembler la séquence du génome humain, il est maintenant possible d’obtenir la même quantité d’information en une semaine et quelques milliers d’euros. Très vite, il apparaîtra plus coûteux de stocker l’information d’un génome sur un espace mémoire que de le séquencer à nouveau. De plus, les technologies de l’informatique dématérialisée (le cloud computing) permettent par exemple de relier entre elles des « fermes de calculateurs » reparties sur la planète entière pour les faire travailler ensemble sur des données complexes rassemblées dans des bases de données mondiales. Former des ingénieurs en bioinformatique est un véritable challenge, car cela demande d’intégrer des compétences multidisciplinaires (la biologie, l’informatique et les mathématiques), mais surtout de construire une véritable interdisciplinarité en associant également la philosophie, l’éthique voire même la littérature pour permettre aux étudiants d’analyser ces problématiques ainsi que les enjeux liés à ces objets nouveaux que génèrent les biotechnologies.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

La filière Bioinformatique et Modélisation du département Biosciences de l’INSA de Lyon repose sur un partenariat entre l’INSA de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1. Elle est destinée à former des ingénieurs capables d’analyser et de traiter des données biologiques, d’en extraire les informations pertinentes et de modéliser par des approches mathématiques ou informatiques les systèmes biologiques afin de comprendre les processus du vivant. Elle a été créée en 2000 pour de répondre à la demande croissante émanant des secteurs publics et privés, liée à l’accroissement considérable de la masse de données biologiques issues des techniques dites à haut débit. L’équipe pédagogique est constituée d’un réseau de formateurs spécialistes dans les domaines de la génomique, de la protéomique, de la biométrie et de l’écologie. La formation compte environ 2200 heures réparties sur cinq semestres, le sixième étant dédié à un stage de fin d’études en milieu professionnel. Les enseignements scientifiques (environ 1800 heures) intègrent les trois disciplines scientifiques fondamentales : Sciences du Vivant, Mathématiques et Informatique. Une grande partie des enseignements se situent à l’interface des trois disciplines et une place importante est réservée à la pratique et aux projets. L’ouverture internationale est également fortement encouragée. Ces enseignements sont complétés par des cours d’Humanités (langues étrangères, communication, connaissance de l’entreprise, économie, gestion de projet, management, qualité, épistémologie, éthique) répartis sur les trois années.

Photographie : INSA-Lyon © Tous droits réservés

Ainsi, le Département de Biosciences et tout particulièrement la filière Bioinformatique et Modélisation forme des ingénieurs qui auront à travailler sur des biotechnologies de pointe, qui, on le sait, soulèvent de nombreuses interrogations sociales et éthiques. Le département se doit donc de préparer les élèves à faire face aux débats sociaux et éthiques qui se poseront à eux comme citoyens et comme cadres en entreprise ou en laboratoire de recherche. En effet, l’éthique est devenue incontournable dans l’environnement de l’entreprise d’aujourd’hui. Certaines professions ont érigé des codes de déontologie (médecins, avocats, journalistes), mais l’éthique reste l’affaire de tous. Il s’agit de permettre aux étudiants de se forger une attitude et une position personnelles vis-à-vis de la compréhension et de l’intégration dans la société de ces problèmes et de ces objets nouveaux à l’interface entre les disciplines. Pour cela, nous n’avons pas souhaité seulement juxtaposer des disciplines de sciences dures et de sciences humaines, mais plutôt les confronter en faisant travailler les étudiants tout au long de l’année sur des exemples concrets avec des objectifs de réalisation. Le scientifique, à partir de l’état de sa discipline, peut formuler dans une première approche certaines des conséquences sociales des nouvelles technologies. Le philosophe adapte, pour les comprendre, les nouvelles éthiques élaborées en régime technologique. Le littéraire cherche enfin à définir des formes où ces points de vue peuvent être articulés. Nous aimerions que cet enseignement permette de contracter chez nos étudiants une habitude de conduite interdisciplinaire qui finisse par s’imposer comme naturelle et nécessaire. Cette collaboration se traduit chaque année par l’organisation d’une journée éthique au cours de laquelle des personnalités importantes sont invitées (responsables de comité d’éthique ou philosophes des sciences). Les étudiants exposent à cette occasion leur travail en éthique sous forme d’une table ronde. Ils présentent également leur travail d’écriture et jouent une pièce de théâtre.

Les nouvelles présentées sur ce site correspondent à la production des élèves de la promotion 2012 encadrée par Marianne Chouteau, enseignante au centre des humanités de l’INSA de Lyon.

Sommaire des nouvelles

Pour citer cet article :

Charles, Hubert (1 juillet 2012) “L’éthique au cœur des enseignements de la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA de Lyon – Par Hubert Charles”. Passerelles [carnet du service Science & Société de l’Université de Lyon]. Consulté le ….  http://passerelles.hypotheses.org/442