Retour de doctorant – Participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets »

Un doctorant en géologie a accepté de partager son expérience de participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projet« , mise en place par l’Université de Lyon.

Depuis le début de ma thèse, et de plus en plus avec le temps, je me suis posé des questions sur les liens entre science et société, entre mon sujet de recherche et l’intérêt qu’il aurait pour d’autres personnes qui ne sont pas dans ce milieu. C’est pourquoi j’ai choisi cette formation à la seule lecture de son titre et de sa description.

Le fait de pouvoir se rencontrer entre doctorants de divers domaines montre déjà nos divergences, notamment dans nos façons de voir le lien entre ce que l’on fait et ceux qui nous entourent. Les premiers débats ont été très utiles pour définir ce qu’est « science et société », mais aussi pour apprendre à rendre accessible son propre sujet de recherche à des doctorants issus de domaines différents. A cela s’est rajouté une étude de cas réel avec terrain, afin de se rendre compte de la vraie difficulté à rendre accessible sa recherche à une personne qui, cette fois, ne fait plus partie de la recherche. Continuer la lecture de Retour de doctorant – Participation à la formation « Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets »

Liens science et société à l’Université de Lyon – Par Vincent Giudice, doctorant en biologie

Billet publié le 19 mai 2012 sur le blog de Vincent Giudice – « Sciences dessus dessous – La science accessible à tous

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler dans cet article d’une expérience personnelle.

L’Université de Lyon (regroupant les 18 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de Lyon-St Etienne) a mis en place depuis plusieurs années des modules de formation à destination des jeunes doctorants. Ces cours permettent de s’ouvrir  au monde du travail, d’acquérir de nouvelles compétences ou de préparer notre avenir professionnel.

Le service Science et Société de l’Université de Lyon et le service des Etudes doctorales de l’UdL ont orienté certains modules autour de la création d’un lien entre le monde scientifique et la société. Souvent, au cours de discussion avec des personnes croisées dans la rue ou en regardant les informations, je me rends compte que le monde de la recherche est souvent mal connu, parfois idéalisé et que de nombreuses fausses informations sont véhiculées (exemple récent sur mon dernier article : image 1). Je me suis donc, depuis quelques temps déjà, intéressé à ce lien entre scientifiques et non scientifiques ; c’est pourquoi j’ai suivi deux modules de formation « Science et société » depuis le début de ma thèse et créé ce blog il y a maintenant 8-9 mois, avec pour objectif de comprendre les mécanismes pour rendre le monde de la recherche accessible à tous.

Assez parlé de moi. Dans cet article, je vais vous parler de la dernière formation à laquelle j’ai participé, formation menée avec brio par Mélodie Faury, Davy Lorans et Pauline Lachappelle, tous trois membres du service Science et Société. Comme indiqué sur son site internet, le service Science et Société est un lieu « d’expérimentation et de modélisation de nouvelles formes de médiation culturelle des sciences et de dialogue avec les différents acteurs de la société ».

© Université de Lyon - Davy Lorans

En quoi a consisté cette formation ?

Un des objectifs principaux de cette formation a été la présentation des différents acteurs de la société et notamment autour d’un débat sur l’homéopathie proposé par Jean-Philippe Neuville, maître de conférences en sociologie à l’INSA de Lyon. Ce débat a été organisé comme un jeu de rôle, où chacun devait se mettre dans la peau d’un acteur de la polémique. Ceci nous a permis de pouvoir cerner et pourquoi pas comprendre les différents points de vue des personnes impliquées (patients, médecins, labo pharmaceutique…) et m’a personnellement inspiré pour l’article sur l’homéopathie. Nous avons également rencontré Pablo Jensen, fondateur des cafés sciences sur Lyon, qui est revenu sur son expérience avec un peu de nostalgie. Les cafés sciences, pour ceux qui ne connaissent pas, sont des débats scientifiques menés au sein d’un café et accessibles à tous. C’est une manière très intéressante de pouvoir aborder des polémiques ou poser des questions à des spécialistes du sujet. D’ailleurs des cafés sciences sont parfois organisés par le service Science & Société, notamment au cours du projet « Et si on en parlait ? » mené par Pauline Lachapelle. A l’automne 2011, des « cafés sciences et images » avaient été organisés autour du thème « Cerveau, sexe, gènes…sommes-nous vraiment programmés ? ». Cette année, le thème du projet est « Alimentation : quels défis nous attendent ? ».

Enfin, nous avons abordé un autre projet au cours de cette formation : la « Boutique des sciences ».

Qu’est ce que la « Boutique des sciences » ?

La première fois que j’ai entendu ce terme, j’ai imaginé un magasin vendant des kits de petits chimistes ou des microscopes pour enfants. Bien sûr j’avais tort !

En fait il s’agit d’un projet, mené par Davy Lorans, permettant de créer un lien entre des chercheurs et des associations confrontées à une problématique scientifique. L’exemple que nous avons étudié au cours de la formation et le suivant : une MJC a créé des jardins partagés dans un quartier proche d’une autoroute. Les membres de l’association aimeraient savoir si ils peuvent consommer les fruits et légumes qu’ils récolteront, si la terre n’est pas trop polluée, mais ils aimeraient également connaître l’impact de ses jardins sur le lien social dans le quartier. Le but de la boutique des sciences est de reformuler ces questions afin de monter un projet avec des chercheurs. Bien sûr il faut que cette question intéresse le laboratoire dans son projet de recherche car les associations ne payent rien et les fonds de recherche étant de plus en plus limité, il est parfois dur de trouver des chercheurs volontaires. Cependant, je pense qu’il est important de créer des liens de cette sorte entre la société civile et les chercheurs. En effet, cela permettra de désacraliser le chercheur qui est  également un citoyen et un civil, mais également cela permettra aux gens d’avoir des réponses scientifiques concrètes sur leurs problèmes.

Pour conclure, ces modules de science et société, adressés à de futurs chercheurs, sont, à mon sens, essentiels. De nos jours, je pense que la séparation scientifique/non scientifique doit être réduite de plus en plus ; les enjeux de la recherche étant de plus en plus importants.

Pour en savoir plus :

Site du CCSTI de Lyon
Blog du projet « Et si on en parlait ? »
Article sur la boutique des sciences

 

La sélection mensuelle d’Electron LIVRES – Avril 2012

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012


Pour compléter notre dossier consacré aux recherches participatives, la librairie Electron LIVRES vous propose une série d’ouvrages sur la contribution des citoyens aux avancées scientifiques.

Amateurs ?

Astronomes en herbe, collectionneurs de papillons, généalogistes, associations de malades, développeurs de logiciels libres… Chaînons manquants dans la vision moderne, largement professionnalisée et technicisée des sciences, les amateurs de sciences existent bel et bien ! La revue Alliage leur consacre son numéro 69, en interrogeant leur rôle dans l’histoire des sciences et des techniques. C’est l’occasion pour les contributeurs à cet ouvrage collectif de poser quelques questions cruciales sur la place des sciences dans notre culture et leurs relations avec la société.
Dirigé par J.M. Lévy-Leblond et R. Chaumont – Alliage n°69 – 18 €

Science, 700 inventeurs fous


Des centaines d’exemples de découvertes et d’inventions plus ou moins utiles mais toujours stupéfiantes par des chercheurs et des prix Nobel… mais aussi par d’anonymes concitoyens curieux et motivés !
Un ouvrage drôle qui montre que chacun peut participer à sa façon au développement des sciences et des techniques. Si certains amateurs font l’objet de moqueries et autres rigolades, les scientifiques, les « vrais », ne sont pas en reste.
Conner et Kitchen – Editions LME – 21,30 €

Savoirs et démocratie

La collection « Savoirs à l’œuvre » restitue des conférences prononcées dans des lieux publics. Dans ce premier volume, c’est l’exercice-même de la démocratie qui est discuté : pour que celle-ci prenne tout sons sens, chacun doit avoir accès aux savoirs pour se forger sa propre pensée en toute indépendance et liberté. Issus de différents champs disciplinaires, les contributeurs abordent les enjeux et problèmes liés à la transmission des savoirs et aux interactions entre ces savoirs et la société. Un ouvrage à valeur de manifeste, pour une collection visuellement très réussie !
Collectif – Editions Parenthèses – 18,00 €

Plaidoyer pour réconcilier les sciences et la culture

La culture scientifique perd peu à peu du terrain, rendant parfois difficiles la réception et la discussion des nouvelles recherches et découvertes par les citoyens. Co-écrit par de nombreux spécialistes, cet ouvrage souligne l’importance de la culture scientifique pour une meilleure compréhension de notre environnement. Les auteurs s’interrogent également sur les moyens à mettre en place pour susciter l’intérêt du grand public et réinstaller les sciences au cœur de la culture. Un livre facile à lire, aux thématiques variées et souvent étonnantes.
Claudie Haigneré – Editions le Pommier – 13,00 €
POUR LES PLUS JEUNES

La foire aux sciences

Destiné aux jeunes adolescents, ce livre montre que le génie n’attend pas le nombre des années : de nombreuses découvertes sont à mettre au crédit de nos jeunes têtes pensantes. Tous les ans, aux Etats-Unis, des foires aux sciences sont organisées, pendant lesquelles de jeunes chercheurs viennent exposer leurs travaux. Des récompenses, comme des bourses d’études ou des budgets de recherche, sont octroyées aux jeunes les plus talentueux. Des plus fantasques aux plus prometteurs, les travaux et les personnalités de ces jeunes chercheurs auront à coup sûr de quoi vous étonner !
Judy Dutton – Editions l’école des loisirs – 15,10 €

Pierre Mercklé, sociologue à l’ENS de Lyon

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

« La démocratisation des sciences est en marche, mais il reste encore beaucoup de progrès à faire ! »

Chercheur en sociologie, Pierre Mercklé apporte un éclairage historique et critique sur les recherches participatives. Loin d’être un phénomène nouveau, la participation des citoyens aux sciences prend aujourd’hui des formes nouvelles, grâce notamment au web qui fournit des solutions de collecte et d’échanges de données sans précédent. Mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire, en particulier sur le terrain des sciences sociales, si l’on souhaite faire advenir d’authentiques « sciences citoyennes ».

Vous avez publié récemment une tribune « Vers des sciences sociales citoyennes ? », dans le cahier « Sciences et Technos » du Monde du 4 février 2012 (lire la version longue de cet article sur le blog de Pierre Mercklé). Comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux recherches participatives ?

J’ai travaillé tout l’automne dernier à la construction d’une candidature à un appel à projet européen avec des collègues physiciens, informaticiens ou mathématiciens, spécialistes de l’analyse des réseaux. Ils se demandaient si ces modèles complexes ne pourraient pas être utilisés pour penser le social. Nos discussions ont rapidement tourné autour des usages citoyens des sciences et de la façon dont la connaissance pouvait émerger d’une participation citoyenne.
Paradoxalement, ce sont des domaines où les sciences exactes sont en avance sur les sciences sociales : dans les sciences de la nature, les sciences expérimentales, l’astronomie, la biologie, les mathématiques, etc., il y a beaucoup d’expériences de participation citoyenne ou de co-production des savoirs. Ces initiatives sont plus rares en sociologie, ethnologie, anthropologie… et sans doute y a-t-il une réticence des chercheurs en sciences sociales à l’égard des démarches participatives.

Quel regard historique et critique peut-on porter sur ces démarches ?

Il existe depuis très longtemps des recherches associant des citoyens. Par exemple, le recensement des oiseaux organisé par la Société Audubon aux Etats-Unis implique des dizaines de milliers d’observateurs chaque année, depuis plus d’un siècle. En réalité, le temps de la professionnalisation de la science est relativement court et récent : jusqu’au milieu du 19ème siècle, une bonne partie de la science se faisait entre amateurs, c’est-à-dire entre personnes pratiquant la science pour le plaisir, tout en tirant leurs revenus d’autres activités.

Ce qui change aujourd’hui, c’est qu’avec la montée des démocraties politiques, la notion de citoyenneté s’est élargie : il y a de plus en plus de personnes mises en situation de participer à la vie de la cité, dont la science fait partie. Ensuite, il y a la conjonction, depuis plusieurs décennies, de l’augmentation de la scolarisation et de l’augmentation du temps libre : davantage de personnes peuvent aujourd’hui consacrer du temps à des activités de connaissance.

Ces transformations conduisent à une forme de démocratisation souterraine de la science, avec des coopérations informelles qui se développent un peu partout entre scientifiques et amateurs, comme par exemple entre historiens et généalogistes. Les frontières entre scientifiques et amateurs tendent ainsi à s’estomper et ces évolutions, aujourd’hui quasi imperceptibles, conduiront certainement à des résultats spectaculaires.


Quel rôle joue internet dans ces évolutions ?

Internet constitue la dernière couche de ce processus de démocratisation des sciences. Il facilite les contacts et rend possibles des échanges plus informels. Il permet également de collecter des données disparates, à des échelles qui auparavant étaient inconcevables. De nombreux projets de recherche exploitent ces potentialités en rassemblant de petites puissances de calcul ou de petites compétences individuelles. Le projet SETI@home (Search of Extraterrestrial Intelligence at home), qui exploite les ordinateurs individuels de nombreux participants, en est un bon exemple. Les gains – avant tout quantitatifs – sont ici considérables.

Au cours de votre enquête, vous avez suivi 6 000 jeunes pendant toute leur adolescence. Est-ce que la participation aux sciences est devenue un nouveau hobby chez les jeunes ?

Chez les jeunes adolescents des années 2000-2010, ce qui prime, c’est d’abord le goût des copains, la musique et l’usage de l’ordinateur. Celui-ci devient omniprésent et absorbe de nombreuses pratiques culturelles et de loisirs. Les activités d’ordre scientifiques concernent une petite minorité des usages de l’ordinateur, les jeunes glissant alors de manière insensible des usages multimédias vers de véritables productions (création de sites internet, programmation, piratage de serveurs…). On retrouve ici les mêmes profils d’adolescents que ceux qui jouaient à Chimie 2000 dans les années 80-90, à savoir des jeunes essentiellement de sexe masculin et issus de milieux favorisés.

Il faut donc être vigilant avec le terme « sciences citoyennes », qui peut laisser penser que toute une génération d’adultes pourrait bientôt produire de la connaissance. En réalité, la participation aux sciences est inégalement distribuée dans la population. Elle reproduit les inégalités sociales et contribuera certainement à les rendre visibles, en créant des citoyennetés de différents ordres, selon qu’une personne participe à la production de la connaissance ou, au contraire, se résigne à la subir.

Existe-t-il des démarches participatives permettant d’associer des populations défavorisées à la production des connaissances ?

Certains courants de la sociologie ont toujours été sensibles à la participation des acteurs sociaux, par exemple l’éthnométhodologie d’inspiration américaine ou la méthode de l’intervention sociologique, portée par Alain Touraine et ses élèves. Il existe aussi des sociologues d’inspiration théorique différente, qui ont eu des expériences très intéressantes de co-production du savoir avec leurs interlocuteurs enquêtés. Par exemple, Stéphane Beaud a publié sa riche correspondance électronique avec Younes Amrani, un jeune issu de l’immigration maghrébine en banlieue lyonnaise (voir leur ouvrage Pays de malheur !). De façon similaire, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue retrace les échanges entre le sociologue Michel Pialoux et son enquêté Christian Corouge. Ces expériences restent assez disparates et exceptionnelles, mais elles donnent de bonnes indications sur les pistes à suivre. Dans ces domaines-là, il reste incontestablement beaucoup de progrès à faire !

Propos recueillis par Nathalie Fabre

Ouvrir les étudiants aux enjeux actuels des sciences

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

L’Université de Lyon crée deux modules de formation science-société

Si l’on souhaite développer de nouvelles coopérations entre chercheurs et citoyens, sans doute faut-il compléter la formation des étudiants pour les ouvrir aux questions de sciences en société. L’Université de Lyon s’engage dans cette voie en créant en 2012 deux modules de formation science-société pour les doctorants.

©Université de Lyon - Davy Lorans

La mise en place de formations science-société pour les doctorants et, à moyen terme, pour les étudiants en Licence-Master, est au cœur des travaux de la Commission Science et Société de l’Université de Lyon (voir l’encart ci-contre). Deux modules ont ainsi vu le jour au 2ème semestre de l’année universitaire 2011-2012 :

Le 1er module D12 – Dialogue entre les sciences et la société : outils et projets invite les doctorants à réfléchir sur le rôle des scientifiques dans la société et à découvrir des outils de mise en dialogue des savoirs, en s’impliquant dans une des actions Science et Société de l’Université de Lyon : la dynamique Et si on en parlait et/ou le projet Boutique des sciences. Il leur permet également d’apprendre à communiquer sur leur propre activité de recherche.

© Université de Lyon - Davy Lorans

Le 2ème module D13 – Outils et projets de médiation culturelle des sciences leur propose une introduction à la médiation et à la diversité de ses dispositifs (films et radios scientifiques, secteur art & science, médiations numériques, carnets de recherche…). Les doctorants sont ensuite invités à construire un projet personnel de médiation culturelle des sciences.

Au total, vingt étudiants très motivés et issus d’une grande diversité d’établissements (ENSAL, Université Claude BBernard Lyon 1, INSA de Lyon, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2) ont participé cette année à l’un ou l’autre de ces modules. En dotant les doctorants d’outils de réflexion et de dialogue avec les citoyens, ces formations s’inscrivent dans une dynamique globale d’ouverture des chercheurs à la société.

Nathalie FABRE

Des chercheurs aux jardins – Une recherche participative au service des citoyens

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

Après la série d’actions menées l’an passé à Villeurbanne pour rapprocher le campus LyonTech-la Doua et la ville, l’Université de Lyon poursuit son expérimentation sur ce territoire : jusqu’à mi 2013, sera conduite une recherche associant citoyens et chercheurs de plusieurs disciplines. L’objectif : répondre à des besoins concrets, exprimés par une association villeurbannaise.

A l’origine : inventer le lien entre ville et campus

©Gérard Buillon

Mené en 2011 grâce au soutien de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Villeurbanne, le projet « Un campus, une ville, une relation à inventer » a débuté par un travail d’identification des acteurs locaux et des initiatives de mise en lien existantes. Dans un second temps, le GRePS, laboratoire de psychologie sociale de l’Université Lumière Lyon 2, a enquêté sur les représentations qu’ont les habitants de Villeurbanne du campus LyonTech-la Doua. Une fois les représentations et les attentes respectives précisées, plusieurs actions de « mises en relations » ont été expérimentées.

Des temps d’échange et de réflexion entre le monde associatif, acteurs de la recherche et représentants de la municipalité ont été proposés, ainsi qu’une démarche originale de théâtre forum avec trois ateliers créatifs organisés à la Maison du Citoyen et une soirée-spectacle sur le thème « Quand des Villeurbannais, des étudiants et des chercheurs se rencontrent, quelles histoires vont bien pouvoir germer ? ».

La recherche au service des citoyens

Le recueil sur le terrain de besoins concrets de citoyens a rendu possible le montage d’un projet de recherche multi-acteurs. Ainsi, en janvier 2012, le projet « Des chercheurs au jardin : quand la science se met au service de la demande sociale » a été sélectionné par la Région Rhône-Alpes dans le cadre de son programme Université citoyenne et solidaire. A noter qu’il s’agit du seul projet retenu pour le département du Rhône (pour 3 dans la Loire et 4 en Isère).

Ce projet de recherche interdisciplinaire vise à répondre à des besoins exprimés par la Société des jardins ouvriers de Villeurbanne, l’une des plus anciennes de la ville (années 1930). Cette association est confrontée depuis plusieurs années à une double problématique restée jusqu’ici sans réponse satisfaisante : d’une part un envasement progressif de la rivière Rize, qui coule au milieu des parcelles potagères (avec les risques liés à leur inondation plus fréquentes par une eau potentiellement polluée), et d’autre part les difficultés à faire évoluer les pratiques des jardiniers (usage de produits phytosanitaires, etc.).

Différents producteurs de savoir vont donc travailler ensemble sur ces questions jusqu’à juin 2013 : un laboratoire d’hydrologie d’IRSTEA (ex-Cemagref), le GRePS, la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la NAture), des étudiants et, bien sûr, les jardiniers ! Des ateliers seront proposés régulièrement afin de faire découvrir à un plus large public l’intérêt de ce genre de dispositifs mettant la recherche au service des citoyens.

Légende photo : les jardins ouvriers, rue du Pont des planches à Villeurbanne : un terrain d’expérimentation pour contribuer à une meilleure compréhension de l’utilité sociale de la recherche.

Les recherches participatives, kezako ?

©iStockphoto / cstar55

Article initialement publié dans la Newsletter du service Science et Société N°60 Avril-Mai 2012

Les recherches participatives ont pour particularité d’associer les citoyens à la production de connaissances scientifiques. Les formes en sont multiples, elles concernent des domaines très variés : astronomie, informatique, environnement, santé… et octroient aux amateurs de sciences des rôles diversifiés.

Astronomes en herbe, généalogistes amateurs, sentinelles de la biodiversité, férus d’informatique ou de jeux vidéos, militants associatifs ou simples propriétaires d’ordinateurs… De nombreux citoyens s’impliquent aujourd’hui dans des projets de recherche. Longtemps taxés d’amateurisme, ces bénévoles peuvent contribuer efficacement aux avancées scientifiques. Mais comment participer au juste ?

Prêter du temps de calcul de son ordinateur

Aucune compétence particulière n’est requise ici : il s’agit seulement de posséder un ordinateur et de mettre à disposition du temps de calcul pour le traitement de masses de données. Lancé en 1999, le programme SETI@home (Seach of Extraterrestral Intelligence at home) déporte ainsi le calcul scientifique sur des milliers d’ordinateurs individuels, pour rechercher des traces de communication extraterrestre dans des signaux radio.

Contribuer à des inventaires et des collectes d’information

D’autres projets exploitent les potentialités du web et font appel aux citoyens pour qu’ils contribuent à la collecte de données ou à la réalisation de mesures simples. Des inventaires communaux aux grands projets nationaux, les initiatives fleurissent dans le domaine de l’environnement. Le CNRS et Arte vous proposent en ce moment de relever la Mission Printemps : compter les vers de terre, cartographier les papillons, guetter l’apparition des premières fleurs… et aider ainsi les chercheurs à étudier les effets des changements climatiques.

Participer à l’analyse et à l’interprétation de données

Certaines expériences plus abouties s’appuient sur des compétences humaines spécifiques qui, sans nécessiter de longues années d’études, peuvent offrir des solutions inédites à des problèmes de recherche. Le portail Zooniverse répertorie ainsi plusieurs projets nécessitant des capacités d’analyse, de visualisation et de mémoire de la part des participants. La dimension ludique est ici essentielle pour susciter la motivation.

En la matière, l’exemple le plus fameux est sans doute Foldit (littéralement « Plie-le »), un jeu vidéo d’assemblage 3D de molécules, développé par des équipes de recherche en biochimie et informatique (Université de Washington). En quelques semaines, les joueurs ont réussi à décoder la structure d’une enzyme proche de celle du virus du sida, un problème sur lequel butaient les meilleurs laboratoires depuis plusieurs décennies !

Contribuer à définir de nouveaux programmes de recherche

La plupart de ces initiatives viennent des chercheurs eux-mêmes et la co-construction des projets de recherche reste pour l’instant rare. Il existe cependant quelques exceptions, dans le domaine médical notamment où les associations de malades peuvent jouer un rôle-clé. Les initiatives de type « boutiques des sciences » constituent aussi une solution originale pour associer les citoyens à la définition des projets de recherche et développer des coopérations moins asymétriques entre chercheurs et amateurs : avec de tels dispositifs, les chercheurs planchent sur des problèmes concrets exprimés par la société.

Comme le résume sur son blog Mélodie Faury, co-responsable du laboratoire junior interdisciplinaire “Enquête sur l’homme vivant” de l’ENS de Lyon et membre de notre service Science et Société, « c’est la nature de la prise en compte des savoirs non académiques ainsi que des acteurs qui en sont porteurs, le moment de leur mobilisation et le rôle qui leur est attribué qui varie d’un projet à l’autre. ». Quelle que soit leur forme, ces démarches font l’hypothèse qu’il y a des savoirs distribués au sein de la population et que leur mobilisation permettra d’avancer scientifiquement. Alors quand est-ce qu’on s’y met tous ?

Nathalie FABRE

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article d’Anaïs Richardin sur « La petite révolution de l’intelligence collective« .

Plus ludique que l’intelligence artificielle, l’intelligence collective, soit la mise en relation via le net d’une grande quantité de cerveaux humains, vient de réaliser quelques prouesses. À l’origine de ces nouveaux modes de recherche : le nombre d’heures hebdomadaires que nous passons, sur Terre, à jouer en ligne. Trois milliards d’heures par semaine. Lire la suite.

La librairie Electron LIVRES vous propose également une sélection d’ouvrages sur la participation des citoyens aux avancées scientifiques, tout au long de l’histoire des sciences et des techniques. Lire la chronique.

La science en conscience : recherche et questionnement éthique

A la rencontre de Jean-Pierre Cloarec

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Photographie : Thierry Fournier, tous droits réservés

Chimiste, maître de conférences à l’Ecole Centrale Lyon, dans l’équipe de « chimie et nanobiotechnologies » de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon, Jean-Pierre Cloarec est un chercheur qui se préoccupe des liens entre les sciences et la société. C’est aussi un médiateur dans l’âme qui ne refuse jamais de débattre des sciences. Isabelle Forestier, chargée de communication du service Science et Société l’a rencontré.

Sur quoi portent vos recherches ?
J’étudie la manière de modifier des surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications dans les domaines de la recherche biomédicale, ou des technologies de l’information (électronique, photonique…)*. Plus fondamentalement, j’étudie la façon dont se comportent les molécules à l’interface entre un solide et un liquide. Concrètement, grâce à ces recherches, on peut, par exemple, déterminer un groupe sanguin en ne prélevant qu’une quantité infime de sang au patient.

Vous travaillez avec d’autres chercheurs partenaires sur les impacts sociétaux de certaines découvertes ou applications de la recherche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur cette démarche ?

C’est un axe de recherche que nous animons avec l’Université de Sherbrooke (Canada), au travers du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire CNRS franco-québécois dont nous sommes fondateurs et animateurs. Ce laboratoire a développé un dispositif d’échanges scientifiques et technologiques entre la France et le Canada, il comporte cinq volets d’étude. L’un d’entre eux s’intitule « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ». Dans ce cadre, et en ayant une approche interdisciplinaire, nous réfléchissons avec une communauté de chercheurs aux enjeux éthiques liés à nos travaux.

Je travaille dans un laboratoire dédié aux technologies de l’information, ces technologies ont des impacts ! Des impacts sur lesquels les chercheurs ne s’interrogent pas toujours. On ne crée pas de nouveaux outils sans impacts, je trouve important de réfléchir à leurs possibles incidences, positives comme négatives sur la société. Et nous pouvons aussi amener les gens à se poser des questions à ce sujet.

Dans le cadre des manifestations organisées par le service Science et Société à l’occasion de l’année de la chimie, vous avez récemment reçu dans votre laboratoire un groupe de personnes curieuses de découvrir vos activités. Quel est pour vous le sens de ces actions envers le grand public ? Que vous apportent-elles ?

Discuter avec des citoyens pour comprendre comment ils vivent la science me paraît important. Pas simplement pour expliquer nos recherches, mais aussi pour bien comprendre comment les gens les perçoivent, les envisagent. Idéalement, il faut que ces rencontres soient l’occasion d’un réel échange. Il est intéressant pour nous d’en savoir plus sur les rapports du public à la science et aux objets techniques. L’idée n’est pas de polémiquer sans fin sur les sujets qui fâchent, d’adopter une posture moralisatrice ou scientiste, mais d’entamer une discussion, ne serait-ce que pour comprendre différents points de vue, et ce qui les justifie.

Cela permet de s’élever au-dessus d’un débat d’opinions, de prendre du recul.

Les échanges avec des publics divers – le grand public, mais aussi mes élèves ingénieurs, ou encore d’autres chercheurs de ma discipline ou d’autres domaines de recherche – constituent pour moi une sorte de formation permanente. J’essaie d’être dans le dialogue, prêt à me poser des questions, et pas seulement dans une position pédagogique d’explication de mes travaux.

Comment abordez-vous vos sujets de recherche, parlez-vous de cas concrets ?

Oui, j’essaie de lancer la discussion à partir d’exemples qui peuvent toucher les gens.

Je prends souvent l’exemple des analyses de sang. Les technologies que je développe permettent de détecter des molécules signalant l’émergence de maladies à partir d’infimes quantités de sang. L’intérêt de ces appareils très sensibles et peu invasifs est évident quand il est possible de ne prélever que très peu de sang, chez les nourrissons par exemple.

Mais des outils technologiques capables d’atteindre de tels objectifs posent question. Si on peut indiquer à quelqu’un qu’il présente une maladie génétique, pas encore déclarée mais potentiellement invalidante, on doit aussi s’interroger sur la gestion de la confidentialité de cette information dans notre système de santé. Que faire notamment vis-à-vis des assurances ? Comment gérer le secret médical ?
Autre exemple d’impact : il devient possible de stocker son patrimoine génétique sur son smartphone et d’être informé en temps réel de l’évolution des connaissances médicales sur les pathologies potentiellement liées à ce patrimoine Cette application peut sauver des vies mais aussi créer des peurs inutiles, la recherche en génétique évoluant très vite.
Cela pose la question de la gouvernance : qui décide comment on fait la science et à quoi elle doit servir ?

Quel est le retour des publics lors de ces rencontres ? Sont-ils conscients des incidences de la recherche sur leur vie quotidienne et les changements dans la société ? Quelles questions vous posent-ils ?

Oui absolument ils en sont très conscients. Même si les gens qui viennent dans ces rencontres se sentent déjà concernés par la thématique. Mais nous sommes là aussi pour écouter les questions qui sont nombreuses ! Elles portent en partie sur les nanotechnologies, mais très vite elles deviennent plus générales sur la recherche. On nous demande : « Comment travaillez-vous ? Quel est votre rapport aux financements ? Comment la science se fait-elle dans un laboratoire ? » On ne peut pas donner de réponse universelle, mais on parle de notre expérience.

Parfois les échanges sont vifs. Je me souviens de réactions très violentes au cours du débat public sur les nanotechnologies auquel j’avais participé. Mais de vraies questions ont été posées pendant ce débat, des questions très pertinentes. En tant que chercheurs, nous avons besoin que ces questions émergent. Nous avons l’habitude dans notre métier d’être en discussion perpétuelle entre scientifiques. Nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos collègues sur l’interprétation des résultats. La science c’est d’abord gérer de manière pacifique des positions en désaccord pour tenter d’obtenir, au final, un consensus fécond.

Que pensez-vous que le service Science et Société puisse vous apporter dans vos relations avec les publics ?

Nous avons besoin que soient organisés les cadres dans lesquels on peut rencontrer des publics divers. Il faut des personnes qui construisent des passerelles entre le grand public et les chercheurs, des médiateurs capables de créer des liens entre des univers différents. Et puis je vais probablement grâce à vous rencontrer d’autres chercheurs !

Je pense aussi que vous avez un rôle à jouer pour aider à ce que nos projets de médiation soient mieux reconnus dans nos carrières.

Chercheur est le plus beau métier du monde ! Nous gardons une forme de liberté mais nous devons continuer ces actions de communication et médiation des sciences. Il me semble que nous sommes dépositaires d’une tradition de questionnement, une démarche intellectuelle qu’il s’agit de transmettre.

*Cf. article sur le laboratoire dans cette même newsletter

Crédits photos : Thierry Fournier

Shopping particulier…

Un projet de boutique des sciences à l’Université de Lyon

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société de l’Université de Lyon, en partenariat avec le service de valorisation de la recherche, travaille à la mise en place d’un dispositif traditionnellement appelé « boutique des sciences ». Il s’agit de créer une interface opérationnelle entre les chercheurs et les associations confrontées à des problèmes scientifiques.

Si l’on vous parle de « boutiques de sciences », ne cherchez surtout pas une chaîne de magasins ou vous pourriez acheter une boîte de Petit chimiste pour l’anniversaire de votre aîné. Les boutiques de sciences, comme leur nom ne l’indique pas, sont en réalité des outils de production de connaissances scientifiques au service des associations, syndicats, fédérations et autres groupements de citoyens ayant des activités bénévoles d’intérêt collectif.

Démocratisation des sciences

Sur le modèle des science shops déjà à l’œuvre dans plusieurs pays de l’Union Européenne, (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni notamment) ou encore au Canada, le projet boutique des sciences conduit par le service Science et Société de l’Université de Lyon vise à démocratiser l’accès à la recherche. Grâce à ce dispositif, des acteurs associatifs de la société civile, peuvent bénéficier du soutien de l’équipe scientifique d’un laboratoire universitaire.
« Concrètement, explique Davy Lorans, chargé de la mise en place du projet, les associations nous contactent et nous exposent les questions pour lesquelles elles ont un besoin de compétences scientifiques et/ou techniques. Nous communiquons ces demandes à la communauté scientifique afin de constituer une équipe intéressée par la problématique soulevée. Les structures prioritaires sont les associations qui n’ont pas les moyens de financer des expertises, de payer des cabinets d’études spécialisées. »

Entreprise de coopération à but non lucratif

copyright Thierry FournierUne philosophie de « service public » anime ce dispositif non commercial. Le choix des dossiers ne s’effectue pas selon un quelconque calcul financier mais est fonction, au-delà des besoins particuliers de l’association en demande, de l’intérêt du projet pour la collectivité. «Imaginons, par exemple, expose D. Lorans, qu’une fédération de plongée sous-marine veuille développer une activité dans le Rhône. Mais une question les taraude : la qualité des eaux est-elle suffisante pour se baigner sans danger ? Une question dont la réponse bénéficiera à bien d’autres associations de sports nautiques régionales. Elle présente donc un intérêt collectif suffisant pour être retenue. »

Une fois constituée, l’équipe de chercheurs en charge du dossier travaille en étroite collaboration avec les demandeurs pour mettre en place un projet adapté, depuis la formulation de la demande en question de recherche, jusqu’à l’édition d’un rapport ad hoc. Les études se font dans un esprit de coopération entre les deux parties : « Les demandeurs sont également, dans une certaine mesure, acteurs de la recherche qui les concerne. Ils doivent mettre à disposition des scientifiques tous les éléments d’information dont ils disposent, mais aussi éventuellement participer à la collecte de données sur le terrain. Bref, ils épaulent les chercheurs au mieux de leurs possibilités. »

Publicité généreuse

A la fin du travail, l’association a une obligation de publication des résultats. Elle participe à la diffusion du rapport, en organisant, par exemple, une soirée de restitution avec l’Université. Elle se charge aussi d’une campagne de presse appropriée, etc. L’objectif étant de promouvoir efficacement le rapport de façon à ce que tous les acteurs sociaux intéressés puissent en profiter : la boutique des sciences travaille pour le bien commun.
De son côté, l’université se charge d’une diffusion dans les cercles scientifiques, en mettant notamment en ligne les rapports.
Dans le contexte spécifique de l’Université de Lyon (fédération de dix-huit établissements d’enseignement supérieur et de recherche, répartis sur un territoire couvrant les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain) le champ des thématiques de recherche a été restreint à deux grands secteurs : l’environnement et la santé. Pour l’instant le dispositif est en cours d’installation. Le lancement des projets-pilotes devrait avoir lieu début 2012.

Éclairage municipal et chauves-souris.

Les chauves-souris supportent sans dommage les lumières LED vertes : tel est le résultat d’une étude de la boutique des sciences de l’université de Groningen (Pays-Bas). En 2009, la municipalité de Assen décide d’installer un éclairage public le long du canal qui traverse la ville, lieu de promenade nocturne apprécié des habitants. Oui mais voilà, le canal est aussi une voie importante de migration pour diverses espèces de chauves-souris, dont le Vespertilion de Daubenton, et la lumière risque de grandement les perturber. Comment alors concilier sécurité publique et préservation des chauves-souris ? Pour obtenir une réponse, l’association Drenthe Bat Working Group et les services d’urbanisme de la ville se sont tournés vers la boutique des sciences de l’université de Groningen. Des spécialistes en écologie animale ont diligenté une recherche. Conclusions : les chauves-souris ne sont pas sensibles aux lumières LED vertes. Et, autre bonne nouvelle, l’éclairage LED est plus performant et plus respectueux de l’environnement que les traditionnelles ampoules fluorescentes.
Des informations précieuses pour toutes les associations écologistes de protection de la nature en ville, et pour toutes les municipalités soucieuses d’améliorer leur éclairage public !

Crédits photos : Thierry Fournier

Dans les profondeurs de la chimie de surface

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Dans le cadre du cycle de rencontres/débats « Et si on en parlait », le service Science et Société de l’Université de Lyon invite les citoyens à une série de promenades-découvertes sur le thème de la chimie (2011 a été déclarée Année Internationale de la chimie par l’UNESCO). La première d’entre elles est consacrée au laboratoire de chimie de l’Institut des Nanotechnologies de Lyon (INL). Plongée dans le laboratoire. Un reportage de Davy Lorans, chargé de mission lien société civile-recherche.

Samedi 14 mai au matin, devant le portail de l’Ecole Centrale, Pauline Lachappelle, médiatrice responsable du programme «Et si on en parlait», nous accueille. Nous sommes une douzaine. Nous formons un groupe mixte intergénérationnel, tous curieux et impatients d’explorer le laboratoire.

Le groupe pénètre dans l’antre des chimistes… Couloirs, escaliers, inscriptions des noms sur les portes : le cadre est à la fois propre, austère et quelque peu suranné. Pas de décor design, pas de gadgets high-tech dans tous les coins. Rien à voir a priori avec l’univers spectaculaire, façon « Les Experts », auquel on pouvait s’attendre.
Le groupe est conduit dans une sorte de salle d’étude équipée d’un tableau blanc. Des livres aux titres savants et abscons s’empilent sur les étagères. « Je vous garantis qu’il n’y aura pas d’interrogation écrite à l’issue de cette matinée ! », précise Jean-Pierre Cloarec. Il souligne ainsi d’emblée que cette rencontre n’est pas un cours magistral, mais l’occasion d’un dialogue. Ingénieur chimiste et biologiste de formation, notre hôte enseigne en chimie et en environnement.

« La surface masque la profondeur » (Oscar Wilde)

«L’Unité Mixte de Recherche, nous explique J.-P. Cloarec, rassemble des titulaires du CNRS et de l’Ecole Centrale appartenant au département Santé et biotechnologies. C’est un laboratoire dont la spécialité est la chimie des surfaces. Nous cherchons à modifier les surfaces de matériaux pour les rendre aptes à reconnaître des molécules chimiques ou biologiques. Ces travaux ont des applications importantes dans le domaine biomédical » En pratique, les chercheurs travaillent sur des échantillons de matière solide ou liquide dont la taille est plus ou moins équivalente à l’épaisseur d’un cheveu divisé par 1 000 !

Parmi les partenaires intéressés par les applications issues des recherches du labo, on compte l’Etablissement Français du Sang ou le Centre hospitalier Lyon-Sud. « Nous travaillons beaucoup avec les institutions de santé. Nous contribuons notamment au diagnostic médical, en permettant l’identification de nombreuses maladies ».

Place à l’action : une thématique, trois cas pratiques

Pour tenter de saisir ces liens étroits qui unissent chimie et biologie nous nous répartissons en trois groupes. Car pour nous faire appréhender ces disciplines scientifiques pointues que sont la biochimie et la biotechnologie, plusieurs points de vue nous sont offerts. A cet effet, J.-P. Cloarec s’est adjoint l’appui de deux jeunes et sympathiques doctorants du laboratoire, Rémi et Alice.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 2Rémi est québécois, étudiant à l’Université de Sherbrooke, partenaire de l’Ecole Centrale de Lyon. « Je ne connais rien à la chimie, déclare-t-il avec l’accent du Beau Pays, je suis ingénieur spécialisé dans le domaine électrique. »

Un aspect qui a son importance pour ses collègues chimistes. Il nous montre une sorte de Meccano géant (cf photo) qu’il utilise pour ses recherches : « le système de lames de verre connectées à un ordinateur sert à développer des systèmes de détection », explique-t-il. Suivant la fine pellicule de chrome, d’or, etc. qui est déposée sur une surface, les propriétés vont différer. Ce qui va permettre d’analyser plus finement les réactions chimiques que l’on choisit d’effectuer sur ces supports (ici, c’est par exemple la variation du taux de sucre dans de l’eau qui est mesurée).

Virus et bulles de savons…

Les deux visites suivantes enrichissent notre perception de l’activité quotidienne d’un laboratoire de recherche. Avec la découverte de l’emblématique salle de travaux pratiques, c’est tout le pan pédagogique du laboratoire qui nous est dévoilé. Pour Jean-Pierre Cloarec, chaque objet est le support potentiel d’un cours entier ! Et ce, encore plus devant un public pas spécialement expert en chimie.

visite du laboratoire de chimie de l'INL 14 mai 3Pour finir, Alice nous décrit sa thèse et la méthodologie qu’elle emploie. Pour trouver une alternative à certains vaccins, tel celui de la grippe, elle se penche (au sens propre comme au sens figuré) sur différents sucres, en cherchant celui qui sera le plus à même de « bloquer un virus dans un coin de l’organisme, et d’éviter ainsi la contagion aux organes vitaux. » Dans une pénombre probablement nécessaire pour protéger les échantillons, la doctorante enchaîne ses « remplissages de biopuces à l’aide de micropipettes », le tout relié à un ordinateur, élément désormais aussi inséparable de l’image du chercheur que sa blouse blanche.

La visite se termine par une discussion animée et riche. Question éthique : « Pourquoi travaillez-vous sur de l’ADN synthétique ? ». Réponse : « Cela évite de tuer d’énormes quantités de souris de laboratoire ! » Question économique : « D’où proviennent vos financements ? » Réponse politique : « Il ne faudrait pas que notre financement dépende uniquement d’appels à projets, comme cela est en train de se dessiner. L’idéal est par exemple d’alterner trois ans de recherche appliquée avec cinq ans de recherche fondamentale : les deux s’enrichissant mutuellement ! » Question de vie quotidienne : « Comment le produit vaisselle parvient-il à détacher la saleté ? » Réponse pédagogique : « C’est une histoire de composants chimiques hydromorphes ou hydrophiles. Pour comprendre, faites cette expérience chez vous : mettez de la poudre de café dans une assiette et lâchez-y quelques gouttes de détergent… Vous verrez comme tout s’écarte ! »

A la fin de la matinée les participants, souriants, remercient les chercheur du temps qu’il nous ont consacré « Nous avons aussi besoin de ce type d’échange, conclut Jean-Pierre Cloarec, c’est important pour nous chercheurs de comprendre comment les gens voient les choses, de prendre la température de la société ».

Voir aussi l’interview de Jean Pierre Cloarec

Copyright pour l’ensemble des photos : Thierry Fournier

Une Xylocope dans mon filet à papillons

Observer les abeilles sauvages en ville.

Article initialement publié dans la newsletter de Juin 2011 (n°57) du service Science & Société de l’Université de Lyon

Le service Science et Société propose aux lyonnais curieux de découvrir les abeilles sauvages du parc de Gerland. Une après-midi sous le soleil pour s’apercevoir que la vie de ces abeilles citadines ne ressemble que très peu à celle de la célèbre Maya ! Un reportage d’Isabelle Bonardi, responsable adjointe du service Science et Société.

Nous sommes une quinzaine ce samedi 16 avril à la Maison des fleurs dans le parc de Gerland. Notre objectif : observer les abeilles sauvages, apprendre à les reconnaître, comprendre pourquoi on en trouve en ville et comment elles y vivent.
A peine la balade commencée, un coup de chance ! Fred, notre animateur spécialiste des insectes, attrape avec son filet à papillon… une abeille. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit d’une Xylocope, ou abeille charpentière, la plus grosse des abeilles françaises. Elle peut mesurer plus de 3 cm. Elle est tellement imposante, qu’un néophyte peut aisément la confondre avec un bourdon ou un frelon.
En l’espace de quelques minutes et sans nous éloigner beaucoup de notre lieu de rendez-vous, nous identifions sur les platebandes fleuries six abeilles sauvages de différentes espèces. En France, on compte plus de 1000 espèces d’abeilles sauvages pour une espèce d’abeille domestique.
Intrigués par notre manège, quelques enfants nous rejoignent et se prêtent, d’abord craintivement puis avec enthousiasme, à l’étude des spécimens recueillis. Kaïs, 11ans abandonne sa trottinette pour passer le reste de l’après-midi avec nous.

Nous apprenons que seule la femelle abeille pique. Le dard est le vestige d’un organe de ponte dont elles ne se servent qu’en cas de danger. Mais, par précaution, Fred ne place entre nos doigts que des mâles. Une expérience étonnante : l’abeille vibre et il faut être adroit pour la tenir convenablement, sans appuyer trop fort pour ne pas l’écraser. On apprend à différencier les genres. Les femelles sont reconnaissables à leur plastron et leurs pattes velues où se loge le pollen qui nourrira les larves. « Et font-elles du miel ?», demande un participant. Et bien non, les abeilles sauvages ne produisent pas de miel. Contrairement aux abeilles dites domestiques, elles ne vivent pas dans une ruche et sont presque toutes solitaires. La plupart nichent dans le sol, dans des tiges creuses ou des branchages.

Dans la peau d’une abeille sauvage…

jeu sur le thème des abeilles sauvagesAprès cette promenade d’observation, nous nous retrouvons à la Maison des fleurs pour participer à un jeu de société. Dans un premier temps il nous faut inventer une ville avec des transports en commun, des habitations, des parcs et espaces verts, des commerces et bureaux… Puis nous changeons de rôle et devenons … des abeilles. Je suis pour ma part une femelle Anthophore, une grosse abeille cousine des bourdons mais moins vivement colorée.
Mon objectif : trouver un nid, un mâle et du pollen pour nourrir mes larves. Un projet d’existence pas si éloigné de celui d’une célibataire de 30 ans…
Est-il facile pour moi maintenant de vivre dans la ville que nous avions imaginé, de m’y reproduire ? Là où nous pensions bien faire, en dotant l’espace urbain de parcs et de jardins partagés, nous nous rendons compte que du point de vue de l’abeille, la présence de produits phytosanitaires (pesticides) dans ces zones de verdure est synonyme de mort assurée !
Les immeubles peuvent-ils accueillir des abeilles ? Oui, pourquoi pas s’ils sont conçus avec des matériaux d’éco-construction. Les abeilles y nichent alors commodément.
Après avoir subi plusieurs échecs dans ma quête existentielle, faute de pouvoir avancer dans des zones dangereuses ou polluées, j’arrive enfin à trouver mon nid dans un parc, du pollen et surtout mon mâle : Kaïs. Celui-ci s’avère volage ! Ravi de gagner des points grâce à notre rencontre, il part ensuite rapidement à la recherche d’une autre femelle à féconder !
Grâce à ce jeu, j’apprends ce qui est réellement important pour la vie des abeilles citadines. Des connaissances très éloignées de mes a priori.

nichoir à abeillesLe jeu terminé, le groupe se réunit autour des nichoirs à abeilles sauvages, installés dans le parc*. Pendant que Kaïs s’exerce à attraper des abeilles et autres insectes avec le filet à papillons, une discussion s’ouvre sur la place de la nature en ville et la place de l’homme dans la nature. Vaste débat ! Protéger la biodiversité semble être une préoccupation partagée.
« Mais que peut-on faire à notre échelle pour protéger les abeilles ? », demande un participant. Pas grand-chose, si l’on considère que la quantité d’insecticides due aux activités privées (jardinage) ne représente que 10% des produits utilisés. Les 90% restant étant dus à l’activité agricole professionnelle. De grandes choses, si la prise de conscience actuelle quant à la nécessité de préserver la nature gagne l’ensemble de la population.
Alors on peut espérer que le respect et la sauvegarde de la biodiversité animeront l‘ensemble des politiques, tant locales que nationales, pour le plus grand bénéfice des abeilles et de l’humanité.


* Ces nichoirs et ces animations sont réalisés dans le cadre d’un projet européen Urbanbees dont l’objectif est de sensibiliser les populations à l’importance du maintien des abeilles sauvages en milieux urbains et périurbains, conditions nécessaires à leur survie.

Crédits photos : Thierry Fournier